• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le monde occidental entre risque systémique et perspective de (...)

Le monde occidental entre risque systémique et perspective de déchéance

 Dans un livre non publié analysant la crise du Covid, la thèse d’une fin de l’Histoire et même d’une fin de l’homme s’est imposée. Les quelques notes présentées ici s’inscrivent dans cette vision trouble de l’avenir. La disparition de l’homme est possible sous la forme d’une déchéance, autrement dit l’humanité de l’homme se défilera, si rien n’est fait pour prendre un autre chemin, suivre une autre Voie. Pour l’instant, il ne se passe rien de saisissant au niveau global depuis des mois. Les faits racontés et commentés laissent penser le contraire. Rien de bien surprenant, les médias ont besoin de faire croire qu’il se passe quelque chose pour être lus, écoutés ou visionnés et de ce fait, engranger des dividendes et justifier leur existence en tant que machines de Luhmann. Je livre ces quelques notes somme toute sans importance à l’attention de ceux qui ne savent plus lire.

JPEG

 

 

I. déclinaisons du désarroi

 

 1) Le risque d’un effondrement de l’Occident n’est pas visible. Les indices de la catastrophe sont voilés, comme du reste les signes des forces qui s’y opposent. Les citoyens sont des somnambules. Ils sont abreuvés de la bonne pensée émanant du système, des passions tristes véhiculées par des oppositions populaires faisant partie intégrale du système. Aux marges, les rumeurs et les élucubrations sur le complot d’une élite nous voulant du mal ne font qu’aggraver le dérèglement mental, moral et cérébral des citoyens. Quand une société se porte mal, il est souhaitable que les citoyens et les gouvernants puissent disposer d’une vision claire des tendances, d’un diagnostic fiables et de fonctions sociales efficaces pour contrer la dégradation et réparer autant que faire se peut les rouages de la société.

 

 2) Le système de santé flanche mais de manière diversifiée. Des secteurs du pays, en ville et surtout en zone rurale, sont mal en point. Des patients n’ont plus accès aux soins basiques, dentaires, ophtalmo, médecine de proximité et même urgence. La secousse du Covid n’a fait qu’accentuer la mauvaise pente, avec l’incompétence des autorités. Des gens pratiquent l’automédication, d’autres vont en Hongrie pour des soins dentaires.

 

 3) L’éducation va dans le mauvais sens, avec là aussi des disparités. Le mauvais pli a été pris depuis des décennies. La gestion du Covid a engendré un déclin cognitif généralisé chez les enfants et un malaise dans la jeunesse, avec des dépressions en augmentation et une anxiété généralisée.

 

 4) D’autres secteurs sont en difficultés, la justice, les prisons, la misère dans la rue. La police s’interroge et vit un profond malaise. L’industrie est à la peine. Les faillites d’entreprise sont en augmentation. Les Ehpad sont en manque de personnel. Les services de l’Etat assurent la continuité des aides sociales avec le relais des collectivités. Pour l’instant, ça tient. Malgré les tensions plus que palpables sur le marché des énergies et des prévisions peu rassurantes.

 

 5) La guerre en Ukraine est une réaction en chaine dont on ne peut prédire l’issue. Elle entraîne un désordre sur le marché de l’énergie, des matières premières et des denrées alimentaires. L’inflation ne s’explique pas en totalité par cette conjoncture. D’autres facteurs systémiques jouent. Les gens ont stocké des produits génériques. Les acteurs de la distribution saisissent les opportunités et l’inflation n’est pas justifiée. Comme souvent, c’est le chacun pour soi et la débrouille.

 

 6) La paupérisation s’accentue, favorisant les affections pathologiques et la population vieillit, accroissant la demande de soin auprès d’un système de santé publique faiblissant et ne pouvant plus répondre à la demande. Les plus riches se feront soigner et pour les autres, il va falloir batailler, se faufiler, trouver quelques portes d’accès, parfois dérobée, la débrouille.

 

 7) Aucun pays ne peut s’exonérer de la configuration systémique liée à la globalisation et l’interdépendance des économies. Le FMI annonce des prédictions maussades. Rien ne bien catastrophique sauf si cette conjoncture ne se résorbe pas. Comme toujours, les pauvres s’en sortiront moins bien que les nantis. C’est bien le seul principe qui réussit à unifier toutes les nations en un seul caractère. Il ne faut pas pour autant jouer les somnambules. Il y a des pays aux portes de la catastrophe, le Liban, le Sri Lanka, Haïti, et d’autres nations très mal en point.

 

 8) L’immigration récente n’est pas une chance comme le suggèrent quelques observateurs soucieux d’une éthique et se réclamant d’un humanisme pragmatique. Elle n’annonce rien de bénéfique pour les pays affectés. Les déplacements migratoires ne peuvent pas se comparer aux mouvements de populations dans les âges anciens. Face à ce problème, je n’ai pas la prétention de donner des leçons ni de proposer des solutions. Je me déclare incompétent.

 

 9) L’Occident ne croit plus aux idéaux de progrès. Les idéologies en vogue sont parfois mortifères, radicales, faites de ressentiments et de passions tristes. Wokisme, véganisme, gauchisme délétère, fascisme petit bourgeois décliné en software numérique et culte des start-up, obéissance généralisée face à l’arbitraire autoritaire, folie et crainte climatique, développement des dystopies, comme si l’analyse de la situation avait besoin d’être accentuée par des peurs irraisonnées. Cette configuration délétère se traduit par une crise politique au niveau des partis, y compris dans les nations développées, Suède, Italie, France et même Etats-Unis.

 

 10) Pour finir, une tonalité de fond sur l’état de l’humanité. Une résilience attendue se manifeste et à défaut d’être satisfaisant c’est plutôt rassurant. En revanche, les mauvaises pensées se répandent et globalement, le sens historial du monde n’est pas orienté vers une espérance ou un espoir de progrès comme ce fut le cas pendant les quatre décennies ayant suivi la fin de la guerre en 1945. Un retournement, un virage s’est dessiné après 1990, accentué puissamment vers 2010. En réalité, il n’y a plus de sens historial. La fin de l’empire soviétique a conduit à la décomposition et recomposition des paysages politiques intérieurs. Le sentiment qui domine, c’est l’insatisfaction, la victimisation, la quête de coupables et la généralisation d’une justice populaire, à l’écart de l’Etat de droit, animée par le sentiment de vengeance. A la fois dans les questions intérieures et dans le cours géopolitique et le tournant inquiétant que prend le conflit entre l’Otan et la Russie.

 

 11) Les sociétés sont animées par des ressorts cachés dans les âmes dont on voit les manifestations durables ou éphémères, sporadiques mais parfois de grande intensité lorsque la colère surgit, aucun pays n’étant épargné. Les sociétés tiennent avec les règles de fonctionnement, les rouages techniques, les mécanismes de stabilités, les réparations, le monde du travail. La résilience est plus répandue qu’on ne le pense. La vengeance est un sentiment diffus, inégalement réparti, entretenu dans des communautés, des groupes revendicatifs, et lorsque cette vengeance émerge, elle se voit, alors que la résilience reste invisible, n’attirant pas les regards, devenue aussi ordinaire qu’un nuage traversant le ciel. L’équilibre semble solide mais tout repose sur la banque de la colère, des ressentiments et des passions de la vengeance qui peuvent s’agiter et exploser à l’image d’un fleuve en crue sortant de son lit.

 

 12) Les passions tristes, les provocations, les affirmations identitaires et les réactions immunitaires sont présentes dans la plupart des pays, avec des sociétés divisées, des communautés et des personnes remontées contre les autres. Au niveau géopolitique, la guerre entre l’Occident et la Russie par la médiation de l’Ukraine a dérivé vers une forme de conflit post-moderne composé d’une forme classique avec une stratégie que l’on ne voit pas, si ce n’est une série de ripostes dont l’intention semble s’éloigner des buts classiques poursuivis dans une guerre. Le but étant alors une vengeance de part et d’autre, qui pour les uns emploie les armes et les autres les sanctions. Le conflit en Ukraine s’est infléchi avec une intention de terroriser la population depuis les récentes attaques menées avec des missiles et des drones. Ce conflit n’a pas de sens, il est devenu le théâtre de deux nations pratiquant la vengeance en sachant qu’aucune des parties ne peut perdre ni gagner.

 

 

II. Pour ne pas conclure

 

 1) Les forces dites historiales se sont effacées, avec les œuvres d’Art emportées par le fleuve de l’Histoire et rien de neuf si ce n’est l’interminable fabrication de produits culturels par des personnes se présentant comme artistes ou créateurs. Le ressort des sociétés européennes est multiple, composé d’aspiration aux plaisirs, de responsabilité professionnelle, de résilience et de passions tristes. L’époque des conceptions du monde est révolue. La plupart cherchent le salut à titre individuel. Le grand soir et son rêve d’une humanité réconciliée par le collectif était non seulement inaccessible mais aussi illusoire. Les marches organisées par JL Mélenchon ne présagent pas un grand changement ni un mouvement de l’histoire. C’est du carnaval et rien d’autre. La démocratie permet d’éviter le pire, de maintenir la société en état de fonctionner et pour les mécontents, d’emmerder ceux qui pensent différemment en votant pour les partis protestataires opposés aux prestataires de service qui gouvernent. Le système tient la route parce qu’il est géré comme une entreprise, avec une somme colossale de mécanismes de production, de stabilité, de régulation, de distribution, de réparation. On ne voit pas une lame de fond historique balayer ce système qui convient à la plupart, même si ça se dégrade dans des secteurs, si bien que le mot d’ordre n’est pas le bon en avant, ni en marche, mais en fuite. Les fortunés ont les moyens de fuir et pour les autres, c’est la résilience, la résignation, pour mener une vie bonne autant que faire se peut, tenir debout, prendre sa part de joies et plaisirs. L’homme est un animal joyeux, audacieux, capable de monter vers les sphères divines ou de déchoir vers la médiocrité, l’incapacité pour ne pas dire la bestialité.

 

 2) Les sociétés sont sous contrôle technique, administratif et policier avec l’assentiment d’une majorité de citoyens. Le renforcement de la puissance étatique combinée à la résilience sociale maintient les sociétés dans une normalité encadrée, mesurée, surveillée, avec un fond à bas bruit d’incivilités, de haines, de colères, de désespoirs, de dépressions. Il n’y aura pas de mouvement historique. L’Histoire est du passé. Du moins l’Histoire conçue et interprétée avec les règles de la métaphysique et de l’étant. Il n’y a plus d’Art, il n’y a plus de Philosophie, les hommes se sont détournés de Dieu. Trois possibilités ; ne rien changer, réparer, produire ; ou alors la déchéance qui pourrait conduire vers un effondrement, mais pas de suite, d’ici 15 à 30 ans ; ou enfin, un âge nouveau, une promesse que rares connaissent et pour cause, il faut des dispositions d’âme et l’esprit porteuses de signification et surtout, voir avec les yeux de l’Esprit ces dispositions devenant présentes à la conscience, telles une parousie inattendue.

 

 3) En l’état actuel des choses, il n’y a pas de risque de grande intensité à forte probabilité. Ce qui ne signifie pas que le risque est nul dans un monde hautement technique qui n’est pas à l’abri de l’accident de type industriel. Qui du reste a déjà eu lieu avec le Covid que les observateurs n’ont pas su interpréter avec cet angle de vue. Nous risquons l’accident énergétique, la pénurie momentanée d’électricité. Les tensions économiques représentent un risque, comme lors du choc pétrolier de 1974. L’escalade militaire ne doit pas être négligée. Le risque nucléaire apprécié proche de zéro depuis des décennies est devenu un peu moins proche de zéro mais pour l’instant, minime. Affaire à suivre. Un mouvement d’insurrection généralisé n’est pas dans les tiroirs des analystes lucides. Dans le cas contraire, tout événement de grande intensité amené à se manifester indiquerait que les analystes lucides et les experts n’avaient pas la connaissance complète des dispositions d’âme.

 

 4) Ce qui s’oppose à un mouvement historique dirigé vers l’éclaircie, c’est l’aveuglement, l’ignorance, la perte de l’idéal d’exemplarité, d’excellence, l’estime de soi. Le déferlement de grossièretés et vulgarités sur les réseaux sociaux ainsi que quelques médias est le fait de gens qui n’ont aucune estime d’eux-mêmes et ne s’aiment pas. La disparition de l’homme ne se fera ni par les armes, ni par les guerres civiles, ni aucun facteur d’ordre climatique ou biologique. La disparition de l’homme se produira comme une mutation vers le bas, une déchéance, amenée à devenir le genre humain si rien n’est décidé pour prendre un autre chemin, suivre une autre Voie.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.64/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 20 octobre 2022 08:14

    On peine à nommer les architectes du projet !? smiley

    Il va pourtant falloir se rendre à l’évidence : « Une force est à l’oeuvre ! »


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 20 octobre 2022 09:09

      @Clocel
       
      « Une force est à l’oeuvre ! »

       
      Je dirai : un poison.


    • chantecler chantecler 20 octobre 2022 08:36

      De mon point de vue ça ne sert à rien de discourir sur de grandes généralités : la fin de l’humanité , la fin des peuples occidentaux , la fin de la vie sut terre ...

      La philosophie c’est comme s’offrir un bon repas , quand on en a les moyens :

      Ca fait du bien , mais ça ne change rien , car l’humanité et les populations ne sont pas philosophes et ne vivent pas que de belles paroles .

      Un peu d’espoir certes mais trop souvent servi en boniments .

      Les gens se posent des questions par rapport aux factures qu’elles ont de plus en plus de mal à payer : énergies , carburants , eau , loyers, nourriture , taxes etc ...

      Parfois au sens de leur vie : acteur ou esclave ?

      Le problème est de prendre conscience et de nommer ce qui ne va pas , de sortir les vérités avec un petit v , les mensonges et les impasses , et de tenter d’apporter des solutions .

      Un pays qui ne produit plus grand chose , qui emprunte massivement pour boucler ses budgets depuis des dizaines d’années, qui est obligé d’importer en grandes quantités , qui paie des sommes phénoménales pour monnayer des brevets qui lui ont échappé ou des sanctions ahurissantes , parce que qu’il est soumis à une monnaie imposée par un empire , est un pays qui a perdu toute autonomie , dont la population est condamnée au profit de minorités parasites qui n’ont comme autres buts de se maintenir et d’accroître leur puissance..


      • Clark Kent Clark Kent 20 octobre 2022 08:53

        @chantecler

        Un tel pays dépend des choix de quelques uns qui consacrent une partie de leurs fortunes au financement des organisations politiques qui les servent.

        A elles seules, les 10 plus grandes fortunes françaises pèsent plus de 500 milliards d’euros

        Plus le pays s’appauvrit, plus ils s’enrichissent.


      • lecoindubonsens lecoindubonsens 20 octobre 2022 19:08

        @chantecler
        « ça ne sert à rien de discourir sur de grandes généralités »
        Et pourtant ! Aujourd’hui, c’est parce ce qu’on ne sait plus définir des grands principes, des grandes orientations pour construire une organisation cohérente et équitable entre humains, que nous avons maintenant un système complexe, souvent incompréhensible, incohérent, avec une multiplication de béquilles et de rustines (exemple les chèques énergies), bref un truc qui ne tient plus la route et conduit donc à des luttes de plus en plus importantes.
        Ce serait pourtant bien de se mettre d’accord sur quelques principes de base, et ensuite de les appliquer progressivement dans toutes les décisions du quotidien.
        C’est en tout cas ma démarche que je crois ... de bon sens smiley


      • monde indien monde indien 22 octobre 2022 06:33

        @chantecler « La philosophie ca fait du bien , mais ça ne change rien ... »
        En effet la philosophie , amour de la sagesse , importe peu . Ce qui importe c ’ est la sagesse : il faut être sage . Et c ’ est moins difficile qu ’ on le croit .
        L ’ erreur la plus commune est de croire qu ’ on parle d ’ humanité quand on ne parle que de l ’ individu .
        Etre sage c ’ est trouver un équilibre entre l ’ humain et l ’ individu . Malheureusement l ’ humain n ’ est guère à la mode .
        Il ne s ’ agit pas non-plus de nommer ce qui ne va pas . Il s ’ agit de voir ce qui est bon pour l ’ homme . Bon pour l ’ individu et bon pour la communauté humaine , pour la communauté terrestre .
        ( dire que l ’ art n ’ existe plus est une erreur aussi )
        http://mondeindien.centerblog.net/


      • jjwaDal jjwaDal 22 octobre 2022 11:07

        @lecoindubonsens
        Oui, sauf que ceux qui pourraient et devraient faire la pédagogie du changement collectif ne le peuvent ni le veulent, car ils défendraient des intérêts collectifs qui sont opposés à leur intérêt personnel (ou celui de ceux qui les ont mis en « tête de gondole ») et pas crédibles pour un sou s’ils s’y essayaient.
        Il est enfantin de décrire un monde beaucoup plus paisible et soutenable dans la durée que celui que nous devons supporter notre vie entière.
        Coopération, dialogue, prise en compte des lois physiques et acceptation de nos limites si nous ne voulons pas vivre à terme dans un dépotoir ou une cour des miracles.
        Mais nous avons laissé se créer des intérêts particuliers qui vont à rebours de ces grands objectifs et tiennent les manettes ou ceux les manipulant.
        Il nous faudra trouver un équilibre entre l’intérêt collectif de la biosphère, celle de l’humanité, celui des entités nationales et celui de la libre entreprise et de la liberté individuelle et nous en sommes très loin.
        Quelque chose d’aussi simple que le végétarisme (au sens large) résoudrait énormément de problèmes environnementaux, énergétiques, celui de la ressource en eau, mais nous sommes infoutus d’en faire une pédagogie non punitive.
        Nous pouvons nous offrir le droit de tuer tout être vivant pour le manger, quand nous sommes dix millions sur Terre. A 8 milliard c’est une recette de suicide collectif et pourtant nous le faisons.
        Il va falloir nous réinventer un « mythe collectif » qui ne sera pas « croissez et multipliez » avec un chèque en blanc signé par un personnage imaginaire.
        Nous valons mieux que ça, j’espère...


      • Clark Kent Clark Kent 20 octobre 2022 08:48

        Pour ne pas conclure un non article sur un livre non publié, ça vous prend du temps !


        • hamia 20 octobre 2022 13:04

          « Les gens ont oublié Dieu : tout vient de là » disait Solvejetsine . La règle la plus primordiale concernement le bonheur de l’humanité et sa prospérité , conciste à croire à son Créateur et à Le remercier en l’adorant Lui , l’Unique , pour bénéficier de Ses bienfaits : « Si vous êtes reconnaissants, très certainement J’augmenterai (Mes Bienfaits) pour vous ». (Quoran 14 :7)  Quand on déverse le lait dans les rivieres et qu’on joue avec des tomates et qu’on écrase des poussins par millions , alors il faut s’attendre à la colère divine qui va restreindre Ses bienfaits .


          • Eric F Eric F 20 octobre 2022 14:01

            @hamia
            Laissons le Tout Puissant hors de cause, on a sans doute mal interprété la directive ’’croissez et multipliez’’ ...il a du ajouter ’’mais avec modération’’.


          • Jean Keim Jean Keim 20 octobre 2022 13:12

            Personne ne peut marcher à notre place.


            • alinea alinea 20 octobre 2022 13:49

              Déjà ne pas confondre l’Homme, et l’homme « civilisé, qu’il dit » !

              « Ce qui s’oppose à un mouvement historique dirigé vers l’éclaircie, c’est l’aveuglement, »

              Le mouvement historique que l’on vit est l’exact effet des causes passées récentes : flatterie, exploitation déguisée, cadeaux empoisonnés, facilités mirage, libération de la femme qui l’asservit davantage, but unique de réussite matérielle sans jamais dire que l’argent ne paye que l’exploitation d’autrui ( pour ce faire on a caché autrui au bout du monde ), quoi d’autre, enlaidissement généralisé sous couvert de démocratisation ( le petit peuple n’étant pas apte à capter la beauté...) tu le vaux bien mais tu ne vaux rien, tu es unique mais tu es comme tout le monde.. bref un monde d’artifices, de croyances ( oh comme c’est bizarre, n’aurions nous pas évolué depuis mille ans ?) qui a comme religion la science indiscutable, comme culte la personnalité comme rites la consommation...

              et cet humain factice posé au centre du monde, bousille le monde qui ne lui appartient pas, la vie animale, végétale, perturbe tout, absolument tout. Et c’est bien logique, le Vrai s’inscrit, le Faux détruit.

              Ben oui on paye ça.


              • Eric F Eric F 20 octobre 2022 13:58

                Constat lucide sur un délitement progressif dont la pente semble inéluctable. L’Occident n’est pas seul concerné, ça ne va pas bien non plus ailleurs.

                Mais la perte de sens et de responsabilité n’est pas seule en cause, on est trop nombreux sur une planète aux ressources dont certaines limites sont atteintes, et aux capacités d’élimination des déchets et rejets sont depuis longtemps dépassées. On ne voit guère la voie de sortie, la technologie n’a pas fait émerger d’énergie miraculeuse (le ’’renouvelable’’ n’est qu’intermittent), le ’’retour à la nature’’ est une utopie, car il n’y a pas 8 milliards de places dans les cavernes ni assez de végétaux poussant naturellement pour les nourrir par la cueillette. Une voie moyenne à base d’une certaine frugalité en attendant une éventuelle stabilisation démographique ne fait que repousser l’échéance à une génération supplémentaire...

                Finalement, c’est peut être plus sombre encore...


                • Ffgismo 20 octobre 2022 14:03

                  En fait c’est une chance inouïe de tout changer, l’humain apprend les limites, le meilleur est à venir. 


                  • I.A. 20 octobre 2022 14:53

                    « Je livre ces quelques notes somme toute sans importance à l’attention de ceux qui ne savent plus lire. »

                    Bien entendu, je me suis arrêté là, Bernardounet. 

                    Saperlotte. Typiquement fin de race, ça. Comment s’étonner ?

                    Et bien le bonjour de la part de ceux qui ne savent plus lire.

                    Pff, « perspective de déchéance », écrit-il en plus, le pauvre bougre... !


                    • Lonzine 20 octobre 2022 15:12

                      La photo d’illustration est en UK non ?


                      • Astrolabe Astrolabe 20 octobre 2022 19:57

                        @Lonzine
                         
                        Non, le cliché a été pris en Australie en 2020 (/covid)
                        Un bon outil pour connaitre l’origine d’une photo

                        Plus vieux référencement de la photo


                      • Lonzine 21 octobre 2022 10:19

                        @Astrolabe
                        donc c’est bien une manipulation.


                      • Je nous félicite : l’auteur et moi-même ?

                        L’auteur pour la qualité de son Article,

                        moi, pour avoir prévu qu’il serait loin de faire l’unanimité

                         :)

                        En fait, les gens en général et, quoiqu’ils en disent, ont besoin d’y croire, ne serait que pour leurs... chères têtes blondes. (qui peut les blâmer ?)

                        Ainsi, si on ne prévoit aucune échappatoire... attention au retour de bâton !

                         smiley


                        • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 20 octobre 2022 18:19

                          « On ne voit pas une lame de fond historique balayer ce système qui convient à la plupart »

                          Oui mais quand vous vivez dans un monde hyper-interdépendant où un simple accident, un sabotage ou une erreur de calcul peut suffire à faire s’effondrer les autres dominos...

                          Ce qui nous sauve pour le moment, c’est que personne n’a envie d’avoir le poids d’une responsabilité individuelle qui porte atteinte au devenir de l’ensemble de ses semblables. Même celui qui est champion du monde du vice ne le désire pour rien au monde.

                          Mais l’égarement de sociétés qui ne savent plus d’où elles viennent, qui elles sont et où elles vont, ne peuvent que favoriser l’étincelle fatale.

                           


                          • chantecler chantecler 20 octobre 2022 18:22

                            @Florian LeBaroudeur
                            Hyper dépendant vous voulez dire ?
                            Fragmenté donc très vulnérable .


                          • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 21 octobre 2022 12:18

                            @chantecler,
                             « Fragmenté donc très vulnérable »
                            Absolument pas. Regardez ce qu’il se passe actuellement à UK à cause du Brexit. 
                            Une nouvelle crise... smiley


                          • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 21 octobre 2022 12:15

                            Je ressors deux billets écrits en 2011 : « Westalgie, un péril en rose et bleu »

                            De l’autre côté du monde, face à elle, « L’Est ostalgique »


                            • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 21 octobre 2022 14:07

                              ’’I. déclinaisons du désarroi

                              lamento de 1 à 10’’

                               
                              Le Diable (ça va)

                              Un jour, le Diable vint sur terre pour surveiller ses intérêts, ...

                              Les grands s’arrachent les dollars venus du pays des enfants, ça va ... 

                              Les hommes ils en ont tant vu que leurs yeux sont devenus gris, ça va ...

                              On traite les braves de fous

                              Et les poètes de nigaud 

                              Mais dans les journaux de partout

                              Tous les salauds ont leur photo

                              Ça fait mal aux honnêtes gens

                              Et rire les malhonnêtes gens.

                              ça va ça va ça va »
                               

                               Déjà en 2008 ...




                              • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 21 octobre 2022 14:51

                                ’’Ce qui s’oppose à un mouvement historique dirigé vers l’éclaircie, c’est l’aveuglement, l’ignorance, la perte de l’idéal d’exemplarité, d’excellence, l’estime de soi. Le déferlement de grossièretés et vulgarités sur les réseaux sociaux ainsi que quelques médias est le fait de gens qui n’ont aucune estime d’eux-mêmes et ne s’aiment pas. ’’ 

                                — > et rien sur les wokes ?

                                 

                                ’’ La disparition de l’homme ne se fera ni par les armes, ni par les guerres civiles, ni aucun facteur d’ordre climatique ou biologique. La disparition de l’homme se produira comme une mutation vers le bas, une déchéance, amenée à devenir le genre humain si rien n’est décidé pour prendre un autre chemin, suivre une autre Voie.’’

                                  >

                                 Par sérendipité, les puissants ont compris comment ils pouvaient faire de leur ambivalence (le en même temps, pour faire court), une force : il suffisait de rendre chèvres les moutons, si l’on peut dire, et ainsi, accélérer leur déchéance.

                                  >

                                « Le désir de l’ennemi est précisément que nous renoncions à comprendre. »

                                (Bernanos)

                                 « La conscience des masses n’a besoin d’être influencée que dans un sens négatif » (Orwell)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité