• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La buche glacée

La buche glacée

Si paradoxale

La tradition voulait que l'on conserve une bûche du feu de la Saint Jean pour la glisser dans l'âtre à la Noël. Ce geste non seulement reliait les deux solstices pour ancrer les humains dans le cycle immuable de la nature mais qui plus est, symbolisait le retour progressif de la lumière avec cette flamme qui annonçait des jours meilleurs.

Les humains étaient alors totalement en symbiose avec l'univers, fondant leurs croyances sur des phénomènes observables. Il y avait une forme de pédagogie dans ce qui voulait décrypter les mystères pour ouvrir les esprits à la connaissance de leur environnement. C'était à n'en point douter, une démarche qui visait à élever les gens, à les rendre meilleurs.

Longtemps, les traditions ont perduré même si l'église a souhaité profiter de l'aubaine pour que l'enfant Jésus naisse à la Noël. Une falsification de l'histoire qui s'expliquait dans la volonté de profiter des anciennes pratiques tout en y glissant une bonne dose de superstitions et de crédulité. Gouverner le peuple suppose de lui mentir effrontément, la pratique n'a guère changé depuis.

La célébration de Noël devint alors le culte d'un mystère plus grand encore que ceux de l'univers. Il fallait ingérer l'immaculée conception, la transsubstantiation, la résurrection. Vaste défi pour que le séjour sur terre soit accepté en ployant sous les inégalités, les injustices et les souffrances tandis que le meilleur était renvoyé à la fin du parcours. La bûche continuait de brûler, apportant un peu de chaleur dans ce décor morose.

Le culte de la nativité manquait soudain de perspectives juteuses. Il convenait de faire de la célébration qui commençait à battre de l'aile, un moment plus rentable, plus festif, plus dispendieux tout en se dispensant de Dieu. Le père Noël arriva fort à propos pour basculer dans le consumérisme effréné, l'injonction à la dépense pour célébrer la nouvelle divinité : le commerce.

Les cadeaux tombaient du ciel, il n'y avait donc plus aucune raison d'en priver les enfants. Nos chérubins pouvaient commander à tour de bras, il n'en coûtait rien. Formidable opération promotionnelle qui plaça les adultes devant une obligation délirante. Se saigner aux quatre veines pour honorer l'enfant roi, non plus celui de la crèche, mais ceux qui sont devenus les locomotives de ce mercantilisme délirant.

Bien des familles se brûlèrent les doigts, non plus aux flammes de la bûche mais aux caisses enregistreuses avant que de découvrir l'enfer de la vente en ligne. Les comptes seuls se trouvent dans le rouge désormais. Il fallait apporter un peu de fraîcheur dans cette frénésie. La bûche devint glacée, voire glaçante quand on y réfléchit bien. Les parfums exotiques vinrent supplanter le cacao afin de ne pas insuffler la vérité : « Dans cette affaire, vous serez toujours chocolat ! ».

Les nains perchés sur ladite pâtisserie sont là pour nous rappeler que dans cette farce, nous ne sommes que des pions devant les géants du commerce qui pratiquent outrageusement le conditionnement de masse. La scie ne sert plus à couper l'ancestrale rondin, elle vient faire des coupes franches et souvent définitives dans le budget.

Bien sûr, cette conception de ce tourbillon délirant dans lequel nous sommes tous entraînés va déplaire à tous les crédules, les naïfs, les idolâtres de la consommation. Pour eux, rien n'est trop beau pour célébrer une fête qui a totalement perdu pied avec ses origines et sa signification. La seule petite chose ridicule qui permet encore de rappeler l'immuable cycle des saisons réside dans cette grande roue qui n'est pas solaire, il faut bien l'admettre.

Nous avons atteint le paroxysme de cette farce. Nous n'avons pas intégré qu'en agissant ainsi, c'est notre planète qui va brûler et les bûches glacées n'y pourront rien. Joyeuses fêtes à tous malgré tout, il est d'autres manières de célébrer la fête de Yule qu'en cédant aux injonctions du mercantilisme triomphant.

À contre-jour.

N'ayant aucune volonté pas même les dernières, je n'attends rien en retour d'un évènement calendaire
 
Par contre si tel est votre bon plaisir, mon pouvoir m'autorise à vous accorder trois vœux dans la grande tradition des sorciers, des chamanes, des mages et des charlatans
 
Faites en bon usage, je décline toute responsabilité et je tiens à vous signaler que la corporation ne bénéficie pas de la garantie décennale.
 
Bonne année contractuelle si c'est envisageable dans un tel contexte
 


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 1er janvier 11:56

    Bonne année Nabum. Jésus étant juif, la circoncision correspond à l’épiphanie Galette des Rois mages). Sa véritable naissance serait à la date du 27. Vu que Bangdanff est décédé, reste encore Bing. 

    Le 27 décembre est le 361e jour de l’année du calendrier grégorien, le 362e en cas d’année bissextile.

    Il symbolise à ce titre la période d’apparition, sur la Terre et dans ses airs, voire parfois dans ses eaux, des premiers oiseaux, dans le calendrier cosmique de l’astronome Carl Sagan (en proportion, « seulement » plus de 11 mois et trois semaines, après le 1er janvier symbolisant quant à lui le Big bang). 



    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 1er janvier 12:03

      Lire Bangdanoff ou Janus Biffron. Jean qui rit et jean qui pleure


      • C'est Nabum C’est Nabum 1er janvier 12:32

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        J’en Foutre pareillement


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 1er janvier 13:11

        @C’est Nabum C’est faire le lien avec IGOR...


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 1er janvier 12:14

        Bog DAN off signifie don de Dieu


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 1er janvier 12:24

          Je ne sais si c’est un signe mais les Bogdanov sont nés le jour de décollation de Saint-Jean Baptiste. A 23h22 (heure de Paris) très exactement aura lieu le solstice d’hiver qui ... l’Évangéliste) dont la fête a lieu d’ici quelques jours (le 27 décembre). À 11h 02 (heure de Paris) très exactement aura lieu le solstice d’hiver qui correspond à la nuit la plus longue de l’année et marque la naissance d’une nouvelle année solaire  ; dès demain, les jours vont commencer à s’allonger. C’est aussi aujourd’hui que débute l’hiver dans l’hémisphère nord. Dans l’hémisphère sud, c’est la nuit la plus courte, et le début de l’été. Les différents calendriers religieux n’étaient pas toujours en phases avec le calendrier astronomique, il en résulte qu’un certain nombre de fêtes faisant référence à la renaissance de la lumière qui s’étalent du 13 décembre (Sainte-Lucie) à l’Épiphanie (6 janvier, et même 19 pour les Orientaux), en passant par le 25 décembre et les différents nouvel ans solaires (1, 12, 14 janvier). Les Celtes célébraient Yule, les Romains, Mithra (25 décembre), ainsi que les Saturnales (voir 6 janvier) en l’honneur du soleil invaincu (sol invictus). Sur le site de Stonehenge (Angleterre), des mouvements néo-druidriques organisent des cérémonies touristico-religieuses à l’occasion du solstice d’hiver. Les Francs-Maçons saluent ce moment par la l’organisation d’une Tenue solsticiale qui célèbre également Saint-Jean d’Hiver (saint Jean l’Évangéliste) dont la fête a lieu d’ici quelques jours (le 27 décembre). Pour les Francs-Maçons, comme par le passé pour les Templiers ou d’autres ordres de chevalerie, ce saint représente l’Initié.


          • Pascal L 1er janvier 14:23

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.
            La date du solstice est connue depuis l’antiquité. Le retournement n’a pas lieu le même jour le matin et le soir. C’est le 12 décembre pour le soir, d’où la Sainte Lucie et le 1er janvier pour le matin. d’où la nouvelle année chez nous. La moyenne tombant le 21 décembre environ et les jours commencent à se rallonger depuis cette date. En tout cas, jamais le 25 décembre et la proclamation de Sol Invictus un 25 décembre n’avait pour objectif que de cacher Noël.
            Déjà à Stonehenge, nous avons des traces de piquets qui ont été plantés pour calculer les alignements avec précision.


          • Pascal L 1er janvier 14:15

            Mais non, l’Eglise n’a jamais profité de l’aubaine pour que Jésus naisse à Noël. Les historiens confirment aujourd’hui cette date du 25 décembre comme étant la plus probable.

            D’ailleurs le 25 décembre n’est pas la date du solstice d’hiver et il faut vraiment prendre les astronomes pour des billes pour penser qu’ils avaient défini le 25 décembre comme date du solstice. Le diamètre de la terre était connu depuis le 2ème siècle avant notre ère et son calcul est autrement plus complexe. Pour le solstice, il suffit de planter quelques piquets pour vérifier les alignements. D’ailleurs la date du 25 décembre avait déjà été citée par Saint Hyppolyte de Rome entre 202 et 204 alors que Sol Invictus a été proclamé par l’empereur Aurélien en 274.

            C’est d’ailleurs une constante de vouloir effacer Noël. En ce moment la Chine s’y emploie avec application mais nous pouvons affirmer que le Père Noël tient ce même rôle. Nous fêtons aujourd’hui la naissance du père Noël le 25 décembre, ce personnage immonde qui fait pleurer les enfants quand ils n’ont pas assez de cadeaux.


            • Séraphin Lampion Schrek 1er janvier 15:33

              @Pascal L

              Comme je vous l’ai déjà dit, vous renversez la chronologie et donc l’histoire réelle : Sol Invictus a précédé le Noël chrétien dont il est la matrice, et non pas le contraire.

              L’empereur Aurélien (270-275) a assuré une place officielle à cette divinité reprenant les cultes d’Apollon et de Mithra pour l’usage des soldats de l’armée romaine recrutés un peu partout en proclamant que le Soleil invaincu était le patron principal de l’Empire romain, et en inaugurant un nouveau temple en l’honneur du dieu Sol le 25 décembre 274, faisant ainsi du 25 décembre, alors solstice d’hiver, une fête officielle appelée le « jour de naissance du Soleil » (du latin dies natalis solis invicti). Cette fête est venue se placer dans le prolongement des Saturnales, une période de fête ancienne et la plus importante de Rome. Un temple dédié au Soleil au Champ de Mars, et orné du butin rapporté de Palmyre était servi par un collège de prêtres nommés pontifices Solis.

              Ensuite, Constantin Ier, le premier empereur romain converti au christianisme mais adepte du Soleil invaincu au début de son règne a fait du dimanche, appelé à Rome « jour du soleil », un jour de repos en hommage au Sol Invictus par une loi du 7 mars 321. Les premiers chrétiens célébraient déjà le dimanche en tant que jour de la résurrection du Christ et « premier jour de la semaine », et se réunissaient pour une Eucharistie le dimanche soir. Un des titres messianiques appliqués à Jésus étant « soleil de justice », un syncrétisme avec le symbolisme solaire romain a alors été effectué dans un contexte chrétien, et la christianisation de l’empire romain a progressivement remplacé le culte de Sol Invictus par la célébration de la naissance de Jésus de Nazareth le 25 décembre par les chrétiens de Rome.

              Le glissement des dates entre le 21 et le 25 décembre est dû à un décret administratif qui a remplacé le calendrier julien par le calendrier grégorien auquel il ne se superposait pas. C’est pour la même raison que la Révolution d’Octobre a eu lieu en novembre.


            • C'est Nabum C’est Nabum 1er janvier 16:35

              @Pascal L

              Le personnage historique est né à la Pâques

              C’était mettre un peu la charrue avant les bœufs


            • Pascal L 1er janvier 17:17

              @Schrek
              Décidément, vous êtes dans une terrible culture de l’excuse. Si la vérité ne vous convient pas, vous en créez une autre, non vérifiée, qui correspond mieux à votre désir. Vous répétez encore les même mensonges pour vous persuader qu’ils sont la vérité. Si vous voulez me convaincre, il ne suffit pas de faire une affirmation d’autorité, il faut démontrer et pour l’instant, je n’ai rien vu qui aille dans ce sens.

              Quand à votre histoire de changement calendrier, le 25 décembre -4 en Julien nous donne le 23 décembre -3 en Grégorien ou à l’inverse, le 25 décembre -4 en grégorien nous donne le 27 décembre -5 en Julien. Toujours pas de correspondance avec le solstice, alors trouvez-moi quelque chose de plus convainquant car vous êtes en train d’insulter les historiens qui ont fait les calculs, en particulier l’historien israélien Shemaryahu Talmon (1920  2010) qui a publié cette étude, non encore réfutée à ce jour. Si vous n’êtes pas d’accord avec ses travaux, il faut faire une étude de même niveau qui démontre la solidité de vos arguments et qui doit être acceptée par les historiens.

              Je serais vous, je me poserai des questions sur le sens de la vérité. Comment peut-il exister des vérités différentes ? Les avions pourraient-ils voler si l’aérodynamique suivaient plusieurs lois différentes ? Pourquoi avez-vous besoin d’une vérité qui soit différente de celle qui a été établie par la science ? En quoi une vérité différente vous aide à vivre ?


            • Pascal L 1er janvier 17:22

              @C’est Nabum
              C’est une affirmation d’autorité qui ne repose sur rien. Croyez au moins les historiens qui ont fait les calculs où présentez-moi la démonstration des vôtres. Quelles sont vos sources ?
              Au fait, Pâques avec un ’s’, c’est la Pâques chrétienne et elle ne pouvait pas exister avant le 9 avril 30.
              Jésus peut tout aussi bien être né à Pâques ou à Trinité, cela ne change rien à son enseignement.


            • C'est Nabum C’est Nabum 1er janvier 18:51

              @Pascal L

              Je m’incline


            • Pascal L 1er janvier 21:59

              @C’est Nabum
              Bonne année ! continuez à nous raconter des histoires.


            • C'est Nabum C’est Nabum 2 janvier 07:10

              @Pascal L

              Merci l’ami


            • chat maigre chat maigre 2 janvier 15:42

              @Pascal L

              prendre les gens de haut n’est pas signe de grande intelligence en général

              les historiens, ils ont des cadres, ils ont besoin de financements et ils se doivent de coller au sens de la marche, à l’air du temps...

              la certitude est l’apanage des ignorants

              surtout dans des domaines comme la science ou l’histoire, la moindre petite découverte peut tout remettre en question, les exemples sont nombreux et comme t’as l’air d’avoir internet, je ne vais pas m’étendre 

              mais un historien israelien ou un archéologue égyptien c’est pas un gage de sérieux, ils sont obligés de faire coller leurs recherches et leurs résultats avec les mythes et les légendes locales

              on dirait nono qui nous raconte ce qu’il a vu sur bfm, si un historien la dit...amen et si en plus il est de la communauté des lumières...parole d’évangile

              c’est beau les gens qui ne doutent de rien, leur vie est triste mais si simple

              au lieu prendre Schrek de haut alors qu’il veut juste t’ouvrir un peu l’esprit et donner un peu de mou à tes oeillères...
              vas voir Emile Mourey et ses superbes articles, il y a de la recherche et c’est documenté, ça devrait te plaire et instillé un peu le doute dans ta connaissance de l’histoire si rigide

              je dis ce que je pense et je fais ce que je dis...rien de personnel cher ami

              la bonne année malgré tout.


            • Pascal L 2 janvier 22:02

              @chat maigre
              Je sais déjà que j’ai tendance à énerver, vous ne m’apprenez rien. Je vais d’ailleurs vous énerver et vous allez penser que je vous prend de haut. Sachez que je ne vous connaît pas et je n’argumente que sur ce que vous écrivez. Vous avez certainement plein de qualités par ailleurs que j’ignore. Je suis à la foi catholique pratiquant et scientifique et cela n’a rien de contradictoire pour moi. Autrement dit, je m’intéresse à tout ce qui peut toucher ma foi et qui est étudiable d’un point de vue scientifique. Je sais aussi très bien que l’histoire n’est pas une science dure et qu’il n’est pas possible de trouver des preuves mais il est seulement possible de créer une vraisemblance qui peut conduire à une quasi-certitude lorsque les éléments sont réunis. Cette vraisemblance existe lorsque nous trouvons des sources concordantes et toute incohérence est le signe d’au moins une erreur qu’il faut retrouver. Je lis beaucoup de documents scientifiques divers et j’ai déjà lu des dizaines de thèses de doctorat sur des sujets aussi variés que la physique, l’informatique, l’ingénierie, la musicologie, la climatologie, l’histoire, la linguistique... J’ai toujours été au croisement des sciences. Bien entendu, je ne sais pas tout sur tous ces sujets, mais je suis très sensibilisé par les problèmes de méthodologie. Les affirmations d’autorité et autres sophismes m’énervent au plus haut point.
              Donc si je cite des sources, c’est pour que mes propos soient vérifiables aussi, l’attaque « ad personam » que vous faites en attaquant le scientifique sur sa nationalité est inacceptable. Soit, il dit des conneries et vous avez des arguments à faire valoir, soit vous ne savez pas et votre intervention n’a rien à faire ici. En tout cas, ce qu’il affirme recoupe d’autres informations données par d’autres historiens, ce qui fait que je considère sa parole comme vraisemblable. Mais je suis prêt à entendre des arguments qui font référence à des sources vérifiables, mais pas des sophismes.

              Je ne prends pas Schrek de haut, je critique son mode de raisonnement parce qu’il a des faiblesses et d’ailleurs, je n’ai strictement rien contre lui personnellement. Son problème, mais je lui ait déjà expliqué est qu’il prend des arguments qui vont dans le sens de ses convictions sans les vérifier. Si on lui fait remarquer les incohérences, il y a toujours une excuse qui va réconcilier l’incohérence. Sauf que l’excuse apporte de nouvelles incohérences et c’est un jeu sans fin. C’est d’ailleurs le mode de fonctionnement de toutes les idéologies qui utilisent nos faiblesses pour nous imposer des mensonges. Au petit jeu de la vraisemblance, ce que j’affirme est vérifiable ce qui permet de construire des quasi-certitudes.
              Faut-il que ses convictions soient défendues par des incohérences où cela ne cache-t-il pas autre chose ? Pourquoi acceptons-nous comme vérité des affirmations qui sont notoirement fausses du fait des incohérences ?

              Je suis désolé que l’affirmation la vraisemblance aujourd’hui fasse l’objet de tant de critiques sans arguments réels. Je sais bien que la méthode scientifique n’est pas enseignée, mais il suffit de réfléchir un peu ; cela reste très logique.

              Quand à Emile Mourrey, je ne lis plus ses articles peut être superbes mais qui n’ont rien de scientifiques et de plus, il m’interdit de les commenter. Il n’accepte pas que je relève les incohérences. Dommage, je suis devenu un spécialiste de l’islam, mais les faits connus aujourd’hui contredisent totalement son discours. Pourtant la science commence par la critique. Un article est dit scientifique lorsqu’il a été relu et critiqué par d’autres scientifiques qui ont pu vérifier les sources et refaire les raisonnements. L’étude de l’Institut Pasteur qui a servi de base au pass sanitaire a été retiré dès le début de la phase relecture par les pairs et c’est un processus normal. Dommage, le pass sanitaire n’a plus de fondements et n’a pas été retiré. Le refus de la critique est donc un critère de non scientificité. Ma connaissance de l’histoire n’est pas rigide, elle est scientifique.


            • chat maigre chat maigre 3 janvier 18:29

              @Pascal L

              merci d’avoir pris le temps de me répondre.

              non seulement vous ne m’énervez pas mais dorénavant je lirai vos post avec une grande attention, car vous avez l’air d’être une personne d’une grande honnêteté intellectuelle.

              je m’excuse si j’ai donné l’impression de m’attaquer à des historiens sur leur nationalité mais j’ai pris c’est exemple car ils me semblaient les plus parlant.
              j’aurais pu prendre d’autres exemples...
              ce que je voulais dire c’est que les égyptiens, par exemple, partent avec l’apriori que leur ancêtres ont construit les pyramides et même s’ils trouvent de nouveaux indices remettant cela en doute, ils auront du mal a admettre les choses et parleront surement d’erreur, de mauvaise interprétation et c’est humain, personne ne veut que l’on minimise les valeurs positivent que l’on attribut à nos ancêtres.

              je n’ai rien contre les égyptiens bien évidemment mais j’ai suivi le projet scanpyramids et en 2017 quand on a découvert, grâce à la nouvelle technique des muons, une cavité inconnue et inaccessible de 30m de long, l’égyptologue Zahi Hawass et ancien ministre des antiquités égyptiennes, avait tenté de minimiser la découverte. 
              deux ans plus tard, il a dit qu’il avait la conviction que le corps de Khéops pourrait effectivement être caché dans ce vide.
              Il ne peut et ne veux pas imaginer une autre explication et il freine les recherches de peur que la découverte minimise les prouesses du peuple égyptien.

              j’espère que vous avez saisi le fond de ma pensée, je ne voulais m’en prendre à personne suivant sa nationalité mais je voulais dire que chacun défend sa paroisse et s’il sens que la paroisse est en danger, des compromis avec la réalité historique peuvent être fait.

              excusez moi pour la forme mais j’avais envie de vous répondre assez rapidement et je n’avais que mon téléphone à porter de main.


            • Pascal L 4 janvier 00:42

              @chat maigre
              Je vous remercie de cette réponse et je comprends mieux maintenant votre propos. Vous êtes tout excusé. La réécriture de l’histoire fait partie de tout les régimes plus ou moins totalitaire et vous avez raison de vous préoccuper de cela. Lorsque la culture de l’excuse remplace la culture scientifique, nous sommes dans l’idéologie et la vérité disparaît. La culture des pays islamiques est totalement une culture de l’excuse, car la science y est totalement interdite depuis Abuhamid Al-Ghazali (mort en 1111) et pour ce qui concerne l’islam, depuis le 8ème siècle. Ce qui est vrai en Egypte ne l’est que partialement en Israël. Ici, les idéologies sont présentes, mais les universités sont aussi de très bon niveau. J’ai vu des vidéos d’historiens qui racontaient des salades, mais il y a des archéologues et des historiens d’excellent niveau. Lisez « La Bible dévoilée » d’Israël Finkelstein et Neil-Asher Silberman. Les mythes fondateurs sont remis à leur place et ils nous donnent une histoire d’Israël qui est bien différente de celle qui est dans la Bible. Je trouve cette remise en place salutaire. Cela permet de mieux comprendre le texte de la Bible en séparant ce qui peut venir de Dieu ou qui parle de Dieu de ce qui est indubitablement humain et qui est marquée par l’ambition des hommes. 


            • juluch juluch 1er janvier 16:51

              Une bonne année à vous le bonimenteur !!



              • zygzornifle zygzornifle 3 janvier 08:58

                Quand on a plus d’allumettes pour l’enflammer la buche reste glacée ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité