• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La mort prochaine de la dérision

La mort prochaine de la dérision

Comment peut-on reprocher à une génération qui ne sait plus lire correctement des livres de ne pas saisir la dérision ou le second degré ? Ou qui ne comprend pas les intentions d'une phrase ? Qui y voit soit du racisme, du sexisme ou de l'homophobie ? Pierre Desproges était il y a trente-six un des humoristes préférés des français. Il ne respectait aucun tabou, tirait sur toutes les cibles, se moquait des bons sentiments. Il aurait procès sur procès de nos jours. Le présentateur d'une émission que ne regarde que les retraités et les « chômistes », Tex, a été viré après une blague que l'on trouve aussi dans un sketch de Coluche, une pas très fine, mais drôle au moins contrairement à de nombreux éditoriaux d'humoristes de France Inter, par exemple.

A chaque texte lui déplaisant, telle ou telle « communauté » judiciarise le rire, le porte en justice. Et l'aseptisation généralisée menace tout ce qui reste de l'humour français. Il faut voir qui en sont les vedettes en 2017 ! Avec cette mièvrerie métastasant tout le monde et partout naît aussi une autocensure de tous les instants chez de nombreux auteurs, par peur de ne plus passer dans les salles de spectacle ou sur les ondes.

Le bourgeois, l'oligarque, le bien-pensant ayant un bon magot en général et ce d'où qu'il parle déteste la dérision. Il lui préfère la littérature ou l'analyse politique « aux mains jointes ». Celle qui se met à genoux très rapidement, très docilement. Il aime la révérence qu'il pense nécessaire de lui porter. Il est convaincu d'être honorable faut-il avouer, à moins qu'il ne sache très bien être grotesque par ses prétentions insanes qu'il croit légitimes de par les privilèges matériels dont il dispose. Il favorise sa progéniture dans ces idées, l'encourage au masochisme mémoriel, au « citoyen », à adopter quelques alibis « équitables » ou « durables ».

Mais il est toujours le même que ses ascendants positivistes en habit noir. Rien n'a véritablement évolué. Il est toujours dans la même pudibonderie mêlée à la même hypocrisie morale qu'auparavant.

Il a il est vrai un peu changé depuis ses ancêtres « louisphilippards », des changements cosmétiques. Il va en salle de sports, il prend soin de son apparence, cultive son côté « coule » et moderne. Il se fait toujours pousser la barbe, entretenue soigneusement. Il a décidé que le gluten c'était le diâââble, que la cuisine populaire d'avant était un truc de ploucs aimant les graisses saturées. Il compte bientôt interdire la viande au petit peuple après lui avoir interdit la cigarette. Et s'il boit du vin, il faut bien entendu que là aussi, ce soit dans une perspective « citoyenne ». Il vit dans la certitude que cela suffit à cacher son comportement ridicule originel.

S'il n'aime pas la dérision c'est par peur de se faire moquer de lui, qu'on lui dise son fait, sa prétention, sa fatuité de nanti. Et puis il aime bien les certitudes, ça lui permet de ne pas trop avoir de scrupules en consommant biens et personnes...

Il a donc imposé dans la plupart des esprits et dans les médias un code de convenance. C'est une convenance qui se veut moderne et tolérante bien entendu, c'est pour notre bien, puisqu'on vous le dit ! Celui ou celle ne s'y pliant pas est très vite psychanalysé sauvagement, ou rejeté tout simplement. C'est du négativisme maladif la dérision affirme-t-il. Les esprits critiques ne sont que des esprits chagrins, des esprits méchants. Ils ne sont pas gentils, ils n'aiment pas la lueur de joie dans les yeux des n'enfants à Noël, ils n'aiment pas le regard tellement n'émouvant des petits z-oiseaux, des petits agneaux...

Le bourgeois se voulant pédagogue impose également un conformisme assez abject de comportements selon les périodes avec en parallèle un code de bonne conduite, de convenance là encore.

A Noël il est d'usage de faire risette à tous ceux qui habituellement vous snobent et qui continueront à vous snober après. Car c'est l'esprit de Noël, il convient d'être gentil et respectueux, de ne surtout pas dire ce que l'on n'a parfois au bout de la langue. Il ne faut pas choquer, pas scandaliser, encore moins mettre les pieds dans les plat. Ce ne serait pas convenable. Cela ne veut pas dire que l'on accepte plus la différence et le hors-norme, non c'est juste pour se sentir gêné et surtout ne pas culpabiliser.

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

Amaury – Grandgil

illustration prise ici

 

un exemple de dérision et toute cette sorte de choses de Vuillemin...


Moyenne des avis sur cet article :  2.77/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

59 réactions à cet article    


  • troletbuse troletbuse 19 décembre 2017 14:24

    Et pour Noel, les bons bourgeois vont s’acheter du foie gras à 130 euros le kilo, du à l’arnaque de la grippe aviaire de cette année.
    Ne regardant ni télé, ni merdia, je viens de trouver cette chanteuse qui ne mache pas ses mots. Et dire que Dieudonné est sans arr^t poursuivi.

    https://www.youtube.com/watch?v=UV8suXuBL-0

    https://www.youtube.com/watch?v=KwNfWEDCazQ

    https://www.youtube.com/watch?v=Xrh91gmh3_s


    • si nick 19 décembre 2017 18:00

      @troletbuse
      Des reprises de Font et Val...
      Un pédophile et un vendu donc.


    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 19 décembre 2017 18:09

      @si nick
      Font et Val étaient très drôles


    • Diogène diogène 19 décembre 2017 20:32

      @Amaury Grandgil

      ... mais Philippe Val n’est plus très drôle, maintenant !
      il n’aurait pas dû changer de registre

    • Graal 19 décembre 2017 14:26

      @l’auteur

      Curieux, cet article ! Du moins, c’est mon sentiment après une première lecture.

      Après un titre attractif et deux premiers paragraphes bien tournés et assez justes, à mon sens, voila qu’il dérive sur "le bourgeois" (votre tête de turc, semble-t-il).

      Pensez-vous vraiment que c’est cet archétype qui est responsable, ou porteur, de ce courant de soi-disant moralisation de la parole publique ?


      • Montdragon Montdragon 19 décembre 2017 15:39

        @Graal
        Vous avez raison, les bourgeois de 2017, tant qu’il y a du pognon à faire, ils s’en foutent...
        en revanche, les mongols biberonnés à NRJ12 eux attaquent illico sur twitter s’ils ne comprennent pas l’humour.


      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 19 décembre 2017 18:01

        @Graal
        Bien sûr nous leur devons le retour de cette pseudo « bienséance »


      • si nick 19 décembre 2017 18:02

        @Graal
        il semble que le jeune soit, plus que le bourgeois, la victime expiatoire de l’auteur.


      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 19 décembre 2017 18:10

        @si nick
        non c’est d’abord le bourgeois, le moralisateur en particulier, un peu comme vous


      • erichon erichon 20 décembre 2017 10:45

        @Graal
        tout à fait d’accord avec vous .


      • Pere Plexe Pere Plexe 20 décembre 2017 14:52

        @Amaury Grandgil
        c’est une manie de qualifier systématiquement ceux qui vous déplaisent de bourgeois ?

        savez vous que, normalement, ce mot à un sens ?
        Pour ce qui est de « moralisateur » c’est comique de la part d’un auteur qui passe son temps à nous faire la morale !


        Cet article ne déroge d’ailleurs pas à la règle.

      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 20 décembre 2017 20:28

        @Pere Plexe
        Bourgeois, oui, je sais, les bourgeois pédagogues ont trouvé comme parade que bourgeois ne serait qu’un « sentiment » alors c’est une réalité objective...

        Que ces bourgeois aient jeté aux orties leur hypocrisie morale, en partie, et effectué quelques changements cosmétiques, ne change rien

      • Diogène diogène 19 décembre 2017 14:49

        « Un »fond de tiroir« de Desproges pour illustrer vos propos et prouver que l’humour a bien existé un jour :


         »Les canards mâles ont au derrière le plumage vif et chatoyant que les mousquetaires ont au chapeau pour affirmer leur virilité. Les canes ont le plumeau gris terne que les concierges ont dans l’escalier pour souligner leur féminité.« 

        La mère de famille anglaise qui a demandé que le livre de contes de »la belle au bois dormant" soit retiré de la bibliothèque de l’école pour conduite inapropriée de la part du prince charmant n’aurait jamais laissé proférer de telles horreurs.

        • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 19 décembre 2017 18:02

          @diogène
          Et je ne vous dis pas la censure rampante dans les CDI et bibliothèques françaises


        • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 19 décembre 2017 16:24

          Franchement cette année l’ambiance est sinistre, les gens sont agressifs et le pays pue la délation un maximum.


          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 20 décembre 2017 20:26

            @Gilles Mérivac
            il suffit de voir les quelques moinseurs de commentaires sous mon article


          • Esprit Critique 19 décembre 2017 17:07

            Merci pour l’article a titre perso je souscris a toutes ces remarques et observations.

            L’esprit critique, la dérision, la démonstration par l’absurde, ne sont plus en odeur de sainteté.

            M’en fou, je suis un mécréant.


            • Choucas Choucas 19 décembre 2017 17:32

              @Esprit Convenu
               
              Un client chéri de la banque Rothschild qui a plein de prêts électoraux ?


            • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 19 décembre 2017 18:03

              @Choucas
              le rapport avec le com ? Des carences cognitives ?


            • Esprit Critique 19 décembre 2017 18:06

              @Choucas
              ¨Au dessus de chez moi les corbeaux volent sur le dos, pour ne pas voir la misère.


            • Le Comtois 19 décembre 2017 17:27

              Les bourgeois c’est comme les cochons
              Plus ça devient vieux plus ça devient bête
              Les bourgeois c’est comme les cochons
              Plus ça devient vieux plus ça devient c-


              • si nick 19 décembre 2017 18:07

                @Le Comtois
                ...c’est votre explication au fait que l’auteur, qu’on devine relativement âgé, s’en prend aux plus jeunes ?


              • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 19 décembre 2017 18:09

                @si nick
                je suis un vieillard cacochyme en effet vous me donnez quel âge ?


              • Pere Plexe Pere Plexe 20 décembre 2017 14:45

                @Amaury Grandgil


                Votre vocabulaire fait fin 19éme
                Vos remarques politiques années 30
                Vos positions sociétales années 50
                j’ai du mal à vous imaginer voir le jour au delà des années 60...



              • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 20 décembre 2017 20:19

                @Pere Plexe
                ah bon s’exprimer correctement c’est être d’extrême-droite ?


              • Pere Plexe Pere Plexe 21 décembre 2017 14:27

                @Amaury Grandgil

                Ce n’est pas de s’exprimer correctement.
                C’est de comprendre mal.

              • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 4 janvier 16:26

                @Pere Plexe
                comprendre mal à savoir pas comme vous quoi ?


              • Choucas Choucas 19 décembre 2017 17:29

                 
                La dérision rappelle le tragique. or bobo n’aime pas la part obscure du monde, ce crime parfait. Le positiviste veut bien se dire agnostique, mais il nie le réversible du shaman, le zodiac. Le monde rationnel est séparé, objectivé, loin des sphères célestes.
                 
                C’est l’oligarque et gogochon qui n’aime pas ce décalage angoissant, il préfère le super-réel panoptique dans son virtuel.
                 
                 
                LE POTLATCH FINAL DU CLAN BOBO :
                 
                La convivialité est la morale de la société de consommation.
                 
                La société d’assistés libidineux, de la libido assistée (fesses-boucs), de l’algorithmisation managériale , prétexte une convivialité d’efficacité plus grande : la domination garantie par la jouissance.
                 
                Le chiffre d’affaires de l’industrie du loisir, du tourisme, des plaisirs en général, augmente proportionnellement à l’omnipotence du système. Le capital total est celui de la séduction du Clouscard.
                 
                Le réel est obscène dans l’immédiateté du rapport, sa prostitution généralisée par la valeur marchande, froid payement comptant des ventres désublimés. Alors la frivolité peut être prise au sérieux, dans cette extermination des rapports symboliques : la mort, la distance, l’altérité, l’œuvre, la lignée, le tragique.
                Et vient donc le temps des mimes politiques calculés, spectacle encore plus réel et palinodique dans son virtuel 24h/7j,
                 
                Au degré 0 du symbolisme, la toute promiscuité de l’irréversible clonage du même à l’infini, immortelle Bobo Chanel du coach sportif et du chirurgien esthétique proclame : “I am 80 years young” (O.Rey)
                 
                Alors tout l’Avoir ira au potlatch, quand la part maudite du monde pourra vraiment être réversible, affamant le clan bobo.


                • L'enfoiré L’enfoiré 19 décembre 2017 17:36

                  Bonsoir Amaury,

                   Je dirais que la dérision c’est bien mais l’autodérision, c’est encore mieux.
                   Belges, nous sommes les champions de l’autodérision et du surréalisme.
                   https://www.youtube.com/watch?v=FfG-yITjI-4


                  • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 19 décembre 2017 18:04

                    @L’enfoiré
                    les belges sont aussi les champions de la dérision


                  • L'enfoiré L’enfoiré 19 décembre 2017 18:24

                    @Amaury Grandgil,

                     Mais j’ai parfois l’impression à la lecture des articles d’Avox, qu’en plus d’être les fondateurs des Droits de l’Homme, les Français sont les suiveurs des Droits de l’Ohm (unité électrique de résistance) et ça c’est dommage.
                     Être négatif sans jamais être proactif, c’est la dépression assurée comme je l’écrivais dans mon dernier billet « L’envie d’avoir envie » smiley


                  • L'enfoiré L’enfoiré 19 décembre 2017 18:27

                    Vous êtes donc blogueur depuis dix ans, d’après votre à propos et seulement présent sur Avox depuis cette année.
                    Mon blog est aussi « vieux » (2005) que le forum Avox.
                    Cela fait une petite différence.


                  • L'enfoiré L’enfoiré 19 décembre 2017 18:47

                    Alors qu’est-ce qui a changé depuis dix ou quinze ans ?
                    Le pouvoir des réseaux sociaux, les tweets assassins.
                    Nos hommes et femmes politiques d’un certain âge démissionne, ne veulent plus aller plus loin et ne rempilent plus.
                    Ils n’osent plus parler. Un mot de travers, mal interprété, et c’est le grand chambardement. Cela fait le scoop de la journée avec des milliers de vue sur Fakebook.
                    On en parlait récemment dans notre JT


                  • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 19 décembre 2017 19:18

                    @L’enfoiré
                    le mien est presque aussi vieux (2006)


                  • pipiou 19 décembre 2017 23:02

                    ça commençait bien, une bonne critique de cette bienpensance qui nous gonfle, et petit-à-petit ça part en sucette pour dénoncer « l’autre », celui qui n’est pas dans le profil de l’auteur, qui est même censé être son négatif.

                    Alors on nous dresse le profil du méchant : jeune, bobo.

                    Mais des cons et des bienpensants y en a partout, dans toutes les couches sociales, c’est ça la beauté de la nature.
                    Y en a droite, y en a gauche, chez les catholiques , les musulmans les juifs et les bouddhistes.
                    La connerie est sans doute la ressource la mieux distribuée dans le monde, Halleluiah !


                    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 20 décembre 2017 10:39

                      @pipiou
                      Bien sûr ! Mais cette nouvelle bien pensance vient surtout des bourgeois pédagogues, je ne parle pas forcément des jeûunes


                    • Crab2 21 décembre 2017 11:56

                      @pipiou

                      La cause de la violence n’est pas la pauvreté mais l’inculture


                    • zygzornifle zygzornifle 20 décembre 2017 09:56

                      Comment peut-on reprocher à une génération qui ne sait plus lire correctement des livres de ne pas saisir la dérision ou le second degré ?....


                      Imaginez un peu leur descendance ....

                      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 20 décembre 2017 10:40

                        @zygzornifle
                        ça fait peur


                      • Buzzcocks 20 décembre 2017 11:10

                        « Toujours pas convaincu par vos relents de c’était mieux avant. La société n’a jamais aimé les têtes qui dépassent.

                        J’ai souvenir qu’à la diffusion des Shadocks, on voyait des gens souvent à droite, déclarer que c’était vulgaire et venant de petits anarchistes à éradiquer.
                        Si on prend les punks (dont les Buzzcocks), pareil, la société n’a pas vraiment apprécié de voir débarquer des gens qui ne respectaient pas la reine, les institutions et qui prônaient le »do it yourself« .
                        Polac avait fait un droit de réponse titré »doit on se débarrasser de Coluche ?« . Et là, vous aviez un paquet de vieux cons qui voulaient effectivement qu’on l’enferme. 
                        L’express avait titré sur Coluche »l’idéologue de la chienlit « 
                        Et le Figaro »Rimbaud du pipi-caca
                         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès