• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Léa

Léa est une grande jeune femme brune, très mince avec des yeux couleur du désert.

Et un sourire éclatant. Léa est non seulement jolie mais c’est surtout une femme d’exception. Mais elle est triste.

Léa est harcelée. Depuis quatre ans.

Elle a un job de haut niveau, bras droit d’un patron qu’elle s’accorde à dire brillant. Elle doit anticiper, prévoir, prévenir, conseiller… Etre présente, pour lui, à sa disposition, dans son ombre.

Elle ne refuse rien, son boss est exigeant. Elle fait des horaires démentiels. La première fois qu’il s’est mis à hurler, elle n’a pas compris. Elle s’est fait jeter hors du bureau comme une malpropre. Elle est revenue, a demandé des explications. Il s’est excusé.

Léa est perfectionniste, presque éternellement insatisfaite. Sa soif d’avancer et d’apprendre lui fait oublier cette première incartade. Et Léa veut garder ce job. C’est important pour ses trois enfants, après son divorce. Elle aime son patron, sa vivacité, sa façon de prendre des risques, son charisme.

Quelques mois plus tard, nouveau dérapage, elle prend un dossier dans la figure et une menace de licenciement.
Elle n’y est pourtant pour rien. Là pas d’excuse. Léa revient, dit qu’elle ne comprend pas. Mais étrangement elle rempile.

La même scène se reproduit, parfois même devant des clients. Mais Léa, si forte, s’enfonce. Elle ne dit plus rien. Elle travaille, toujours plus. Elle est compétente, éclectique, pertinente et son patron a besoin d’elle. Cela ne l’empêche pas de subir, blessée, chaque tourment de celui qu’elle admirait tant. Elle proteste pourtant, menace de partir aussi. En vain. Le mélange de fascination et de peur se transforme en une gluante persécution.

Léa est malheureuse. Elle pleure parfois, sans trop savoir pourquoi. Ou si, elle ne le sait que trop.

En quatre ans les choses n’ont fait qu’empirer, mais elle tient le coup revient à chaque fois, comme si les choses allaient changer, comme s’il allait changer. Elle perd petit à petit son âme. Elle se dit toujours que la prochaine fois sera la dernière.

Et quand elle se décide à partir, il revient pour la rattraper. Charmeur, presque miséricordieux, promettant la lumière. Et Léa craque à nouveau, comme dans un éternel recommencement.

Un beau jour, un homme de passage bienveillant la dévisage, fasciné et comprend. Léa est en train de plonger. Il lui tend une main solide… C’est sa seule chance…

Léa le sait.


Moyenne des avis sur cet article :  2.7/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Nestor Nestor 23 septembre 21:55

    Bonsoir !

    Que cette main qui lui est tendue soit pour elle la meilleurs qu’elle puisse trouver ... Et que dorénavant elle se repose et vive en paix en compagnie de cette main qui lui ouvrira jespére ces grands bras protecteurs et feront battre son cœur contre le sien à la chamade ...

    Quant à son patron malheureusement il se trouvera sûrement une autre esclave car dans un premier temps Léa ne voudra plus en parler de peur de replonger dans ses idées noirs ... Il lui faudra du temps pour se reconstruire et pendant ce temps il est bien possible que d’autres soient les bouc-émissaires de cet homme là ... Mais peut-être qu’un jour Léa trouvera cette force, celle de parler tout haut ... Ne dit-on pas de la vengeance qu’elle est un plat qui se mange froid ?


    • Christ Roi Christ Roi 24 septembre 08:21

      Article délirant d’un auteur féminisé.


    • Alren Alren 25 septembre 12:43

      @Christ Roi

      « Article délirant d’un auteur féminisé. »

      Ce Christ dont vous vous réclamez (! !!) n’aurait jamais écrit ou pensé, s’il avait existé réellement une pareille ignominie.
      Cet employeur est clairement un malade mental et avec un type de ce genre, il n’y a qu’une solution : fuir non sans porter plainte contre lui pour différents chefs d’acccusation.


    • Byblos 24 septembre 05:55

      Des yeux couleur de désert, c’est quoi ? Des yeux jaunes ?


      • sarcastelle sarcastelle 25 septembre 09:54

        @Byblos

        .
        Les yeux couleur de désert rappellent le teint couleur de miel d’une chanson de je ne sais plus qui, symptôme d’hépatite ou de très gros ennuis au pancréas. 

      • ZenZoe ZenZoe 25 septembre 10:57

        @Byblos
        C’est la novlangue pour dire que l’assistante vient d’un pays exotique


      • marmor 25 septembre 16:01
        @sarcastelle
        J’aime votre humour

      • sarcastelle sarcastelle 25 septembre 16:36

        @sarcastelle

        .
        Ayé, j’ai retrouvé le teint couleur de miel : 
        .

      • Loatse Loatse 24 septembre 10:17

        Un beau jour, un homme de passage bienveillant la dévisage, fasciné et comprend. Léa est en train de plonger. Il lui tend une main solide… C’est sa seule chance… 

        mince alors ;« THE SAUVEUR » !!! et pis, modeste avec ça....






        • zygzornifle zygzornifle 24 septembre 10:27

          @Loatse


           c’était Macron ? et il lui a demandé de marcher pour oublier ses malheurs....

        • zygzornifle zygzornifle 24 septembre 10:26

          Léon est harcelé par pole-emploi depuis 4 ans car il approche de la soixantaine et il sait qu’il ne retrouvera plus d’emploi mais on lui casse les couilles comme a un jeunot de 22 ans qui ne veut pas bosser et qui ne rêve que de cannabis et de bibines entre potes ......


          • Loatse Loatse 24 septembre 10:51

            Leon peut devenir montreur d’ours.... ! (c’est ce à quoi ont abouti mes modules de personnalisation auprès de prestataires pole emploi pour « seniors »)


            Evidemment ca ne coure pas les rues, sauf chez volodia il semble...


            • zygzornifle zygzornifle 24 septembre 14:00

              Heureusement que Léa n’était pas soubrette au Sofitel de New York ou pieutait DSK, quoi qu’elle aurait pu assurer sa fin de vie royalement avec le fric qu’il a laissé dans l’affaire ....


              • OMAR 24 septembre 17:36

                Omar9

                @L’Auteur : « . Léa revient, dit qu’elle ne comprend pas. Mais étrangement elle rempile. ».
                .
                Léa est faible, très faible de caractère et son comportement est inexcusable.
                Car, au nom de ses 3 enfants, de ses compétences, de sa beauté et de sa condition de femme, elle aurait dû cracher au visage de ce bâtard, ignoble et lâche patron.
                Et après ?
                On ne crève pas de faim en France.
                Il y a des âmes charitables et des institutions pour ce genre de situation
                Et des instances prud’’homales et juridiques, aussi.
                Quant au boulot, il y en aura toujours un, même si on doit être sous-payé ou appelé à exercer une fonction pas tellement considérée...
                La dignité n’a pas de prix....


                • alinea alinea 25 septembre 12:12

                  @OMAR
                  Vous avez tout compris de ce qu’est un harcèlement moral ! bravo !


                • OMAR 25 septembre 12:50

                  Omar9

                  @alinea
                  .

                  je ne sais pas si je dois ou pas prendre votre commentaire au sérieux.
                  Le harcèlement moral concerne aussi le genre masculin, pour l’avoir personnellement vécu.
                  Quand un patron vous convoque juste quelques secondes avant l’horaire de fin de service pour vous retenir gratuitement, ou quand il vous exclu de toute promotion, formation ou avantage social.
                  Et surtout, quand il vous place comme chef intermédiaire un gus à l’incompétence avérée et au mépris prononcé.
                  Oui @alinéa, moi aussi j’ai marché sur la même braise ardente que Léa. et je comprends sa douleur.
                  Aussi, je ne lui reproche pas le fait d’avoir fait preuve de patience, mais d’en avoir fait trop preuve de patience.


                • alinea alinea 25 septembre 21:57

                  @OMAR
                  non, il ne faut pas le prendre au sérieux ; vous commencez comme ça :
                  « Léa est faible, très faible de caractère et son comportement est inexcusable », et la suite est à l’avenant !
                  La folie qui nous guette quand on subit un harcèlement moral, c’est de ne pas imaginer que cela puisse exister ; comme c’est toujours dans une relation de hiérarchie, le harcelé en rajoute comme s’il pouvait ramener l’autre à la raison.
                  Tout le monde ne se fait pas harceler ; le harceleur ne peut pas le faire avec n’importe qui, juste avec des gens qui, comme Léa sont très exigeants, avec eux-mêmes surtout, très perfectionnistes.
                  Le texte décrit exactement, sobrement et succinctement, le harcèlement moral.
                  Si vous l’avez vécu, vous le reconnaissez, et vous savez que le harcelé est tout sauf un faible ; il a au contraire une grande force qui finit par se démolir si ça dure trop longtemps !
                  Donc, je vous charriais Omar !


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 24 septembre 18:07

                  CE sont les a« Léa »s des personnes qui s’adressent aux Portes Fermées". René Girard.


                  • Raymond75 25 septembre 09:13

                    Cela arrive aussi aux hommes, mais un homme en difficulté trouve rarement une femme charitable pour l’aider ... Elles ne s’intéressent pas aux loosers.


                    • arthes arthes 25 septembre 10:01

                      Il y a un cote assez « 50 nuances de gris » , j espere qu il y a une suite... smiley









                      • arthes arthes 25 septembre 10:41

                        @BB

                        J’ai juste lu le résumé du premier, ensuite, j’ai préféré me replonger dans mon SAS, c’est trop « gnangan » , genre catégorie « Barbara Cartland du SM » .

                        Mais sérieusement, vu que ce billet n’a d’autre titre que le prénom de son héroïne, qu’il ne pose donc pas explicitement de problématique, et qu’il relate une relation perverse consentie, avec une possibilité de rebondissement (le sauveur) en suspense, on peut tout imaginer...

                      • ZenZoe ZenZoe 25 septembre 11:05

                        Article impertinent et décalé comme son auteur (voir sa description). On espère que de nombreux autres vont suivre !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires