• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Le réductionnisme et la pensée réductrice reprennent vigueur dans ce monde (...)

Le réductionnisme et la pensée réductrice reprennent vigueur dans ce monde si complexe. Et ce n’est pas une bonne nouvelle !

JPEG Cet article propose de décrire le concept du réductionnisme en tant que démarche intellectuelle visant à réduire la connaissance, la description, la compréhension, l'analyse des objets, des phénomènes, ou des systèmes. La notion d'objet doit être prise au sens arge et peut faire référence à des structures, des organisations, des organismes, des systèmes dits complexes, c’est-à-dire des éléments du réel difficiles à décrire, à appréhender, à comprendre, à évaluer, au vu de ses nombreux composants en interaction dynamique, ses nombreuses relations internes et avec l’environnement, qui agissent sur son comportement, son évolution. C’est par exemple un organisme vivant, une structure comme une famille, une association, une entreprise, une société, un système économique, un écosystème.

En voici le plan :

  • Introduction
  • Les trois grandes théories qui ont révolutionné la pensée au 20e siècle et qui se sont opposées au réductionnisme
  • Le réductionnisme à travers l’analytique et la systémique
  • Exemple en physiologie (le cœur)
  • La pensée réductrice en politique (3 exemples)
  • Le réductionnisme en psychologie
  • La remise en cause des modes de pensée
  • Conclusion

INTRODUCTION

Le réductionnisme peut s’avérer être une notion difficile, obscure, quand on l’aborde sous un angle philosophique ou scientifique. On recense plusieurs types de réductionnisme, par exemple le réductionnisme physicaliste, le réductionnisme ontologique, méthodologique, épistémologique, scientifique, etc. Ce ne sera pas l’objet de l’article, je les évoque uniquement pour attirer l’attention du lecteur que le réductionnisme s’applique à de multiples domaines, et avec des sens assez différents.

Je propose tout simplement l'étude du réductionnisme dans ses aspects pratiques, c’est-à-dire la notion même de réduire par opérations de simplification des problématiques diverses, que cela concerne ou non des systèmes, et qui entraîne les effets souvent négatifs et néfastes, que je vais évoquer.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je précise que nous sommes tous réductionnistes dans nos modes de pensée, mais à des degrés divers, qui dépendent de nombreux facteurs, notamment l'éducation, le milieu scolaire, l’apprentissage, les lectures, le métier exercé, le contexte professionnel, l’intérêt que l’on porte aux méthodes d’analyse, de la vision et de la compréhension que l’on a du monde et qui peut en retour (par rétroaction) influencer le type d’analyse privilégié.

Ne pas l’être nécessiterait beaucoup d’efforts intellectuels et de temps, pas très compatible avec une société agitée qui n’en dispose plus beaucoup (de temps) et qui est sous le régime permanent de l’immédiateté, qui bien entendu n'est pas sans rapport avec le sujet abordé. En disant cela, est-ce que je ne serais pas en train de sous-entendre que certains médias actuels sombrent dans un réductionnisme d’époque, où l’événement et les bla-bla comptent davantage que l’analyse ? C'est possible !

 

LES TROIS GRANDES THEORIES QUI ONT REVOLUTIONNE LE MONDE AU 20éme SIECLE, ET QUI VONT S’OPPOSER AU REDUCTIONNISME

Il est bon de rappeler comment la pensée scientifique dominante, qui consistait je le rappelle à réduire des objets d’étude, a été remise en cause il y a seulement quelques décennies. J’ai souvent parlé dans mes articles de deux approches fondamentales utilisées pour analyser un objet (toujours au sens le plus général) ou un système, à savoir l’approche analytique et l’approche systémique. Sans revenir sur ces deux approches, je préciserai juste que la pensée analytique fut la pensée dominante jusqu’au milieu du 20e siècle, qui consiste à décomposer l’objet à étudier en éléments séparés pour essayer de mieux le comprendre, avec l'inconvénient d'ignorer les propriétés du « tout ». La pensée systémique est tout le contraire, elle consiste à étudier l’objet dans sa globalité, sa totalité, ses interactions au sein de ses éléments et avec l'environnement, ses dynamiques, ses propriétés émergentes, son histoire, sa finalité.

On peut dire que le réductionnisme se fonde et se construit par une primauté de la méthode ou de la pensée analytique qui ramène un système à ses aspects les plus simples, compromettant sa compréhension par l’occultation des dynamiques, du contexte.

Si la pensée analytique fut longtemps dominante, des théories nouvelles apparurent dans le 2ème moitié du 20ème siècle et changèrent complètement notre appréhension du monde, apportèrent une autre manière d’aborder la complexité, beaucoup d’éléments nouveaux sur la compréhension des systèmes en général et particulièrement les systèmes ouverts structurés en niveaux d’organisation, à l’image des êtres vivants, et ainsi rabougrirent les diverses tentatives de réduction. Ces théories ont révolutionné la pensée, notamment en faisant naître ce que l’on nomme aujourd’hui « la pensée complexe », celle qui s’applique justement à l’étude des objets dits « complexes ». Voici les trois grandes théories :

  1. La cybernétique (Norbert Wiener)
  2. La théorie générale des systèmes (Von Bartalanffy)
  3. La théorie de l’information (Shannon, Weaver)

De ces 3 théories apparaît alors « l’analyse systémique » (qui prendra des points d’appuis sur celles-ci), qui révolutionnera la pensée scientifique en lui offrant une porte d’entrée dans le monde de la complexité, prenant ainsi le pas sur l’analytique et la réduction. A partir de là, on aurait pu penser que le holisme aller l'emporter sur le réductionnisme. Comme on le verra, le réductionnisme a encore de beaux jours devant lui, aidé par un système scolaire peu ambitieux, par une pensée politique affaiblie, qui ne fait aucun effort pour analyser les choses à travers le « tout », la globalité, et les principes de totalité.

 

LE REDUCTIONNISME A TRAVERS L'ANALYTIQUE ET LA SYSTEMIQUE

L’inconvénient de la méthode analytique, utilisée sans confrontation avec d’autres méthodes d’analyse et notamment l’analyse systémique, est qu’elle ne permet pas de comprendre et de correctement déchiffrer le fonctionnement des ensembles organisés. L’objet complexe est décomposé en éléments plus petits et les phénomènes qui résultent des interactions et des relations entre ces éléments séparés par la méthode, sont mal compris, vus souvent comme des effecteurs et non pas comme des servomécanismes régulés par un niveau supérieur, ou pire encore ignorés. Les scientifiques ont souvent privilégié les approches analytiques considérant que la compréhension, la connaissance exhaustive des parties du système étudié permet la connaissance du « tout ».

A mon sens, on doit choisir l'approche qui élargit au maximum le champ de vision, et qui permet le meilleur questionnement par rapport à ce que l’on souhaite comprendre du système.

La démarche systémique convoque d’une certaine manière l’attitude dite holistique. Le holisme est un système de pensée qui prétend décrire les caractéristiques et le comportement d'un système, d'un phénomène, en le considérant dans sa totalité et non pas à travers chacune de ses parties prises séparément en ayant coupé les liaisons et par conséquent en ayant fait disparaître les interactions. Dans la logique de reconstruction du « tout » après l’analyse des constituants, présumer alors d’en comprendre la globalité, se heurte aux opérations de simplification commises, qui occultent les propriétés qui naissent des interactions (des propriétés dites émergentes). En systémique on dit souvent que le « tout » est à la fois plus et moins que la somme des parties, ou que le « tout » est non réductible à la somme de ses parties.

Pour bien appréhender le réductionnisme, je me devais d’insister sur l’approche opposée. Après ces quelques notions concernant les approches analytique et systémique (holisme), on voit bien que le réductionnisme, pour simplifier, consiste à réduire l’objet étudié. Et réduire, c'est ramener une chose, un objet, un système, un phénomène à une expression plus simple, plus dépouillée, plus élémentaire, avec un risque majeur qui est la perte d’information. Je précise que le réductionnisme fut bénéfique dans le domaine scientifique, car il a permis, faute d'autres outils, de faire progresser les idées pendant des siècles. Seulement voilà, toute méthode atteint ses limites, et les théories de la complexité ont remis en cause bien des choses.

En marge du réductionnisme propre à l'analyse des systèmes, notons les phénomènes de réduction de la pensée ou d’un champ de connaissances, par exemple procédant du filtrage de l'élimination, de la segmentation (on verra des exemples dans le cadre politique).

REDUIRE = PERDRE DE L'INFORMATION

REDUCTIONNISME = ANTI-HOLISME.

Exemple en physiologie (Étude du cœur)

Lorsqu’ils avaient affaire à un objet complexe, avant la diffusion des théories évoquées plus haut dans la 2ème moitié du 20ème siècle, les scientifiques, les chercheurs ont cherché, comme on vient le voir, à décomposer l’objet en composants élémentaires, sortis du contexte globalisant. Par exemple pour étudier le cœur, sa physiologie, on l’extrayait de l’organisme. D’ailleurs, y avait-il le choix ! Seulement voilà, quand on isole un élément d’un système, on prend le risque de couper tous les processus de contrôle et de régulation, ceux qui informent et sont informés. Le cœur englobé dans un système fonctionnel (système cardio-vasculaire), est un servomécanisme, et ne devient plus qu’un effecteur, c’est-à-dire une fonction produisant un effet (en l’occurrence, pour le cœur, l’effet est l’éjection d’une certaine quantité de sang à chaque contraction) si on coupe ses interfaces et ses liens avec le reste de l’organisme. Ses propriétés fondamentales telles que l'inotropisme, le chronotropisme ne peuvent être étudiées si on le coupe de toutes ses relations.

 

LA PENSEE REDUCTRICE EN POLITIQUE

Le réductionnisme est souvent, pour ne pas dire essentiellement, le mode de réflexion privilégiée de la classe politique, au détriment des approches globalisantes, qui paraissent au mieux ignorées, au pire inconnues de nos dirigeants. La pensée politique est essentiellement analytique, mais poussée parfois à un tel degré qu'elle devient réductrice en prenant un sens péjoratif (alors que le réductionnisme en sciences ne présente pas ce caractère, ou que très rarement), et c’est à mon sens regrettable, étant donné l’évolution du monde et l’interdépendance de plus en plus criante des systèmes construits par les hommes, qui souffrent aujourd’hui de visions trop étroites dans un monde en évolution accélérée.

EXEMPLE 1 : L’impôt et la taxe

Quand survient un problème de nature économique, la première pensée « intelligente » émergente s’oriente comme un aimant vers l'impôt ou la taxe, comme si l'outil fiscal était par essence la solution cardinale, sans consentir l'effort de remonter aux sources premières, aux interactions des fonctions, sans étudier les conséquences d’un nouveau dispositif, l’émergence de nouveaux phénomènes, tels les effets pervers, les effets d'aubaine, les stratégies de contournements, les anticipations, les influences sur d’autres processus de proximité. On est là dans une réduction de l’analyse et de la mise en œuvre de l'action, car on ne voit pas le problème globalement et dans sa réelle dimension. (Résolution par un FACTEUR : la taxe ou impôt. espérance de la production d'un EFFET : problème contenu, maîtrisé, résolu),

EXEMPLE 2 : les éléments de langage

Les éléments de langage sont devenus une norme d’expression dans la communication politique. Quand des faits, des polémiques, des événements embarrassants font l’actualité, appelant quelques explications ou justifications de la part du parti politique impliqué, une réflexion individuelle ou de groupe diffusera sans écart dans le collectif des bons soldats, qui munis de leur kit de communication, débiteront sottement les formules préétablies. On s’aperçoit avec l’écoute attentive que chaque intervenant utilise les mêmes mots, les mêmes phrases, les mêmes expressions, apprises par cœur.

L’uniformité dans l’expression est une autre forme de réductionnisme (on n’est plus dans le domaine des systèmes, des phénomènes, mais dans le domaine de la connaissance ou des idées) ne laissant aucune place à la variété ou la diversité des positions, faisant croire à une fausse cohérence. Les éléments de langage sont donc l'expression d'une soumission intellectuelle à une pensée uniformisée, aseptisée, débarrassée des « impuretés » qui pourraient n’être parfois que vérités, mais des vérités dérangeantes.

EXEMPLE 3 : la pensée d’un certain président

Pour illustrer davantage mon propos, je ne peux m’empêcher de prendre des exemples qui touchent tous les citoyens, sans qu’ils se rendent compte véritablement qu'on leur vend un réductionnisme abouti et au goût amer …. , alors, regardons et analysons la pensée d'un certain Président de la République, qui prétend(ait) être dans la pensée complexe, une pensée qui par ailleurs, selon l'intéressé, est difficilement accessible par la corporation journalistique (ben oui, ils sont idiots nos journalistes !). Je suis conscient que je quitte la partie théorique en entrant dans un domaine qui peut être sujet à discussion et appeler la polémique, mais j’estime que les exemples qui suivent sont assez pertinents pour tenir de compléments pédagogiques. Même si cet article est lu plusieurs années après sa rédaction, ces exemples ne seront pas datés pour autant. D'autres exemples similaires pourront être imaginés par le lecteur selon les dirigeants en place et la pensée dominante du moment, qui à mon avis a peu de chances d'évoluer.

  1. Conceptualisation de la séparation entre le nationalisme ou populisme et le progressisme assorti d’un engagement conflictuel (par ailleurs la confusion n’est pas si loin entre populisme et nationalisme, et pourtant c’est sensiblement différent). C’est une manière d'ériger une dichotomie dans la société entre deux modes de pensée de l’organisation de l’Europe, c’est-à-dire une Europe fédéraliste, celle rêvée par les progressistes, et une Europe des nations (celle des populistes ou des nationalistes)où chaque état est maître de sa souveraineté tout en désirant conserver ses spécificités et ses prérogatives, préférant nouer des liens de nature plus économiques et moins politiques, et excluant une gouvernance supra-étatique. La réduction s'inscrit donc dans la division et l’union, ou le bien et le mal.
  2. Séparation dans la dimension de la réussite sociale, entre les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien (tant pis pour ces derniers …, propos tenus dans une gare). Or, que veut dire n’être rien ? Il y a bien une différence entre « réussir dans la vie » et « réussir sa vie ». Si pour ce président ne pas réussir dans la vie signifie que l’on n’est rien, il allie le réductionnisme avec d’autres aspects que je me dispenserai bien de décrire. On approche la réduction ultime, à moins qu’on y soit déjà !
  3. Métaphorisation de la progression individuelle dans notre monde marchand en évoquant les premiers de cordée et les derniers de cordée (cet exemple se différencie du précédent du fait que je distingue un état d’une évolution ou d'une progression). On peut légitimement supposer qu'entre les premiers et les derniers, il puisse y avoir ceux du milieu, conduisant à un partitionnement de la population en trois parties, à comparer aux deux cas précédents où nous étions uniquement sur deux ensembles. La réduction est moins grave !

Il est facile de multiplier les exemples pour appuyer davantage la démonstration, mais les points cités sont suffisants pour comprendre qu’on est très loin de la pensée complexe, mais plutôt proche d'une pensée réductrice qui consiste dans ce cas à cliver la société, à séparer, diviser, fragmenter, compartimenter, éclater, disjoindre, donc à construire 2 ou 3 ensembles, au lieu d'unir, de nuancer, de comprendre la société comme un « tout » avec ses interactions, sa complexité (et sa complexification croissante), sa diversité, ses nuances, la multiplicité des actes et des idées, prenant le risque d'exacerber les haines en théorisant de telles oppositions simplistes (parfois simplisme et réductionnisme se rejoignent). Il est un impératif pour les politiques : se créer des outils et des mécanismes intellectuels pour comprendre la complexité de l’Homme, non réductible à quelques traits, tels que ceux que je viens d'exposer, et évoluant dans une société non moins complexe.

Pour revenir brièvement sur le progressisme, le nationalisme, et le populisme, il va sans dire qu'un individu est rarement totalement progressiste ou totalement nationaliste ; c'est oublier les nuances, les gradations ! Et puis, peut-être n'est-il rien de tout cela. Tout comme il y a des nuances entre le rien et le tout, entre la réussite et le rien ou l'échec, si échec il y a. Mais une vie se résume-t-elle à une réussite ou un échec ? Ce dont je suis certain, opérer de telles disjonctions, c'est plonger dans la pensée malheureuse, la pensée paresseuse, la pensée compartimentée qui génère le vide !

Ces exemples montrent que le réductionnisme peut s'affirmer à travers le clivage, la séparation, l’absence de nuances, la dichotomie, l'élimination, le démembrement.

Ces propos et pensées ne sous-entendent nullement l’inexistence d’une pensée complexe, mais l’expression est là et malheureusement on ne peut que s’en tenir à l’expression dont on suppose a priori qu’elle est la manifestation de la pensée.

 

LE REDUCTIONNISME EN PSYCHOLOGIE

(Avec des reprises de quelques passages d'une étude que j'ai réalisée sur l'outil MBTI). Je vais prendre comme exemple les outils psychologiques qui ont comme finalité de déterminer un profil type d’une personne en fonction d’un questionnaire et à travers des axes de personnalité privilégiés. Parmi ces outils, il en est un nommé MBTI (Myers Briggs Type Indicator), qui prétend définir 16 types de personnalité à partir de 4 axes majeurs, se traduisant en phase finale de la démarche par un sigle de 4 lettres (par exemple ISFP, INTJ, ESTP, etc..). Un des axes se définit par l’introversion ou l’extraversion. Pour identifier qu’une personne est extravertie ou introvertie, l'outil s’appuie sur quelques critères comme « expressif, sociable, initiateur, expansif » pour le premier et « réservé, tranquille, récepteur » pour le second. S’il se trouve que l’individu satisfait 3 ou 4 caractères dans la « case » extraverti et seulement 1 ou 2 caractères dans la « case » introverti, eh bien on dira que c’est un « E » pour extraverti. Or, l’individu ne peut se réduire à de simples dichotomies. Mais une fois que l’on est classé « E » ou bien « I », il devient impossible de remonter à la source qui a permis cette identification, et on perd ainsi beaucoup d’informations.

Si je dis à un de mes amis que j’ai un ami profilé « INTJ », pour peu qu’il ait eu l’occasion de se pencher sur la méthode, il me dira « OK c’est un introverti, un conceptuel, etc… mais moi j’ai besoin de savoir s’il est honnête, courageux, tolérant, cultivé, … », un ensemble de traits de caractère, ou de structurations intellectuelles qui bien entendu ne pourront jamais être identifiés par les outils en question ( et pourtant ne s’agit-il pas de l’essentiel !). Une personne est un être complexe et aucun outil psychologie aussi puissant soit-il ne pourra la décrire, car elle ne constitue en aucune façon un invariant en tout lieu et tout temps. Il est ridicule et très réducteur de vouloir installer les individus dans des cases ou systèmes à tiroirs pour en être à jamais prisonnier.

Le MBTI n’est pas le seul outil à procéder ainsi, les outils sont légion et certains pointés par la MIVILUDES, rien que cela ! (mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) comme pouvant conduire à des dérives sectaires (PNL, ennéagramme, analyse transactionnelle, etc.).

On voit clairement avec de tels exemples que la réduction fait perdre de nombreuses informations et une fois que le système est réduit, on ne peut plus à partir de la réduction remonter vers les éléments qui en ont été à l’origine. Dans cet exemple, on a transformé un être complexe en être simple, compartimenté à travers des axes directeurs, dépouillé de tout ce qui fait justement son ETRE, son originalité, sa diversité de caractère et comportementale, sa sensorialité. Peut-être y a-t-il un côté rassurant à vouloir classer les individus, les positionner dans des tiroirs, pensant mieux cerner leur personnalité et s'offrir la possibilité d’instrumentaliser la chose, par exemple dans des problématiques de recrutement. Ces outils que je critique avec une certaine véhémence, figures ultimes de la pensée réductrice, se développent et s’infiltrent dans certains instituts de formation, ce qui constitue un vrai danger, à l'heure où l'évolution de la pensée doit s’adapter à un monde en plein bouleversement.

Si le lecteur est intéressé par une critique sur ce type d’outils, je le renvoie à un article que j’ai publié sur ce même site : Analyse critique du MBTI (Myers Briggs Type Indicator) définissant 16 types de personnalité  ».

 

REMISE EN CAUSE DES MODES DE PENSEE

Dans cette partie, je reprends quelques réflexions que j’avais évoquées dans un article consacré au concept de circularité, non seulement parce que cela se raccroche très bien à notre sujet, mais aussi pour montrer tout le parcours qui reste à accomplir pour si je puis dire, réduire le réductionnisme (voir article : la circularité, un concept de l’approche systémique) ! .

Nous devons à mon sens le faire régresser dans nos modes de raisonnement, car malheureusement il reprend une vigueur qui me paraît non souhaitable. Il faut noter que les nouvelles approches relatives à la complexité ne sont pas étudiées dans le cursus scolaire classique, tout simplement parce que les développements sont relativement récents, que l'inertie de la société est importante en matière de reconnaissance des nouveaux savoirs et des nouvelles connaissances, et qu'ils bousculent complètement nos systèmes de raisonnement cartésiens basés largement sur l'approche analytique ou le réductionnisme, les relations causales simples, le déterminisme, l’élimination . On peut je crois ajouter une raison qui serait de l’ordre de la difficulté, à une époque où les programmes ont tendance à être allégés et simplifiés.

Depuis longtemps, les Hommes ont appris à raisonner sur des principes de causalité directe et linéaire, héritage de ce monde cartésien, de la pensée de Descartes qui fonde le paradigme dominant de la disjonction ou de la séparation, c’est-à-dire l’étude du monde réel en le décomposant en petits éléments. On nous a souvent inculqué l’idée qu’un phénomène pouvait s’expliquer par une cause qui produit un effet, que les mêmes causes produisent les mêmes effets. A un effet doit correspondre une cause ou des causes, et pour comprendre l'effet il suffirait d’en comprendre la (les) cause(s), pour répondre à notre logique cartésienne. Plus la cause est forte, intense, puissante, et plus l'effet sera important, puissant dans une logique de proportionnalité. On raisonne par causalité, en séparant, en clivant, parce le système scolaire nous a appris la linéarité des phénomènes, qu’il était plus facile de décomposer que d’intégrer, en oubliant que le monde, et particulièrement le monde vivant, était fait de ruptures, de bifurcations, de brisures de symétrie, d’auto-organisation, de structures dissipatives, d'instabilités, d'équilibres, de déséquilibres, d’entropie, de boucles de rétroaction convergentes ou divergentes.

Ainsi, les approches holistiques (le tout), contraire aux approches réductionnistes et analytiques, sont oubliées de notre système éducatif, alors que le monde est en train de se complexifier à travers l’économie mondialisée, l’économie numérique, l’intelligence artificielle, les systèmes de transition, les traités, les échanges de biens de services et de capitaux, les interconnections diverses, les nombreux organismes internationaux, les réseaux sociaux, etc.

CONCLUSION

Le réductionnisme appliqué au monde de la complexité nous engage vers de fausses routes, et ne permet pas de comprendre de manière satisfaisante la réalité, ou une certaine réalité, nous en offrant juste une vue partielle, biaisée, dépourvue des dynamiques propres à des systèmes évolués et organisés. On doit faire évoluer nos modes de raisonnement, bien sûr sans remettre en cause un existant construit sur des siècles, une longue tradition cartésienne, mais savoir y adjoindre d’autres approches lorsque la complexité l’exige. Alors, que l’école se mette au travail et qu’elle intègre dans ses programmes tout ce qui mérite d’être étudié pour que nos enfants soient plus à l’aise avec la complexité et que les modes de raisonnement s'adaptent au plus juste en fonction des objets étudiés.

Alain Desert


Moyenne des avis sur cet article :  3.88/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • C’est un point assuré plein d’admiration,
    Que le haut & le bas n’est qu’une même chose :
    Pour faire d’une seule en tout le monde enclose, 
    Des effets merveilleux par adaptation.

    D’un seul en a tout fait la méditation,
    Et pour parents, matrice, & nourrice, on lui pose,
    Phœbus, Diane, l’air, & la terre, où repose,
    Cette chose en qui gît toute perfection.

    Si on la mue en terre elle a sa force entière :
    Séparant par grand art, mais facile manière,
    Le subtil de l’épais, & la terre du feu.

    De la terre elle monte au ciel, & puis en terre, 
    Du Ciel elle descend, recevant peu à peu,
    Les vertus de tous deux qu’en son ventre elle enserre.


    • Gollum Gollum 2 novembre 14:05

      Bien d’accord avec vous. Je me permets de rajouter quelque points.

      La pensée holiste est une contradiction intrinsèque. On ne peut en effet pas raisonner sur le Tout, l’appréhender par un discours construit.

      Car le langage, comme la pensée, préfère une logique linéaire et binaire. C’est plus facile et convient à la majorité incapable par nature d’une pensée complexe. 

      Il ne faut donc pas vous étonner que ce soit celle-ci qui l’emporte nous emmenant graduellement vers une confrontation de masse, confrontation liée à la nature conflictuelle elle-même de la logique sous-jacente (le binarisme d’Aristote).

      Comme le Tout ne s’appréhende pas par la raison et le discours construit du langage il faut une interface entre la logique binaire et le Tout.

      Cette nouvelle logique est une nouvelle logique quaternaire, beaucoup plus adaptée au réel, notamment au Vivant, et au Tout. On la retrouve dans la logique chinoise du Taoïsme. L’inconvénient est qu’elle est beaucoup plus difficile à maitriser que la logique triviale d’Aristote. Elle ne peut concerner donc qu’une élite. Et cela implique ipso facto que pour qu’elle soit efficace cette élite soit aux manettes. On en est très loin actuellement.

      D’autre part la logique d’Aristote binaire est une logique de puissance qui veut l’élimination de l’autre pôle dialectique. Par exemple l’homme de droite veut éliminer l’homme de gauche et inversement. Le chrétien veut éliminer l’hérétique estimant que celui-ci est un danger pour ses façons de penser et d’être. Le monde US veut éliminer le monde russe pour des raisons similaires.

      La logique taoïste est une logique d’absence de conflit mais pas d’absence de contradictions. Elle est une logique de compétition et de synergie. Une logique d’expansion et de rétraction.

      Bref, c’est une logique qui unifie les contraires dans une dynamique cyclique à l’image de ce que la Nature fait elle-même.

      La logique quadripolaire est donc cyclique, réconciliatrice, féminine, initiatique et élitiste. Orientale.

      La logique binaire est linéaire, source de conflits et même de génocides, masculine, triviale et démotique. Occidentale.

      Faites votre choix. Et optez pour la Vie.

      PS : notons ici que la logique occidentale procède elle-même d’un sous-moment dialectique appelée à être intégrée dans cette nouvelle logique quadripolaire.


      • arthes arthes 2 novembre 16:46

        @Gollum

        Lorsque vous dites que la pensée holiste est une contradiction intrinsèque, j’ai du mal à comprendre ...Pourquoi ne serait il pas possible de raisonner sur le « tout » avec un discours construit.

         Au risque d’être un peu dans le hors sujet :

        Par exemple, avoir une approche des travaux de Darwin d’un point de vue global holistique, autrement dit se poser la question de savoir si le merveilleux ordonnancement de la nature aussi complexe soit il , n’est pas en fait orienté dès le départ et non du à un hasard qui n’aurait pas de but, avec une visée  qui devrait être le couronnement de l’oeuvre de Darwin : visée qui est : l’humain (le seul à pouvoir se poser ce genre de question d’ailleurs), ce dernier s’étant élaboré au fur et à mesure de l’évolution du monde avec tout ce dont il a eu besoin pour exister physiquement, fonctionner métaboliquement, structurellement , et qu’il aurait rejeté progressivment hors de lui : minéraux, végétaux,  jusqu’à ce que son « moi conscient » puisse prendre place dans un être simiesque et sufisament redressé , rejetant aussi l’animal hors de lui, car il n’en est pas un..
        Jamais on ne se pose en profondeur la question de la nature « des liens de parenté » que nous avons avec les animaux .

        La science matérialiste comme toujours s’en tient aux faits extérieurs, la carte génétique qui détermine tel type et telle espèce pour les formes, mais jamais ne se demander si justement c’est parce qu’il fallait obte,nir telle forme pour telle espèce que cette carte génétique fut élaborée dès le départ de manière à ce que l’être vivant qui devrait avoir des caractéristiques précises de l’espèce à laquelle il appartient puisse exister en tant que tel.

        Cela dit, les chrétiens ne rejettent pas les hérétiques, sur un point de vue christique c’est même tout le contraire et il n’y a pas d’hérétique.

        Le moi humain en revanche a du mal avec le moi de l’autre et sait faire preuve d’une grande agressivité, les prétextes, l’idéologie servent ce désir de « tuer »l’autre.
        Heureusement, il y a aussi la fraternité pour contrebalancer..

        Sinon le taoïsme, c’est quoi que t’est ce ? Une spiritualité moniste ?


      • Gollum Gollum 2 novembre 17:22

        @arthes

        Lorsque vous dites que la pensée holiste est une contradiction intrinsèque, j’ai du mal à comprendre ...Pourquoi ne serait il pas possible de raisonner sur le « tout » avec un discours construit.

        Tout simplement parce que le Tout est infini et que la pensée et le langage qui va avec ne sont possibles que dans un cadre fini.

        Si on postule que chaque partie du Tout est en relation avec toutes les parties de ce Tout il devient très difficile d’avoir un discours vrai sur cette partie du Tout puisqu’elle est en relation avec ce Tout. On appelle cela l’interdépendance universelle.

        C’est pour cela que la science, et d’une façon générale tout discours construit, isole le sujet sur lequel raisonner. Sinon on se noie. Mais en l’isolant on le mutile.

        Sur votre manière d’aborder le darwinisme il ne s’agit pas de pensée holiste mais d’un postulat finaliste. Vous pouvez toujours le poser mais il restera difficile à prouver. Par contre on pourrait éventuellement trancher si on avait accès au Tout. Mais voilà... 

        Jamais on ne se pose en profondeur la question de la nature « des liens de parenté » que nous avons avec les animaux .

        Bien d’accord avec ça.

        Cela dit, les chrétiens ne rejettent pas les hérétiques, sur un point de vue christique c’est même tout le contraire et il n’y a pas d’hérétique.

        Bien d’accord. Sauf que l’Histoire nous enseigne le sectarisme chrétien. Je parlais de ce christianisme là pas celui minoritaire des divers christianismes plus ou moins détachés des Églises, ou du christianisme lui aussi minoritaire dans le temps qu’est aujourd’hui le christianisme. Post Vatican 2.

        les prétextes, l’idéologie servent ce désir de « tuer »l’autre.

        Oui tout à fait. On peut parler du manichéisme inhérent aux différentes idéologies. Raison pour laquelle Simone Weil recommandait d’en finir avec les partis politiques. Et elle y incluait bien évidemment les différentes factions religieuses.

        Sinon le taoïsme, c’est quoi que t’est ce ? Une spiritualité moniste ?

        Le Tao est le nom donné à ce Tout dont on parle. Et comme le disent les textes, il n’est pas nommable, définissable. Mais on peut utiliser une dialectique pour en approcher au plus près. La dialectique chinoise du Yin et du Yang qui est une dialectique quadripolaire et non pas bipolaire contrairement à ce que l’on pourrait croire de prime abord.

        Le monde occidental connaissait cette dialectique quadripolaire à travers la doctrine des 4 éléments. On la retrouve chez Aristote d’ailleurs sans qu’il ait su en tirer toute la substantifique moelle..


      • alain-desert alain-desert 2 novembre 20:16

        @Gollum
        Merci pour tous ces éléments. Il y a bien entendu des points que j’ignore et que je vais regarder d’un peu plus près.


      • Il est contradictoire en numérologie d’associer la dualité au chiffre 2, dit féminin (par rapport au « 1 » phallique). La dualité sur un plan psychologique se résume à : a ou n’a pas. petit cerveau=moins intelligent (contredit par celui de nombreux savants et érudits-gros cerveau-gros Q.I.. Possède ou ne possède pas de phallus (castré ou pas). La troisième dimension (en art et dans de nombreux domaines,...) nous introduit (si je puis dire) dans le champ d’une vision plus globale : macrocosme par rapport au microcosme. Le tout étant relié. C’est le troisième dimension. Mais qui ne peux s’appréhender sans intégrer le 2 (féminin). Le dualisme est une manière d’appréhender le monde sous son angle le plus pragmatique. Celui de Saint-Thomas.N’existe que ce qui est directement perceptible (chez l’enfant, cela correspond à la phase dite de « latence » (l’anti-Oedipe, artifiellement reposant, il faut coller au réel, le nez sur celui-ci et sans recul). Heureusement, l’adolescence, le retour des conflit lié à la sexualité, l’Oedipe reconfronte l’individu aux questions existentielle (qui chez nombreux jeunes sont parfois fatales : le monde n’est pas comme je me l’imaginais, mes parents ne sont pas parfait,...le réel est ailleurs, qui suis-je,... et l’inconnue de présenter sa face étrange). La sortie de cette période apparente de chaos nécessite le recul, ET arrive alors, dans le meilleur des cas la conscience de la globalité du monde et de la conscience que tout est relié. que notre histoire s’inscrit dans l’inconscient collectif et que nous ne sommes qu’une partie du puzzle. Il n’est dès pas difficile de comprendre que la politique est fondamentalement : anti-oedipienne et fixée à la latence. Incapable d’être à la fois dedans et dehors. Il reste alors une porte de sortie. Et si tout cela était parfaitement agencé,.... ???


        • Aéroclette Aéroclette 2 novembre 14:41

          Votre article n’est pas assez analytique :

          3 sortes de réductionnismes :

          constitutif (matière = atomes...)

          — explicatif ( phénomène = somme des mvmts des constituants)

          théorique ( biologie, physique = mécanisme)

           

          Puis différencier holisme de dualisme, finalisme, déterminisme sui generis. Matérialisme d’Épicure contre Démocrite/Leucippe, clinamen, et placer hylozoïsme pour frimer .... smiley Après faut donner des ex. Le vivant s’y prête bien.

           

          Mais bon... l’avenir est au rap de Booba, Conrad et Kaaris... PISA et QI en chute libre... fuite des diplômés... grand remplacement par « chances » niveau collège africain...

           


          • Cadoudal Cadoudal 2 novembre 15:45

            @Aéroclette
            Les Vikings n’auraient jamais du coloniser le Groenland, avec la complexification du monde, ça énerve un peu les inuits Libyens hylozoistes...

            la semaine dernière, une fillette de 10 ans a été violée à Malmö. Un Libyen de 30 ans a été arrêté mercredi pour ce crime. Cet homme a déjà été condamné, notamment pour des voies de fait.

            […] Il est déjà soupçonné d’une autre agression sexuelle, selon le journal Expressen. En septembre, il a été inculpé pour l’agression sexuelle d’une femme à Umeå. Ce Libyen est arrivé en Suède en 2009. On ignore pourquoi il n’a pas été expulsé.

            http://www.fdesouche.com/1095885-valdtakt-mot-10-arig-flicka-i-malmo


          • alain-desert alain-desert 2 novembre 20:13

            @Aéroclette
            Oui mais vous m’accorderez que sur un article de quelques pages j’étais obligé de réduire, donc j’ai fait du réductionnisme en parlant du réductionnisme


          • Jean-Luc B. 2 novembre 15:06

            Merci Alain. En parlant de réductionnisme vous pointez du doigt un mécanisme extrêmement important qui a très certainement une large part de responsabilité dans l’impossibilité de dépasser les difficultés actuelles et de trouver des voies de sortie applicables.

            Le monde d’aujourd’hui est devenu hypercomplexe, de plus en plus interdépendant pour ne citer que ces propriétés-là. Je vois que vous êtes issu comme moi du milieu de l’informatique. Les gros systèmes de données capables d’intégrer des informations très hétérogènes offrent il me semble une image assez représentative de cette réalité du monde.

            Dans l’analyse de systèmes complexes, il s’avère souvent nécessaire de gérer des informations contradictoires ou n’ayant aucun rapport les unes avec les autres. Or si on y réfléchit, on voit que la manière de les lire est très dépendante du choix de ce qu’on veut en tirer ou de ce qu’on veut leur faire dire. C’est une forme de réductionnisme !

            C’est à cela que je voulais en venir, pour apporter un complément à votre exposé : parler de réductionnisme fait je crois inévitablement appel à la notion de pouvoir (au sens large du terme). En réduisant la réalité j’affirme un pouvoir. J’affirme MA vision, mon choix par rapport à l’ensemble. Dans le cas des données, je fais une lecture transversale déterminée pour en extraire ce que je cherche. Pour FB, une manne vendable aux publicitaires, etc. Dans la vie de tous les jours, un tel fait valoir ses intérêts, ses points de vue au détriment de la complexité de l’ensemble et des autres, comme si cette complexité n’existait pas.

            On peut observer ce phénomène de manière quasi générale, prendre les questions comme le changement climatique, la PMA, la GPA, le système législatif, les projets politiques, les relations humaines sans compter toutes les autres. On y retrouve toujours une part plus ou moins marquée de réductionnisme qui cache bien des choses.

            Donc à quand un monde où la complexité soit reconnue comme telle, supposant également l’acceptation d’une large part d’ignorance ? A quand un président qui vienne dire : « Nous avons devant nous des problèmes tels que je ne puis les régler seul. Il importe que l’on réfléchisse et choisisse ensemble les meilleures voies à prendre tout en respectant les intérêts même contradictoires des uns et des autres » ?


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 2 novembre 15:29

              @Jean-Luc B.

              Ben ouais, tout est chaotique .


            • @Aita Pea Pea

              Comme l’humus qui « VOILE » la châtaigne. Aujourd’hui jour de la mâcre d’eau (ou châtaigne). La Vie est latente, cachée dans l’ombre de la matière. La gangue de terrestréités permet à la Lumière primordiale de se manifester occultement dans notre univers matériel, mais, en contrepartie, cette gangue l’empêche de s’exprimer dans sa forme pure, aurique. Tout l’art de l’Alchimiste consiste à ouvrir cette gangue de matière (comme on ouvre une bogue pour y trouver le marron luisant) et faire s’exprimer la Lumière et sa vertu merveilleuse. Le voile du djihad ou de Saturne, couve l’oeuf qui ne peut se fendiller et faire jaillir la lumière. Comme une lueur ou AURA d’espoir. On ne peut être la bogue (proche de BUG) et le fruit. qu’à l’ombre naisse l’HOMBRE. 


            • alain-desert alain-desert 2 novembre 20:10

              @Jean-Luc B.
              Merci pour votre commentaire très intéressant. Vous avez déjà 50 % d’un article !


            • Chataigne origine d’ARMENIE, appelée : GLAND DE ZEUS.


              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 2 novembre 19:02

                @Mélusine ou la Robe de Saphir. Voila. Les battements d’ailes de mon petit zozio font battre les lèvres d’une zoziote , et ce a distance.


              • Aéroclette Aéroclette 2 novembre 20:44

                Des fausses corrélations, pas du réductionnisme mais de l’empirisme (l’IA en est la spécialiste, genre de régressions linéaires)

                les enfants les meilleurs en math ont des grands pieds...

                — les bombardiers n’ont pas d’impact de balle sur le moteur, il est inutile blinder le moteur...

                Les enfants qui ont de grands pieds sont plus âgés... Les bombardiers qui ont été touchés au moteur ne sont pas revenus.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès