• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Le virus de la surveillance

Le virus de la surveillance

Dans le « monde covidé » dont les contours tranchants se reserrent sur des libertés fondamentales, une prospère économie de la « distanciation sociale » et de la surveillance s’est mise en branle. Partie pour durer, elle rend matériellement impossible tout « retour à la normale ». Le journaliste d’investigation Olivier Tesquet dresse la cartographie de ces nouveaux territoires de la surveillance où nous serions piégés en cobayes plus ou moins consentants...

 

Quelles « digues juridiques ou morales » pourront-elles encore tenir face à ce tsunami d’ « innovations » que Olivier Tesquet nomme « l’état d’urgence technologique » ? De quelle « urgence » s’agit-il, au juste, dans un monde devenu impensable dont il faudrait avaler sans répit le train d'"innovations" in-dispensables ?

Au terme d’une décennie d’enquête, le journaliste de Télérama met à jour une « prédation systématiques de nos comportements  » au profit des acteurs de cette « précipitation technologique » : les « grandes plateformes » ou autres officines et sous-traitants positionnées sur ce juteux « marché » de notre « mise à nu collective »... Dans son précédent essai, A la trace (Premier Parallèle, 2020), il posait un diagnostic glaçant sur cette fuite en avant technologique dont le potentiel n’a rien de « libérateur ». Il y interrogeait le déterminisme de nos existences par une informatique ubiquitaire...

Bien évidemment, il y aurait de quoi « s’interroger légitimement », pendant qu’il en est encore temps, sur ce recours à des « machines guerrières » et autres « dispositifs » de surveillance et de traçage dont la banalisation met en péril notre intimité et nos libertés en période de paix présumée. N’aurions-nous vraiment « rien à cacher » ? « Ne rien avoir à cacher, c’est être son propre maton, accepter non seulement de produire de la donnée docilement mais assi de faciliter la corrélation entre des dispositifs éclatés dans le temps et dans l’espace  ».

De fait, cela revient à « se retrouver dans l’impossibilité matérielle de cacher quoi que ce soit  »... De surcroît, la formule verbalise notre impuissance et notre solitude face à une technologie invasive qui entend « monétiser » jusqu’à nos battements de coeur et nos souffles - jusqu’au dernier.

 

Dans quelle « réalité » voulons-nous vivre ?

Si tout le monde connaît Facebook ou Google, peu de « citoyens » plus ou moins concernés connaissent Palantir, l’une des « licornes » de l’économie numérique, dont le nom est emprunté à la fiction du Seigneur des Anneaux (1955) : il s’inspire de la sphère magique et indestructible offrant le pouvoir de voir partout et tout le temps, décrite par J. R. R. Tolkien (1892-1973). L’éminent philologue et créateur de mondes, pionnier de l’heroïc fantasy, écrivait-il pour les enfants ? Valorisée à 20 milliards de dollars, Palantir se spécialise dans l’analyse des données qu’elle « compacte et croise à des fins prédictives »... Car si un individu est « réductible à l’ensemble des signaux qu’il émet bien malgré lui, on peut le devancer au lieu de le suivre  »...

Avec la miniaturisation et la « démocratisation » des gadgets électroniques, « nous sommes entrés dans une société du signal informatique, à l’intérieur de laquelle des sociétés privées, qu’elles se nomment Facebook, Google ou Palantir, sont venues bousculer le monopole régalien de la collecte d’informations »... Si la donnée passe pour le pétrole du XXIe siècle, cette analogie pétrolière révèle notre entrée dans une société thermo-industrielle ultraquantifiée, « d’une intensité inédite », dont les outils « nous prédisent notre destinée sans se soucier de ce que nous faisons ou de ce qui nous est fait  » (Shoshana Zuboff)...

Ainsi, dans l’architecture de ce « capitalisme de surveillance », nous ne sommes « ni des clients ni des produits, tout juste une matière première dont il faut capter l’attention pour mieux l’exploiter  » - « nous sommes le pétrole, pour ainsi dire  »... Un carburant bien bon marché et voué à une combustion quasi immédiate après extraction et surexploitation de données, dirait-on...

L’ancien journaliste d’Owni.fr, un média en ligne spécialisé dans les cultures numériques, étaye son analyse de moult références fondamentales dont celle du sociologue Antoine Courmont : « La donnée est le couronnement provisoire d’une série d’approximations sur laquelle nous nous accordons pour représenter un phénomène »...

Ou celle de Serge Halimi, rédacteur en chef du Monde diplomatique : « La crise du coronavirus pourrait constituer une répétition générale qui préfigure la dissolution des derniers foyers de résistance au capitalisme numérique et à l’avènement d’une société sans contact  ».

Si notre destinée désormais est, par chacun de nos actes en ligne, de « créer de la valeur » pour le compte de « plateformes », nous appartenons-nous encore ? Bien d’autres questions se posent : comment exprimer la moindre empathie quand tout est informatisé ? Comment « trouver un modèle sanitaire cohérent qui respecte les droits fondamentaux » ? Notre addiction à des « applications » de plus en plus intrusives ne risque-t-elle pas d’accélérer « d’inquiétantes ruptures éthiques dans notre rapport à la technologie » ?

Dans ce nouvel « ordre social covidé », sera-t-on « affecté d’un indice de contagiosité comme d’autres d’une note de crédit ou d’un score de fragilité clinique  » ? Ne consentirions-nous pas, par notre apathie, à « l’invention de nouvelles classes dangereuses s’inscrivant dans une Histoire qu’on pensait soldée  » ? Autant de questions vertigineuses posées par les « nouvelles technologies » dont l’usage s’arrime à la « question des valeurs », qu’elles soient éthiques, sociales voire spirituelles... Ce qui est en jeu, c’est bien « l’idée que l’on se fait de la société ». C’est-à-dire de ce qu’elle devrait être – ou de ce qu’elle ne devrait surtout jamais devenir...

 

Perte de contrôle et de confiance

Face à la perte de contrôle effective de notre intimité, Olivier Tesquet interpelle le « danger normalisateur » de cet état d’urgence technologique qui « envahit l’espace public urbain, recompose le monde du travail et bouleverse la sphère de l’intimité au nom de la surveillance sanitaire ». L’auteur de La Stratégie du choc (Actes Sud, 2007), Naomi Klein, mettait en garde contre un « futur dans lequel chacun de nos mouvements, de nos mots, chacune de nos relations est traçable et exploitable au nom d’une collaboration sans précédent entre le gouvernement et les géants du numérique  ». L’essayiste baptisait « Screen New Deal » ce contrepoint dystopique du « Green New Deal » qu’elle appellait de ses voeux.

Est-il besoin de rappeler que le gadget présumé servir accessoirement de « téléphone » se révèle à l’usage une « infrastructure de contrôle mobile » ? Olivier Tesquet voit ce sombre horizon dystopique se rapprocher «  à mesure qu’un futur interconnecté retranche les corps de l’équation ».

Le moyen d’y remédier ? La technocritique, initiée par d’illustres prédécesseurs comme Lewis Mumford (1895-1990), Günther Anders (1902-1992) ou Jacques Ellul (1912-1994) : loin de procéder d’une technophobie aveugle, elle avance l’hypothèse du pire dont les vertus prophylactiques sont fort éprouvées, afin de mieux l’écarter. Elle oblige à stimuler l’imagination et à mobiliser les imaginaires dans un espace urbain hérissé de capteurs et autres « dispositifs » intrusifs de surveillance virant à une coercition générale.

Encore faut-il que le plus grand nombre en fasse son affaire commune, lève la tête des écrans et se réapproprie cet espace sinistré pour l’heure en « zone d’anomie vide de droit » (Giorgio Agamben) – une zone grise déshabitée par des cobayes persistant à s’ignorer comme tels...

La passion de tous est requise pour se désenvoûter de la technique et refonder une « société politique » sur le champ de ruines d’une « société de la trace et du signal » qui nous atomise dans nos « technococons » (Alain Damasio)... Le malaise n’en finit pas de grandir face à l’emprise d’une technologie intrusive sur nos vies, se gavant de nos traces en « actifs de la surveillance » aussitôt convertis en « capital de la surveillance ». Ce mal-être croissant dégagera-t-il à temps de salutaires « lignes de fuite imaginaires » pour échapper au grand siphonnage en cours ?

Alors que la « mise en réseau » des villes (décrétées « smart cities », soit des « villes intelligentes »...) « transforme l’urbanité tout entière pour en faire une vaste entreprise de surveillance » (La Quadrature du Net), la communauté des développeurs informatiques s’interroge sur « l’opportunité d’un serment d’Hippocrate des programmateurs d’algorithmes ».

Est-il temps encore de rappeler que les sciences et les technologies sont faites pour servir l’humain et non pour l’asservir ? Si elles ne sont pas mises au service d’une vie digne, saine et décente pour rendre notre maison commune plus habitable et « solidaire », à quoi serviraient-elles ?

Quel « éclair de bonté » pourrait-il jaillir de la démence technolâtre pour sauver encore l’espèce présumée humaine de sa dissolution dans son déni rageur ? De quelle étincelle de lucidité ou de quel « bricolage des possibles » jaillira l’antidote majeur à l’insoutenable qui étend son empire ?

 

Olivier Tesquet, Etat d’urgence technologique – comment l’économie de la surveillance tire parti de la pandémie, Premier Parallèle, 152 p., 16 €

A la trace – enquête sur les nouveaux territoires de la surveillance, Premier Parallèle, 272 p., 18 €


Moyenne des avis sur cet article :  4.82/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

70 réactions à cet article    


  • Docteur Faustroll Docteur Faustroll 21 septembre 08:18

    La géolocalisation par smartphone et les réseaux sociaux sont en effet des outils efficaces de l’instauration d’un contrôle social qui ne tardera pas à déboucher sur le crédit social qui permettra d’isoler et neutraliser les moutons noirs.

    Mais ce système n’a pas été mis en place à la faveur de la « pandémie », il a été d’abord instauré pour des raisons commerciales afin de recueillir en direct les comportements des consommateurs et les matraquer d’offres correspondant à leurs habitudes. Après, un outil aussi performant n’a pas laissé indifférents d’autres spécialistes de la manipulation : les politiques. Mais ne seraient-ca pas les mêmes ?

    Ce qui est affligeant dans ce phénomène, c’est l’appétit des victimes devants les boulettes empoisonnées qui leur sont offertes. ça fonctionne exactement comme la drogue : au début, c’est gratuit, mais quand on est bien accro, c’est de plus en plus cher, et on pleure devant las porte du dealer.


    • eau-pression eau-pression 21 septembre 10:25

      @Docteur Faustroll

      Bien avant que la géolocalisation des individus ne soit une réalité, le représentant d’un armateur m’a interloqué. Cet homme expérimenté en 1980, acteur d’une corporation chargée de porter des choses d’un port à un autre, disait d’un air pénétré : « l’informatique, c’est l’abolition du lieu ».

      Simple anecdote.


    • lephénix lephénix 21 septembre 10:27

      @Docteur Faustroll
      ce qui est effectivement affligeant, c’est l’inassouvible soumission servile qui précipite la victime vers le venin addictif qui la tue à petit feu  mais tout s’accélère... le formatage commence à l’école, transformée en dealer de cette came électronique qui nous mène à la falaise où donne la porte du dealer...


    • lunatique 21 septembre 17:10

      @eau-pression
      Et être sans feu ni lieu a donné être sans foi, ni loi.


    • lunatique 21 septembre 17:17

      @eau-pression
      Et pour le moment on peut se déplacer avec une voiture sans informatique embarquée, en laissant son téléphone à la maison, mais bientôt, lors du contrôle technique de votre voiture on vérifiera qu’elle a bien une sorte de mouchard, comme sur les camions, en état de marche et qui sera obligatoire, sans doute au nom de la sécurité routière.


    • eau-pression eau-pression 21 septembre 21:08

      @lunatique

      Puisqu’il en est ainsi, je demande à être enterré avec ma voiture pour qu’elle me conduise droit dans les voies de l’au-delà.
      Ainsi faisaient les Scythes.


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 21 septembre 09:30

       ’’De quelle « urgence » s’agit-il, au juste, dans un monde devenu impensable dont il faudrait avaler sans répit le train d’« innovations » in-dispensables ?’’

       > impensable ? Ou plutôt, impensé. cf. Cornélius Castoriadis : « la doctrine néolibérale, cette non-pensée intégrale »

      ps. j’aurais mis ’’indispensables’’ entre guillemets, et non pas innovations, car des innovations il y en a, et à foison..

       

      D’accord avec Séraphin ci-dessu, notamment au sujet de l’appétit des victimes devants les boulettes empoisonnées qui leur sont offertes.

       

      Et avec Luniterre  : « Avec les progrès continus de la robotisation, la main d’œuvre cessant d’être « rentable » et devenant même, à terme, en grande partie inutile, ce sont des stratégies de contrôle total des populations, et même de « dépopulation » qui sont progressivement mises en place, dont les expériences de « confinements » et de « vaccination à l’ARN-messager », assortie de « pass-sanitaire », inaugurées avec la prétendue « crise du covid-19 », en 2020-21, ne sont encore que les prémisses. » 


      • lephénix lephénix 21 septembre 10:32

        @Francis, agnotologue
        même pour les rares qui tentent encore de penser ce qui peut l’être  voire l’impensé, nous avons dépassé les abysses de l’impensable...
        pour ne pas infliger une overdose de guillemets, j’ai retenu la formulation « in-dispensables » d’après le caquetage de la « volaille qui fait l’opinion »...
        oui, nous crevons d’une overdose d’« innovations » écocides...


      • lephénix lephénix 21 septembre 10:34

        @Francis, agnotologue
        ps : « innovations » ecocides et liberticides...


      • Durand Durand 21 septembre 10:39

        @Francis, agnotologue

        « ce sont des stratégies de contrôle total des populations, et même de « dépopulation » qui sont progressivement mises en place, »

        Les Australiens ne le démentiraient pas :

        https://www.businessbourse.com/2021/09/20/australie-cest-clair-on-est-en-train-de-tester-le-nouvel-ordre-mondial-avec-les-australiens-la-police-vient-chez-cette-femme-pour-la-reprimander-parce-quelle-a-publie-un-message-sur-les-resea/

        ..


      • slave1802 slave1802 21 septembre 13:00

        @Durand
         Vous n’auriez un lien plus détaillé, parce que là, c’est le niveau zéro de l’info...


      • Durand Durand 21 septembre 19:35

        @slave 1802

        Vous avez internet ?

        ..


      • troletbuse troletbuse 21 septembre 11:23

        Les jeunes et les moins jeunes participent allégrement à leur surveillance. Quand je les vois payer avec la carte sans contact pour un café ou un croissant ou avec le smartphone, ils s’enchainent eux-mêmes. Je ne sais pas si les distributeurs de capotes fonctionnent ainsi mais la surveillance généralisée les suivra jusque dans leur chambre.

        Nos visionnaires ont déjà décidé de prolonger le passe dictatorial. Ils veulent déjà le prolonger. C’est bien là que les éveillés voient que la prétendue crise sanitaire n’est qu’un prétexte et merci à tous les neuneus d’établir eux-mêmes leur dictature.

        . https://www.leparisien.fr/politique/prolongation-du-passe-sanitaire-un-projet-de-loi-est-en-cours-delaboration-20-09-2021-I7MWKY23RBEDBPZE4XRD6KADNA.php


        • troletbuse troletbuse 21 septembre 11:38

          @troletbuse
          Tiens un troll tarlouzien est passé  smiley


        • véronique 21 septembre 11:44

          @troletbuse

          Je me demande combien il faudra de prorogations de lois d’urgence ou de prorogations de lois de gestion sanitaire pour que tout le monde comprenne. 


        • troletbuse troletbuse 21 septembre 11:51

          @troletbuse
          Il y en a qui ne comprendront jamais vu qu’ils sont cons comme des balais. Et j’ai bien peur qu’ils soient majoritaires.
          Tiens, pareil au Canada, il paraît que Trudeau est majoritaire. Mais il faut se méfier de la fraude électorale comme pour Trump.


        • LeMerou 21 septembre 17:05

          @troletbuse
          « La surveillance généralisée les suivra jusque dans leur chambre. »

          C’est déja fait ! Par les enceintes connectées, dont les progressions de ventes 
          sont ahurissantes.
          Ce qui était de la science-fiction hier est une réalité aujourd’hui


        • Macron va provoquer un conseil de défense massif.

          Sur un possible reconfinement à partir du 15 du mois suivant et après .

          en +...

          1-, comment réagir massivement contre les américains, les anglais et les australiens ...

          2-, comment réagir massivement contre les anti-vax...

          3-, comment réagir massivement contre les anti-pass...

          4-, préparer une réaction massive si les élections Allemandes ne tournent pas à l’avantage des intérêts de Macron.

          5-, comment réagir massivement si les 4 précédentes réactions massives ne marchent pas ... 


          • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 21 septembre 11:50

            à l’auteur

            Merci pour ce bel article au contenu fort inquiétant, et pour les références précieuses fournies aux lecteurs.


            • lephénix lephénix 21 septembre 20:20

              @cettegrenouille-là
              merci pour votre visite et votre retour, merci aux journalistes d’investigation qui prennent la peine d’une telle synthèse sur ce qui est en train de détruire notre socle vital  il en reste tout de même, des « journalistes » bientôt journaliers de l’inactuel dystopique ou de ce temps de chien qui ne passe plus...



              • HELIOS HELIOS 21 septembre 13:06

                Et c’est pas fini...

                Notre auteur des basses oeuvres, le célèbre Castex, dit premier ministre  et qui n’agit pas conformement à la constitution  demande au parlement de prolonger le pass sanitaire au dela du 15 novembre.

                On voit bien qu’il est pressé, gouverner c’est prévoir qu’il disent... oui, quand il s’agit de gouverner comme il le fait, il oublie pas de se preparer, mais quand c’est au profit des français, là on decouvre apres la bagarre qu’il fallait y penser avant !

                CASTEX veut prolonger le pass sanitaire ! même si 100 % des français etaient vaccinés 2 voire 3 fois, il le ferait quand même, c’est pour notre bien qu’il dit.... mais c’est tres tres bien pour nous surveiller tous et mettre en place le corrolaire du pass : le controle total et la surveillance de tous.


                • Jonas Jonas 21 septembre 13:36

                  @HELIOS
                  Castex est un dictateur en puissance. Extraits de la loi qu’il a tenté de faire passer à l’Assemblée Nationale :

                  « Le Premier ministre peut également, par décret pris sur le rapport du ministre chargé de la santé, prendre aux seules fins de garantir la santé publique les mesures suivantes :
                  « 1° Réglementer ou interdire la circulation des personnes et des véhicules et réglementer l’accès aux moyens de transport et les conditions de leur usage ;
                  « 2° Interdire aux personnes de sortir de leur domicile, sous réserve des déplacements strictement indispensables aux besoins familiaux ou de santé ;
                  « 3° Ordonner la fermeture provisoire et réglementer l’ouverture, y compris les conditions d’accès et de présence, d’une ou plusieurs catégories d’établissements recevant du public ainsi que des lieux de réunion, en garantissant l’accès des personnes aux biens et services de première nécessité ;
                  « 4° Limiter ou interdire les rassemblements sur la voie publique ou dans un lieu ouvert au public ainsi que les réunions de toute nature, à l’exclusion de toute réglementation des conditions de présence ou d’accès aux locaux à usage d’habitation ;

                  etc..."

                  Le Premier peut, lui et lui seul, prendre la décision par décret de vous interdire de sortir de chez vous, fermer les établissements publics ou privés. C’est du jamais vu.
                  Cela va bien au-delà du simple passeport obligatoire de vaccination.

                  Le projet de loi proposé est un état totalitaire qui prévoir un contrôle des masses à tous les niveaux par le Premier Ministre, qui peut, par décret, en faisant abstraction de l’Assemblée Nationale et du Sénat, vous interdire de sortir de chez vous, fermer vos magasins, décider des prix des articles, vous faire mettre à l isolement si suspicion de covid-19, interdire aux gens de se rassembler ou de manifester.

                  Que Jean Castex, Olivier Véran et leur équipe équipe ait pu imaginer et mettre par écrit un tel projet de loi, révèle leur immense mépris des Français, ils devraient de fait, démissionner.


                • eau-pression eau-pression 21 septembre 13:51

                  @HELIOS

                  Vous qui savez comment ont évolué les dispositifs par lesquels on réalise des transactions monétaires, pouvez-vous me confirmer ce que dit wikipedia, à savoir qu’1,3 milliards de personnes utilisent un porte-monnaie électronique.

                  Parce que mon conseiller financier a pas l’air au courant.

                  remarque : post inspiré par ce que dit troletbus plus haut.


                • @Jonas
                  Castex c’est un Lacombe lucien en puissance .
                  Faux gentil ,
                  Faux conviviale..... 
                  Un menteur méchant et con .
                  Un immense faux-cul .


                • HELIOS HELIOS 21 septembre 19:36

                  @eau-pression

                  là, vous me posez une colle bien comprehensible !

                  Le porte-monnaies electronique, dans notre imaginaire a tous, est un systeme electronique qui ne s’appuie sur aucun compte bancaire (donc qui se charge a une borne ou un guichet) et qui est normalement fait pour effectuer peu de transaction et d’un petit montant sans obligation d’abonnement.

                  A partir de là le nombre de porte-monnaies electronique est relativement faible et le chiffre de 1,3 MM est tres exagéré même s’il existe des pays du nord de l’europe dans lesquels il est plus avancé que chez nous

                  Vous voyez, comme d’habitude il y a un abus volontaire pour vous faire croire que le porte-monnaies est bien diffusé et cela grace a la prise en compte de :
                  cartes privatives (au Chili il n’y a pas de ticket de metro mais une carte que l’on recharge et qui se consomme en la presentant a chaque voyage... c’est un porte-monnaies electronique privatif, à Londres aussi avec la carte Oyster...)
                  des appareils NFC comme les smartphones.
                   de vraies cartes bancaires qui ont la fonction porte-monnaies par defaut
                  ... et surement d’autres auxquels je ne pense pas sur le moment.

                  L’abus est de vous faire croire que :
                  ... les systemes privatifs sont des porte-monnaies électroniques alors que cette carte ne vous permet pas d’acheter votre journal ou votre pain...
                  ... les smartphones sont egalement des portes monnaies parce que la fonction est prevue mais non utilisée en dehors d’un paiement bancaire . Si vous avez un « rechargeur » banalisé... peut-être une machine ou un buraliste auxquels vous donnez des espèces en échange...
                  ... les cartes bancaires qui peuvent fonctionner comme un porte monnaie mais ne sont pas utilisables en tant que tel parce qu’il faut passer par un compte en banque pour les charger...

                  j’arrete là, c’est plus l’heure, mais par exemple, en France il y a environ 70 millions de cartes bancaires donc vous pourriez dire qu’il y a 70 millions de porte-monnaie ellectronique plus les téléphones et les cartes privatives.

                  A ne pas confondre porte-monnaies électronique et paiement dématérialisés.
                  A ne pas confondre non plus le mecanisme sécuritaire qui rends un paiement bancaire secret entre l’acheteur et le vendeur

                  A ce sujet, et j’arrete là, vous me direz que je sodomise les lépidoptères... ok, j’entends bien.
                  La réalité, c’est qu’un porte-monnaie electronique devrait etre un instrument (peu importe le support) qui ne soit qu’un compteur qui enregistre son chargement et decompte les achats.
                  Point d’identification bancaire, rien, juste un identifiant permettant a l’organisme de référence (le vrai porte-monnaies) de recevoir et/ou transferer les mouvements... sans nom ni du coté payeur, ni du coté encaisseur.

                  On pourrait revendiquer quelques Miliards de porte-monnaies, mais dans la réalité c’est probablement inferieur a 3 ou 4 millions hors Chine que je ne sais évaluer.

                  Bonne soirée


                • HELIOS HELIOS 21 septembre 19:40

                  @HELIOS

                  note : j’oubliais l’essentiel... le vrai porte-monnaies electronique, celui qui n’a pas de nom et qu’on recharge avec des billets et qui se consomme sans votre identité a vraiment peu de chance d’exister, même pour des petites sommes.

                  vous voyez pourquoi ???


                • eau-pression eau-pression 21 septembre 20:41

                  @HELIOS

                  Merci pour cette réponse assez complète. Il faudrait ajouter des considérations techniques sur la sécurisation de ces PME.

                  On devrait harceler nos banquiers-décideurs avec ces questions, en prévision du jour où ils voudront nous faire gober le vote électronique. Si on creuse, je pense qu’on trouve dans les deux cas des séquences électroniques qui mettent la machine en défaut : validation de faux votes ou acceptation de fausse monnaie, de mémoire je dirais que ça passe par des astuces semblables pour utiliser les failles des protocoles.
                  En résumé : j’accepte le vote électronique le jour dans un monde où le PME sera sûr.

                  La réponse à votre question explicite, c’est pour sûr la même que la réponse à la question implicite que je vous posais. Coluche aurait dit « merci de l’avoir posée ».

                  Un indice vers la réponse : on a fortement incité les gens à utiliser leur CB, et les naïfs (dont j’ai été) ont pensé que les banques voulaient promouvoir un système qui leur coûtait moins cher que les chèques. Ces naïfs n’imaginaient pas que super-banquier avait d’autres ambitions que de jouer son rôle de facilitateur de transactions.


                • Bernard Dugué Bernard Dugué 21 septembre 13:19

                  Cet article illustre une règle souvent vérifiée

                  lorsqu’il y a une crise, l’Etat en profite pour prendre la main et renforcer sa puissance. C’est le cas des crises économiques, financières et maintenant, sanitaires


                  • zygzornifle zygzornifle 21 septembre 15:03

                    @Bernard Dugué

                     Salut nanard, je te rappelles que :

                    En raison de signalements pour non respect de la charte, vous ne pouvez plus réagir sur cet article.

                     


                  • reptile cyrus 21 septembre 15:25

                    @zygzornifle

                    ca serais quand meme embetant s’ il gardait sur ses article des gens comme biomoon ou lavau capable de le contredire et de montrer les faiblesse des article ...

                    Les troll comme nono qui lui leche le cul par contre il aime ca smiley


                  • reptile cyrus 21 septembre 15:27

                    @cyrus

                    DUDU est le seul capable de rajeunir apres avoir été vieux smiley
                    https://www.youtube.com/watch?v=X_XYLwmLJ90
                    il va en faire des jaloux smiley


                  • Jonas Jonas 21 septembre 13:25

                    Le 9 juin 2021 restera une journée historique pour la République Française qui marque le début de l’entrée dans l’ère totalitaire du Nouvel Ordre Mondial, la mise en place graduelle d’un système de contrôle de vos faits et gestes, et bientôt de vos pensées.
                    Vous ne pouvez plus accéder aux lieux de culture, aux restaurants, aux bars, aux piscines, aux salles de sports, aux hôtels de vacances, à l’école, et bientôt à votre bureau sans votre passe sanitaire contenu dans votre smartphone.
                    Vous serez définitivement attaché à la machine.
                    C’est le but.
                    Une fois raccordé au réseau, vous ne pourrez plus rien entreprendre sans que le système ne le sache ou n’en ait donné l’ordre, vous rentrerez dans un cercle vicieux dans lequel vous ne pourrez plus jamais vous défaire.
                    Ne pensez pas faire machine arrière, le processus est irréversible et ne fonctionne qu’en avançant.


                    • titi 26 septembre 14:01

                      @Jonas
                      « sans votre passe sanitaire contenu dans votre smartphone »
                      Sauf que c’est faux.
                      Vous pouvez utiliser une version imprimée.

                       


                    • gnozd gnozd 26 septembre 18:57

                      @titi
                      Et alors ? Ca change rien dans l’idée.


                    • troletbuse troletbuse 21 septembre 13:44

                      Vidéo longue mais tellement vraie. Un médecin parle du décès de sa sœur et beau-frère une semaine après le vaxxin. Vers la fin, vers 1h10, les hypothèses faites par ce médecin ont toujours été les miennes.

                      https://odysee.com/@Feerika:d/D%C3%A9c%C3%A8s-brutaux-de-sa-soeur-et-son-beau-fr%C3%A8re-juste-apr%C3%A8s-la-premi%C3%A8re-dose:2


                      • I.A. 21 septembre 14:25

                        Observations pertinentes pour conclusions très opportunes. Merci.


                        Perso, je considère que toutes ces avancées technologiques étaient prévisibles, et que tous les mésusages qui en découleraient ne l’étaient pas moins.

                        Ma première grande surprise, ça a été l’incommensurable appétence des masses pour ces technologies - certes favorisée par la gratuité de loisirs tels les vidéos et les jeux, mais aussi par les « petits avantages » qui y ont été associés (SMS + appareil photo pour le smartphone, 1 mois offert pour le pass navigo, délais prolongés pour la web-déclaration des impôts...).

                        En ce qui me concerne, je classe les véhicules motorisés (pour les citadins seulement et hors transports en commun), ainsi que les trottinettes électriques, dans les technologies parasites et nuisibles.

                        Ma deuxième grande surprise, ça a été d’observer l’énorme plaisir régressif que le confinement a procuré à une non moins énorme majorité de personnes. Même surprise, par ailleurs, face à la fulgurante progression de l’obésité en France et DOM-TOM... Constat brutal, terrifiant : comme si manger était en train de devenir un passe-temps.

                        Bon, tout le maillage technologique étant aujourd’hui en place, par calcul ou par évolution scientifique irréfléchie, il semble désormais clair que l’humanité se met ainsi à la merci de toutes les dérives possibles et imaginables.

                         


                        • lephénix lephénix 21 septembre 20:25

                          @I.A.
                          effectivement tout cela était tristement prévisible depuis au moins les cartes perforées d’IBM etc
                          et voilà les êtres vivants phylogénétiques sommés de « s’adapter » et de s’hybrider avec des artefacts après avoir été mis en « compétition » avec eux...
                          si la fiction est nécessaire pour accéder au « réel », changeons de fiction et de narration pour écrire une autre réalité...


                        • zygzornifle zygzornifle 21 septembre 15:08

                          Bientôt si tu ne vas pas voter tu n’auras pas ton pass électoral et donc plus accès a rien du tout, on y va tranquillement, souriez et vive la dictature .... 


                          • zygzornifle zygzornifle 22 septembre 08:27

                            @zygzornifle

                             La carte LaREM (si les cotisations sont a jour) fait office de pass bien entendu ....


                          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 21 septembre 16:28

                            Le monde actuel est divisé en deux : les optimistes et les pessimistes. Une réflexion qui me semble juste et que Bettelheim développa dans son livre/ SURVIVRE. En quarante, il y avaient aussi les optimistes (Auschwitz, c’est juste le club med) et les pessimistes. Les optimistes sont mort à Auschwitz et les pessimistes sont partis à New-York. Mon amie Martine, de me dire qu’elle vient de se faire opérer d’une paupière parce que sa vue baissait. et de me dire, j’ai l’impression de voir plus clair...


                            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 21 septembre 16:30

                              Perso, j’ai choisi le réalisme : ce qui doit arriver, arrivera...


                              • Xenozoid Xenozoid 21 septembre 16:32

                                @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                                c’est du fatalisme


                              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 21 septembre 16:33

                                @Xenozoid Eh oui, mon maître c’est Jacques...


                              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 21 septembre 16:32

                                Parmi les optimistes, je vois parfaitement RAKOTO le rat conteur d’histoire. Macron lui balance entre optimisme et pessimiste..


                                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 21 septembre 16:45

                                  On peut être fataliste ou déterministe


                                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 21 septembre 16:56

                                    Il est temps de relire SURVIVRE de BETTELHEIM. Pour l’auteur en résumé : la masse est une nasse. 


                                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 21 septembre 17:18

                                      Et en plus contrairement à ce que disent les psychologues (être optimistes est la porte d’entrée du bonheur-vivons dans le déni et vous serez heureux), on constate souvent que se sont les optimistes qui se suicident le plus. Logique, leurs convictions s’effondrent. Au contraire des pessimistes, qui n’ayant aucune illusions à perdre, connaîtront le bonheur de se dire : j’avais imaginé le pire.. Ben, c’est moins grave que prévu...


                                      • lephénix lephénix 21 septembre 20:32

                                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                                        cette fois-ci les pessimistes sont mis à rude épreuve : le pire du pire est arrivé et il se révèle guère décevant ils auraient préféré avoir eu tort... car c’est bien plus grave que prévu dans les pires cauchemars...voilà les existences devenues de plus en plus minimales (« ceux qui ne sont rien » et ne comptent pour rien, etc) avant néantisation  et les autres sommés de réinventer d’autres manières d’exister...


                                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 septembre 08:22

                                        @lephénix
                                         Le pessimiste a compris et est sorti de la matrice comme Néo dans Matrix. 


                                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 septembre 08:47

                                        Je viens de terminer le livre à lire : Marc Welinski : Comment bien vivre la fin de ce monde. Toutes des personnes hautement qualifiées. 50% d’optimistes et 50% plutôt sceptiques....Ecrit en 2020. Je m’excuse mais cela me fait bien rire. Le point de vue d’une scientifique : la science aura toujours le dessus, dans un an on vaincra cette épidémie. Propos d’une certaine Françoise Russo MARIE. Oui, oui, la science aura toujours le dessus : raté...


                                      • LeMerou 21 septembre 17:34

                                        @ L’Auteur.

                                        Très bon article. 

                                        Nous assistons à une sorte de basculement, une modification insidieuse de la société.

                                        Il est clair que les « technologies » liées au à la présence du Net ont des effets positifs dans une société, comme par exemple ce forum sur lequel nous échangeons, impossible de concevoir ce principe quand ont remonte à une époque pas si lointaine.

                                        Elle peuvent aussi apporter de la connaissance, malheureusement la « distraction » à pris le pas rapidement et elles sont devenues très addictives en de nombreux points.

                                        Si ces « technologies » ont un effet positif dans certaines sociétés, elles suscitent des désirs monstrueux d’envies dans d’autres Pays, ou à l’heure actuelle il est plus facile d’aller ailleurs que de faire évoluer ce dernier.

                                        Les industriels se régalent, vendant sous les termes de « révolution » une simple évolution, tout ceci étant repris en choeur par les médias spécialisés. Les « addicts » se ruant dessus.

                                        Me revient en tête une phrase d’un économiste disparu qualifiant la société d’aujourd’hui, bientôt consumériste à l’extrême

                                        « Vouloir demain ce l’on possède à peine »



                                        Bref, les dérives en matière d’informatique peuvent être extrême, comme aujourd’hui tout est business, l’exploitation simple des données d’individus peut être une mine d’Or. Je m’amuse toujours de voir les « gens » hurler à la violation de la vie privée, lors de mise en place d’avancée ou de « progrès » « informatique » permettant de simplifier certaines choses, alors qu’« ils » livrent leur vie en permanence avec leur smartphone, enceinte connectée, et l’utilisation intensive de réseaux (as)sociaux.

                                        Troupeau d’applications « smartphonienne » sont des outils de pistage et d’étude comportementale, TousAntiCovid étant une des dernières en date.

                                        Enfin pour illustrer vos propos, je vous recommande de visualiser un documentaire de 2020 intitulé « Derrière nos écrans de fumée ».


                                        • lephénix lephénix 21 septembre 20:37

                                          @LeMerou
                                          merci pour la référence
                                          le basculement peut encore se produire dans l’autre sens au terme de cette opération faustienne consistant à plaquer une illusion d’infini (’l’argent magique« du »quoiqu’il coûte« et de la phynance créative etc) sur du fini dont les limites ne peuvent plus être repoussées au-delà de l’impensable pas davantage que l’accumulation ne peut reculer les siennes.. »tout ça" serait parti de la représentation du réel sur les parois d’une caverne originelle ?


                                        • Jean Keim Jean Keim 21 septembre 18:56

                                          Le but ultime de la richesse et du pouvoir qu’elle donne, détenus soit par des individus super riches, soit par des entreprises multinationales, permettent d’avoir des esclaves, des serfs ou encore des salariés exploités afin d’assurer aux puissants un train de vie libéré des tâches pénibles et/ou monotones, mais cet état des lieux va se casser la figure quand les robots dotés d’intelligence artificielle pourront remplacer les travailleurs, tant en col bleu qu’en col blanc, dans la quasi totalité des tâches, sans risque de contestations, de grèves, de fatigues, de maladies..., aussi quel sort attend les milliards d’êtres humains sans ressource et sans perspective ? Dans tous les cas les puissants sont condamnés à la dégénérescence.

                                          Il est possible également que des personnes saines d’esprit, donc non attirées par le pouvoir, utilisent la technologie pour édifier une nouvelle civilisation qui ne sera pas pour autant obligatoirement ‘’high-tech’’, dans laquelle la solidarité sera la règle de vie.


                                          • lephénix lephénix 21 septembre 20:43

                                            @Jean Keim
                                            sans doute faudra-t-il rompre d’abord avec l’envoûtement technologique : l’actuel « projet » de la « société sans contact » ni interactions sociales remplacées par les technosciences et l’intermédiation technologique n’est pas plus viable que la création de sempiternelles nouvelles « réalités » technologiques englobantes... la technosphère se heurte toujours à des forces civilisationnelles échappant à tout contrôle...


                                          • eau-pression eau-pression 21 septembre 21:20

                                            La référence fondamentale du sociologue Antoine Courmont mériterait d’être développée : « La donnée est le couronnement provisoire d’une série d’approximations sur laquelle nous nous accordons pour représenter un phénomène »

                                            Soyons fou, est-ce que je fais fausse route en affirmant : aucune règle d’évolution de la représentation numérique du réel ne peut prétendre anticiper l’évolution du réel.


                                            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 21 septembre 21:38

                                              @eau-pression
                                              Toujours su que les sociologues sont des singes savant.


                                            • lephénix lephénix 21 septembre 22:23

                                              @eau-pression
                                              une donnée n’est jamais rien d’autre qu’une interprétation statistique du réel comme le virtuel est une stimulation informatique du réel...
                                              la donnée est faillible et n’a pas à « orienter la décision politique » ni modeler le discours, la prédation de données personnelles normalement « privées » n’a pas à construire un modèle économique et de société...


                                            • LeMerou 22 septembre 08:26

                                              @lephénix

                                              « une donnée n’est jamais rien d’autre qu’une interprétation statistique du réel »

                                              Ce n’est pas tout à fait vrai, une donnée est à la base une information réelle, qui dans le cas qui nous intéresse provient de l’émetteur qui ne se rendant plus compte, produit, met en ligne, bref une information personnelle.
                                              C’est le regroupement et le recoupement de ces dernières qui permet des analyses grace à des algorithmes de folie, rendus de plus en plus précis par la quantité d’informations produite par les émetteurs.

                                              « la prédation de données personnelles normalement « privées » n’a pas à construire un modèle économique et de société... »
                                               
                                              Bien sur. Avant il y avait les sondages et assimilés qui servaient de « test » ou de « mesure », là c’est le bonheur absolu, toutes les infos sont là, mesurables, détruisant les sondages devenus inutiles, les « gens » livrant entre eux sans vergogne ou sans état d’âme leur sentiments, leur connaissances, leur opinions, comme nous le faisons ici d’ailleurs.

                                              Le « RGPD »...... est juste là, pour rassurer les « gens », afin qu’ils continuent de s’épancher sur le Net.
                                              Imaginez le supplice de Tantale, tout est là, soigneusement rangé, classé, silencieusement, dans l’attente d’une exploitation. Comment ne pas s’en servir ?
                                              Sachant que les BDB sur le Net ne sont pas protégées, ou du moins presque pas du fait même de la conception du Net, à la merci de quelques génies. 

                                              Certain ne doivent pas s’embarrasser de principes pour y avoir accès, tellement elles peuvent être une mine d’information leur permettant de mettre au point un produit attendu, au lieu d’investir des sommes considérables en R&D en espérant qu’il réponde à l’attente.
                                              Je dirais même, qu’insidieusement, ont peut même suggérer le besoin.
                                              Alors au niveau d’un gouvernement ? 
                                              Le seul connu est le « Patriot Act », tout était dit, ont analyse toutes les données pour lutter contre le « terrorisme », certes, mais le restant..

                                              Les données sont une chose, le réel problème provient des systèmes qui les contiennent et qui sont en permanence « en ligne », interconnecté pour faciliter l’accès aux utilisateurs. 
                                              L’interopérabilité, la disponibilité H24, l’accès permanent, vendu et suggéré sans cesse « vous disposez de vous informations n’importe ou et n’importe quand », « vive le cloud », cet attraits que je trouve inutile ou futile mais tant réclamé et à grands cris par les utilisateurs dans cette société de l’immédiateté inutile est la base même du problème.
                                              Tout est bientôt et nous l’avons vécu, ordre-contre ordre, vrai-faux, crédit-discrédit, etc, dans une telle abondance que le cerveau humain enregistre sur l’instant, s’offusque même de temps en temps, mais fini par oublier, car la déferlante d’infos, de données continue sans cesse. Hop ont noie le poisson...lol !

                                              L’informatique est un outil, le dévoiement du Net est le problème.


                                            • lephénix lephénix 22 septembre 10:20

                                              @LeMerou
                                              c’est le sens de la citation d’Antoine Courmont (le « couronnement provisoire d’une série d’approximations » etc) et tout le monde a bien subi cette déferlante d’approximations qui dissout toute conscience, empathie et droits fondamentaux au mépris de toute efficacité réelle assurant le bien commun et de toute éthique... ce sont bien des « mouvements tectoniques induits par des gadgets incertains » que nous subissons...


                                            • eau-pression eau-pression 22 septembre 12:45

                                              @LeMerou

                                              Bonne description de ce que nous vivons. Le H24 est particulièrement aliénant. Si vous aimez vous balader, vous aurez remarqué que les chemins cloisonnent le paysage, et que plus le balisage est présent, moins on peut sortir des sentiers battus.

                                              Les psychologues ont observé qu’on acquiert le langage selon des processus statistiques (méthode bayésienne si mes souvenirs sont bons). Le langage est bien sûr essentiel à l’établissement d’une vie sociale, mais à titre individuel il balise la réalité de façon obsédante, ce qu’on ressent quand on essaie de sortir des explications culturellement admises.

                                              Nous nous sentons un peu les parents de ces machines qui nous classifient. La différence avec un enfant, c’est qu’elles n’ont pas de capteurs pour les relier directement à la réalité physique.


                                            • eau-pression eau-pression 23 septembre 09:01

                                              @LeMerou

                                              Le correcteur orthographique androïsien nous donne une idée de ce que pourrait être un monde bayésien.

                                              A ce jour, qui met hors service ce dispositif ? Qui parmi ceux qui s’en servent n’a pas laissé partir un message différent de celui qu’il voulait envoyer ?

                                              Imaginons alors son cousin, à savoir l’assistant agenda. Il y a 2 ans déjà, j’ai discuté avec un vendeur de climatisation dont le programme d’activité était littéralement dicté par son ordiphone. Il passait ainsi sa journée : obéissant au gps entre deux rendez-vous, décrochant sur ordre son téléphone pour préparer les suivants ou suivre les affaires en cours.

                                              Nous avons encore la liberté de changer de pseudo, histoire de sortir du costard que les autres nous ont taillé. Avec big-organisateur, macache !


                                            • Djam Djam 21 septembre 23:11

                                              Oui, on en est là, mais nous sommes tous responsables... la solution est beaucoup plus simple et faisable que ce qu’on croit en général.

                                              Il suffirait que la majorité cesse de poursuivre sa petite vie habituelle pour que le château des puissants s’effondre en quelques jours. Il suffit d’arrêter d’aller consommer dans tous les hypers marchés du monde, en France comme ailleurs et toutes les bourses capsaillent.

                                              Mais allez donc demander aux trouillards masqués, aux rampants qui montrent leur ausweiss pour aller bouffer de la merde un restau ou un café... autant parier sur l’immortalité !

                                              Rappel : ils ne sont puissants que parce que les masses se sont mises à genoux puis en reptation, puis en mode esclave auto consentant, puis en consommateur psychotique.

                                              C’est sur ces comportements là et rien d’autre que les puissants construisent leur empire du pire...


                                              • zygzornifle zygzornifle 22 septembre 08:28

                                                ON Y EST :

                                                La dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader, un système d’esclavage ou, grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude.
                                                Aldous Huxley

                                                • Macron et Castex ils sont comme la connerie . Ils s’affichent toujours au premier rang pour être vu .

                                                  Par contre l’intelligence prend du recul, de la hauteur afin d’analyser avant de parler ,éviter les conneries...


                                                  • La santé mentale d’un peuple se mesure à la santé mentale des dirigeants et de ses médias .


                                                    • https://www.youtube.com/watch?v=MG0AOKssJII

                                                      Le gouv.fr et Macron entretiennent la maladie dû sars cov 2 pour imposer une restriction des libertés . Ils ne veulent pas soigner par tous les moyens et offrir au peuple français une sortie positive à cette épisode covid 19 .

                                                      Donc informez vous !

                                                      https://www.youtube.com/watch?v=MG0AOKssJII


                                                      • VincentFerri 23 septembre 08:46

                                                        Pédophilie,homosexualité,inceste,zoophilie,meurtre ;viol !!!


                                                        • Furax Furax 24 septembre 16:52

                                                          à l’auteur :

                                                          Très bon article mais moral bien plombé.

                                                          Débat Zemmour/Mélenchon hier.

                                                          Pas UN MOT sur les privations de libertés, la crise sanitaire, la politique de santé à coup d’interdictions (de soigner de prescrire) d’obligations (de pass, d’injections de produits expérimentaux).

                                                          Le mot« corruption » n’a jamais été prononcé.

                                                          Un adolescent perturbé a confisqué tous les pouvoirs, embusqué derrière 400 000 tontons-macoutes, et on discute gravement de savoir qui est à droite de qui...

                                                          Il n’y aura pas de campagne électorale. Et peut-être pas d’élections.

                                                          Puanteur de fin du « Kali Yuga »

                                                          Une petite voix ;

                                                          https://twitter.com/Krieger66362259/status/1441293410451656705

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité