• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Non, nous ne sommes pas tous COVID !

Non, nous ne sommes pas tous COVID !

Tout ce que les experts en santé se sont épuisés à nous recommander depuis des années a été balayé d’un revers de COVID 19 pour le moins déconcertant.

Prenons un exemple de recommandations.

Un sauveteur secouriste a l'obligation légale de porter assistance à une personne en péril en absence de danger pour le sauveteur, l’assistance comprenant au minimum un appel aux secours, peut-il encore prendre le risque d’examiner la victime sans prendre le risque d’être contaminé lui aussi ?

Garder ses distances pour respecter les gestes barrière ou pratiquer les gestes de premiers secours tout en ayant l'obligation de prévenir la propagation du COVID-19 ?

Dans le doute vaut-il mieux éviter de s'approcher de la victime pour ne pas être accusé de l'avoir contaminé ? Ou pour ne pas être contaminé par la victime ?

Quelle est la probabilité de tomber sur un fanatique du tout sanitaire ?

Pendant le confinement, il apparaît que dans certains cas de malaises, aucun témoin n’a initié un massage cardiaque.

Au cours des six semaines étudiées par les chercheurs, 521 arrêts cardiaques hors hôpital ont été identifiés en région parisienne, soit un taux de 26,6 arrêts pour un million d’habitants. Entre 2012 et 2019 à la même période, ce taux était de 13,4 arrêts cardiaques pour un million d’habitants.

https://presse.inserm.fr/le-nombre-darrets-cardiaques-a-double-pendant-le-confinement-en-region-parisienne/39663/

Allez, un deuxième exemple. Quid de l’activité physique pour les personnes les plus fragiles avec des maladies chroniques (diabètes, obésité, hypertension, etc.) ?

Une personne atteinte de comorbidités a plus de risque d’avoir une forme sévère de COVID. Mais si elle pratique une activité physique, elle améliore son état de santé en fortifiant son système immunitaire. Cette activité physique, elle ne peut plus la pratiquer si elle est confinée surtout dans un petit espace, et si elle est obèse, il lui est déconseillé de courir, donc, dans le meilleur des cas, elle va faire l’effort de marcher avec un masque, or le masque est déconseillé si elle fait des efforts.

Pratiquer une activité physique régulière était aussi recommandé pour les personnes qui veulent rester en bonne santé. Avec le Sars-CoV-2 qui circule, les mesures de confinement passées et à venir contredisent totalement les recommandations de nos chers experts en santé, mesures majorées entre autres par l’interdiction sadique d’accès aux plages, aux bois, aux parcs, aux salles de sports, avec pour effet de mieux concentrer la population dans les rues.

Même pour les plus hypocondriaques et les plus fragiles d'entre nous, il faut bien admettre que le confinement n’a pas été une agréable parenthèse pour tous. S’aérer, voir du monde, ne pas rester isolé pour ne pas psychoter, pour ne pas déprimer, bref se rendre malade, c’était aussi ce que recommandaient les médecins, mêmes pour les personnes immunodéprimées (s’aérer, voir des amis), avant que le Sars-CoV2 ne se pointe. Et pourtant, la grippe faisait des morts ;

Crise mondiale pendant laquelle les plus fragiles ont été protégés ? Plus que d’habitude ? Vraiment ? Comme en Afrique par exemple ?

Les mesures sanitaires mises en œuvre partout dans le monde ont eu et continuent d’avoir pour conséquence de priver de revenus et d’école des millions de familles, parmi les plus vulnérables.

https://www.unicef.fr/article/les-conflits-la-crise-climatique-et-la-covid-19-font-peser-de-lourdes-menaces-sur-la-sante

https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/covid-19-l-impact-devastateur-du-virus-sur-les-populations-les-plus-vulnerables-6982417

Pourquoi avoir fait le choix de se focaliser exclusivement sur ce coronavirus pendant des mois et des mois, avec pour seul résultat de mettre toute une société KO ? En lui interdisant l’accès à l’éducation, à la culture, à la santé en général ?

Pas besoin d’être complotiste et/ou anti vaccins, pour comprendre que des irresponsables ont ouvert la boîte de Pandore, pour paralyser encore mieux que des gilets jaunes et des grèves, tout un système !

Même les plus confiants, même les plus fragiles, et même parmi ceux qui ont profité de la situation, ils finissent par être alertés. Les incohérences deviennent trop visibles, quand ceux qui ne pratiquent pas ce nouvel « altruisme » vous l’imposent avec violence tout en vous infantilisant ignominieusement.

Cette boîte de Pandore, personne n’arrive plus à la refermer. Et tant qu’elle reste ouverte, c’est une guerre sans fin qui s’insinue au quotidien dans nos vies. Des personnes bien portantes qui deviennent malades d’anxiété, d’autres de pathologies non soignées à temps, de traitements arrêtés. Avec le chômage qui explose, des entreprises sacrifiées, des employés, des écoliers et des étudiants qui ne veulent plus ou ne peuvent plus aller travailler ou étudier…

Un lendemain déjà compromis sur fond d’hygiénisme industrialisé en essor depuis des années. Un terrain parfait pour imposer les mesures « covidiennes ».

Certains optimistes parvenant à se projeter dans le futur parlent déjà de pardonner ou de ne pas pardonner.

Avec ce délire qui s’amplifie, pardonner deviendrait alors une dérive supplémentaire.

Admettons que ce virus soit le plus létal au monde : avec tous les jours des sirènes d’ambulance qui déchirent le silence assourdissant du confinement, des phtisiques dans tous les immeubles, dans les grandes surfaces, dans les rues, des dizaines de proches autour de soi qui décèdent, qui s’alitent chez eux. Sincèrement, vous croyez que la population ne se serait pas protégée elle-même et qu’elle n’aurait pas protégé les autres ?

Dans certains cas, quelques médecins et scientifiques n’ont pas perdu leur sang-froid…Une occasion pareille de publier précipitamment avec des fonds débloqués tout aussi rapidement, quelle aubaine !

Quelques personnes pensaient que cet épisode nous rendrait différents, plus solidaires… Ils en concluent aujourd’hui avec amertume que c’est pire, que tout a été exacerbé.

A la place, des batailles pour avoir des masques et de la bouffe à stocker, des dénonciations, des batailles crasses pour obtenir des primes en cette période de « catastrophes sanitaires », plutôt que des batailles légitimes pour avoir plus d’effectifs et de lits dans les hôpitaux…

Des résultats manquant de rigueur, parfois interprétés sans recul, les symptômes suspectés d’être du COVID classés comme étant ceux du COVID, des querelles d’égo, de la rancune, du fiel déversé en permanence, des règlements de compte, de la culpabilité distillée quotidiennement…Tout un cirque avec sa petite musique médiatique de terreur et de leçon à deux balles. Et l’omerta…

Qui a entendu sur les chaines télévisées publiques Yonathan Freund, médecin urgentiste à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, appelant à un retour au calme et à la raison ? Il parle du problème de fond, celui d’éviter la saturation des urgences, cela aussi, avec le COVID, a été mis sous le tapis. Où en sommes-nous à ce jour ? Et cette saturation des urgences, aggravée par les médias ayant paniqué les populations qui se sont dirigées massivement aux urgences. Pas évoquée dans la presse. Seulement par quelques victimes de ce matraquage médiatique.

Qµand Eric Caumes, chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière, a dit qu’il fallait laisser les jeunes se contaminer entre eux, deux de ses confrères ont déclaré qu’il était dangereux et qu’il faudrait arrêter de l’interviewer…

Pendant 6 mois, tout a été COVID, avec nos vies entre parenthèses. Et ça continue…Aujourd’hui des élus d’étudiants ont dénoncés auprès de la direction, les étudiants et le personnel qui ne respectent pas les gestes barrières.

Vendredi dernier, Nicolas Bedos est sorti du cadre imposé, en disant « STOP au masque », il s’est fait littéralement lyncher dans son propre milieu. VIH et COVID, même combat ! Milieu pour lequel le « confinement » n’aura été qu’une petite contrainte dans une maison secondaire, sans aucun doute, et des mesures qui ne sont toujours pas obligatoires pour eux. Vous ne les verrez jamais porter de masque en direct alors que leur public en porte.

Et après cet épisode, Véran qui passe autant de temps sur les réseaux sociaux, qu’à plonger le pays dans le chaos, remet bien sûr en avant la nécessité d'«  imposer aux gens de prendre soin des autres ».

Prendre soin des autres avec des lois autorisant le glyphosate jusqu’en 2022, et en réautorisant pour 2021 des néonicotinoïdes interdits depuis 2018 ?

Prendre soin des plus jeunes en les stigmatisant et en leur retirant l’accès à l’éducation ?

Prendre soin des autres en les confinant, en réduisant l’activité physique nécessaire à la santé ? En interdisant les contacts entre les personnes ? En nous matraquant de chiffres mortifères ?

Sa définition de la santé est pour le moins très réductrice.

Stéphane Hessel, d’après vous, il nous aurait dit quoi ? Et aurait-il eu autant d’échos que la première fois où il nous a dit « Indignez-vous ! » ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.57/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

67 réactions à cet article    


  • Septime Sévère 30 septembre 09:39

    Elle se prend pour une abeille. Elle a peur des néo... des nono... des nécoti... des cocoïdes... Ah, zut, j’y arriverai jamais ! 


    • Adèle Coupechoux 30 septembre 09:53

      @Septime Sévère

      Et encore, « elle » n’a pas tout énumérée. La liste est interminable. Pourquoi les politiques et les professionnels de santé n’ont pas fait interdire le tabac ? 

      Même si je ne veux pas retirer la liberté de fumer et que je ne pense pas que la prohibition du tabac soit la solution, l’interdire aurait certainement moins plomber l’économie que la gestion actuelle de cette « crise ». 


    • Fergus Fergus 30 septembre 09:58

      @ Adèle Coupechoux

      Pas si simple d’interdire le tabac et l’alcool : leur usage est profondément inscrit dans notre culture tant il relève depuis des siècles du mode de vie d’une grande partie de nos compatriotes. Dans ces deux domaines, il était inévitable que les gouvernants successifs agissent de manière graduée pour éviter un rejet brutal.


    • Adèle Coupechoux 30 septembre 10:03

      @Fergus

      Et le masque, son usage est profondément inscrit dans notre culture ? 


    • I.A. 30 septembre 10:14

      @Septime Sévère

      En tout cas, elle semble voler de ses propres ailes !

      Et c’est des néo-cons à la barre, qu’elle a peur. Elle leur vole dans les plumes parce que le bateau coule...


    • Fergus Fergus 30 septembre 11:21

      @ Adèle Coupechoux

      « Et le masque, son usage est profondément inscrit dans notre culture ? »

      Bien sûr que non. Mais face à l’émergence de ce virus étaient inconnus, les politiques ont pris l’avis des scientifiques. Et ces derniers ont, à une très large majorité  sur tous les continents ! , préconisé le port du masque pour se protéger de la transmission.


    • Fergus Fergus 30 septembre 11:56

      Erratum :

      « ... face à l’émergence de ce virus dont les modes de contamination étaient inconnus ... »


    • Adèle Coupechoux 30 septembre 11:58

      @Fergus

      Y a rien qui vous choque avec ce masque ?
      Comment expliquez-vous que les plateaux télévisés en soit exempté (pour les présentateurs et leurs invités) ?

      Et que les acteurs continuent de travailler ? Alors qu’ils ne peuvent absolument pas respecter les gestes barrière....Le virus est moins dangereux quand ce sont les peoples qui le transmettent. C’est marrant, quand cela les concerne, ça ne choque plus personne...Alors que dans la rue, vous verriez tous ces regards assassins, même quand vous mettez votre masque sous le nez et en gardant vos distances.


    • Fergus Fergus 30 septembre 12:52

      @ Adèle Coupechoux

      Il y a plein de choses qui me choquent !

      Et à titre personnel, je ne porte le masque que lorsque j’y suis contraint par une obligation municipale ou préfectorale. J’ai d’ailleurs renoncé à tout abonnement au théâtre ou au concert pour ne pas avoir à porter cet insupportable accessoire.

      « Alors que dans la rue, vous verriez tous ces regards assassins, même quand vous mettez votre masque sous le nez et en gardant vos distances »

      Ce n’est pas mon impression en Bretagne. Même à Paris, j’ai récemment trouvé les gens plutôt rebelles aux obligations dans les lieux où l’obligation est une ânerie (cf. mon article du 16 septembre : Port du masque : des Parisiens lucides et responsables).


    • Adèle Coupechoux 30 septembre 14:22

      @Fergus


      J’ai lu votre article et vous y ai répondu.

      Vivant et travaillant à Paris, j’ai malheureusement de multiples exemples sous les yeux. Ce matin, je n’ai pas croisé la police et certains quartiers restent privilégiés sans surveillance, sans doute pour ne pas faire fuir les touristes.

      En revanche, en début de semaine, les policiers verbalisaient les bicyclettes sur les trottoirs à tour de bras, du jamais vu ; cela leur permet en même temps de vérifier si le port du masque est respecté.

      Ce qui me choque entre autres, c’est l’hypocrisie. Et surtout, de ceux qui n’appliquent pas les gestes barrière, en vous les imposant au nez et à la barbe de tous. C’est carrément insupportable.


    • bebert bebert 30 septembre 17:25

      @Adèle Coupechoux

      En tant qu’appelé du contingent l’armée nous octroyait généreusement des paquets de cigarettes dans les boîtes de ration 


    • Le421 Le421 1er octobre 08:48

      @Fergus
      Au-delà de l’aspect « culture », il y a l’aspect économique (viticulteurs ou tabaculteurs ainsi que taxes prélevées) et de façon très secondaire, l’aspect récréatif.
      Une vie ou les seuls droits seraient d’aller à l’école pour apprendre à travailler en entreprise ou ailleurs vaudrait-elle d’être vécue ?
      Toute l’industrie du loisir sur laquelle on a orienté le pays (transformation en Disneyland jardin botanique) est en train de se casser la gueule et donc toute l’économie se retrouve à genoux.
      Je pense que ça va saigner grave ta mère et sous peu.
      Il suffit d’une étincelle.


    • Fergus Fergus 30 septembre 09:49

      Bonjour, Adèle

      Globalement d’accord avec vos observations sur les comportements erratiques et parfois aberrants de nos gouvernants durant cette crise sanitaire.


      Une réserve : lorsque vous écrivez « des irresponsables ont ouvert la boîte de Pandore, pour paralyser encore mieux que des gilets jaunes et des grèves, tout un système ! » cela relève d’un jugement de valeur qui me semble peu pertinent. Pourquoi ? Parce que l’objectivité nous oblige à constater que des mesures de même nature ont été prises un peu partout sur la planète, y compris dans des pays où il n’y a pas l’ombre d’un équivalent Gilet jaune ni la plus petite menace de grève !


      La réalité me semble plus pragmatique : nous vivons dans une société qui en supporte plus les décès sanitaires. Dès lors, partout dans le monde le personnel politique ouvre en grand le parapluie pour se protéger d’une réaction populaire de rejet pour cause d’incurie !


      • babelouest babelouest 30 septembre 09:53

        @Fergus mais aussi cela coupe l’herbe sous le pied à ceux qui, dans d’autres pays, tenteraient d’imiter les Gilets Jaunes.


      • Adèle Coupechoux 30 septembre 09:59

        @Fergus

        Bonjour Fergus,

        Ouvrir en grand le parapluie pour se protéger, là est toute l’irresponsabilité de ceux qui ont paralysé presque le monde entier.
        Leur irresponsabilité qui soit dit au passage ne les empêche nullement de profiter de ce contexte. Et ils ne vont pas s’arrêter là.

        Et les gilets jaunes, même si nous ne les appelons pas ainsi partout dans le monde,
        ils étaient il n’y a pas si longtemps au Liban...Et pas que. Des révoltes vous en voyez partout dans le monde.


      • I.A. 30 septembre 10:28

        @Fergus

        Oui, mais la boîte de Pandore, c’est la destruction du tissu socio-culturel , la pulvérisation de l’économie, l’existence d’une quantité phénoménale de victimes collatérales.


      • leypanou 30 septembre 10:36

        @Fergus
        Parce que l’objectivité nous oblige à constater que des mesures de même nature ont été prises un peu partout sur la planète  : le « dictateur » Loukaschenko de Biélorussie n’a pas mis en résidence surveillée des millions de gens qui n’ont rien fait, l’homme politique important français qui avait dit récemment que Loukaschenko doit dégager si.

        Le gouverneur républicain de l’état de Floride vient de lever toutes les restrictions dans l’état, ce qui a fait hurler la minorité démocrate : en France, tout le monde est d’accord de LFI au RN, en passant par le PS, Lrem, LR, etc, etc.


      • Aristide Aristide 30 septembre 11:08

        @Fergus

        La réalité me semble plus pragmatique : nous vivons dans une société qui en supporte plus les décès sanitaires. 

        Vous touchez là le principe de précaution établit dans toutes les sociétés occidentales. Il suffit de rajouter à cela la notion de risque zéro, mis en exergue par exemple sur la 5G, mais aussi sur l’étude des modes alternatifs à la fracture hydraulique pour le gaz de schiste, l’impact écologique des engrais, ... Enfin tous ces freins à des évolutions qui pourraient ouvrir des voies de recherche ... et peut être à des solutions alternatives au statu-quo ou pire à la décroissance.

        Dès lors, partout dans le monde le personnel politique ouvre en grand le parapluie pour se protéger d’une réaction populaire de rejet pour cause d’incurie !

        Assez naturel donc, lier à ce point les mains des décideurs ne peut justement que les empêcher de décider et donc de les contraindre a seulement se préoccuper de leur futur juridique.

        Contrairement à vous, je ne désigne pas le pouvoir politique, car il est pied et poing liés par ces contraintes. Tout comme les médecins d’ailleurs qui prévoient toujours le pire pour ne pas être accusé de ne l’avoir prévu. 


      • Adèle Coupechoux 30 septembre 11:25

        @Aristide

        Sauf que cette fois-ci, le pouvoir politique et les médecins n’ont pas prévu le pire...ils s’en foutent royalement comme de notre santé d’ailleurs.
        Quant au consensus que vous évoquez, elle dépend à chaque fois de leurs « clients ». C’est surtout ce risque de ne pas déplaire, chez les politiques comme chez les artistes d’ailleurs.


      • Fergus Fergus 30 septembre 11:26

        Bonjour, I.A.

        « la boîte de Pandore, c’est la destruction du tissu socio-culturel »

        Peut-être pas la « destruction », mais le fait est que c’est le principal effet négatif des mesures prises. Pour ce qui est de l’« économie », elle s’en remettra globalement, à mon avis, mais non sans avoir fait de gros dégâts, précisément dans ce domaine « socio-culturel », comme vous le soulignez à juste titre. 

        Bref, je suis d’accord avec vous.


      • Fergus Fergus 30 septembre 11:28

        Bonjour, Aristide

        Je partage très largement votre point de vue

        Et vous avez raison de souligner que les politiques ne sont pas seuls responsables : une grande partie de la communauté scientifique a également ouvert en grand le parapluie en donnant des arguments aux pouvoirs publics.


      • babelouest babelouest 30 septembre 11:54

        @Aristide
        Dommage, j’aurais bien aimé discuter avec vous d’autres choses mais vous pouvez me contacter via mon courriel librement accessible. Si vous le souhaitez, bien sûr. Je suis libéré de certaines contraintes désormais.


      • Yaurrick Yaurrick 30 septembre 11:55

        @Fergus
        « La réalité me semble plus pragmatique : nous vivons dans une société qui en supporte plus les décès sanitaires »
        Si cela ne se limitait qu’aux décès sanitaires.... Mais c’est exactement pareil pour les décès de la route, les accidents domestiques et les suicides/euthanasies.


      • Fergus Fergus 30 septembre 11:57

        Bonjour, Yaurrick

        Vous avez évidemment raison. Ajoutons à cela les décès des militaires en Opex.


      • Adèle Coupechoux 30 septembre 19:01

        @Yaurrick

        Cela dépend de qui décède. Et c’est supportable quand les industries se font du fric, pour exemple l’industrie alimentaire....


      • Jean Claude Massé 1er octobre 08:47

        Et le FMI n’a pas refusé à Loukaschenko le prêt qu’il sollicitait parce qu’il est un dictateur, non, le FMI en demandait encore plus. Il conditionnait ce prêt à la nécessité d’imposer le masque et le confinement à la population. 


      • Jean Claude Massé 1er octobre 09:08

        @Fergus
        « cela relève d’un jugement de valeur qui me semble peu pertinent. »
        Je vous conseille de lire René Guénon pour savoir qu’il existe une intelligence supérieure à celle à laquelle vous vous référez, que nous devrions plus écouter. Il y avait cette intelligence dans les gilets jaunes du début.
        On ne peut pas dire que le pragmatisme des décideurs, depuis quelques décennies, ait conduit à l’organisation d’une société paisible. Nous voyons partout dans le monde le soulèvement des populations, les grandes organisations internationales sur le point d’exploser, l’Europe, l’OTAN.... , et l’on continue de signer des accords qui ôtent aux Etats leur autorité et leur indépendance, toujours plus soumis aux GAFAM et aux banques, en pénalisant bien sûr toujours plus les peuples.
        Ce que je vous décris doit vous agréer parce que c’est factuel, C’est le résultat de l’intelligence à laquelle vous vous référez. 


      • Adèle Coupechoux 1er octobre 10:22

        @Jean Claude Massé

        Complètement d’accord, l’intelligence est plurielle. Celle qui est la plus reconnue et qui est agréée par ceux qui ont la plus grande gueule, nous est imposée par eux. Elle devient de plus en plus destructrice et n’est plus de l’intelligence, désormais je l’appelle volontiers malignité. C’est malheureusement factuelle.

        Pas besoin d’observateurs en particuliers, ni de savants ou de sachants, puisque cette destruction nous en sommes parfois acteurs et souvent victimes.
        Combien de morts par an dus à la négligence cynique des entreprises, des gouvernements, d’une économie de profit ?


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 30 septembre 10:17

        Pan-dionysos le satyre s’est réveillé. Il s’est rendu compte que seul le viagra arrivait encore à mettre de la vie dans ce monde éteint où seuls les Apollons paradent dans les gay pride. Quand Pan dort, c’est mauvais signe. Souvenez-vous de cette belle époque où Bedos chantait : la drague.... Le fils est bien digne de son père... Ces années vous m’avez négligé, délaissé, oublié, alors que j’étais encore bien présent. Allez une bonne petite PANdémie... Thèbes me voilà. Thésée qui a délaissé Ariane sur l’île de Naxos, celle qui t’a portant sauvée, il est temps que je reprenne ma place. Oui, celle que tu as usurpée,... N’as-tu pas vu comme ton peuple s’ennuie. Attention, texte hermétique.


        • Septime Sévère 30 septembre 11:27

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.
          .
          Vous et Etirev, je ne vous lis même plus. 


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 30 septembre 10:27

          Ce n’est pas l’alcool ni la cigarette qui posent problème mais la manière d’en jouir. 


          • Adèle Coupechoux 30 septembre 11:16

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            Ce n’est pas l’alcool ni la cigarette qui posent problème mais la manière d’en jouir. 

            Joli.....


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 30 septembre 10:31

            Petit rappel de la mythologie. Si la boîte de Pandore, donc la femme fut créée c’est parce que les Dieux de l’Olympe mouraient d’ennui. L’Eden est loin d’être le paradis.



              • binary 30 septembre 11:44

                Et petit à petit, on s’aperçoit que le bilan clinique des mesures prises est pire que la maladie qu’elles sont censées combattre.

                On n’a pas subi un problème sanitaire. On l’a construit.


                • Adèle Coupechoux 30 septembre 13:02

                  @binary

                  En effet, nous sommes aussi les artisans de cette catastrophe.


                • I.A. 30 septembre 11:46

                  En effet, toutes ces mesures vont profiter au lobby pharmaceutique.

                  Une augmentation des malades et des maladies (dont psy, suicides), une augmentation fénoménale des hypocondriaques...

                  Bref, l’industrie du médicament va se porter de mieux en mieux !


                  • Septime Sévère 30 septembre 11:52

                    C’est en fait un article vain, en ce qu’il prétend répondre à une question dont la réponse est inconnue. La question sous-jacente peut s’exprimer ainsi : lorsque survient une épidémie fatale pour une fraction des malades, quelle voie choisir pour minimiser le nombre de morts ? 

                    La réponse est que personne ne le sait, tant l’emmêlement des effets directs et indirects est inextricable. 

                    C’est d’ailleurs ce qui rend étranges les actions judiciaires diverses menées contre les décideurs. La justice n’est pas là pour gouverner indirectement (en imposant aux décideurs ce qu’ils doivent décider sous peine de prison), mais seulement pour examiner s’il y a eu forfaiture. Si tel n’est pas le cas, elle ne condamnera pas ceux qui sont d’évidence dans l’impossibilité de tout savoir. 


                    • Fergus Fergus 30 septembre 12:01

                      Bonjour, Septime Sévère

                      « lorsque survient une épidémie fatale pour une fraction des malades, quelle voie choisir pour minimiser le nombre de morts ? »


                      Excellente question à laquelle ne répondent que les donneurs de leçons qui n’ont pas plus de compétences que moi dans le domaine épidémiologique et même simplement médical.


                      Personnellement, je n’aurais pas aimé être en situation de devoir faire des choix politiques, eu égard aux contradictions des experts !


                    • Francis Francis 30 septembre 12:08

                      @Fergus
                       
                       quand les experts se contredisent, il est urgent de ne rien faire.
                       
                       Ce qui ne veut pas dire ne rien faire du tout : il existe toujours ce que les journalistes appellent improprement le plus petit dénominateur commun".


                    • Adèle Coupechoux 30 septembre 12:36

                      @septime sévère

                      @fergus

                      Puisque vous aimez les devinettes : lorsque survient une épidémie fatale pour une majorité des malades, quelle voie choisir pour minimiser le nombre de morts ? 

                      Comme pour le développement rapide de l’obésité dans le monde....


                      • Septime Sévère 30 septembre 12:51

                        @Adèle Coupechoux
                        .
                        Vous êtes dans l’erreur : la notion de majorité n’a pas de sens lorsque la vie ou la mort sont en cause. 


                      • Adèle Coupechoux 30 septembre 13:01

                        @Septime Sévère

                        La notion de majorité est à géométrie variable chez vous...Moi, je pose juste une question, je ne dis pas que nous devons nous plier à la majorité.
                        La vie et la mort, vous avez votre propre définition comme j’ai la mienne.
                        La mort des autres causée par des mesures qui ne sont mêmes pas prises pour protéger les plus fragiles. Regardez ce qui est en train de se passer dans les pays les plus pauvres, ils ont encore plus fragilisé.

                        Combien de fois de sombres crétins m’ont répété : « il faut bien mourir un jour ! »
                        Quand vous donnez la vie, vous donnez la mort avec. Jusqu’à présent, ce n’était un problème pour personne...


                      • Septime Sévère 30 septembre 15:49

                        @Adèle Coupechoux
                        .
                        Oui, vous avez raison, parce qu’on n’écrit pas un article pour être contredite dans les commentaires


                      • Shawford 30 septembre 15:53

                        @Septime Sévère

                        Et beh, on comprend mieux pourquoi les SĀ 

                        ont été liquidés par les SS !


                      • Adèle Coupechoux 30 septembre 16:06

                        @Shawford

                        Vous dérapez complètement. C’est facile de discréditer en insultant.

                        L’IVG pour vous serait une « euthanasie légale », de la « barbarie organisée » qui rappelle « le nazisme » et les « fours crématoires » ? A cause de ceux qui s’opposait à l’avortement, une femme par jour mourrait. 

                        Je comprends pourquoi aujourd’hui, il faut rester plus que vigilant pour garder nos acquis. 


                      • Shawford 30 septembre 17:16

                        @Adèle Coupechoux

                        Je suis une Étoile issu.e de particules de rien du tout dans le fier-maman, poulette !

                        Si des poussières de moi font des ch’tites planètes et/ou des satellites, voire font des machins qui finissent par penser, peut me chaut, j’étais là au début, je suis un.e GAÏA easy, je serai là à la fin comme depuis toujours, sans fin autre qu’onirique, ni faim génocidaire de Louve, et je me contente(rai) du Revenu Universel en Conscience.

                        Qui m’aime, nous aime, me/nous suive et/ou FYA !

                        Tschuss/Bises/Pschiiiiittttt


                      • bebert bebert 30 septembre 17:35

                        @Adèle Coupechoux

                        Multiplier le nombre de lieux de malbouffe ou appeler à la rescousse José Bové que l’on n’entend plus guère puisque maintenant il bouffe au râtelier de nos z’élites


                      • Adèle Coupechoux 30 septembre 19:17

                        @bebert

                        Dans ce contexte, nous n’entendons plus personne. Et la malbouffe, avec la crise sanitaire, a de beaux jours devant elle. Pour faire baisser le prix de la consommation et toucher « les pauvres », je me demande ce que l’industrie alimentaire va nous préparer de bon...très prochainement.


                      • Jean Claude Massé 1er octobre 11:53

                        @Adèle Coupechoux
                        L’industrie alimentaire avec la complicité des institutions.
                        Quand on voit chez LIDL le poulet fermier de 1,2 kg à ...... 3.89€ la pièce. On a déjà dépassé toutes les limites.


                      • foufouille foufouille 1er octobre 12:42

                        @Jean Claude Massé

                        cuisse de poulet surgelé : moins de 3€ le kg.


                      • Adèle Coupechoux 1er octobre 13:44

                        @Jean Claude Massé

                        Ben justement pour tous ceux qui à partir du 16 mars 2020 sont soudainement devenus altruistes, solidaires...

                        Pourquoi les agriculteurs ne se sont pas regroupés pour être en force contre la grande distribution et réduire les transports ?

                        Pourquoi ont-ils bradés leurs petites exploitations jusqu’à ce qu’il ne reste pratiquement plus que des grandes exploitations ? Il n’y a pas que l’attractivité du secteur qui est en cause.

                        Pourquoi des prix défiant en permanence « toute concurrence » ? Parce que c’est idem avec les salaires. Du coup, les commerces s’adaptent à la place des employeurs.

                        La solidarité, c’est compliqué, il suffit de voir aujourd’hui la façon dont chacun l’interprète. Pour la majorité, c’est un peu mais pas trop quand même, et surtout pour ma pomme. C’est pareil avec le poulet. Comme avec l’éducation qui est bradée elle aussi. Les jeunes doivent passer après et se conformer à la loi du marché.


                      • pierrot pierrot 30 septembre 15:20

                        La prévention est une contrainte nécessaire dans bien des cas :

                         lorsque je prend mon vélo, je mets mon casque,

                         lorsque je prend ma voiture, je mets ma ceinture,

                         lorsque je conduis, je m’arrête au feu rouge (qui est une astreinte à ma liberté de circuler) au lieu d’écraser les enfants,

                         lorsque je soigne des patients en hôpital, je mets un masque FFP2 ou FFP3

                         lorsque je manipule des substances nocives et cancéreuses, je travail sous hotte avec un masque, gant, lunettes.

                         lorsque je vais en EPHAD, je mets mon masque,

                         lorsque je vais en milieu clos je mets mon masque...

                        Donc toutes ces mesures de préventions sont des contraintes mais acceptables plutôt que le risque de mourir ou de faire mourir mes semblables.

                        C’est cela la solidarité.


                        • Adèle Coupechoux 30 septembre 15:56

                          @pierrot

                          Pas persuadée que vous faites tout ce que vous venez d’écrire...Ces mesures pour lutter contre le virus ne sont pas des contraintes acceptables. 
                          Vous ne vous posez pas la question de savoir pourquoi elles ne le sont pas pour tous ? 

                          Dans une grande ville en vivant dans de très petits espaces, en étant encore en activité ou étudiant, sans possibilité de s’aérer même dans les espaces verts et quasi vides, ce n’est plus de la solidarité mais un sacrifice inutile voire délétère.

                          Que vous n’exigez d’ailleurs pas de tous.


                        • Occitan Occitan 30 septembre 16:54

                          @Shawford
                          Il n’est solidaire qu’avec lui-même !
                          Et de toutes façons, ce qu’il fait (où prétend faire) relevant de décisions personnelles, il faudrait qu’il arrête d’emmerder le monde avec ses leçons de morale prétendument « solidaire ».


                        • Occitan Occitan 30 septembre 17:06

                          @Adèle Coupechoux
                          Bonjour,
                          J’ai lu quelque part ceci qui résume parfaitement « l’état d’esprit » un peu embrumé de Pierrot :
                          « Après la mort, l’esprit quitte le corps... Sauf chez les cons, car chez eux ça se passe de leur vivant »
                          Bonne journée à vous.


                        • Shawford 30 septembre 17:10

                          @Occitan

                          +1


                        • bebert bebert 30 septembre 17:43

                          @pierrot
                          Concernant votre vélo,bagnole,ceinture feu rouge je vous rappelle Le code de la route ou droit routier est l’ensemble des lois et règlements relatifs à l’utilisation des voies publiques (trottoirs, chaussées, autoroutes, etc. ) par les piétons, cyclistes, utilisateurs de deux-roues à moteur, automobilistes, routiers, etc et pas de votre bon vouloir de ne pas écraser des enfants qui traverseraient au feu rouge !


                        • pierrot pierrot 30 septembre 18:33

                          @Adèle Coupechoux
                          Je vis à Paris dans un logement plutôt petit.

                          Je n’ai peur de rien mais je sais que la prévention est nécessaire dans certaines situations à risque , même faible mais à conséquence importante pour ma santé.

                          Bien sûr ces contraintes sont plus difficiles pour certains, travailleurs , caissières, abattoirs.. mais c’est d’autant plus nécessaire que le risque sanitaire est plus important en milieu confiné.

                          Dire à ces travailleurs de refuser de porter le masque,la distanciation physique... serait criminelle.


                        • Adèle Coupechoux 30 septembre 18:50

                          @Occitan

                          Vous avez raison, et tout ceci n’est qu’hypocrisie.


                        • Adèle Coupechoux 30 septembre 18:54

                          @bebert

                          Exactement ! Et je ne vois pas en quoi nous sommes solidaires quand nous évitons d’écraser des enfants...


                        • Adèle Coupechoux 1er octobre 07:07

                          @pierrot

                          Vous n’avez peur de rien....mais quand même. Vous ne pensez qu’à vous. Les autres pour vous c’est les « certains » dont vous n’êtes pas solidaires du tout.
                          Ma solidarité c’’est de garder mes distances comme l’an passé avec la grippe, d’éternuer sans postillonner sur l’autre tout comme avant, de me laver les mains, là aussi tout comme avant, je n’ai pas changé mon comportement.

                          Votre solidarité c’est votre point de vue pour vous protéger du risque aussi faible soit-il.
                          Vous occultez ce qu’est la solidarité quand elle embrasse la responsabilité commune, les intérêts communs.

                          Celle qui se préoccupe aussi des autres malades sans déprogrammer dans les hôpitaux, celle qui évite les suicides en rassurant et non pas en paniquant, celle qui responsabilise tout un chacun en ne lui aboyant pas dessus avec des injonctions, celle qui vous parle en adulte au lieu de vous infantiliser.

                          Celle qui ne détruit pas tout un système, économique et social, celle qui ne nous déclare pas la guerre, celle qui accepte l’échec pour construire. La politique de santé qui nous est imposée pour nous empêcher de nous soigner avec discernement est criminelle, je vous l’accorde c’est mon point de vue, mais c’est une réalité qui a été actée par notre constitution, le droit à la protection de la santé et pour tous, pas que pour vous.


                        • troletbuse troletbuse 1er octobre 08:36

                          @Adèle Coupechoux
                          Et quand il pisse, il tremble tellement de trouille qu’il éjacule  smiley


                        • leypanou 30 septembre 16:44

                          La grande escroquerie de nombre d’incidents matraqué à longueur de journée : aux États-Unis, 48299 cas dans 37 universités, 2 hospitalisations, 0 décès (détails ici).

                          Et des milliers de lobotomisés, sans rien, vont se faire tester pour augmenter le nombre d’incidents : il y en a même qui en sont à leur 2ème ou 3ème test.

                          Un médecin -un Cohen quelque chose- qui intervenait à la télé disait qu’il évalue au bas mot à 40% le nombre de faux positifs, j’ai lu un article où çà peut aller jusqu’à 90%.

                          Bref, le nombre de vrais malades car positifs est infime : si tous les positifs qu’on nous rabâche tous les jours sont vraiment malades, cela aurait fait longtemps que les services d’hospitalisation auraient été saturés.


                          • pierrot pierrot 30 septembre 18:27

                            @leypanou
                            les tests RT-PCR demandés par curiosité sont inutiles et font perdre du temps des soignants sans rien apporter.
                            Il conviendrait de revenir aux tests RT-PCR demandés par le médecin dans les cas de personnes symptomatiques.


                          • bebert bebert 30 septembre 17:47

                            La peur est une arme puissante surtout quand elle dépend de ceux à qui elle rend service sous forme de monnaie trébuchante et autres ....


                            • troletbuse troletbuse 1er octobre 08:32

                              Je l’ai souvent dit : Micron par ses mesures a provoqué un nombre de morts considérable grâce aux maladies non Covid non soignées. Tarlouzette est le pire des salopards, une lavette que le NOM peut faire chanter quand il veut bien qu’il n’ait qu’une vois de castré. :

                              http://www.profession-gendarme.com/appel-du-collectif-medecins-et-soignants/

                              C’est la dictature qui est le but de toutes ces manœuvres avec la vaccination avec le puçage Bill Gates.

                              Même Philippe de Villiers le dit dans son livre : Les Gaulois réfractaires ...

                              Malheureusement la majorité des Français déculturés, embrigadés par les merdias pourris , sans jugeote croient à la pandémie qui n’est qu’une mauvaise grippe à laquelle on a collé tous les morts de vieillesse et de pathologies autres non soignées grâce au confinement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité