• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Du téléchargement « illégal »

Du téléchargement « illégal »

L’avortement du projet de loi embryonnaire Hadopi dans une assemblée nationale vide a fait couler beaucoup d’encre et a relancé le débat autour du téléchargement illégal. Nous avons donc assisté ces derniers jours à un véritable déluge d’affrontements médiatiques autour de cette question, chaque invité des jt et autres programmes nous gratifiant de son point de vue, aussi partisan et erroné soit-il. Pourtant, malgré les efforts employés par tous ces pantins, j’ai l’intime conviction que le débat est resté bloqué aux frontières du problème. Je me permets donc aujourd’hui de vous gratifier à mon tour de mon avis sur la question, avis que j’espère global et juste, et qui soulèvera peut-être quelques interrogations intéressantes.

Remontons à la source du problème. En aval de toute la chaîne de production des œuvres culturelles et littéraires se trouve le créateur de l’œuvre. Ce dernier dispose des droits d’auteurs qui lui donnent la garantie de jouir à vie de son œuvre. Dans quatre vingt dix neuf pour cent des cas, il va vendre partiellement ses droits à une entreprise afin d’autoriser celle-ci faire des copies de l’œuvre et de les mettre en vente. Cette société achète donc le droit de dupliquer l’œuvre, à l’infini mais dans un certain délai, pour en faire un commerce. Il s’agit donc d’une industrie dont l’entreprise est de transformer le génie créateur en produit fini représenté sur un support fongible et qui se vend. 

Cette société ne disposant pas à vie des droits de l’auteur (mais simplement de manière partielle), elle ne peut vendre l’œuvre dans son entier et doit se contenter de commercialiser des supports matériels sur lesquels elle est représentée. Lorsqu’on achète un de ces supports (CD, DVD, livres, etc.) on n’achète donc pas l’œuvre mais uniquement sa représentation, on est donc uniquement propriétaire de la matière sur laquelle celle-ci est représentée (le papier, le cd, etc.), c’est pourquoi on ne peut la diffuser librement et qu’on est restreint à un simple usage personnel ou familial. 

Tout ce système, encadré par les lois, constitue le moyen officiel de se procurer la jouissance d’une œuvre. Il permet ainsi de garantir à l’auteur des droits quasi éternels sur son œuvre et de créer un marché économique du divertissement permettant à de grandes multinationales de s’épanouir économiquement. Afin de rendre pérenne ce système, et en réponse aux menaces nées d’une contre offensive venant du bas et,visant à se procurer la jouissance d’une œuvre gratuitement, les forces économiques ont mis la pression sur les puissances politiques qui, par le biais de la loi, sanctionnent cette appropriation gratuite d’une œuvre en déclarant le téléchargement illégal. Mais qu’est-ce vraiment le téléchargement ?

C’est le procédé par lequel un individu s’approprie gratuitement la copie d’une œuvre, sur un support multimédia (mp3, wav, etc.), par le biais d’une plateforme internet (peer to peer, torrent, etc.). Il faut comprendre que l’individu qui s’adonne à une telle activité ne télécharge ni l’œuvre en elle même ni une des copies officielles, puisqu’il n’a pas payé les droits d’auteurs (ni d’une manière directe auprès de l’auteur, ni d’une façon indirecte en passant par la société ayant achetée ces droits d’auteur). En fait, il télécharge simplement une copie numérique d’une des copies matérielles et légales de l’œuvre (par exemple un exemplaire numérique du CD de tel artiste). Cet exemplaire numérique est né de la volonté d’un individu qui, ayant acheté un support officiel, décide de le convertir en fichier multimédia et de le mettre sur un serveur internet afin de le partager avec qui veut. Il ne fait donc que partager son bien, ce qui est tout à fait légitime car il en est le propriétaire.

Dans cette manœuvre l’auteur et son œuvre ne sont pas concernés car ce qui est piraté n’est pas l’œuvre en elle même, personne ne s’introduit au domilice de l’artiste ou sur son ordinateur pour lui voler son bien, mais simplement le support sur lequel son œuvre est projetée (support appartenant à l’acheteur). Celui-ci est ensuite transformé dans un format différent et partagé sur internet à la suite de l’initiative de son possesseur. Le téléchargement est donc en vérité un moyen de partager ses biens, de mettre en commun ce qu’on possède pour en faire profiter le plus grand nombre. Qu’y a-t-il d’illégal dans cette démarche ? Le covoiturage est un procédé similaire, il permet à plusieurs personnes de partager leurs voitures en vue de réduire les frais d’essence, pourtant existe-t-il une loi interdisant le partage de sa voiture ? Aucunement, et cela est impensable. Pourquoi alors interdire le téléchargement ?

A cause des droits d’auteurs, c’est ce que tout le monde vous dira. On vous expliquera que le téléchargement nuit aux artistes, que c’est un moyen de profiter de leurs créations sans les rémunérer, que c’est comme si on vous volait votre travail. C’est vrai bien entendu mais il faut garder à l’esprit qu’en vendant leurs droits d’auteur à certaines entreprises, les artistes ont accepté de donner à leurs œuvres une existence matérielle et que c’est à eux d’assumer le poids de cette erreur. Un dieu prenant forme humaine devra accepter de mourir, il en va de même pour les œuvres rabaissées au rang de marchandises. On sait que les marchandises se détériorent, qu’elles sont volées, copiées ; le CD et le DVD n’échappent pas à cette règle. C’est donc aux artistes d’assumer leur acte et aux entreprises servant leurs intérêts de rendre les copies de l’œuvre impossible à pirater. 

De plus, il faut préciser que les auteurs sont en réalité très peu menacés par le téléchargement. Le développement du téléchargement massif allant de pair avec une démocratisation de la diffusion des œuvres littéraires et culturelles, l’auteur en tirera toujours une certaine satisfaction liée à la plus grande diffusion de son œuvre. Ainsi, même un auteur beaucoup téléchargé sera gagnant, il tirera de ce grand téléchargement une certaine notoriété qui pourra combler, en partie, la perte de bénéfices liée à la chute des ventes de ses supports. La croissance de sa popularité lui vaudra la couverture des magazines, une intervention au jt, bref il sera toujours à moitié gagnant et à moitié perdant. 

Ceux qui sont réellement menacés par le téléchargement sont bien sûr les professionnels du divertissement. Comme nous l’avons dit plus haut ce qui est piraté par le biais de cette pratique ce sont les supports qu’ils mettent en vente, c’est donc eux qui sont les grands perdants et qui ont d’ailleurs tout à perdre. De plus, ils ont conscience qu’un jour prochain les auteurs se passeront de leurs services et utiliseront exclusivement internet pour diffuser leurs créations. C’est ce qui explique tous les efforts déployés par les multinationales du divertissement pour se maintenir sur le marché et pour faire reconnaître le téléchargement comme pratique illégale. Cependant aussi larmoyants qui puissent être leurs cris de désespoir, il faut reconnaître que leur disparition n’est pas notre problème. Qui s’est attristé du sort des moines copistes à l’heure de l’invention de l’imprimerie ?! 

Toute cette histoire de téléchargement illégal est allée trop loin. On comprend la situation délicate des industriels exploitant le génie humain à des fins commerciales, et on saisit la complexité liée à la conciliation entre une large diffusion d’une œuvre et la garantie à son auteur de certains droits inaliénables sur son travail (qui sont indispensables), main on ne peut néanmoins tolérer plus longtemps les débordements visant à sanctionner lourdement l’auteur de téléchargement. Mettons fin à la langue de bois des marionnettes politiciennes, manipulées une fois encore par les patrons, et à ce raisonnement de sophiste qui consiste à déclarer le téléchargement illégal parce-que "le téléchargement c’est du vol". 

Cette pratique n’est rien de plus qu’une récupération du système à des fins citoyennes. Rappellons qu’internet à été crée pour répondre aux besoins des entreprises de plus en plus accablées par le poids de la bureaucratie et des transactions qu’elles avaient à effectuer (l’ancêtre d’internet, Arpanet, est d’ailleurs un système mis en place par l’armée américaine). Des millions d’entreprises se sont goinfrées de bénéfices grâce à cette invention et aujourd’hui tout le système économique mondial repose dessus. D’ailleurs c’est à lui qu’on doit la nouvelle ère de spéculation monétaire, déconnectée de toute réalité, et qui a plongé la planète dans un désarroi encore plus grand en créant un système de spéculation délirant auquel personne ne comprenait rien et qui se situait dans un univers parallèle, celui d’internet. Alors quand les masses, accablées par le rythme et le niveau de consommation qu’on leur impose, cherchent un échappatoire et réussissent à utiliser le système pour vaincre le système on ne peut leur retirer cette victoire.

Le téléchargement n’est rien d’autre qu’une exploitation des failles du système industriel de production de denrées culturelles à des fins humaines, rien de plus qu’une récupération citoyenne des moyens de production. Je sais qu’il laisse un goût amer en bouche mais la lutte des classes est un jeu qui se pratique avec fair play alors il serait bon de cesser les gémissements et de relever la tête. Ce n’est pas très galant de vouloir transformer les vainqueurs en hors la loi et de mettre en prisons ceux qui ont su exploiter vos faiblesses. 

Chacun sait que, à terme, le téléchargement est condamné à disparaître. Il est le fruit d’un écart technologique entre les supports obsolètes utilisés pour diffuser la création et internet. Pour l’instant les pirates ont l’avantage puisqu’ils utilisent la technologie la plus récente mais bientôt les entreprises utiliseront cette même technologie pour renforcer la sécurité des fichiers qui deviendront alors impossible à copier. C’est par le poison que se constituera l’antidote (si ce n’est déjà fait) alors arrêtons cette grande supercherie. 

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (18 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Palmarès



Partenaires