• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

#100 des Tendances

Tristesse

« Mais vivre en silence
En pensant aux souffrances
De la Terre et se dire
Qu’on n’est pas les plus malheureux »

7 juillet. Cela pourrait un jour heureux. Cela pourrait être le jour le meilleur, surtout pour qui considère le chiffre sept comme le préféré, à la fois pointu et singulier, diversifié selon qu'on lui laisse cette petite dague à la taille ou pas. Le chiffre lui-même a l'aspect d'une petite hache, c'est le côté tranchant de la chose. Septième jour du septième mois. Nombre premier, chiffre particulier qui se distingue au point d'en avoir entraîné le septennat. Amorce de l'été. Le soleil jaune, le ciel bleu, la prairie verte. La douceur de la nuit, l'éclat du jour.

Et puis, c'est maintenant le plus pourri. La descente au fond du précipice. L'effondrement sans appel, sans préavis. Le gouffre de la noirceur existentielle. La prison de l'enfer.

J'ai su le lendemain.
Le téléphone, l'incompréhension.
L'insupportable réalité.
Une réalité tellement fréquente, tellement commune.
Il faudra vivre avec.

« Mais vivre en silence
En pensant aux souffrances
De la Terre et se dire
Qu’on n’est pas les plus malheureux »


Rétroprojection de la veille, au jour J.
J'étais sur les quais du métro parisien. J'essayais le métro-boulot-dodo. Le provincial que j'étais comprenais les envies suicidaires des travailleurs du matin, de cette France de la banlieue qui se lève tôt pour pas grand-chose à la fin du mois. Sentiment aigu de l'irréversible. Les prisonniers de leur sort. Au bout de cinq jours seulement. C'était un vendredi matin. Dire que là-bas, à plusieurs centaines de kilomètres, tu venais de t'achever. Le soupçon mortuaire aurait-il une raison ? Ai-je été prévenu immédiatement ? Ai-je senti, ai-je pressenti ? Rationalité et grands esprits.

Mardi suivant. À peine dix jours de travail et déjà un congé sans solde. Autoroute. Voiture remplie. Grand soleil. Saine camaraderie avant l'émotion. À l'approche du lieu, silence, recueillement. Pensée malsaine de vouloir regarder l'endroit exact. Sans savoir. Et puis cette scène : nous étions une dizaine, en avance. Nous nous sommes mis chacun comme un pilier juste dehors, au soleil, à l'entrée de l'église. Une petite église. Les gens sont arrivés. La famille. Nous fermions le ban. Nous étions au chœur. Au cœur. Place privilégiée. Émue. Merci.

Pendant des années, j'ai roulé dans la nuit. Des heures et des heures. Pendant des années, j'ai écouté ces morceaux, j'ai ruminé ma foi, ma bonne foi et ma mauvaise foi, j'ai "nostalgié", j'ai pleuré, j'ai communié. Pendant des années, je me suis arrêté à ce 7 juillet. Pendant des années, je me suis repassé les films, les photographies, les couleurs, les sons, ta voix, ton sourire, ta vivacité. Les moments si courts. Une sorte d'idéalisation, de mythification, de sanctuarisation, de sanctification. Pendant des années, j'ai compté les jours, les mois, les années. Je les compte encore.

C'est si loin maintenant.
Tu étais tout seul. Le matin. Peut-être vers sept heures.
Route de campagne. Personne. L'été doux. La vie qui s'ouvrait.

C'était un vendredi matin.
C'était il y a trente-cinq ans
Tu étais mon ami.
Parmi d'autres, plus que d'autres.

Une distraction. La joie éclipsée par la distraction.
Un arbre. Un stupide arbre.
Un don d'organes.
Tu avais 21 ans.
Et tu vis encore.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (07 juillet 2024)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Tristesse.
Au revoir les enfants.









 


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Seth 7 juillet 18:00

    Ca y’est, victoire ! Rakoko est enfin passé !

    Tristeza

    Balavoine si à la mode dans les 80 est a passé depuis un certain ou me trompé-je ? smiley

    Je suis perdu dans ce gloubiboulga de nécrologies, d’anniversaires d’on ne sait quoi et d’écrits en adoration du micron pseudo politiques. S’y retrouve qui pourra... smiley


    • Gégène Gégène 7 juillet 21:57

      @Seth

      Faut bien l’admettre :
      le nombril est notre première cicatrice de la vie, et le contempler est l’essence de notre existence (vous avez quatre heures)


    • Seth 7 juillet 22:13

      @Gégène

      C’est cinq si tu es à l’université de lettres. smiley


    • Seth 7 juillet 23:15

      Attendons l’article de rakoko demain, qu’on rigole. Et bien sûr la réaction de notre ami Montdragon. smiley


      • Libération Propriétaire- Altice -Drahi.

        Directeur publication -Dol Alfon (officier de renseignements israéliens à l’unité 8200)

        Qui peut acheter ce journal , ce média ..et le croire .


        • Attal a annoncé la couleur :

          Au premier tour on a créé les conditions pour détruire le FN .

          Au deuxième tour on a créé les conditions pour détruire le NFP .

          La bande a Attali a étouffé les crétins de français .

          Et cela un invoquant des menaces politiques les plus abusives .
          Menaces sur l’UPR .
          Menaces sur le FN . qui ce dernier peut être taxé de leurre politique consentant .

          Qui est vraiment menaçant ?

          Macron puisqu’il cautionne le guerre en Ukraine et qu’il l’a finance sur le dos des français ....

          Macron puisqu’il cautionne le génocide à Gaza et qu’il le finance sur le dos des français ....


        • @SPQR audacieux complotiste chasseur de complot

          Hier soir quand on regardait les effectifs d’élus de chaque parti prit séparément ,
          C’est le RN qui a le plus grand nombre d’élus, hors tripatouillage d’accord farfelu .
          On est bien devant une France ingouvernable
          .

          Donc Macron le dictateur va se trouver devant la tentation de l’escroquerie par le maintien, « Quoi qu’il coûte ».

          La vrai menace reste Macron !


        • phan 8 juillet 07:51
          Bonjour tristesse : Olivier Véran a reçu l’ultime dose avec 40% d’efficacité...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité