• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > République cache-sexe pour politiciens médiocres

République cache-sexe pour politiciens médiocres

La République est attaquée ! Une fois que l’on a dénoncé le caractère odieux du crime de Conflans-Sainte-Honorine c’est à une réflexion sur ce qu’est la République aujourd’hui dans une société telle qu’elle est que nous devrions entreprendre. Or, loin de là les politiciens et les traditionnels aboyeurs (intellectuels supermédiatisés, journalistes, etc.) n’ont de cesse que de mettre en avant les algues qui couvrent une mare sociale où une vase épaisse entraîne à des maux dont certains finissent par s’exprimer à travers un assassinat odieux, des attentats inqualifiables mais bien réels. Pourtant ils sont nombreux ceux qui ont tiré la sonnette d’alarme : Georges Bensoussan dès 2002 dans son ouvrage « les territoires perdus de la République », Gilles Kepel depuis qui conduits depuis des années des études sur l’évolution du phénomène islamiste et l’évolution du monde arabo‑musulman, jusqu’à un inspecteur général de l’Éducation nationale qui en 2004 remettait un rapport alarmant sur les atteintes à la laïcité dans l’École, et tellement d’autres historiens, sociologues, psychologues. Surtout n’expliquons pas, nous serions taxés de vouloir tout excuser. C’est ce refus d’analyse et d’explication qui conduit à ne pas voir la réalité d’une société et de phénomènes sociaux.

Alors aujourd’hui, comme chaque fois après un attentat, on voit déferler sur les médias télévisuels l’ensemble des phrases habituelles mettant en avant un premier groupe de politiciens et d’intellectuels : une droite extrême et autoritaire qui n’a toujours pas assimilé sa défaite dans la « Guerre d’Algérie » et qui, plus largement, n’accepte toujours pas la décolonisation à tel point qu’elle fait perdurer un ersatz de colonisation dans une France‑Afrique de plus en plus bancale. D’un autre côté sont les tenants xénophobes, anti‑immigrés sauf si les immigrés sont « comme nous », faut-il mettre dans ce groupe un ministre de l’Intérieur qui ne supporte pas de voir dans les supermarchés des rayons dédiés à des nourritures taxées d’être liées à une religion. Troisième côté, ceux qui sous prétexte de respect des personnes ont fermé les yeux sur les causes profondes et le malheur qu’est l’immigration ainsi que sur les conditions déplorables d’accueil en France. Enfin, quatrième côté, il y a la masse de ceux qui sont caricaturables par les « trois singes » : je ne vois rien, je n’entends rien, je ne dis rien, qui ne sont ni méchants ni bons, c’est au gré des circonstances. Au centre on trouvera les tenants du « en même temps », du « ni cela ni ceci » qui picorent au gré de leur humeur du jour chez les uns et les autres, chez ceux‑là il n’est pas rare de voir émerger un autoritarisme de circonstance qui pourrait être pertinent s’il n’avait le défaut de s’installer dans la durée, de perdurer. Chez ceux‑là, émerge la doxa, la pire des doxas celle des faux‑sachants, ceux qui savent tout sur tout comme Patrice Pelloux qui nous dit que la France est arrivée à un point de non‑retour comme si dans le fil de la vie nous pouvions réellement retourner en arrière, et Eddy Mitchell, interviewé par l’inénarrable Laurent Delahousse, nous expose que la justice n’est pas assez sévère, opinions que cela ou discussion de café du commerce ? En tout cas ces discours ne reposent ni sur une connaissance scientifique ni même sur une connaissance de la société ; ce ne sont que des discours convenus et creux de nantis éloignés depuis longtemps des réalités sociales. Outre cette doxa en tout genre, de quelles inepties, parfois dangereuses pour la société, les uns et les autres des politiciens et des intellectuels du microcosme nous abreuvent-ils ?

 

La droite extrême bien représentée par le parti Les Républicains (LR) propose, comme à son habitude, des mesures autoritaires et remarquablement coercitives, quitte à bafouer les Droits Humains fondamentaux et en contravention avec le Droit International. Ainsi on voit refleurir l’expulsion des condamnés étrangers ce qui s’appelle une « double peine », la déchéance de nationalité pourtant interdite par le Droit international. Ils osent même proposer une refonte de la Constitution pour proscrire le fait de refuser l’application d’une loi en raison de sa religion alors qu’il est déjà inscrit dans le marbre législatif que l’on ne peut pas s’opposer à appliquer la loi ; nous noterons, au regard des nombreuses affaires, qu’en cette matière les élus ne sont pas vraiment exemplaires. S’il s’agit, comme le suggérait un sénateur de s’opposer à ce qu’un homme refuse que son épouse soit examinée par un médecin homme, il faudra inscrire dans la loi que le malade n’a pas le choix de son médecin ce qui obligera à défaire la législation actuelle et sera en contravention avec les libertés de penser. Voilà qu’on ne pourrait plus choisir ni sa façon de s’habiller et de se faire soigner si on est musulman alors que n’importe quel catholique intégriste peut refuser l’avortement à sa fille mineur et que le Ministre de l’Éducation nationale veut imposer que les élèves s’habillent de façon républicaine ! Quant à toutes les calembredaines habituelles : renforcer les moyens de la police, fermer les Mosquées et les associations, avoir une justice plus sévère, etc., on se demande bien pourquoi ils ne les ont pas mis en œuvre avant alors qu’ils ont été au pouvoir 44 ans sur les 72 qui nous séparent du premier gouvernement après la Seconde Guerre mondiale. Au-delà de cela, à part le renforcement des moyens de la police (j’en parlerai plus loin) qu’ils ont largement détériorée, toutes leurs propositions ne valent pas plus que les menaces d’un Père Fouettard cacochyme et sénile.

 

Le deuxième groupe, représenté sur la scène médiatico-politique par le Rassemblement National, nous assène les mêmes remarques depuis sa naissance qui sont tellement similaires à celles de la droite. La différence n’étant que dans l’expression affirmée de sa xénophobie et de son rejet de l’immigration que la droite de la bien-pensance cache pudiquement.

 

Si ces deux premiers groupes n’ont vu de l’évolution de la société française qu’un moyen de s’arcbouter en s’appuyant sur des principes souvent incertains (laïcité, république, État, nation) contre une population qui les gêne lorsqu’elle essaie d’exister, c’est qu’ils se cachent derrière une République qu’ils bafouent allègrement. Essayez donc de voir ce qu’il y a d’égalitaire et de fraternel dans leurs politiques. Le troisième groupe, mû par une idéologie souvent fumeuse, un maniement de concepts (république, laïcité) du même niveau intellectuel que pouvait être gastronomique la tambouille des cantines autrefois, s’est caché derrière son petit doigt pour ne pas apporter de réponse à une évolution criante de la société. Rappelons‑nous l’histoire (1989 à 1994) du foulard islamique à l’école où le ministre Jospin publia une circulaire laissant libres les enseignants d’accepter ou de refuser une enfant pourtant le voile alors que le Conseil d’État qu’il avait sollicité avait indiqué qu’il n’y avait pas d’incompatibilité entre le port du voile en classe et le principe de laïcité ! Quelle réponse les Socialistes ont-ils donnée à la Marche des Beurs ? Quelles réponses ont-ils apportées aux problèmes de vie dans les banlieues : la politique de la ville de Bernard Tapie qui pensait que le football et l’animation de loisirs par des policiers allaient permettre à des gens dans la souffrance et la relégation de vivre mieux ? La Gauche a laissé de multiples formes de ghettoïsation s’installer en France : à l’école, dans le travail, dans les banlieues. On pouvait penser que le PS revenant au pouvoir en 2012 les services publics en banlieue allaient renaître, loin de là, il n’a su que mettre en avant un Premier ministre qui refusait (et refuse toujours) toute analyse et pour lequel toute explication ne serait qu’une tentative d’excuser l’inexcusable et une promotion de la criminalité. Ce faisant le PS sous Hollande et avec Valls a rejoint une démarche « droitière » où l’on refuse de regarder la société et de prendre en compte les gens, à part bien sûr les élites. Notamment il y a eu, largement relayé par le corps enseignant et les associations laïques, un refus de voir croître le phénomène religieux qui a été rejeté dans un catalogue de vieilleries dont on parle de temps à autre pour rappeler que « dans le temps » les gens étaient incultes, c’était l’obscurantisme, mais qu’aujourd’hui les gens sont tellement mieux avec d’autres formes d’emprise, d’addiction et de religiosité, c’est la lumière : alléluia. Ce n’est pas comme ça dans la « vraie vie » et c’est, bien sûr, plus complexe. Pourtant la Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires (MIVILUDES) ne cessait d’alerter.

 

Voilà que nous arrivons au centre : ni droite ni gauche, en même temps, tout doit se construire autour de la valorisation des « premiers de cordée », les autres ne sont rien. Les premiers représentent dignement la nation et valorisent le pays, les autres coûtent « un pognon de dingue » versé à fonds perdu. Toutefois comme on craint les émeutes (qui n’ont pas été évitées en 2018-2019) le gouvernement distribue, avec force publicité servi par des journalistes affidés ou stupides, quelques poignées d’écus pour calmer les ardeurs mais au bout ne règle rien de la misère sociale dans laquelle vivent « les sauvageons ». Si on peut espérer que le dédoublement des classes de CP et de CE apporte quelques bienfaits dans le long terme en quoi cela règle‑t‑il le problème des difficultés à finir les fins de mois qui est un problème immédiat ? Quand ces enfants qui auront mieux profité de l’école seront adultes, qu’est-ce que la société leur offrira : la défiance, l’interdiction de pratiquer leur religion en toute quiétude, la relégation dans leur ghetto ? En attendant ils vivront dans l’interdiction de connaître leurs racines culturelles donc de faire des choix raisonnés, on prend alors le risque de les contraindre à adhérer par docilité filiale à une culture trop traditionnelle (pour faire simple). Quelle place et quel rôle pour l’École dans une société de plus en plus coercitive ? Sera‑t‑elle là pour émanciper ou pour formater ? On doit s’interroger sur le rôle de l’École dans la construction de la société comme sur celui du système de santé et de la police au regard de l’orientation que certains voudraient donner à la gouvernance du pays et que certains ont amorcé en, par exemple, supprimant la MIVILUDES et en la rapatriant au sein du Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR) pourtant entre ces organismes les missions et surtout les méthodes d’approche sont différentes. Ne peut‑on pas voir là une volonté de criminaliser les phénomènes sociaux, serait-ce un prélude à un gouvernement autoritaire ?

 

Ce sont cette misère sociale, cette quasi‑interdiction d’exprimer librement sa culture ancestrale joint à l’orgueil d’un pays qui croit à sa suprématie culturelle avec ses gouvernants qui sont restés à l’image d’une France du 19e siècle qui font le lit de ce que, sans très bien savoir ce que ça veut dire, Emmanuel Macron appelle le séparatisme. La réponse simple que peuvent donner les gouvernants est celle du RN : s’ils ne se plaisent pas « chez nous » qu’ils ne viennent pas ou qu’ils retournent chez eux, sauf que beaucoup sont la deuxième voire la troisième génération née dans l’Hexagone. L’autre axe de travail c’est de développer un discours autoritaire et une volonté coercitive comme le font les ministres derrière le président de la République : les salafistes ne passeront pas, aucun salafiste ne pourra plus dormir tranquille, cette bataille c’est la nôtre et elle est essentielle… et on y ajoute de la critique contre l’opposition politique avec Marlène Schiappa dont l’intelligence politique et sociale me surprend toujours : ils sont nombreux à s’être couchés devant les salafistes. Nous avons aussi, comme souvent mais amplifiés par une volonté de jouer les matamores les discours larmoyant et creux du style de ceux de Macron qui baigne dans une philosophie de salon, livresque et détachée de la réalité sociale : « Je veux dire ce soir à tous les enseignants de France que nous sommes avec eux, que la nation toute entière sera à leur côté, aujourd’hui et demain, pour les protéger, les défendre, leur permettre de faire leur métier qui est le plus beau qui soit : faire des citoyens libres » à ceci près que quand il s’agit de créer des postes d’enseignants ou de réviser à la hausse les salaires plus personne n’est avec eux, et quant à faire des citoyens libres il va falloir se mettre d’accord sur ce qu’est cette liberté où on peut caricaturer un « arabe » mais pas un « juif ». Au-delà de l’aspect marketing politique de la part d’un politicien que veut dire : « La République dans ses valeurs, les Lumières, la possibilité de faire de nos enfants, d’où qu’ils viennent, qu’ils croient ou qu’ils ne croient pas, quelle que soit leur religion, d’en faire des citoyens livres. Cette bataille, c’est la nôtre et elle est existentielle. » Il y a longtemps que la République, celle voulue par les Révolutionnaires, n’existe plus si jamais elle a vraiment existé ; quant à la Nation c’est un terme qui n’a plus de sens pour la très grande majorité des habitants de ce pays si jamais elle en a eu un en dehors des périodes de guerre. Alors on en appelle à la reconstruction du vivre ensemble, mais celui‑ci ne se décrète pas, son existence est subséquente aux conditions de vie dans une société, tout comme la mixité sociale ; nous pourrions d’ailleurs rappeler qu’il y a une véritable ségrégation de territoires d’habitation, que tout le monde n’a pas « également » accès aux soins, que les enfants des « dominants » vont plutôt dans certaines écoles notamment religieuses comme le lycée de la Providence à Amiens qui affichent leur attachement à une doctrine religieuse comme l’annonce la page d’accueil du lycée La Providence qui met en avant sa tutelle à la règle Jésuite. Après tout ne leur jetons pas la pierre puisque Gabriel Attal, affidé de Macron, comme Juan Branco, pourfendeur de Macron, ont été, tous les deux, élèves de l’École Alsacienne. C’est là une pâle caricature des lignes de fractions de la société française qui se transforment au fil des années, depuis 50 ans, en véritable ligne de friction. Comment, dès lors, peut-on encore en appeler à « la Nation » ? Si le Rassemblement National, arrivait au pouvoir et boutait hors de France l’ensemble des immigrés, il se trouverait confronté aux mêmes lignes de fraction et aux mêmes velléités de friction avec des autochtones qui vivent le même genre de ghettoïsation économique et territorial.

 

Quant aux enseignants dont je connais bien la difficulté du métier et l’état d’abattement dans lequel ils sont, il faut avancer avec prudence dans les déclarations et ne pas confondre les propos idéalisés et d’intention avec la réalité quotidienne vécue par les élèves dans les classes. Ainsi, les propos Frédérique Rolet, secrétaire générale du syndicat enseignant SNES-FSU, sur France Info, rendent plus compte d’une intention que d’une réalité universelle : « Cela frappe les enseignants dans ce qu’ils ont de plus cher, c’est-à-dire un métier où on rappelle ce que c’est que la liberté d’expression, ce que c’est que la tolérance », « Il faut bien montrer que la nation est soudée autour de ces valeurs de liberté d’expression ». Où est la liberté d’expression lorsque vous ne pouvez pas refuser de vous associer à une minute de silence ? Où sont la liberté d’expression et le respect lorsqu’une équipe enseignante écrit dans un dossier d’orientation : « si X ne rentre pas dans « tel établissement » elle suivra son destin de « femme turque  » ? Heureusement même si la connerie est très répandue elle n’est pas plus universelle mais autant que la bienfaisance ce qui nous préserve de bien des maux sociétaux. En outre M. Rollet devrait se rendre compte que la nation est d’autant moins soudée qu’elle n’existe pas, quant à la liberté d’expression c’est surtout une affaire d’intellectuels, dans les bistrots dont le comptoir et le parlement des pauvres comme l’écrivait Balzac, ce n’est pas la préoccupation première, du moins pas cette expression-là. Il faudra, un jour, s’interroger sérieusement sur ce que proposait cet enseignant à ses élèves, pourquoi aurait-il eu l’idée de demander à certains élèves de quitter la classe, justement ceux qui ont le plus besoin d’être confrontés aux discours sur la liberté d’expression et sur la laïcité. Il faudra aussi aider les enseignants pour qu’ils puissent produire un Enseignement Moral et Civique autant apaisé qu’apaisant ; on ne peut pas se contenter de guides et des quelques webinaires, il est des domaines où la formation doit se faire en présentielle dans la confrontation avec le vécu des uns et des autres. La laïcité comme la liberté d’expression s’enseignent moins qu’elles n’ont à être vécues et confrontées au quotidien des élèves qui vivent à l’aune d’une liberté d’expression où celle‑ci est sommée d’être conforme à la pensée dominante pour pouvoir s’exprimer librement.

 

Alors il ne faut pas ne rien faire, voilà trop longtemps que les gouvernants se voilent la face et que les intellectuels du microcosme se chamaillent autour de queues de principes et de notion (dans ma campagne on parlait de queues de poires). Il faut penser le problème dans sa globalité et sa complexité en regardant la société et ses fractions, ses misères économiques et culturelles. J’ai vu monter en puissance l’Islam radical et l’Évangélisme au Gabon multiconfessionnel où, par exemple, la direction de l’enseignement primaire du Ministère de l’Éducation nationale affiche une direction de l’enseignement public, une direction de l’enseignement catholique, une de l’enseignement protestant et une de l’enseignement islamique. Malgré cela Islam radical et Évangélisme ont cru sur le lit des pauvretés ; tous les Imams que je rencontrais me disaient leur désarroi face à ce phénomène mais comment lutter contre ces écoles gratuites où il n’y a pas de grève, contre l’ouverture de lieux de soins gratuits quand le système de santé est déliquescent ? Nous sommes, pour certains habitants et dans certains lieux (territoires) de l’Hexagone dans des situations voisines.

 

Charlie Hebdo publiait sur son site au lendemain de l’odieux attentat : « L’intolérance vient de franchir un nouveau seuil et ne semble reculer devant rien pour imposer sa terreur à notre pays », est-ce vraiment être tolérant que de se moquer de la religion de l’autre ? Qu’y a‑t‑il de tolérance quand ceux qui ont brûlé l’effigie de Macron en place publique à Angoulême ont été punis de peines de prison ? Pas de blasphème quand il s’agit de religion, mais blasphème quand il s’agit de Jupiter, sans doute sont-ce cela la laïcité et la liberté d’expression ? Toujours Charlie Hebdo qui nous explique « Seule la détermination du pouvoir politique et la solidarité de tous mettront en échec cette idéologie fasciste », on ne va pas resservir ici, quoique la tentation soit grande, l’action du gouvernement et de la police contre les Gilets Jaunes, et puis fascisme ça fait un peu tarte à la crème comme quand on n’a rien à mettre sur la pâte de la tarte, on coule un peu de crème sucrée Je suis comme l’imam Tarek Ou brou qui défend le droit à la caricature, mais interrogeons‑nous sur son universalité tant dans le pays que vis-à-vis de telle ou telle communauté culturelle. Interrogeons‑nous sur comment faire pour que ce droit soit admissible par tous ? En 1905, au moment de l’émergence et de l’installation de la loi sur la laïcité et l’État, les réactions étaient vives en présence de caricatures. Il a fallu du temps, un long travail politique pour que les choses s’apaisent. Nous avons besoin d’un État qui apaise et besoin de réfléchir collectivement dans la sérénité.

 

Prenons le salafisme pour ce qu’il est : un phénomène sociétal indissociable de l’évolution et de l’état de la société et du monde, et considérons qu’il entraîne à chaque attentat une crise dans laquelle chacun d’entre les femmes et les hommes se trouvent meurtri.e.s, et la société française bouleversée dans ses fondements modernes. J’emprunterai ici à Alain Thomasset dont l’éditorial dans le dernier numéro de la « Revue d’éthique et de théologie morale » (2020/2 N° 306) s’intitule « Accueillir et penser l’évènement » et j’entends les ayatollahs de la République et les laïcards de la Libre-Pensée et des Loges crier au parjure et au scandale, car pour eux la liberté d’expression ne s’exerce trop souvent que quand on partage les mêmes références qu’eux et qu’on est du même avis que le leur. Ainsi, Alain Thomaset écrit à propos de la pandémie de la COVID19 mais je trouve à son propos un caractère de possible généralisation : « Dire que cette crise est un événement signifie qu’il nous revient de dépasser le simple vécu de l’expérience immédiate pour en saisir le sens, pour le laisser travailler nos imaginaires et nos émotions, pour laisser poindre d’autres manières de penser notre identité et notre rapport au monde. L’événement est ainsi une « situation d’ouverture », c’est-à-dire, comme l’indique le théologien Christoph Theobald, « une situation individuelle et collective qui a la vertu d’ouvrir subitement notre regard sur la totalité de notre existence, par définition inachevée, voire de l’ouvrir sur la totalité de la société en sa fragilité radicale. Notre être est alors mis en jeu et nous sommes provoqués à la relecture et au récit » ». Il ne s’agit pas de ne rien faire, qui accepterait que le Gouvernement reste inactif quoique ça fasse bientôt 40 ans que les gouvernements successifs ne font pas grand‑chose à part barguiner et accumuler les cataplasmes sur la jambe de bois sociale ; il y a à faire mais ne nous enfermons pas ni dans une histoire révolue ni dans des principes qui ne seraient pas modernisés.

 

Outre l’instauration d’un climat de réflexion apaisé où le gouvernement doit obtenir de tous de la retenue (on se demande d’ailleurs quelle unité nationale nous vivons en présence des vociférations des membres de LR) et de la réflexion sur un problème social, éducatif, culturel et sécuritaire. Sur ce dernier point il n’est pas nécessaire, voire il est improductif, de multiplier les lois et les sanctions, il en existe déjà tellement qu’il faudrait mettre en œuvre avec intelligence et discernement. Ce qui est nécessaire c’est d’augmenter les effectifs de la police afin de recréer un vrai service de renseignements capable de s’informer et de surveiller ; la transformation des Renseignements Généraux, la fermeture et le regroupement des brigades de Gendarmerie en zone rurale n’a pas été une bonne idée et a démuni le « territoire » hexagonal de sources de connaissance de la vie sociale. Comme pour les enseignants il faut former les policiers et les gendarmes à la connaissance de phénomènes sociétaux d’aujourd’hui, or depuis 20 ans la durée des formations initiales comme continues ne cesse de se réduire ; corollairement il faut plus de personnel car pas essence le personnel en formation n’est pas opérationnel sur le terrain. On voit là se dessiner un morceau d’un projet de société plus social et très éloigné de la pensée néolibérale.

 

En entendant je crains que la cacophonie intellectuelle ambiante et la précipitation macronienne laissent redouter que l’État pourtant républicain et laïque ne soit en train de raviver la guerre de religions et je partage l’inquiétude de l’Imam de Bordeaux Tarek Ou brou : « On est entre le marteau et l’enclume. […] Ces actes confirment les préjugés sur l’islam, donc automatiquement les gens vont faire un lien avec la religion, […] c’est terrible pour les musulmans de France. […] La quasi-totalité des musulmans de France veulent vivre tranquillement, paisiblement, dans la discrétion parmi leurs concitoyens français », or voilà qu’on les montre du doigt, on les ostracise, on ferme « préventivement » leurs lieux de culte et leurs associations. Tarek Ou brou rappelle justement que « Ces actes-là [les attentats], ils sont là pour semer cette brisure, cette fissure, cette division entre une communauté spirituelle, musulmane, qui veut vivre vraiment en paix ». Alors quand on parle d’unité nationale on préserve tout le monde car on voit bien dans les réponses au message Twitter de Jean-Michel Blanquer comment les amalgames se font : « Avec l’enseignement de l’arabe pour tous ? Avec les menus spéciaux à la cantine ? Avec les mères voilées en sorties scolaires ? Il y a DANGER. Réagissez avant qu’il ne soit trop tard ! », et comme il est écrit comme sur Causeur où un musulman apostat déclare : « L’islam est une religion conquérante, toute son histoire est émaillée par la conquête, en tout cas jusqu’à maintenant. » De là à la haine il n’y a qu’un pas, un tout petit pas ; sera-ce une haine admissible, admise ? Il semble aujourd’hui qu’il y a une sorte d’unité contre la haine mais il ne faut pas confondre être côte à côte dans une manifestation avec être ensemble encore moins avec être unis, il ne faut pas non plus oublier, moins encore nier, qu’il n’existe ni unité ni unanimité et peut-être pas de consensus sur ce que sont la laïcité et la République. Alors, il faut être humble et faire une place au discours de l’Autre, sans pour autant accepter les actes délictueux que sont les crimes et les attentats. C’est à ce prix, éducatif pour tous, que la paix peut être retrouvée. Les gouvernants et les intellectuels français devraient méditer cette citation extraite d’un article publié, au lendemain de l’assassinat du professeur, sur le site du journal Juif-Tunisien « Harissa » sous la plume de Michèle Mazel dans un article intitulé « Menaces islamiques sur la France » : « Longtemps la voix de la France a résonné haut et fort. Aujourd’hui on l’entend encore mais on ne l’écoute plus. » Macron a beau jeu d’en appeler à l’esprit des Lumières, il y a longtemps que les Lumières ont quitté l’esprit de nos gouvernants et que la France ne brille plus dans la société des humbles de notre monde.


Moyenne des avis sur cet article :  3.16/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

67 réactions à cet article    


  • binary 21 octobre 18:28

    Déballage, d affligeantes naïvetés. Arrêtez d inventer un futur merveilleux grâce à des méthodes magiques qui n ont jamais existées dans le passé. L Islam sert à faire la guerre depuis sa création. Citez un seul contre exemple.


    • Rinbeau Rinbeau 21 octobre 19:03

      @binary

      Ben Le christianisme !


    • Decouz 21 octobre 22:11

      @binary
      Un seul, là où l’islam est le plus important en nombre à l’heure actuelle, Asie du Sud Est, Indonésie et Malaisie principalement, il est arrivé avec des marins et des marchands.


    • Decouz 21 octobre 22:20

      @Decou
      De même une partie de l’Afrique sub saharienne a été islamisée sans conflits armés,ou alors il y a eu des conflits mais en juxtaposition des conflits tribaux prééxistants ou bien en liaison avec la colonisation (parfois dans le sens de celle-ci contre d’autres ethnies ou tribus, ou instrumentalisé par celle-ci en jouant des rivalités), on peut aussi parler de certains états d’Afrique de l’ouest, pas d’armées et pourtant islamisation.


    • binary 21 octobre 23:49

      @Decouz
      Vous pouvez dire la même chose de l islamisation de Médine ou du neuf-trois.
      L islam est une armée et sa méthode de recrutement. Ce qui ce passe ensuite dépend des forces en face, mais c est toujours une guerre.
      L islamisation sans résistance de l occident, est quand même une première en 14 siècles de conquêtes.


    • karim 22 octobre 08:44

      @binary

      Allah ne vous défend pas d’être bienfaisants et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus pour la religion et ne vous ont pas chassés de vos demeures. Car Allah aime les équitables. Coran


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 22 octobre 10:43

      @binary

      Il est inexact, concernant la France, de parler « d’islamisation sans résistance ».

      Ce fut bien pire : l’islamisation s’est faite de façon active, par la volonté des gouvernants et politiciens de toutes tendances, et par le renoncement, ou/et la tricherie, de nombreux journalistes, enseignants, et intellectuels de toutes sortes (dont beaucoup de philosophes).

      Cette volonté et ce renoncement ont pour origine la détermination DE NE PAS ÉTUDIER sérieusement le contenu des différentes théologies.

      La très mauvaise laïcité a ainsi favorisé celles d’entre elles qui sont des théologies criminogènes dès la création de la religion, ce qui est flagrant dans l’islam.


    • Fergus Fergus 22 octobre 11:23

      Bonjour, binary

      En réalité, il est faux d’affirmer, comme le font trop de gens, que l’Islam n’a toujours été qu’une religion de violence. Le problème est que l’Islam nourrit chez une part importante de ses croyants manipulés des dérives fondamentalistes qui débouchent sur le djihad et ouvrent la voie au terrorisme de l’islamisme politique en conditionnant mentalement au meurtre les plus fanatiques et les plus fragiles.

      En novembre 2014, j’ai consacré un article à cette très belle légende : L’islam et les Trente oiseaux, mise en vers par le grand poète persan Farîd ud-Dîn. Dans ce texte dédié à la sagesse et à la tolérance, je fais également allusion à cet autre grand intellectuel qu’a été Omar Khayyam, un poète persan qui, dans ses Rubáiyátchantait l’amour des femmes et les plaisirs du vin.

      Toutes choses inimaginables de nos jours, hélas ! chez les musulmans conditionnés,, jusque dans nos mosquées dévoyées, par les prêches intégristes des salafistes et des Frères musulmans. Paradoxalement, l’Islam a vécu ses « Lumières » au 13e siècle et, depuis, s’est enfoncé dans l’obscurantisme alors que les autres religions effectuaient le parcours inverse depuis le Moyen Âge. 


    • Aristide Aristide 22 octobre 11:39

      @Fergus

      En réalité, il est faux d’affirmer, comme le font trop de gens, que l’Islam n’a toujours été qu’une religion de violence.

      La violence n’est que le moyen de répondre à l’expansionnisme musulman depuis son origine. Les guerres, le djihad est un des pilier de cette pratique politique consistant à soumettre les hommes à la loi de Dieu, la charia. 

      L’islam contient tout ce qui est nécessaire pour alimenter et même favoriser les dérives, s’il existe une minorité de pratiques qui limitent l’islam à une croyance individuelle, la plupart légitiment la pratique collective et politique, plus certaines préconisent la soumission des incroyants ou encore pire leur meurtre.

      Maintenant vous pouvez continuer à vous interdire de voir la réalité de cette religion et vanter ici et là, des poètes musulmans qui avaient une pratique individuelle, vous ne pourrez que constater que la pratique actuelle a dérivé dans le sens politique.

      Le pire est la vision du majorité de jeunes musulmans, souvent ignares de leur propre religions d’ailleurs, qui rejettent NOTRE société, sa culture et ses moeurs. 


    • freedom2000 freedom2000 22 octobre 12:03

      Pour ceux qui connaissent Tik Tok,

      Avez vous remarqué que les jolies filles adorent venir exhiber leur corps,

      que les chinois montrent leur savoir-faire ou talent en matière de fabrication des objets

      et que les musulmans adorent exhiber leur voiture hors de prix ou liasses de billets, facilement gagnés ?

      Alors que le salaire moyen chinois a explosé ces dernières années ( 500 dollars mensuels), pourquoi les entreprises occidentales ne se décident pas à délocaliser leurs usines en Afrique ou dans les pays musulmans, aux salaires pourtant bien moins élevés ?


    • vraidrapo 22 octobre 15:48

      @Rinbeau
      Le christianisme dévoyé, pour être honnête !

      Il ne faut pas faire insulte à l’esprit du mec qui s’est fait crucifier pour le salut des Hommes...

      Toi aussi devrais écouter E.Zemmour, il travaille dans la nuance.


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 22 octobre 15:53

      @binary

      « L islamisation sans résistance de l occident, est quand même une première en 14 siècles de conquêtes. »

       

      Oui, et c’est la fameuse République qui s’y est collée. Elle va très très bientôt payer pour n’avoir pas assurer la sureté à ses citoyens Français de France.


    • Traroth Traroth 22 octobre 16:17

      @binary
      Vous demandez un exemple, un seul exemple. D’autres commentateurs vous en présentent plusieurs. Mais vous décrétez avoir raison quand même. C’est le sophisme de l’argument irréfutable. On peut vous présenter n’importe quel argument, vous estimerez quand même avoir raison.


    • ASTERIX 22 octobre 18:26

      @Rinbeau

      LREM TOUJOURS AUSSI LENTS ET MOUS /

      un discours et une réformette par semaine ils ont mis 10 MOIS POUR RENTRER

      DANS LE DUR  !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      les djihadistes at LREM ont un point commun : etre abrutis ET ’possèder un cerveau REPTILIEN
      D’un coté la prière de l ’autre le discours !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


    • egos 22 octobre 08:14

      « un homme refuse que son épouse soit examinée par un médecin homme, il faudra inscrire dans la loi que le malade ... »

      Quel sens donner à cette formulation, ledit homme serait il malade par procuration, la femme reléguée au rang juridique de mineure ?


      • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 22 octobre 09:05

        La situation est alarmante ,face au danger que représente l’islam salafiste qui est l’islam politique la plus rétrograde et la plus conquérante,nos politiques actuels comme ceux d’avant se sont tout simplement couchés et ont tous adoptés une conduite et une stratégie munichoise.( voir le sens B)

        https://cnrtl.fr/definition/munichoise.

        Ne nous leurons pas, cet islam veut conquérir l’Europe. Nous sommes arrivés à la situation où W.churchill avait dit aux anglais : « Voud avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur, vous aurez la guerre et le déshonneur ».

        http://www.linternaute.fr/citation/4125/vous-avez-voulu-eviter-la-guerre-au-prix-du-deshonneur---winston-churchill/

        Ce n’est pas nos « cérémonies bougies » que cet islam reculeta,mais avec des actions autrement plus musclées, et ce n n’est pas nos politiques actuels genre nouilles molles au max, islamocompatibles pour certains que nous y arriverons. Comme je le dis depuis au moins deux ans, seul un pouvoir militaire est capable de renverser la situation. ( Les pleureuses patentée du site je suis blindé !)

        Pour finir,méditez sur cette déclara tion

        Islamisme radical : « Il y a un risque de guerre civile », prévient Pierre de Villiers sur RTL.

        https://www.rtl.fr/actu/politique/islamisme-radical-il-y-a-un-risque-de-guerre-civile-previent-pierre-de-villiers-sur-rtl-7800908370

        @+P@py


        • tonimarus45 22 octobre 09:15

          @Gilbert Spagnolo dit P@py---’’’’’Ne nous leurrons pas, cet islam veut conquérir l’Europe. Nous sommes arrivés à la situation où W.churchill avait dit aux anglais : « Voud avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur, vous aurez la guerre et le déshonneur »’’’’ oui pacte ou accords de munich par ceux que l’on appelle les « munichois »



        • ASTERIX 22 octobre 18:38

          @tonimarus45

          c’est bien TROP TARD POUR REAGIR a part si nos CATHOS FACHOS veulent remettre les CROISADES ON EN FAIT DEJA une AU mali §§§§

          L’EUROPE EST UNE BANDE DE RIGOLOS financier !!!!! « SANS ARMEE » ......EUROPE comme la SUISSE financiere  !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


        • tonimarus45 22 octobre 09:11

          @ Latouille—«  »«  »«  »« La Gauche a laissé de multiples formes de ghettoïsation s’installer en France ..ect »«  »«  »«  »dites vous-De quoi parlez ??? de gauche il n’y en a plus eu au gouvernement depuis 1980 et encore a condition de considerer que « mitterand » fut socialiste ;;Josquin ?? celui qui disait«  »attention ne vous y trompez pas « mon programme n’est pas socialiste » ou hollande grand fossoyeur du code du travail , des acquis sociaux et des lois du « CNR » qui a mis les pieds a l’etrier a "macron qui apres avoir ete un de ses conseillers fut un de ses ministres.Il faut avoir votre immense imagination pour penser que tous ceux que je viens de citer furent un jour socialiste et encore moins heritier de jaures


          • McGurk McGurk 22 octobre 09:34

            On est pas « attaqué par des terroristes » ou bien des « religieux fanatiques ».

            Les autorités les ont simplement laissé venir par « humanisme », obtenir la nationalité et prêcher toutes leurs conneries jusqu’au moment où le couvercle explose.

            Tandis qu’on va perquisitionner chez quelques uns d’entre eux, le public qui voulait des coupables les aura et ça l’empêchera de réfléchir sur le pourquoi du comment.

            Mais pendant ce temps, le citoyen lambda continuera d’être agressé par la politique inapte et débile des gouvernements successifs, les lois immondes votées au su et vu et tous sans que les Français ne demandent un changement de cap démocratique.

            En ce qui me concerne, j’ai été, hier, en me baladant avec un proche dans une ville riche, contrôlé par un groupe de flics sorti de sa voiture et qui avait visiblement besoin de sortir ses gros muscles.

            Peut-être n’étais-je pas assez richement vêtu ou bien mon ami trop mat de peau, on a eu droit à une fouille de nos sacs ainsi qu’une fouille au corps (une première en trente ans), sans motif bien sûr.

            Apparemment, avoir une barbe de trois jours signifie pour eux, vu les questions posées, qu’on est soit un vendeur de shit, consommateur de substances illicites ou bien une repris de justice déjà passée au poste de police (je n’invente rien, c’est ce qu’on m’a demandé).


            • Olivier Perriet Olivier Perriet 22 octobre 10:12

              La France de 2020 se penserait comme la France de 1900 et son Empire colonial ? À voir.

              Les Hussards noirs de la République, même très anti cléricaux, n’auraient certainement pas fait commenter une « Une » de Charlie Hebdo dans un « débat » scolaire. Il faudra y revenir, tôt ou tard :

              l’école n’est pas l’Assemblée Nationale


              • Fergus Fergus 22 octobre 11:30

                Bonjour, Olivier Perriet

                Pas d’accord avec vous.

                Dans le cadre de la formation civique, et plus particulièrement en abordant la « liberté d’expression », il est indispensable que les élèves soient mis en présence de caricatures visant le monde politique, celui des affaires, les religions et les moeurs. 

                La « faute » ne pourrait en aucun cas être dans le fait de montrer des caricatures religieuses, mais dans la volonté délibérée de ne montrer qu’elles. Ce n’est pas, semble-t-il, ce qu’a fait Samuel Paty qui, en l’occurrence, a parfaitement respecté l’esprit de cette formation.


              • troletbuse troletbuse 22 octobre 11:43

                @Fergus
                Ben oui Fergus, pour l’éducation sexuelle, on pourrait également montrer des photos ou même des vidéos de partouzes, triolismes, j’en passe et des meilleurs.
                Sur ce point, vous m’expliquerez pourquoi vous n’êtes pas d’accord  smiley


              • Aristide Aristide 22 octobre 11:54

                @Olivier Perriet

                Quel anachronisme !!!

                L’école a été l’instrument de construction de la nation, et à l’époque il s’agissait par exemple d’imposer le français, d’interdire les usages locaux, d’imposer une histoire revisitée, et accessoirement de dénoncer les religions ... Et les méthodes utilisées étaient tout autant impératives ...

                Aujourd’hui il est du devoir de l’éducation nationale de rappeler toutes les valeurs de notre république et la liberté d’expression en fait partie ... 


              • Pierre Régnier Pierre Régnier 22 octobre 12:06

                @Aristide

                Prenez en compte, tout de même, le dernier commentaire ci-dessus de Fergus.


              • Aristide Aristide 22 octobre 12:16

                @Pierre Régnier

                Qui ne change rien au fait que l’éducation nationale et donc les enseignants sont dans leur devoir de rappeler les valeurs de notre république.

                Il faut être de mauvaise foi pour écrire « Il faudra y revenir, tôt ou tard : l’école n’est pas l’Assemblée Nationale »


              • tonimarus45 22 octobre 12:47

                @Fergus fergus semble en savoir bien plus que moi quand aux caricatrures montrees


              • tonimarus45 22 octobre 12:54

                @troletbuse---Tres bonne reponse a « fergus »


              • Fergus Fergus 22 octobre 15:59

                Bonjour, tonimarus45

                Je n’ai rien affirmé mais rapporté ce que j’ai entendu ici et là. D’où ma prudence exprimée par la formulation « semble-t-il ».


              • tonimarus45 22 octobre 17:37

                @Fergus comme disait coluche« quand on n’en sait pas plus ;;ect » Qu’auriez vous dit si j’avais dit« ce professeur a presente exclusivement des caricatures de »mahomet" SEMBLE T’IL ????????????


              • Fergus Fergus 22 octobre 20:40

                @ tonimarus45

                Je ne vous aurais pas contredit si cela avait été rapporté par différents médias. Or, c’est le contraire qui a été dit dans plusieurs médias !



                • tonimarus45 22 octobre 12:52

                  @Gilbert Spagnolo dit P@py-Oui et----«  »«  »«  »«  »

                  La mosquée Nur El-Muhamadi, la plus ancienne de Bordeaux, a été vandalisée mercredi. Des vitres ont été brisées et des murs tagués. À Béziers, une mosquée a été menacée via Facebook.

                  Des vandales ont ciblé la mosquée Nur El-Muhamadi à Bordeaux dans la nuit du 20 au 21 octobre. Selon la préfecture de la Gironde, des vitres ont été brisées et des murs tagués avec l’inscription « Mahomet = Lâche », accompagnée de croix de Lorraine et de croix celtes. Des photos prises sur les lieux ont été diffusées par les médias français.

                  curieusement vous n’en partez pas


                • Léon 22 octobre 12:15

                  Les massacres d’Utoyea et de Christchurch ne sont pas attribués à des salafistes que je sache. Quelle réaction l’Eglise si un enseignant avait montré le petit Zezu dans la même posture avec le même attirail que ce que suggère le dessin choisi par l’enseignant ? Si, de plus, un émigré catholique en mal d’intégration passe par là... Il y a une cinquantaine d’années l’éditeur JJ Pauvert risquait la prison pour oser publier Sade. Mais c’est plus facile de s’en prendre aux autres. Et que dire de la liberté d’expression de Monsieur Assange ? Quand l’Education nationale autorise les enseignants à traiter la liberté d’expression en accusant « les autres » de la menacer, elle ne protège pas ses fonctionnaires, elle les laisse en première ligne à découvert.


                  • tonimarus45 22 octobre 13:50

                    @Léon-tout a fait et pire si cela etait la religion du peuple elu


                  • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 24 octobre 21:23

                    @Léon

                    Il est normal de menacer de prison quelqu’un qui publie des écrits promouvant la pédophilie, la torture, les viols repetes, la séquestration et autres crimes comme le fait Sade.


                  • Aristide Aristide 22 octobre 12:21

                    Ce sont cette misère sociale, cette quasi‑interdiction d’exprimer librement sa culture ancestrale joint à l’orgueil d’un pays qui croit à sa suprématie culturelle avec ses gouvernants qui sont restés à l’image d’une France du 19e siècle qui font le lit de ce que, sans très bien savoir ce que ça veut dire, Emmanuel Macron appelle le séparatisme. 


                    Assez ridicule présentation des causes de ce terrorisme ordinaire. un soupçon d’auto flagellation, une louchette de misère sociale, une pincée de droit à ne pas adopter les valeurs de notre société, ... et le compte y serait.


                    N’en jetez plus, on a compris ... le discours victimaire qui justifie le terrorisme, à pleurer tellement il est confondant de naïveté ou pire de simple bêtise.


                    • tonimarus45 22 octobre 13:48

                      @Aristide---En fait de victimisation certaine religion que je ne citerais pas , n’est pas en reste .le dire et vous risquez le tribunal et la condamnation


                    • Aristide Aristide 25 octobre 10:56

                      @tonimarus45

                      Il s’agit pour moi de contester simplement cette victimisation évoqué ici et là comme cause du terrorisme islamiste.

                      Le reste est votre affaire ... 


                    • Octave Lebel Octave Lebel 22 octobre 13:36

                      Je trouve que c’est un constat très discutable.

                      « Il semble aujourd’hui qu’il y a une sorte d’unité contre la haine mais il ne faut pas confondre être côte à côte dans une manifestation avec être ensemble encore moins avec être unis, il ne faut pas non plus oublier, moins encore nier, qu’il n’existe ni unité ni unanimité et peut-être pas de consensus sur ce que sont la laïcité et la République. »

                      Je trouve que c’est un constat très discutable qui contient deux erreurs qui concernent les notions de république et laïcité ainsi que l’état d’esprit de nos concitoyens.

                      Pas d’unanimité sur la laïcité et la République. Il n’y en a jamais eu et il n’y en aura probablement jamais si ce n’est éphémère ou factice. N’empêche, ce sont des principes essentiels de l’organisation de notre démocratie et de notre état de droit qui sont justement là pour qu’il y ait une loi commune respectée de tous et respectant chacun qui s’y soumet et la respecte tout en ayant le droit d’exprimer ses critiques. Qui peut se dire lésé dans cette histoire sans remettre en cause la notion d’égalité devant la loi du citoyen fondée par la réciprocité du respect des droits et des devoirs. Cela laisse un champ énorme d’autonomie pour que chacun mène sa vie collective et individuelle sans contrainte abusive sur nos vies . Une république démocratique n’est pas fondée sur l’unanimité et encore moins sur un consensus mou ou flou qui est sa négation en germe qui mène à sa dissolution progressive par les jeux d’influence d’intérêts cachés au profit des oligarchies et/ou des communautarismes. Vivre en démocratie, c’est accepter d’être minoritaire parce qu’il y a un débat public loyal, qu’il y a un équilibre acceptable entre l’intérêt général et la diversité des situations sociales et patrimoines et que la loi découle de la volonté du peuple et de son contrôle. Vous me direz, ce n’est pas tout à fait ce que nous vivons. Je suis d’accord. Il me semble que les points que je viens de citer sont tous en tension et que nous sommes plutôt attachés à consolider notre république laïque à la fois contre des minorités adeptes d’aventures partisanes où se mêlent dialogue, chantage et violence et de classes dirigeantes en difficulté de trouver une légitimité dans la maison qu’elles sont censées servir.

                       


                      • TSS 22 octobre 13:45

                        L’ecole publique est laïque ..point !

                        Aucune religion ne doit y être tolérée et surtout les 3 monotheistes

                        (chretienne,musulmane,juive)... !!

                        pour les pays occidentaux,se rappeller,avant de critiquer,des exactions du christianisme

                        pour etablir sa main mise sur les refractaires (cathares,inquisition)


                        • McGurk McGurk 22 octobre 14:52

                          @TSS

                          Et aucune critique ni rappel pour les autres ?


                        • Traroth Traroth 22 octobre 16:19

                          @TSS
                          Le mot « laïcité » n’a pas le sens que vous croyez qu’il a.


                        • tonimarus45 22 octobre 18:06

                          @TSS—ET j’ajouterais que l’ecole ne devrait etre qu’exclusivement publique.Mais bon je suis athee


                        • TSS 22 octobre 18:54

                          @Traroth
                          laïcité : separation de l’eglise et de l’etat .Les églises ne doivent pas
                          intervenir en ce qui concerne l’enseignement.
                          article 1 de la constitution de 1958 !
                          je ne crois pas m’être trompé... !!


                        • karim 22 octobre 19:38

                          @TSS

                          « Toute l’opération consiste bien, avec la foi laïque, à changer la nature même de la religion, de Dieu, du Christ, et à terrasser l’l’Eglise »

                          Vincent Peillon : une religion pour la république 2011

                          A quoi ça sert donc de détruire une religion pour la remplacer par une autre (la laïcité)

                          Le but de la laïcité, invention maçonnique, est de détruire le Message Divin, de « libérer l’homme », pour mieux exploiter ses instincts. 


                        • TSS 22 octobre 19:53

                          @karim
                          Cela ne me concerne pas, je ne suis pas croyant !.
                           1)les religions ont été créées par les humains pour ne pas se sentir
                          seuls sur terre et croire que quelqu’un les protege.
                          2)Au cours des temps les religions ont toujours été le pire instrument de
                           massacre des populations... !!


                        • karim 22 octobre 21:40

                          @TSS

                          Moi, je suis croyant. Ce sont les politiques qui créent les problèmes. D’ailleurs , les guerres, c’est pour fric et non la religion.


                        • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 23 octobre 10:46

                          @TSS

                          « Les églises ne doivent pas intervenir en ce qui concerne l’enseignement. »

                           

                          ART. 6. — La loi est l’expression de la volonté générale. Tous les citoyens ont droit de concourir personnellement, ou par leurs représentants à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse. Tous les citoyens, étant égaux à ses yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics ; selon leur capacité et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents. (Déclaration DDL de 1789)

                           

                          Cependant, Le couplet 3 de Notre Merveilleuse Marseillaise interdit aux étrangers de faire la loi dans nos foyers. Et La Marseillaise fait partie de la Constitution.

                          «  Quoi ! Des cohortes étrangères Feraient la loi dans nos foyers !

                          Quoi  ! Des phalanges mercenaires Terrasseraient nos fiers guerriers ! (Bis)

                          Dieu  ! Nos mains seraient enchaînées ! Nos fronts sous le joug se ploieraient !

                          De vils despotes deviendraient Les maîtres de nos destinées ! »


                        • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 23 octobre 10:49

                          @TSS

                          « Les églises ne doivent pas intervenir en ce qui concerne l’enseignement. »

                          ART. 11. — La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi.

                          ART. 12. — La garantie des droits de l’homme et du citoyen nécessite une force publique ; cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux à qui elle est confiée.

                          ART. 16. — Toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n’a point de constitution.


                        • Traroth Traroth 23 octobre 11:01

                          @TSS
                          C’est exactement ça. Mais les élèves ont le droit d’exercer leur foi. Ils ne font pas partie de l’institution scolaire.


                        • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 23 octobre 12:04

                          @TSS

                          Quand la laïcité nous pond des lois sur les mœurs contre nature (mariage homo, homosexualité élevée au rang des bonnes mœurs), sur les sciences contre nature (homme responsable du climat, théorie de l’évolution, théorie de la relativité),

                          quand elle nous met des nouveaux blasphèmes (racisme, antisémitisme, négationnisme, homophobie, antiavortisme, antirépublicanisme),

                          Elle émet donc des dogmes qui vont contre les dogmes du christianisme et ne sont donc pas acceptables pour un chrétien.

                           

                          Pour établir sa main mise sur les réfractaires comme les enseignants de l’église après leur avoir volé leurs biens. Et ils croient encore qu’ils ne vont pas payer pour ça ! Mais on a un Dieu vivant les petits gars, et qui défend son peuple. Tawaware !


                        • TSS 23 octobre 13:31

                          @Traroth
                          quand ils sont dans un endroit où c’est interdit ,ils se taisent et
                           auront tout le loisir de l’exercer à l’exterieur... !!


                        • Traroth Traroth 27 octobre 11:48

                          @TSS
                          Mais ce n’est pas interdit, justement. C’est interdit pour les fonctionnaires. C’est ça, la laïcité. Désormais, on le leur a spécifiquement interdit, et depuis, c’est le bordel.


                        • bebert bebert 22 octobre 17:29

                          Oui, c’est le monde que décrit Orwell dans 1984, très proche de celui que nous connaissons aujourd’hui où les individus sont domestiqués par la consommation, par l’argent, mais aussi par le droit. Ce dernier domine désormais les politiques, mais aussi le bon sens populaire. Le but est de conditionner l’individu.

                          Boualem Sansal

                          Et je suis bien d’accord avec cette citation de ce grand écrivain Algérien courageux


                          • tonimarus45 22 octobre 17:47

                            @bebert---Au nom de « la liberte d’expression » « suite a cette affaire horrible, des attaques sans precedent de la liberte d’expression vont avoir lieu ???Surtout quand j’entends par exemple un politique dire que reprocher a quelqu’un d’etre islamophobe c’est en fait lancer une fatwwa ????? ou quand on entend un »bruckner« accuser »dialo« d’etre responsable de la mort des »12 charlie« , parce qu’elle a critique charlie.Et ce sont les memes personnes crient a tue tete , »liberte d’expression" ???? etonnant non


                          • TSS 22 octobre 18:39

                            @bebert
                             c’est beaucoup plus près du meilleur des mondes d’aldous huxley où
                             les gens construisent ,eux mêmes, les murs de leur prison.
                             A l’heure actuelle certains en reclament encore plus ,alors que le GVT
                            envisage de prolonger l’etat d’urgence jusqu’à fin Juin 2021 ,quand ils
                            se reveilleront il sera trop tard... !!


                          • captain beefheart 23 octobre 09:43

                            La réaction des politiciens pourris qui gouvernent votre pays serait-il tout différent si les jihadistes de l’islam politique s’attaqueraient directement à eux,en lieu et place d’attaquer des innocents dans la rue ou des gens qui de part de leur formation professionnelle sont sur les avant-poste du contact avec les musulmans ?Personnellement je me serais réjoui si Sarkozy Hollande Macron ou autres assassins élus par les français seraient les victimes de décapitation,dans la rue comme sous la guillotine qui est devenu une pièce de musée.


                            • zygzornifle zygzornifle 23 octobre 10:37

                              La République est attaquée !

                              Et quand « la raie publique » se fait attaquer hé bien elle a mal au cul.

                              Si la république passoire est attaquée c’est quelle a abdiquée devant l’islamisation et l’immigration, en plus elle a fait entrer le loup dans la bergerie et maintenant elle chougne quand elle se fait bouffer.

                              Une caissière d’hyper se serait fait décapiter on n’en aurait pas fait tout ce foin.

                              Cette réaction du gouvernement veut simplement dire : votez pour Macron en 2022... 


                              • charlyposte charlyposte 23 octobre 14:59

                                @zygzornifle
                                Au temps de la guillotine on changer plus facilement de gouvernance ! dommage car à ce jour on vote le fouet pour nous battre toujours plus...les Français sont masos ... encore dommage.


                              • ETTORE ETTORE 23 octobre 11:54

                                Imaginez, mais imaginez un peu.....

                                L’état est prêt à concéder une prime de 10 000 EUROS à tout professeur qui accepte d’officier en Seine Saint Denis .

                                Non mais Allôôôôôô !!!!!!!

                                Vous vous rendez compte que cet état ACCEPTE de traiter certaines régions comme des «  zones de combats  » nécessitant un engagement mercenaire ?

                                « Engagez vous qu’ils disaient, vous verrez du pays »

                                Une annonce, quelques heures après une décapitation, ce gouvernement, persiste et signe, d’envoyer des civils, faire ce que une armée équipée et entrainée devrait remplir comme mission.

                                Mais comment ne pas s’interroger sur un tel décalage des réalités ?


                                • charlyposte charlyposte 23 octobre 15:01

                                  @ETTORE
                                  Comme quoi avoir des couilles molles ce n’est pas qu’en rêve !


                                • Léon 24 octobre 10:37

                                  https://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/France/France-Inter-chanson-Jesus-suscite-lindignation-2020-01-16-1201072221

                                  On ne peut pas d’un côté s’excuser d’avoir heurté la sensibilité des chretins et de l’autre intimer l’ordre aux musulmans d’accepter des caricatures d’un goût douteux Sous prétexte de liberté d’expression. Il y a là comme un malaise qui montre la volonté délibérée de ce gouvernement d’attiser les braises du communautarisme sous prétexte de laïcité (a géométrie variable)


                                  • Léon 24 octobre 10:53

                                    @Léon

                                    Ce qui ne justifie en rien un assassinat


                                  • troletbuse troletbuse 25 octobre 13:07

                                    Laxisme pour les radicalisés

                                    Laxisme pour les sectes

                                    Et ca continue

                                    https://www.lefigaro.fr/actualite-france/l-eglise-de-scientologie-autorisee-a-s-installer-a-saint-denis-paris-a-toujours-ete-sur-la-liste-20201024

                                    Un article paru hier mais on ne connaît pas le lendemain d’hier. Heureusement, les commentaires sont datés. Bravo les journaleux.


                                    • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 25 octobre 13:40

                                      A part Octave Lebel, pourquoi personne ne prononce le mot chantage ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité