• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’insécurité source majeure d’inégalités

L’insécurité source majeure d’inégalités

Clap clap clap.

Cela dit il faut être objectif et ne pas attendre du nouveau pouvoir qu’il réalise en quelques mois ce que l’ex président qui en eut la charge soit comme ministre de l’Intérieur soit comme Chef de l’État ne parvint pas à faire en dix années… on peut même dire que malgré ses rodomontades il échoua lamentablement (ce laps de temps, ça compte : c’est bien plus qu’un cycle politique habituel) Stop avec ces visions angéliques du gentil banlieusard devenu truand ‘à cause de la misère et de la crise’ et qu’il faudrait de ce fait exonérer de toute responsabilité morale voire pénale. D’une part, 99% des habitants des quartiers pauvres et déshérités, discriminés (ce qui est une honte : il y a des adresses qui figurent sur le CV qui le font atterrir directement à la poubelle) sont et demeurent d’une honnêteté sans faille et certes si les zones sensibles sont touchées de plein fouet par la crise, quand bien même il y aurait corrélation, on est infiniment plus victime des violences dans ces quartiers que dans le XVIe ou à Neuilly.

Les types qui dealent ou qui brûlent des voitures, qui rackettent, ne sont pas des ‘victimes de la société’. Ce sont des voyous qui n’osent pas s’en prendre à la bourgeoisie, la vraie, et qui en plus sont tout sauf des Robins des bois qui redistribueraient : quand ils volent quelque chose, c’est pour leur seule pomme ou celle de leur clan. Il ne doit pas y avoir plus de un ou deux pour cents de vrais vols par nécessité (exemple : tenter de piquer un peu de bouffe au supermarché du coin et ça demande évidemment la plus grand indulgence dans certaines situations : j’ai vu à Meaux des magistrats dispenser de peine des mis en cause dont la situation était effectivement dramatique, et favoriser en urgence la mise en contact avec les services sociaux ; magistrats qui distribuaient sans état d’âme du ferme avec mandat de dépôt à des dealers). Les autres sont soit des partisans du ‘tout, tout de suite et sans effort’, soit des abrutis, des imbéciles, des petites cervelles (comme le dit Mélenchon). Au XIXe siècle, quand une émeute éclatait, elle était sociale, fruit de la désespérance. On était face à des soldats envoyés pour restaurer l’ordre bourgeois par tous les moyens, et qui étaient bien armés. Dans ces conditions, oui, tous les coups étaient permis : c’était la guerre sociale qui vaut bien une guerre menée pour défendre des intérêts impérialistes ou capitalistes. Le fait que les insurgés (révolte des Canuts, Fourmies, etc.) étaient en plus tragiquement démunis face à des troupes surarmées et bien entraînées leur permettait moralement d’employer tous les coups (hélas, en plus ils se faisaient immanquablement massacrer. mais chacun de ces événements portait un coup d’épingle à la société).

De nos jours, il s’agit de tenter de limiter des trafics de drogue industriels, des rackets innommables, des emprises sur des zones de non droit, où des sales cons traitent femmes et jeunes filles d’une manière obscène au nom d’une supposée foi religieuse qu’ils sont fort loin de respecter par eux mêmes. Certes dans les zones sensibles tout le monde est victime des abus sociaux (discrimination, manque de qualification, etc.) que j’ai décrits mais 95% des victimes de la délinquance y sont aussi concentrées, qui ont droit à être protégés. Quand deux ados abrutis font du ‘tirage’ sans casque à 120 km-h sur un scooter le plus souvent volé, du moins toujours pas assuré, il faut bien tenter de les sauver contre eux mêmes ou de sauver le petit garçon cavalant après son ballon et qu’ils renverseront (en se barrant après). Que lors de la course poursuite ils s’explosent sur un réverbère et quelques dizaines de gros voyous déclencheront une émeute pour ‘les venger’… émeute qui cramera l’école maternelle du quartier et des centaines de voitures de prolos privés de ce fait du moyen d’aller travailler ou de partir en vacances… il faut chercher au microscope pour trouver l’ombre d’une réflexion de classe, et on n’en trouvera jamais. Les règlements de compte à coups de kalachnikovs ou de 11.43 entre voyous… si on était sûrs qu’ils ne provoqueraient qu’une sélection darwinienne et qu’on n’aurait plus qu’à ramasser les survivants pour les incarcérer… à défaut d’être moraux, on pourrait s’en accommoder. Seulement, il y a des balles perdues et pas perdues pour tout le monde (exemple à la Courneuve, un petit garçon de dix ans qui n’avait pas un sou et qui consacrait son après midi à laver la voiture de son père pour lui faire un cadeau en nature). Il y a des centaines de milliers de gens, en France, qui doivent montrer patte blanche à des dealers pour rentrer chez eux ou pour recevoir des amis. Ce n’est pas du bidon, ça, j’en suis victime à chaque fois que je vais visiter des proches : passage à tabac garanti et expulsion du quartier si je ne m’y plie pas humblement. Curieusement, les grandes âmes ne s’émeuvent pas de ces contrôles d’identité sauvages ! (notez que je suis aussi contre le harcèlement des minorités visibles par certains flics qui procèdent à des contrôles au faciès, de façon répétée, sur des individus qu’ils connaissent fort bien)

Pareil pour les Roms. Curieuse schizophrénie entre ces paroles de partis qui vitupèrent contre l’exécution de décisions de justice et ce que font les maires de ces même partis, confrontés à l’apparition de bidonvilles sordides où prolifèrent ordures, rats et autres parasites, d’où sortent des émanations fétides (la fumée des gaines de câbles de cuivre volés ici ou là et qu’on incinère avant de revendre le métal). ‘ ‘ Des paroles aux actes… Si le maire communiste [1] reconnaît que les expulsions ne résolvent rien, il explique que « les conditions de vie déplorables », « l’exaspération des riverains » et les « nuisances engendrées par les fumées venant des fils de cuivre brûlés et la prolifération de rongeurs » rendaient la situation intenable. « L’expulsion entraîne un regain de précarité pour les Roms, on ne fait que déplacer le problème d’une ville à l’autre. Mais on ne peut pas se contenter d’accepter le statu quo dû à la présence de ces camps », argumente M. Beaumale, avant de renchérir : « On ne peut pas accepter les bidonvilles, c’est une question de sécurité. » ‘ ‘ (lemonde.fr) Quand, au lieu de faire le généreux avec le quotidien des autres (parce que je ne connais personne qui accepterait de gaité de cœur de vivre en marge d’un tel bidonville et quand une épidémie de choléra partira de l’un d’eux, tout le monde hurlera), quand donc posera-t-on la vraie problématique : certes les Roms ne sont pas ‘génétiquement’ des voleurs mais ils sont tenus par des mafias impitoyables, et persécutés par leurs pays d’origine qui ont pourtant touché des milliards de la part de l’UE pour les intégrer ? Doit-on supporter en France qu’un bébé soit retiré de force des bras de sa mère pour être loué à une mendiante professionnelle ‘qui sait mieux faire’ afin d’apitoyer le gogo, la mendiante étant tabassée si elle ne ramène pas le minimum exigé en fin de journée et la mère envoyée se prostituer ailleurs avec pareil relevage de la recette ? Que des gosses de moins de 13 ans soient dressés à voler, car chez nous – et c’est un bien ! – les enfants ne sont pas traités par la justice comme des adultes ? Oui, la France n’est qu’une monstrueuse somme d’injustices sociales. Oui, les dés sont pipés par avance quand on nait ici et pas ailleurs, de tel milieu et pas d’un autre. Non, l’ascenseur social qui existait avant – même si son fonctionnement était aléatoire, il ne faut pas non plus le magnifier – ne grimpe quasiment plus. Ça ne fait pas débat. Mais la réponse, c’est la lutte et pas la rapine, le brigandage, la délinquance en s’en prenant aux plus faibles de préférence (on arrache curieusement plus souvent les colliers des mamies appuyées sur une canne que les gourmettes des mastars body-buildés). Lutte qui peut prendre selon le tempérament ou les convictions un tour révolutionnaire ou réformiste, syndical et/ou politique, associatif, etc. Si on se déclare militant antisioniste, on va manifester en Palestine, on ne tabasse pas des gamins juifs à Sarcelles. Si on veut lutter contre l’impérialisme américain, on a tout le monde pour cela. Si on est révolté par l’injustice sociale, on milite. Je ne justifie pas une seconde les dérives terroristes passées, d’Action directe, des Brigades rouges, de la RAF allemande. Mais au moins la logique de ces types était palpable, si leur comportement était monstrueux et si in fine ils ont surtout favorisé la société qu’ils prétendaient combattre en lui permettant de mieux ficher ses citoyens.

*************************

Qu’il soit clair dans mon esprit que le volet ‘répression’ de la lutte contre l’insécurité n’est qu’une jambe, et que pour marcher droit il en faut deux : on attend avec (grande) impatience que les politiques dont les socialistes évidemment*** créent un monde où chacun peut vivre dignement des fruits de son travail. Mais tant qu’en faisant le guet pour un dealer cupide, on gagnera plus qu’en étudiant cinq années après le bac, il y aura un hiatus. Il faut que l’apprenti, que le technicien, que le salarié, que le cadre qui aura étudié dur pour arriver à un poste gratifiant gagnent tous leur vie convenablement d’une part (avec une échelle de revenus qui ne soit pas obscène) et qu’en retour le délinquant professionnel soit mis hors d’état de nuire par tous les moyens qu’une justice citoyenne emploiera (là encore, il y a du boulot pour créer une justice citoyenne : répression systématiquement assortie de prévention et d’éducation) Mais on ne me l’ôtera pas de la tête : l’insécurité est une source majeure d’inégalités, comme le manque d’argent, comme l’inégalité d’accès aux soins, comme l’inégalité face à l’éducation, la culture, etc. A ceux qui en douteraient, je les invite à venir au Brésil avec moi : ils verront comment les plus riches se moquent de l’insécurité qui frappe le peuple, protégés qu’ils sont par leur immeubles équipés comme des bunkers, par leurs vigiles qui pallient la police inefficace et corrompue, etc. Ce qui commence à apparaître en France avec la municipalisation des polices, qui sont surreprésentées dans les centre villes chics et absentes dans leurs périphéries. *** De l’UMP comme du FN, de la droite en général, je n’attends rien en matière de justice sociale puisqu’ils ont l’inégalité inscrite dans leurs gènes. Pour eux le salut ne vient que de l’individu, pas de la société (à noter néanmoins qu’ils ont biffé le correctif des vrais libéraux qui sont contre l’héritage, pour un départ de tous plus ou moins sur une même ligne)

benjamin commentait la note : "L’insécurité est une réalité"

Le BLOG

[1] de Stains


Moyenne des avis sur cet article :  3.48/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 5 septembre 2012 10:04

    et oui l’insecurité, la vrai elle est la :

    http://2ccr.unblog.fr/2010/12/10/stop-a-linsecurite/


    • Taverne Taverne 5 septembre 2012 10:26

      Les difficultés dramatiques des personnes des zones sensibles n’atteignent que les zones insensibles de nos gouvernants, qui s’en fichent éperdument.


      • clostra 5 septembre 2012 11:11

        Vous en avez gros sur la patate et pour vous remonter le moral vous nous avez concocté un cocktail fracassant.

        S’il est probablement vrai que l’insécurité est source majeure d’inégalités, la réciproque est probablement vraie (source mineure ? qui de la poule et de l’oeuf ?).

        Partant de là, j’ai relevé quelques affirmations qui fixent le sujet :

        « Les types qui dealent ou qui brûlent des voitures, qui rackettent » (NDLR autoproclamée : sont-ce les mêmes ?)

        deux ados abrutis font du ‘tirage’ sans casque à 120 km-h sur un scooter le plus souvent volé, du moins toujours pas assuré (NDLR autoproclamée : sont-ce les mêmes que ci-dessus ? montée d’adrénaline)

        certes les Roms ne sont pas ‘génétiquement’ des voleurs mais ils sont tenus par des mafias impitoyables (NDLR autoproclamée : d’où tenez-vous ça qui soit une généralité ? et que pensez-vous de cette invention du PS - j’ai cru y voir quelque part où le dialogue social n’est pas vraiment le fort, la patte très écolo d’un EELV scandalisé par la pollution, les rats et autres maladies avec des solutions « radicales » : supprimons cette vie qui pullule) - à propos de l’insalubrité entretenue (pas d’eau, pas de bennes, pas de dératisation), tiens donc !)


        • King Al Batar King Al Batar 5 septembre 2012 11:12

          Bonjour à l’auteur,
          Je trouve que le titre mériterait d’être inversée... L’inégalité, source majeure d’insécurité.
          Je sais que cela va totalement à l’encontre de ce que vous avez ecrit... Mais bon, je justifierai mon argumentation par ma propre expérience : 20 ans de vie dans une cité (des plus chaude) du 93, seul avec une mère handicapée.

          Je trouve dans un premier temps qu’il est interessant de constater que les problèmes d’insécurité liés aux quartier dit « défavorisés » sont récurents dans les pays occidentaux, commes les USA, l’angleterre, etc... La ou il y a de grandes disparités salariale, les personnes qui vivent dans les quartier les plus pauvres (ou les moins riches, ca dépend dans quel pays on vit pour ecrire ca) on de grave problème de sécurité. Alors la France c’est pas les USA, j’ai lu l’autre jour que l’espèrence de vie d’un homme dans le Queens est de 31 ans smiley
          En tout cas, ceux qui justifient l’insécurité par les origines ethniques ou une quelconque appartenance religieuse, se trompe complétement car aux USA ce sont les Blacks et Latino, en Angleterre la plupart des délinquants sont anglais « de souche », en Italie aussi je crois (mais je connais moins ce pays).
          Alors dans notre société, les gosses n’ont pas d’arme à feu (en tout cas pas les enfants) comme au Bresil ou en Afrique, car tout le monde mange à sa faim mais il est clair néanmoins que les problèmes d’insécurités sont des problèmes sociétaux et pas lié aux individus... Pour ma part, je pense que ca arrange tout le monde si un tiers dejeunes hommes des cités HLM fini en taule, et principalement pour être tombé dans la délinquance en commencant par le business de shit.
          Je pense que l’attitude de notre pays vis à vis du shit, et de son illégalité, est volontaire pour sacrifier une partie des gosses de cités.
          J’ai l’impression que les mecs qui ont concu le regroupement familial n’avaient pas pensé que les personnes qu’ils ont fait venir des pays du 1/3 monde (à l’époque) n’avait pas le meme taux de fécondité que chez nous, et n’avaient pas prévu qu’au lieu d’avoir 2 gosses comme tout le monde, ils en auraient 5 ! Alors pour réequilibrer le tout, on injecte, ou on laisse rentrer de la drogue (aussi nocive, peut etre moins que de l’alcool), et on laisse s’organiser une économie sous terraine chez les pauvres afin d’épurer un peu... Une tratégie d’écrémage bien déguelasse car on sacrifie toute une génération...

          VOus allez dire que je leur cherche des excuses, mais pour être un homme ayant grandi sans père dans cet environnement, je peux vous dire que trouver les bases ne sont pas évidentes. Alors certes j’ai fait de bonnes études, et je n’ai pas de casier (mais j’ai quand meme fait des GAV pour des conneries de gamin fort heureusement sans conséquene), mais combien de mes amis d’enfance sont restés sur le carreau. Aujourd’hui à 33 ans je compte, et je peux dire que plus de la moitié est soit décédée, soit en taule, soit en hopital psy, soit toxicomane. Bref un jeune homme sur deux dspose d’un avenir des plus sombres...

          Pour revenir sur le manque de générosité de ses criminels (vous disiez qu’ils sont des non-robins des bois) JE dirais qu’ils sont à l’image de notre société... Une triste société d’égoiste... LEs criminels à la Mesrine, Carlos etc.. Les mecs qui prétendent défier la société pour une cause, se sont éteint en même temps que la gauche est devenue libérale... Aujourd’hui tout le monde est libéral, même les rebelles et les dissidents... Il n’a plus de générosité, ni d’esprit de classe. Du fait de la surrepresentation de personnes issus des pays les plus pauvres dans les cités, elles se sont naturellement dépolitisées. Si bien que la seule option de vie qui s’offrent aux gosses c’est le modèl libéral. Rien de surprenant alors que le mec qui n’a pas de casier, mais pas de diplome non plus, et un peu de tchatche (seul argument a faire valoir pour un pauvre qui ne possede pas grand chose) s’oriente vers les metiers de commercials. Le criminel aussi n’échappe pas à la règle.

          Donc contrairement à vous, je pense que nos problème d’insécurité sont des problèmes sociétaux, et ne sont que la conséquence de dramatiques erreurs politiques depuis 50 ans (minimum parce qu’on peut considérer que tout a commencer avec la colonisation, mais ca c’est une question de point de vue). Pourquoi le Japon ou la Norvege ne connaissent pas ses problèmes la ? Ca se sont de vrais questions. Je crois qu’au Japon, il y a le taux de suicide chez les jeunes le plus élevé... Ce qui n’est pas mieux. En Espagne, il y a moins de déliquance mais j’ai cru comprendre que c’est le pas ou les jeunes consomment le plus de drogues en Europe...
          Je pense que plus l’ecart entre les riches et les pauvres est important et plus les délinquants sont légions... Un peu plus d’égalité entre les citoyens réanimerait une fraternité qui s’est éteinte depuis bien longtemps.

          MAis ce n’est que mon humble avis.


          • JL JL 5 septembre 2012 11:30

            Bonjour King Al Batar,

            j’ai écris mon com avant de vous lire : nous sommes entièrement d’accord sur le constat : ; nous avons deux manières de le dire qui se confortent mutuellement.

            Cordialement.


          • foufouille foufouille 5 septembre 2012 11:34

            "Donc contrairement à vous, je pense que nos problème d’insécurité sont des problèmes sociétaux, et ne sont que la conséquence de dramatiques erreurs politiques depuis 50 ans (minimum parce qu’on peut considérer que tout a commencer avec la colonisation, mais ca c’est une question de point de vue)« 

            plutot depuis que les premieres voitures ont brulees
            le depart de la police debut 80 ou 90
            ca commence a faire pareil dans certains villages ou les gendarmes s’occupent de PV et de »reseau de cannabis" (le dealer, fils de petit bourgeois, va juste acheter son shit en ville)


          • JL JL 5 septembre 2012 11:25

            Bonjour jlhuss,

            tout à fait d’accord.

            Vous dites : " Les types qui dealent ou qui brûlent des voitures, qui rackettent, ne sont pas des ‘victimes de la société’. Ce sont des voyous qui n’osent pas s’en prendre à la bourgeoisie, la vraie, et qui en plus sont tout sauf des Robins des bois qui redistribueraient« 

            Cette phrase résonne curieusement avec ces deux citations :

            « Un criminel est une personne avec des instincts de prédateur et qui n’a pas assez de capital pour fonder une société. » Alphonse Allais

             »Il y a pire que cambrioler une banque : en fonder une « Bertholt Brecht

            La société libérale, c’est la mise en œuvre du principe »A chacun selon son pouvoir de nuisance« . Petits voyous et voyous de haut vol se partagent le territoire. Qu’advienne un gouvernement qui entreprend de changer l’ordre des choses, et les petits voyous provoqueront des émeutes qui affaibliront ce gouvernement. Certains en appellent à l’armée ! Je vois d’ici les gros titres de la presse libérale : » Le gouvernement socialiste envoie l’armée pour mater la rébellion de ses citoyens en colère «  !

            Ceci dit, je retournerais bien votre titre de la façon suivante :

             »Les inégalités, source majeure d’insécurité" 

            Cela vaut pour les plus faibles cela va de soi, puisque la richesse est le facteur numéro un, et de sécurité, et de liberté autant que d’abondance de biens.


            • foufouille foufouille 5 septembre 2012 11:28

              "Quand deux ados abrutis font du ‘tirage’ sans casque à 120 km-h sur un scooter le plus souvent volé, du moins toujours pas assuré, il faut bien tenter de les sauver contre eux mêmes ou de sauver le petit garçon cavalant après son ballon et qu’ils renverseront ("

              on fait pareil pour un prefet ?
              ah non ...........

              si la police etait pas occupe aux PV
              ou encore a attrape le reseau de voleurs qu’on laisse se monter
              ou regarde les gangster mettre la kalach dans le coffre pour avoir un flag
              si il y avait moins de policiers chez les riches
              si
              si


              • JL JL 5 septembre 2012 11:34

                « si la police etait pas occupe aux PV »

                La seule chose que semblent faire les policiers de nos jours, est de mater à l’intérieur des voitures : pour vérifier si vous avez attaché la ceinture, disent-ils !

                Quelle fumisterie ! la ceinture des automobilistes ne protège ni les piétons, ni les cyclistes.


              • King Al Batar King Al Batar 5 septembre 2012 11:44

                Et oui mais les gens qui bossent se soumettent et payent... Donc la police se rentabilise...
                Arretez des grands birgands, c’est bien, ca f de la pub un temps, mais ca mobilise et ca ne rapporte rien. Les PV seraient ils le fond de roulement de notre police ??


              • foufouille foufouille 5 septembre 2012 12:35

                et les gendarmes, c’est pareil depuis 2000
                PV
                gros dealers
                se deplacent en cas de « forcene » uniquement


              • loulou 5 septembre 2012 14:54

                merci Jihuss. C’est exactement ce que je pense.Après plus de trente ans d’engueulades avec mon entourage de gauche, sur les mêmes bases, il semblerait que vous soyez obligé de rappeler les mêmes évidences.Que de confusions dans les esprits. Confusions , il est vrai, encouragées a l’évidence par tous les médias et leurs riches propriétaires.Sinon, la plupart de ces problèmes, en tout cas, leur mécanisme,on bien été volontairement importés depuis quelque décennies,de l’étranger et continuent de l’être, non ? D’abord, je vous l’accorde au nom de belles idées, de la lutte contre la pauvreté etc, qui ont bien pâlies devant la réalité.Mais, au bout du compte, pour quels profits ?


                • Ruut Ruut 5 septembre 2012 17:28

                  Voir des dealer le jour dans la rue est fréquent.
                  Ils deal presque sous le nez des flics qui font semblants de ne pas les voir.
                  Entre mafieux ils se respectent.
                  Les uns fournissent la drogue les autres racket sur l’autoroute et les autres en ville les voitures des travailleurs qui n’ont plus de place de parking gratuites.

                  Chacun son secteur et peut de vagues.


                  • LAURENT 5 septembre 2012 18:08

                    De mon point de vue, si ça intéresse quelqu’un, je me demande si on ne devrais pas plutôt résoudre l’insécurité que de tenter de la désintégrer. Nous nous étonnons que des jeunes agressent, cassent, insultent etc.… Évidemment que je n’aime pas ça. Mais ne pensez-vous pas que la direction que prend la culture occidentale est bonne ?. En effet, nous sommes chaque jour sollicité à être plus beau, plus fort que les autres, c’est une mise en concurrence des individus qui est permanente, bien au-delà du milieu du travail, des entreprises, des banques, etc.… bilan, tout ceci engendre la jalousie, la convoitise. La télévision éduque les jeunes à ne vivre que pour le plaisir, consommer, séduire. Quand tout ceci est montrer comme l’unique devenir, l’unique but, dans la société, qu’il suffit d’avoir une belle tronche et de savoir brailler dans un micro, pour passer à la télé, d’aller en prison et d’écrire trois chansons pour faire un disque et devenir riche et célèbre, bref, avoir tout ce que l’on veut sans rien glander. Imaginez ce qu’il se passe dans la tête d’un jeune ou d’un enfant, ce sont les seuls repères qu’il ont et on les éduques et les encourages ne vivre que pour ces seuls repères, être beau, consommer, riche, et éventuellement célèbre. Qu’est ce qui se passe alors quand un jeune ou moins jeune d’ailleurs, qui socialement à du mal à s’en sortir se promène dans la ville avec toute ces lumières, ces magasins, ces gens qui achètent, qui rient, et que lui est au milieu de toute cette sollicitation, et il voudrait faire comme tout le monde, comme ce que les médias nous disent de faire, et bien comme il ne peu pas, il n’en a pas les moyens, il fini par casser la vitrine.


                             


                    • Mycroft 5 septembre 2012 18:21

                      Bien, on apprend donc que les délinquant sont pas des gens gentil. Le scoop...

                      Rassurez vous, on s’en doutez un peu. Seul les imbécile entendent dans les propos de la gauche une véritable défenses des délinquant.

                      Nous ne les défendons pas. Nous défendons simplement le droit des suspects. Le droit de gens innocent, mais inquiété par la police, parce que cette dernière comporte tout autant que la rue son lot de crapule, mais que les voyous policier ont bien plus d’influence que la crapule lambda. Nous ne défendons pas les gens qui volent ou qui dealent. Nous défendons les gens qui sont accusé de cela sans avoir fait quoi que ce soit.

                      Il n’y a pas de laxisme, il y a de la prudence. La prudence, c’est admettre qu’on peut tous être accusé de chose grave sans être coupable du moindre acte malveillant. Cette prudence, ceux qui nous accusent de laxisme la rejette, pour la simple et bonne raison qu’ils ne font pas partie des victimes les plus courantes de ces phénomènes. Car si nous pouvons tous être accusé à tord, certains le risquent plus que d’autre.

                      Vous parlez des gens défavorisés qui sont victimes des brutes des quartiers. Mais dites moi, pourquoi ces victimes, qui devrait accueillir à bras ouvert la police, ne veulent elles au contraire qu’éviter autant que possible cette dernière ?

                      Vous reprenez des accusations caricaturales. Au lieu de cherchez à démonter des thèses qui n’existent pas, essayez plutôt de voir comment régler le problème. Comment rendre la répression efficace.

                      Je vais vous donner une piste : cherchez du coté de la réduction des peines. Cherchez du coté de la légalisation de certaines pratiques interdites qui permettrait de décharger la police d’un certains nombre de tache pour pouvoir se concentrer sur d’autre. Ça vous parait absurde ? Et pourtant c’est ce qui rendrait la justice plus simple à appliquer. Une justice efficace n’est pas une justice qui frappe fort, mais bien une justice qui frappe à chaque fois, uniquement quand elle le doit, bref, une justice qui frappe juste. Et pour avoir cela, il faut s’en donner les moyens.


                      • illuminato 6 septembre 2012 09:56

                        Ce que nous vivons est le résultat de 60 ans de prohibition ,la moindre des choses est d’y mètre un terme ,même si les dégâts sont si énormes et la situation si pourrie que ce ne sera évidement pas suffisant ......On ne répare pas 60 ans d’ érreurs avec un coup de baguette magique ,mais s’obstiner à boucher les fuites sans s’attaquer aux origines du mal ne servira qu’a déplacer le probleme un peu plus loin .


                      • globulos nilasse 5 septembre 2012 19:00
                        « L’insécurité source majeure d’inégalités »
                        titre plutôt curieux,j’aurais,a titre purement personnel,écrit« les inégalités sources majeures de l’insécurité ». avis au naïfs qui pensent que le problème des inégalités n’est pas lié a la délinquance ou au crime,les usa incarcèrent a tour de bras,y est on en sécurité ? les gens y vivent ils plus dignement ? moins les gens auront de blé,plus il y aura de problèmes,seuls les guignols avec 3 atomes d’hydrogènes en guise de cerveau ne peuvent faire le lien. on peut mettre 3 millions de flics dans les rues et mettre au placard 2 millions de gens,il n’en restera pas moins,que quant t’as pas un radis,tous les moyens sont bons pour survivre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès