• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Réenchanter le féminisme

Réenchanter le féminisme

Que sont mes amis devenus
Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois (...)
Chantait Rutebeuf
 
Que sont les féminismes devenues ?
 
Où sont les soutiens-gorge volant joyeusement au vent, où sont les « salopes », où sont les Simone, où sont les femmes courageuses envahissant les rues pour conquérir pas à pas, avec ténacité et enthousiasme NOTRE liberté ? Où sont les râleuses, les libres, les fières, les joyeuses ?
 
Oh bien sûr, pas de malentendus, il n'est pas question de nier le dévouement et la solidarité, discrète mais forte et persistante sur le terrain, du tissu associatif. Mais où est la voix puissante, vibrante, euphorisante des femmes, de toutes les femmes dans le grand combat qui se joue contre l'obscurantisme renaissant ?
Que s'est-il passé pour que l'on laisse ainsi le champ libre aux dévots dans leur inlassable haine contre le féminin ? Pourquoi, pendant que certains jugeaient bon de débattre féminisation du langage, « quotas » en politique etc, a-t-on laissé simultanément une offensive politico-religieuse nous ramener des décennies en arrière ?
Qu'est-ce qui nous a échappé, retenus ?
Est-ce que la « pudeur » et tout le fatras idéologique patriarcal en kit pour veiller au contrôle de la femme, de son corps, on n'en connaissait pas déjà tous les recoins pervers et hypocrites, on n'avait pas déjà donné ?
 
Quel état des lieux aujourd'hui ?
De petites dindes sans mémoire et sans instinct qui sortent leur carte « féministe » uniquement sur autorisation du mâle « racisé », qui utilisent la liberté si chèrement acquise pour restreindre celle des autres, qui portent plainte uniquement quand le violeur est blanc, qui portent en étendard une « pudeur » dont elles ne perçoivent pas, pauvres sottes, qu'elle est le degré suprême de l'enfermement, la réussite parfaite du bourreau, son graal, l'aliénation volontaire revendiquée par la victime qui en est fière....
Et des mouvements historiques qui cautionnent, s’asseyant de ce fait et dans un curieux aveuglement sur tous leurs combats passés. Ah ça doit rigoler sous le qami chez les Frères..
 
A côté de cela, d'autres qui, tout aussi essentialistes, considèrent qu'un homme est déjà criminel d'être un homme, qu'il est forcément oppresseur, violent, violeur, qu'il est l'ennemi à abattre tant qu'il n'a pas remis les clés ultimes de son pouvoir, bourgeois de Calais moderne en chemise et la corde au cou, et qu'il n'a pas sa place dans ce combat sauf à accepter d'être relégué à l'arrière arrière plan, de se taire et d'obtempérer.
 
Je le dis tout net, je ne suis ni de celles-ci ni de celles-là, je m'assoie sur les étiquettes, je conchie les injonctions.
 
Je porte un regard que je pense lucide sur notre société, j'entends qu'elle n'est pas parfaite, je comprends évidemment que les violences, les injustices et les discriminations existent encore et doivent être combattues.
Mais je mesure aussi le chemin parcouru et il me semble qu'il suffit de voyager un peu pour le voir. Que de fois suis-je rentrée avec soulagement en France malgré la beauté indéniable de tant de pays, mais heureuse d'y retrouver la liberté et l'insouciance, et ce malgré l'insoutenable oppression du monsieur qui me tenait galamment la porte, de l'ami qui m'invitait avec délicatesse à dîner, de l'amant que mes talons hauts et mes jupes courtes ravissaient.....
Il faut avoir vu ailleurs le mépris ou la condamnation dans le regard (malgré une tenue adaptée bien sûr et très « correcte » ), avoir vu les paysannes turques courbées dans les champs sous le soleil pendant qu'un homme oisif surveille à l'ombre, avoir entendu les africaines expliquer leur recherche désespérée de l'homme blanc qui « les respecte », etc., pour comprendre ce que c'est, profondément, que la misogynie dans toute sa splendeur, ce refus de vous octroyer simplement le statut d'être humain libre, l'esclavagisme posé en norme sociétale.
 
Il n'y a aucune bisounourserie dans mes propos. Nous ne sommes pas au bout du chemin, loin de là, c'est entendu. Mais qu'on le veuille ou non, malgré tous les excès, la marchandisation du corps féminin qui indique tellement fort que nous vivons encore dans une société d'homme, le challenge que constitue encore pour les femmes la conciliation professionnelle-famille etc, j'aimerais que parfois nous acceptions de regarder le verre à demi-plein. Que nous prenions conscience des acquis, de la liberté qui est la nôtre, du modèle que nous représentons, que nous en soyons heureuses et fières. J'aimerais que nous envoyions un message d'espoir et de fraternité -oui fraternité- aux Iraniennes, aux Saoudiennes, aux Yéménites, aux Arkansiennes...
Car le féminisme ce n'est pas que parler viol, violences ou écriture inclusive. Le féminisme c'est aussi les robes joyeuses et colorées qui claquent sur les cuisses des femmes d'Iran ou d'Algérie dans les années 70.
Leur sourire, leurs cheveux aux vent.
Nous avons à porter ce sourire et ces cheveux aux vent qui leur sont refusés aujourd'hui.
Le féminisme c'est la liberté, la joie, l'épanouissement, l'humanisme.
 
Le féminisme c'est aussi nos pères qui nous ont élevées dans le respect et l'amour de nous-mêmes, qui ont eu à cœur de nous rendre indépendantes et libres. Nos pères, oui, j'insiste.
Le féminisme, ce sont nos amis, nos compagnons, nos époux qui nous accompagnent sur ce chemin, se remettent en cause, nous encouragent, sont heureux de notre liberté, trouvent leur compte dans cet abandon du rapport de force primaire et obsolète.
Le féministe c'est un humanisme et c'est BEAU !
Il est temps je pense, si nous ne voulons pas voir le « féminisme religieux » occuper le terrain que nous avons abandonné et se faire passer pour “moderne”, de retrouver cet élan simple, joyeux, ce souffle universel.
Il est temps de redevenir nous aussi « inspirantes », souriantes, joyeuses, universelles, solidaires.
Il est temps de faire revoler nos jupes, d'envoyer nos cheveux à la face des barbus, de rire plus fort avec un beau fuck to Erdogan, d'aimer la vie, de faire envie.....
Le féminisme, ça doit faire envie.
Et c'est maintenant ou jamais.
Réenchantons.

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

62 réactions à cet article    


  • Antoine 20 septembre 11:48

    Peut-être que les vraies femmes veulent être des femmes et non des féministes ? Peut-être savent-elles qu’elles ne sont pas des hommes et que ça sert à rien de singer ce genre épris de violence ? Peut-être en ont-elles marres de voir la famille détruite, les divorces qui s’enchainent et qui laisse, pour beaucoup, les femmes dans la misère de la famille homoparentale. Qu’ont-elles gagnées dans le féminisme et la guerre des sexes, si ce n’est leur propre misère ?


    • Anne 20 septembre 14:41

      @Antoine
      Cet article n’est pas du tout une charge contre le féminisme, comme vous semblez l’avoir lu, bien au contraire, et il ne s’agit pas d’en critiquer les acquis. Mais de ne pas le confondre avec une guerre des sexes par contre, c’est déjà plus juste.


    • Christ Roi Christ Roi 20 septembre 20:08

      En réalité, on s’aperçoit que la majorité des leaders féministes étaient des lesbiennes. C’est pour cela que le projet féministe veut détruire les hommes, puis détruire les femmes qui aiment les hommes. Elles ont pour l’instant largement réussies, mais l’histoire n’est pas finie.


    • Antoine 21 septembre 11:50

      @Christ Roi
      Pour moi, le résultat du féminisme, c’est surtout la destruction de la famille, c’est à dire de la société et de la civilisation.


    • Christ Roi Christ Roi 21 septembre 14:09

      @Antoine
      C’est exactement ce que je dis. Le lesbianisme veut la destruction de la famille, c’est à dire de la société et de la civilisation.


    • Christ Roi Christ Roi 21 septembre 20:17

      @Posé Y Don

      De quoi parlez vous ?

    • Anne 21 septembre 21:34

      @Christ Roi N’importe quoi smiley on ne peut réduire le féminisme à quelques leaders d’une part et par ailleurs il est aberrant de nier que les femmes hétéros puissent être féministes enfin !


    • Anne 21 septembre 21:36

      @Antoine Vous êtes soralien en fait ? ET donc anti-féminisme. Or ce n’est pas le propos ici.


    • Anne 21 septembre 21:38

      @Christ Roi Le sujet c’est le féminisme, pas le lesbianisme. Les fantasmes et les phobies c’est autre chose


    • Christ Roi Christ Roi 21 septembre 22:03

      @Anne
      Vous n’avez visiblement pas compris qui pilote vraiment le féminisme. Renseignez vous et vous découvrirez que je suis en dessous de la vérité. Attention, vous allez être choquée.


    • Antoine 21 septembre 23:21

      @Christ Roi
      Toutes des lesbiennes ? Je ne sais pas.
      Mais effectivement, une femme normale, qui vit au dépend d’un homme donc, n’a guère de raison d’être féministe.
      A moins que ce soit pour faire plaisir à monsieur, qui est chef d’industrie et qui pense à son petit commerce.


    • Antoine 21 septembre 23:27

      @Anne
      Non, je suis juste machiste, c’est à dire que je défends le point de vue d’un homme sur la différence des sexes. Je ne vois pas ce que vous voulez réenchanter, je pense que vous avez fait suffisamment de mal.


    • Agafia Agafia 22 septembre 14:12

      @Antoine

      On a surtout l’impression que vous n’avez absolument rien compris aux propos de Anne, (dont je partage le point de vue et que je remercie pour cet article).

      Rien que de lire le mot « féminisme » vous avez fermé vos écoutilles de macho sans prendre le temps d’analyser ses propos. Dommage....

    • JC_Lavau JC_Lavau 22 septembre 17:59

      @Agafia. Ah ouais, il y a des niais qui ne comprennent rien à la propagande...

      Relisons Michèle Dayras le 22 août 2001, en féminazi dans le texte :
      «  Pour moi, tout homme est un «  salaud » en puissance, comme on pourrait dire que tout homme est un violeur ou un intégirste en puissance. Je pense, aorès tant d’années passées à militer, qu’il ne s’agit que d’une question de degré dans l’abjection, ce qui fait que certains hommes peuvent passer pour sympa : ceux qui n’ont pas été confrontés à la réalité et que leur petite femme chérie...conforte dans leur machisme ; ceux-là ne sont pas trop véhéments car ils n’ont pas l’impresion qu’ils vont perdre le pouvoir avec tous les privilèges qui s’y rapportent. ».  
       
      Et le 23 août 2001 : 
      « J’ai, au cours de mon existence de militante, rencontré seulement 2 femmes qui, dans des conférences internationales ont été capanbles de dire que notre ennemi, celui qui nous opprime : c’est l’homme ! Aucune femmme n’ose accuser nommément les hommes car chacune a un père, un frère, un fils et un mari qu’elle chérit ! C’est ça le vrai handicap des femmes dans le combat pour leurs droits ».
      Sur le même forum dont ladite Michèle Dayras, vierge et martyre de son état, est ouebmistresse, il fallait lire la pseudo «  Calixto » n’avoir jamais de mots assez méprisants contre les hétérosexuelles, enceintes, donc traîtresses, coupables de pactiser avec l’ennemi héréditaire.

    • Antoine 23 septembre 08:26

      @Agafia
      Ben si, elle veut restaurer un féminisme joyeux, fait de robes à fleur, de décolletés et de liberté.
      De la merde, donc.


    • Elena Mangusta 30 septembre 00:58

      @Antoine défendre le point de vue des hommes et être machiste, pffffff rien à voir ! Machiste c’est juste être trop peu confiant de sa virilité et donc avoir besoin pathologiquement de dominer. C’est tout sauf viril smiley


    • bob14 bob14 20 septembre 11:52

      Les « femmes » sont devenues des MECS...PMA...GPA...RATP...SNCF...CGT.. !


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 20 septembre 11:54

        Lire : Mélusine et l’éternel féminin d’ Audrey Fella.


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 20 septembre 12:02

          Lire également : La femme Celte de Jean Markale


          • Clocel Clocel 20 septembre 12:17

            Merde ! Comment on nomme la femelle de l’esclave déjà ??? smiley

            Mais effectivement, quand on lit les revendications et attentes des Femmes de la fin du 19 ème et du début du vingtième siècle, on se dit qu’il y a eu un bug en quelque part...

            Sans doute, à la fin des années 20, la fin des années folles, les lois Pétain déjà, qui promettait pis que pendre aux salopes qui refusaient de repeupler le pays dont la jeunesse avait été massacrée par les industriels et les banquiers...

            La bonne question, à mon avis, c’est de se demander quand le « féminisme » est devenu hermaphrodite...

            La libération de la femme par le Tripalium ! Quelle blague !

            Là, les filles, vous vous êtes fait baiser, bienvenue au club !


            • bibou1324 bibou1324 20 septembre 14:02

              « une offensive politico-religieuse » 

              « l’obscurantisme renaissant »

              De quoi qu’ça cause ?

              • baleti baleti 20 septembre 14:09

                Le féminisme c’est la liberté, la joie, l’épanouissement, l’humanisme.


                le féminisme, est une déclaration de guerre, baser sur le mensonge et le chantage affectif.
                Définir le féminisme, par une jupe et des cheveux au vent, démontre le niveau de réflexion.
                Je comprend les femmes qui ne veulent se revendiquer, de se féminisme qui a enfermer la femme les qualité de la femme dans des chiffons.

                Le féminisme ou le « masculine » ne seront jamais de l’humanisme, tous simplement par se que leur revendication,sont égoïste, et vont a l’encontre de se que serai l’humanisme.

                Les femmes qui ne sont pas révolter, que l’on utilise le corps de la femme pour vendre des clé a molette, ne seront jamais des féministe, mais seulement des opportuniste qui dessinerai attribuer une valeur financière et affective, juste de leur corps.

                Une femme ne peu s’épanouir, en pensant que seul sont corps a de la valeur.Elle resteront l’objet de l’hypocrisie et de la distraction.



                • Anne 20 septembre 15:09

                  @baleti J’ai l’impression que vous n’avez pas bien compris le message de cet article que par ailleurs vous réduisez à deux phrases. Je ne vois pas où vous avez vu qu’il s’agit d’enfermer la femme dans des chiffons ou de la réduire à son corps, ni qu’il y aurait dans ces phrases une « définition » du féminisme.
                  Il semble aussi que vous ayiez une définition du féminisme bien ....personnelle. Le problème du « niveau de réflexion » ne me paraît donc pas venir de l’article


                • baleti baleti 20 septembre 16:51

                  @Anne


                  J’ai très bien compris le sens de l’article, c’est pour sa que je m’adresse aussi au personne qui pourrai être tenter par « l’humanisme »

                  Comme il est dit plus haut le féminisme a été créer par des hommes et financer par des homme jusqu’a nos jour, pour utiliser les plus naïve a militer pour des intérêt qu’i les dépasse.

                  Quand les féministes auront acquiert le salaire des homme pour poste egale,la tu pourra dire que je vous ai mal comprissent.Tu remarquera que parler de salaire egale, n’est jamais une priot

                  Oui la définition du féminisme,que je cite, est personnelle, et est le fruit de se que je vois tous les jours. J’ai rencontrer des femmes qui militais vraiment pour une égalité des droit,Beaucoup ne se reconnaisse pas sous l’appellation féministe, rien le mot est égoïste.

                  Quant une personne me parle de droit, sans invoquer les devoir, sa ne peu être qu’une arnaque.



                • Anne 20 septembre 17:16

                  @baleti Ce n’est pas le cas ici et donc je ne vois pas en quoi votre diatribe contre le féminisme est pertinente. Merci de rester sur le sens du texte que, je répète, vous n’avez pas compris.
                  Par ailleurs, le féminisme « créé par des hommes et pour des intérêts qui les (les femmes) dépassent » c’est profondément misogyne tout comme vos leçons de féminisme, tout comme votre tutoiement déplacé.


                • baleti baleti 21 septembre 08:47

                  @Anne


                  ta raison

                • chantecler chantecler 21 septembre 10:51

                  @Anne
                  Curieux !
                  Quand je clique d’accord 100% les étoiles s’éteignent : apparemment le compteur fonctionne à l’envers , ce qui arrive parfois sur agx .
                  Pas grave : le combat continue .


                • Elena Mangusta 30 septembre 01:32

                  @baleti Définir le féminisme comme une déclaration de guerre ou un chantage affectif montre le niveau de réflexion ....
                  Et ce n’est pas une revendication égoïste, bien au contraire.
                  C’est la femme qui décide des conditions de son épanouissement.
                  A elle de décider si son corps a de la valeur ou pas et si c’est seulement ce qui la définit.
                   Bonne soirée.


                • baleti baleti 26 octobre 08:04

                  @Elena Mangusta


                  c,est justement ça
                  chercher a donner une valeur a son corps, pour le monnayer
                  c’est le féminisme, faire de la femme une vulgaire marchandise ! ! !

                  sache qu’il n’y a pas de féministe épanoui, juste un épanouissement de façade.

                  L’épanouissement passe obligatoirement,par l’honnêteté personnelle, il faut s’aimer sois même.


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 20 septembre 15:10

                  https://www.youtube.com/watch?v=I5I7XkipuFE. Claire Diterzi : je suis un pédé refoulé.


                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 20 septembre 15:17

                    https://www.youtube.com/watch?v=JZ-IwNw_Rh4. Idem : Tu voles de mes propres ailes.


                    • Anne 20 septembre 17:11

                      @Mélusine7 Merci de laisser des commentaires réels et non des liens vidéos.


                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 20 septembre 18:19

                      @Anne
                      Je vous ai pris au mot. REEN« CHANTER ». Je crains que tout développement philosophique ne serve strictement à rien selon l’adage : les femmes n’en font qu’à leur tête (ce qui en y réfléchissant n’est pas tout à fait exact). 


                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 20 septembre 18:45

                      @Mélusine7
                       Je vous ai pris« e »au mot,... « e » comme dans l’oeuf et la poule. Qui de l’homme ou de la femme aura décidé de la supériorité de l’un sur l’autre ?


                    • JC_Lavau JC_Lavau 20 septembre 15:45

                      Il y a très longtemps, quand j’étais minot, les féministes étaient des gens courageux, humanistes, qui luttaient contre des injustices qui à l’époque existaient. Actuellement ce sont leurs héritières qui poursuivent de mère en fille la guerre sexiste de misandrie, pour leurs privilèges.

                      Au 21e siècle dans nos pays surenveloppés, le féminisme maintenu est une école de malveillance, de déni d’autrui, et de harcèlement des boucs émissaires qu’il désigne.
                      Au 21e siècle dans nos pays surenveloppés, le féminisme maintenu détient les ministères, détient les tribunaux, occupe l’essentiel de l’enseignement, et détient les vitrines dans toute la presse aux ordres. Il est à présent une criminalité organisée, qui défend ses privilèges. C’est une industrie de la calomnie sexiste misandre.
                      Son évolution féminazie a été financée par des philanthropes tels que la C.I.A., Rockefeller et Soros, qui ont pour objectif stratégique d’utiliser ces idiotes fanatiques pour porter la plus éreintante des guerres civiles dans chaque famille, dans chaque foyer.
                      Accessoirement ; les narco-trafiquants profitent à fond de nos enfants déboussolés, privés de tout repère depuis que leurs pères et grands-pères ont été éradiqués. Les narco-trafiquants, dont la C.I.A. qui récupère là largement sa mise initiale.

                      • Ratatouille Ratatouille 21 septembre 21:01

                        @JC_Lavau
                        .
                        OUI ,mais à la fin elles meurent toutes seul sur le calage de la cuisine. smiley


                      • Anne 21 septembre 21:40

                        @JC_Lavau Je pense que le message ici n’est pas celui-là du tout smiley


                      • JC_Lavau JC_Lavau 22 septembre 00:46

                        @Anne. Tes états d’âme sont sans intérêt, en regard de la réalité d’une criminalité organisée, judiciairement assistée.


                      • FreeDemocracy FreeDemocracy 22 septembre 01:03
                        @JC_Lavau
                        bonsoir JC,

                        excellent 


                        à plus tard et continuez... smiley

                      • JC_Lavau JC_Lavau 22 septembre 10:41

                        @Anne. Presse aux ordres, Slate a vanté « Après le triomphe du misandrisme victimaire, osez le misandrisme triomphal ! » Osez ! Le risque est nul, on vous couvre. On tient déjà toute la presse, les ministères et les tribunaux.

                        Les électrices vivent huit ans de plus que les électeurs, en France, et elles votent sexiste. Le nez sur ses calculs électoralistes, Dominique Perben a donc donné instruction aux parquets de ne plus poursuivre les vols d’enfants : c’est un délit massivement féminin, donc à protéger.

                        Sport d’équipe massivement féminin, les accusations mensongères bénéficient de la prescription au bout de trois ans. Les effets se font sentir toute la vie, pour la victime.

                        Etc.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Elena Mangusta


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires