• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Max Planck évite la catastrophe ultraviolette avec les quanta

Max Planck évite la catastrophe ultraviolette avec les quanta

« L’œuvre que [Max Planck] a accomplie est de celles qui assurent à leur auteur une gloire immortelle et, si quelque cataclysme ne vient pas anéantir notre civilisation, les physiciens des siècles à venir parleront toujours de la constante de Planck et ne cesseront de répéter avec admiration le nom de celui qui a révélé aux hommes l’existence des quanta. » (Louis de Broglie, Prix Nobel de Physique 1929).
 



L’année 2018 pourrait être une année Planck pour au moins deux raisons. La première, le cent soixantième anniversaire de la naissance de Max Planck, ce lundi 23 avril 2018 (il est né le 23 avril 1858 à Kiel, dans la future Allemagne), et la seconde, c’est le centenaire de son Prix Nobel de Physique. À cause de la guerre, le Prix Nobel de Physique 1918 ne fut attribué que… l’année suivante, le 13 novembre 1919 et fut remis au lauréat le 1er juin 1920. Il a eu ce Prix Nobel quand il avait une soixantaine d’années, mais il aurait pu le recevoir dès la création de ce prix, lorsqu’il avait une quarantaine d’années (il était déjà proposé au Nobel en 1907 et 1908).

Après des études scientifiques à Berlin (où il fut l’élève de Gustav Kirchhoff et Hermann von Helmholtz), Max Planck a soutenu en 1878 (il avait 20 ans) sa thèse de doctorat sur le second principe de la thermodynamique (sur l’entropie), et en 1881, son habilitation à diriger les recherches sur d’autres travaux en thermodynamique. Après quelques années difficiles pour trouver un poste, il fut nommé professeur de physique théorique d’abord à l’Université de Kiel en 1885 puis à l’Université Humboldt de Berlin en 1892 jusqu’à sa retraite en 1932.

Avant même de recevoir le Nobel, Max Planck fut honoré par plusieurs reconnaissances, comme son élection à l’Académie royale des sciences et des lettres de Berlin en 1894 (il fut même le secrétaire perpétuel de son comité de physique en 1912). En 1913, il fut recteur de l’Université de Berlin. À partir de 1930, il fut le président de la très influente Kaiser-Wilhelm Gesellschaft (Institut Empereur Guillaume) qui a été renommée après la Seconde Guerre mondiale (le 11 novembre 1946) Max-Planck Gesellschaft (Institut Max-Planck), qui est une importante institution de recherche en Allemagne, qui, en 2016, regroupe quatre-vingt-six instituts de recherche fondamentale (il faut imaginer une sorte de CNRS, certes multidisciplinaire mais uniquement pour les sciences "dures").

Ses responsabilités universitaires illustrent la vocation très pédagogique de Max Planck, celle de transmettre aux étudiants. Il a d’ailleurs dirigé la thèse de deux futurs Prix Nobel de Physique, notamment Max von Laue (soutenance en 1903), connu pour la diffraction des rayons X par les cristaux, ce qui permet de déterminer la structure cristallographique des matériaux (avec les rayons Laue).

Max Planck a également pris le temps de rédiger des manuels de physique de manière claire et didactique qui sont des références pédagogiques : "Le Principe de conservation de l’énergie" (1887), "Précis de thermochimie" (1893), "Cours de thermodynamique" (1897), "Cours sur la théorie du rayonnement thermique" (1906).

_yartiPlanck02

À la fin du XIXe siècle, la science physique était dans une situation presque reine : avec l’équation de Newton sur la gravitation universelle et l’équivalence force et masse fois accélération, avec les quatre équations de Maxwell pour l’électromagnétisme, les scientifiques devaient pouvoir décrire la réalité avec une précision extraordinaire, grâce à leurs équations spatiales et temporelles. La thermodynamique aussi était déjà bien développée et avec la physique statistique de Botzmann, on pouvait décrire le comportement d’un gaz. L’idée atomiste venait alors de se développer. Cela pouvait d’ailleurs donner une idée un peu hautaine de la science qui pouvait tout.

Le seul "truc" qui "clochait" à partir des années 1880, pointé du doigt par Kelvin, ce fut le rayonnement du corps noir. Un corps noir est un corps qui émet un rayonnement dont la longue d’onde ne dépend que de la température à laquelle il se trouve, c’est donc un modèle parfait. Cette longueur d’onde évolue en fonction de la température (diminue à mesure que la température monte). Autrement dit, le corps change de couleur (la longueur d’onde du rayonnement). Ainsi, le fer est rouge à 600°C puis blanc à 2 000°C. Wien a montré en 1896, que cette longueur d’onde était inversement proportionnelle à la température, et Rayleigh en 1900 que la puissance dissipée par le rayonnement était proportionnelle à la température et inversement proportionnelle au carré de la longueur d’onde.

Le problème, c’était que lorsque la température était supérieure à 5 000 K, autrement dit, que la longueur d’onde correspondait au bleu et en dessous, dans le domaine de l’ultraviolet (énergie élevée), la loi de Rayleigh-Jeans n’était plus valable. Ce que Paul Ehrenfest a appelé la « catastrophe ultraviolette » dans le joli langage des physiciens et que Kelvin a qualifié le 27 avril 1900 d’être l’un des « deux petits nuages dans le ciel serein de la physique théorique » (n’imaginant pas un instant que ces petits nuages fussent à l’origine de la bouleversante et irréversible tempête quantique !).

En clair, la physique de l’époque (dite physique classique) était impeccablement bien huilée, tout fonctionnait, sauf ce petit truc de rien du tout qui n’allait pas. Genre, un fil qu’il fallait tirer pour savoir où il menait. Max Planck a fait partie de ces physiciens qui ont voulu tirer ce fil. Et cela a déclenché une véritable révolution scientifique.

La découverte théorique de Planck date de l’année 1900. Ses travaux ont été présentés à Berlin lors de séminaires scientifiques le 19 octobre 1900 et le 14 décembre 1900 à la Société allemande de physique et ils furent publiés dans les Annalen der Physik, vol. 4, 1901, p. 553, avec la date du 7 janvier 1901 sous le titre : "On the Law of the Energy Distribution in the Normal Spectrum" ("Über das Gesetz der Energieverteilung im Normalspectrum").

_yartiPlanck06

Pour éviter la catastrophe ultraviolette, il fallait modifier la loi de Rayleigh-Jeans qui est basée sur la thermodynamique de l’époque. Max Planck a donc cherché à proposer une autre théorie que la thermodynamique. Il a formulé la loi de Planck de manière empirique, pour que ça "marchât". Tout reposait sur un postulat, que la nature était discontinue. C’était un élément fondamental et révolutionnaire.

Les énergies émises ou absorbées par le photon sont ainsi considérées comme des multiples d’une énergie minimale que Max Planck a exprimé le 14 décembre 1900 de manière simple : E = h n, c’est-à-dire que cette énergie est proportionnelle à la fréquence. En d’autres termes, que le h est une constante, qui s’appela constante de Planck et qui fut, par la suite, l’une des valeurs fondamentales de la physique moderne (sa valeur est environ 6,626x10-34 Js).

Ce furent Rutherford et Geiger qui firent les premières expériences pour confirmer l’idée théorique de Planck et évaluer expérimentalement la valeur de la charge électronique (eux avait trouvé comme valeur 4,65x10-10 esu et Planck avait calculé 4,69x10-10 esu avec sa théorie qui venait de trouver là sa première et décisive confirmation). Max Planck a raconté cette découverte lors de sa conférence du Prix Nobel le 2 juin 1920.

Cette énergie minimale est appelée "quantum" : les états d’énergie ne sont donc plus continus mais discontinus, le photon "sautant" d’un état énergétique à un autre. Cette idée particulièrement saugrenue et révolutionnaire de la discontinuité (et finalement aussi révolutionnaire que la découverte de la structure de la matière en atomes puis les atomes en protons, neutrons et électrons, les deux premiers eux-mêmes composés de quarks) est la base historique de la physique quantique.

_yartiPlanck04

Planck considérait initialement cette relation comme un moyen commode et empirique pour décrire au mieux la réalité expérimentale (observée) du rayonnement d’un corps noir. Il n’était pas allé, de lui-même, jusqu’au bout de la logique en évoquant la quantification des énergies et de la matière. Ce fut Albert Einstein qui est allé dans ce sens de l’interprétation avec l’effet photoélectrique (1905), confirmant la nature corpusculaire de la lumière (le photon) en complément de sa nature ondulatoire (largement développée au XIXe siècle).

En quelques sortes, Max Planck a été le grand-père de la physique quantique. Plus grand-père que père, car il n’a pas osé, à l’époque, aller aussi loin que l’autre génération, celle des Einstein et surtout Bohr, Dirac, Heisenberg, Schrödinger, Pauli, De Broglie, Compton, etc. qui se sont engouffrés dans cette nouveauté révolutionnaire de la discontinuité de la matière. Pour faire un mauvais jeu de mots, on pourrait dire que Planck était un planqué. Il a découvert une particularité tellement formidable qu’il ne voulait pas y croire.

Grand-père aussi par l’âge, car il avait vingt et un ans de plus qu’Einstein, par exemple. Lorsque dans les années 1910 et 1920, les jeunes "physiciens quantiques" recevaient leur Prix Nobel avant même la soutenance de leur doctorat, avant leur 30-35 ans, Max Planck était déjà âgé d’une soixantaine d’années. Ce fut lui qui organisa le premier congrès Solvay en novembre 1911 qui a réuni tous les grands physiciens du monde (dont Marie Curie), congrès qui se sont perpétués.

_yartiPlanck03

Musicien, Planck composa quelques morceaux de musique et joua du piano parfois accompagné du violoniste Albert Einstein. On peut imaginer ce que pouvait représenter de tels "concerts" ! La musique, moteur de la physique et surtout, des mathématiques.

Planck a tenu de nombreuses conférences sur la science mais aussi sur ses implications philosophiques, s’est opposé à la pensée d’Ernst Mach et a exprimé sa foi en un Dieu (qui ne serait pas celui des chrétiens) : « Nous devons supposer, derrière cette force, l’existence d’un Esprit conscient et intelligent. Cet Esprit est la matrice de toute matière. » (conférence sur la nature de la matière, à Florence, 1944). Il fit des conférences jusqu’en 1946 (sa dernière conférence a porté sur les faux problèmes de la science). Malgré la montée du nazisme puis la guerre, Planck est resté toujours à Berlin, parfois avec une attitude ambiguë avec le pouvoir hitlérien (il considérait que la meilleure façon de résister était de faire partie des rouages). Il tenta en vain de soutenir ses collègues physiciens juifs (Einstein s’exila à Princeton).

Son quatrième enfant Erwin Planck (1893-1945) fut un homme très influence de la République de Weimar entre les deux guerres, ami de Kurt von Schleicher, il fut Secrétaire d’État du gouvernement de Franz von Papen en 1932. Résistant contre le régime nazi, il fut pendu le 23 janvier 1945 pour avoir été impliqué dans le complot contre Hitler lors de l’attentat du 20 juillet 1944.

Réfugié à Göttingen avec sa famille pour se protéger des bombardements alliés, Max Planck, quant à lui, est mort le 4 octobre 1947 à l’âge de 89 ans.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (21 avril 2018)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Document à télécharger : sa publication du 7 janvier 1901, "On the Law of the Energy Distribution in the Normal Spectum", qui fit naître la physique quantique.
Max Planck.
Stéphane Hawking.
Georg Cantor.
Jean d’Alembert.
David Bohm.
Marie Curie.
Jacques Friedel.
Albert Einstein.
La relativité générale.
Bernard d’Espagnat.
Niels Bohr.
Paul Dirac.
Olivier Costa de Beauregard.
Alain Aspect.

_yartiPlanck05


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • Doume65 21 avril 12:53

    Merci pour cet exposé honorant à juste titre un grand physicien.


    • L'enfoiré L’enfoiré 21 avril 15:30

      Excellente présentation.
      J’ai appris aussi que j’ai été contemporain pendant un mois de ce grand homme.


      • JC_Lavau JC_Lavau 21 avril 16:40

        L’hagiographe compulsif s’est entièrement fié à la rumeur pour hagiographer Max Planck. Il a donc recopié sans comprendre les tribales bourdes colportées par la tribu victorieuse.
         

        Il est très faux que Planck ait quantifié l’énergie, mais bien l’action. La suite a prouvé qu’il ne s’agit pas de l’action maupertuisienne ni hamiltoniene, mais de l’action par cycle :

        h = 6,6260755 . 10-34 joule.seconde/cycle = ħ = 1,05457266 . 10-34 joule.seconde/radian.

        10-34, c’est un dix-millionième de milliardième de milliardième de milliardième (de joule.seconde/radian, ici).

        Action : ce mot est inconnu de SR, alors que c’est le fondement.

        Planck avait utilisé un raisonnement entropique très pénétrant et subtil, que les colporteurs de rumeur ont oublié depuis lontemps.
        « Entropie » aussi est un mot ignoré de SR.
        L’article fondateur n’est pas accessible par SR.

        « le photon »sautant« d’un état énergétique à un autre ». Juste grotesque : le photon est le transfert de la différence d’état, entre l’état final et l’état initial, depuis un atome émetteur à un atome absorbeur (ou molécule, etc.).
        A répéter de la rumeur sans comprendre, on énonce de grosses conneries.

        Il est faux et il est grotesque que Einstein ait « confirmé la nature corpusculaire de la lumière », il a juste, dans une seule demi-phrase erronée dans tout son article, été incapable de concevoir l’individualité de l’onde individuelle. A la place, il a restauré le corpuscule newtonien. Bonjour les dégâts !

        Depuis cent treize ans, la « communauté scientifique » est demeurée infoutue de corriger cette bourde. Bourde normale sous la plume d’un débutant, mais inadmissible de la part de ladite communauté, qui n’a jamais été capable de remplir sa tâche.

        Depuis toujours, l’hagiographe compulsif, griot des puissants du jour, s’imagine que « actuel » implique « correct ». Infoutu de percevoir que les « vérités » du jour seront la risée de demain.


        • JC_Lavau JC_Lavau 21 avril 16:41

          @JC_Lavau. Hélas, l’exposant été remis à plat par l’éditeur de SPIP. 10^-34.


        • Drugar Drugar 23 avril 14:32

          @JC_Lavau
          Au final, plutôt que S.R. , écoutons un spécialiste tel qu’Etienne Klein nous parler de la physique quantique et de Max Planck, l’un des pères fondateurs de cette physique.


        • JC_Lavau JC_Lavau 23 avril 15:14

          @Drugar. Etienne Klein n’est pas libre. S’il cessait de radoter la mythologie de la meute, la meute exercerait sur lui des représailles féroces.


        • Drugar Drugar 23 avril 15:54

          @JC_Lavau
          Les représailles sont déjà en cours : Sciences&Avenir - MediaPart.

          Je pense qu’il a commencé sont émancipation depuis quelque temps déjà.

        • JC_Lavau JC_Lavau 23 avril 16:14

          @Drugar. On lui reproche au contraire son absence d’originalité et d’indépendance.


        • Drugar Drugar 23 avril 16:45

          @JC_Lavau
          Qui est « on » ?

          D’indépendance par rapport à qui ?
          S’il n’est pas « indépendant », cela veut-il forcement dire qu’il passe son temps à raconter des bobards ?
          En quoi manque-t-il d’originalité ? Ce manque d’originalité est-il une nuisance à la véracité de ses propos ?
          Si lui n’est pas crédible, à vos yeux, pour parler sur ce genre de sujet, qui l’est selon vous ?

        • JC_Lavau JC_Lavau 23 avril 18:19

          @Drugar. Le pouvoir hégémonique de cette meute repose sur deux assassinats scientifiques bien ciblés par Niels Bohr, le premier en décembre 1926 sur Erwin Schrödinger, le second en octobre 1927 sur Louis de Broglie.
          http://citoyens.deontolog.org/index.php/topic,1141.0.html


          Klein ou d’autres vedettes médiatiques peuvent bien re-re-re- et re- re- re- re-répéter les mêmes salades génération après génération, ça demeure idiot, comme le kakarakamouchem asséné à monsieur Jourdain.

          J’ai déjà posé ici un article sur les 15 postulats subreptices de cette secte que nous n’acceptons plus. Vrai ou faux ? Donc l’information existe. Ne pas vouloir la voir est une autre question.

        • JC_Lavau JC_Lavau 24 avril 01:37

          @JC_Lavau.

          Un détail encore : le rayonnement de Planck est un pont aux ânes que ni la première version de la TIQM à seulement deux partenaires, ni la MQ orthodoxe et copenhaguiste ne parviennent à franchir.
          Dès février 2004 je donnai publiquement cette critique de l’état de l’époque de la TIQM.

          Il a été nécessaire de s’occuper d’optique polarisée en 2015 et 2016 pour avoir l’évidence du 3e partenaire de toute transaction : l’espace optique entre émetteur et absorbeur.

        • Alcyon 1er mai 19:04

          @Drugar oublie Lavau, le mec a raté sa vie mais s’est toujours pris pour un génie, donc ce sont tous des charlatans et seul lui ne l’est pas.


          Klein était devenu une machine à vulgarisation, ça fait un moment qu’il ne fait plus vraiment de la recherche, il n’en avait plus le temps. Donc à force d’écrire les mêmes choses, il a fait du copié/collé. Il fallait bien que ça lui retombe dessus.

        • JC_Lavau JC_Lavau 1er mai 21:18

          Fraudes à la lecture, encore et toujours par l’anonyme et outrecuidant harceleur protégé.

          Il est vrai que l’anonyme et outrecuidant harceleur protégé est lui-même addict et militant d’une pseudo-science (ou plusieurs).

          Il ne manque pas de pseudo-sciences et d’appareils d’état ou oligarchiques pour les subventionner.
          On a vu les sciences aryennes, les sciences prolétariennes, la science lyssenkeste, les sciences mahométanes, la christian science, les sciences féministes, le culte de gaïa, les sciences citoyennes, la science carbocentriste... toutes ont su recruter des fraudeurs prêts à frauder selon les ordres.

          Je suis pleinement responsable de de ce que j’ai écrit.
          Et ce que j’ai écrit n’a rien à voir avec les délires que l’outrecuidant et anonyme harceleur protégé projette sur mon dos.

          J’ai déjà assez recommandé qu’il demande de l’aide à son psychiatre de quartier. Sinon, il faudra en passer par l’HDT ou l’HO.

        • Alcyon 1er mai 23:06

          Encore signalé, j’en ai ma claque des insultes. Ca explique que tes messages soient supprimés, vu que dans ton complexe de Dieu, tu ne le réalises même pas.


          Il suffit de lire ton blog pourri, où tu insultes la moitié de la communauté scientifique, où tu es seul sur ton forum et où tu affirmes avoir répondu à tout un tas de questions. Il suffit de lire tes insultes répétées ici, avant qu’elles ne soient effacées.

          Et il suffit de lire tes erreurs sur ton wiki en carton, où tu ne comprends pas les objets que tu prétends utiliser, où les erreurs mathématiques sont présentes et les excuses ad-hoc sont là pour éviter de reconnaître que tu as échoué.

          Mais l’échec est incompatible avec le complexe de Dieu, donc la seule solution est d’affirmer avoir raison, et que les autres sont des fraudeurs. Vivement que le temps nous débarrasse de Lavau.

        • cassini 21 avril 20:15

          Quand j’étais petit et qu’on m’envoyait en voyages scolaires en Allemagne, je me hâtais de dépenser mes pièces de 2 marks au profil de Max Planck tant je le trouvais laid. 


          • cassini 21 avril 20:27

            Il est rigolo, M. Lavau ! Si un photon ne peut pas sauter d’un niveau d’énergie à un autre, comment va-t-il pouvoir émettre du rayonnement, mmmmm ?...


            • JC_Lavau JC_Lavau 21 avril 20:33

              @cassini. Tu as du mal à savoir de quoi tu causes.

              Et si tu te reportais à la définition ?

              Un photon est une transaction réussie entre trois partenaires : un émetteur, un absorbeur, et l’espace qui les sépare ou les milieux transparents ou semi-trans­parents qui les séparent, qui transfère par des moyens électromagnétiques un quantum de bouclage h, et respectivement une impulsion-énergie qui dépend des repères respectifs de l’émetteur et de l’absorbeur.


            • cassini 21 avril 21:39

              @JC_Lavau


              Non d’un neutrino ! J’en étais sûr ! 

            • JC_Lavau JC_Lavau 21 avril 22:08

              @cassini. Ou en plus bref mais moins précis : le photon est l’unité transférable de rayonnement électromagnétique. Transférable d’un émetteur à un absorbeur.


            • cassini 21 avril 23:38

              @JC_Lavau


              J’en parlerai au Pr Kennel von Hecht. 

            • JC_Lavau JC_Lavau 21 avril 23:43

              @cassini Et à ton cheval et à ton chien, pourquoi pas ?


            • cassini 21 avril 23:57

              @JC_Lavau


              La physique quantique est la même chose que la psychanalyse : née à la même époque elle est elle aussi aujourd’hui dénoncée comme du charlatanisme après avoir abusé cent ans les esprits qui se croyaient les plus distingués. Vous ne m’impressionnez pas ; j’ai un bac D, hein. Ce n’est pas un doctorat de physique, mais en plus depuis quarante ans je lis Science et Vie un mois sur deux, comme Cabanel, si ce n’est que lui le comprend mieux que moi, évidemment. 

            • JC_Lavau JC_Lavau 22 avril 00:09

              @cassini. Tu en tiens une sacrée couche ! Tu ne comprends rien, mais tu veux régenter quand même.


              A ce niveau d’outrecuidance, il est aisé de prédire que tu mourras idiot.
              Hélas.


            • JC_Lavau JC_Lavau 22 avril 00:27

              @JC_Lavau. J’oubliais de préciser que Max Planck était tout sauf un charlatan.

              Je n’en dirais autant de son hagiographe du jour.

              Science & Vie, c’était ma lecture de l’âge de huit ans à ... 17 ou 18 ans environ.
              Chaque fois qu’il m’arrive d’en rouvrir un numéro, je suis atterré.

            • cassini 22 avril 00:42

              @JC_Lavau


              En l’ouvrant ? Le pire est généralement en couverture. 


            • JC_Lavau JC_Lavau 22 avril 09:51

              Le 21 avril à 20 h 27, « cassini » n’a jamais confondu le photon qu’avec un électron atomique.

              ...
               smiley

            • cassini 22 avril 10:35

              @JC_Lavau


              Désolé, mais : 

              - j’approuve le mage du forum quand il dit que le thorium est plus radiotoxique que le plutonium, que le radon des maisons en granit est à peu près inoffensif, qu’une montre à cadran radioactif fait prendre 600 rems par heure à son porteur, que la cuve de Beznau est farcie de trous, que la radiotoxicité d’un radioélément est proportionnelle à sa période....
              - j’approuve « XXXX » (compte apparemment liquidé) quand il dit qu’en fractionnant la hauteur d’une remontée d’eau vers une STEP en plusieurs tronçons on dépense moins d’énergie pour la remontée vu qu’au bas de chaque tronçon la pression à combattre est plus faible, ou encore qu’on gagne sur l’énergie de remontée si la remontée est oblique puisque la force à exercer est réduite par le sinus de l’angle.
              - j’approuve « Alren » quand il explique que la QdM ne s’applique qu’aux particules subatomiques, que le noyau atomique exerce une répulsion électrostatique sur les électrons, qu’une balle se logeant de front dans un soldat arrête sa course puisque l’énergie cinétique de la balle est plus élevée...
              - j’approuve (j’ai oublié son nom) quand il soutient qu’en analysant une ferraille on y trouvera des atomes de fer vieux de 500 millions d’années. 
              - je désapprouve Victor Layly quand il ne comprend pas la démonstration que l’énergie renfermée dans un kg de propergol étant inférieure à l’énergie cinétique d’un kg de satellite, il est donc impossible de satelliser quelque chose. 

              C’est bien la première fois qu’on vous aura vu mettre smiley ! 




            • Doume65 22 avril 21:42

              @JC_Lavau
              « Un photon est une transaction réussie entre trois partenaires : un émetteur, un absorbeur, et l’espace qui les sépare »
              Bonjour.
              Cette définition me laisse interrogateur. Elle ne me parait valide que dans le cas où le photon question est absorbé, pas lorsqu’il est émis.
              P.S. : merci de ne pas me massacrer et hacher menu dans ta réponse. Je m’en remettrais, bien sûr, mais j’aime bien les rapports courtois.


            • JC_Lavau JC_Lavau 22 avril 21:54

              @Doume65. Agatha Christie et Hercule Poirot t’avaient appris à mener une enquête ? Quand toutes les autres hypothèses ont été éliminées pas des faits bien vérifiés, il n’en reste plus qu’une dont il faut vérifier de partout que celle-là du moins ne se casse pas la gueule.


              Ici aussi, quand on tient compte de tous les faits expérimentaux, et non pas seulement de la petite portion filtrée qu’on laisse voir au grand public et aux étudiants de Licence, il ne reste plus debout que la solution transactionnelle.
              Je te mets au défi de trouver expérimentalement ton photon-objet qui existerait indépendamment de la transaction.

            • Doume65 23 avril 11:09

              @JC_Lavau
              Je ne suis même pas un petit étudiant de licence, c’est dire à quel point je suis nul mais, si je ne dis pas de bêtise, lorsqu’un atome atteint un certain niveau d’énergie, il perd cette énergie par l’émission d’un photon, accompagnée d’une descente d’orbite d’un électron. « L’absorbeur [du photon] » et « l’espace qui les sépare » ne me semble pas ici pertinent.
              Encore une fois, je te remercie de me répondre sans te croire obligé de souligner mon immense ignorance, car j’en suis parfaitement conscient et ce n’est pas le sujet.


            • JC_Lavau JC_Lavau 23 avril 12:15

              @Doume65. Le fantasme d’un atome qui serait isolé du restant du monde pour éjaculer son photon, ça n’existe que dans les fantasmes des « expériences de pensée ».

              Tout laser démontre le contraire des millions de fois par jour : les émetteurs potentiels se mettent en phase sur une fréquence commune unique.
               
              C’est encore Einstein qui avait prouvé en 1916 que tout photon est parfaitement directionnel, et transfère non seulement l’énergie h.%nu, mais aussi l’impulsion de norme h.%nu / c.
              Or il impossible à un émetteur d’une onde de longueur d’onde bien plus grande que lui comme antenne, d’émettre de façon directionnelle. Compare le même avion de chasse anti-sous-marine lorsque la longueur d’onde disponible était de 170 cm, puis avec un radar à longueur d’onde 9,8 cm. Le détail et l’image sont dans un de mes premiers articles ici. Tous les liens sur les articles originaux sont déjà publiés ici, au temps où il arrivait que certains de mes articles ne soient pas barrés.
              Cette directionnalité que l’émetteur-seul ne pourra jamais fournir, est toute naturelle dans la transaction émetteur-absorbeur.

              Et j’ai encore des dizaines de faits expérimentaux, déjà publiés.
              Par exemple les couleurs interférentielles dans les plumes du paon ou dans les écailles d’un lézard vert, les couches anti-reflets de nos objectifs...

            • Esprit Critique 22 avril 03:09

              Un peu touffu, un peu confus, Mais article salutaire car ll met en évidence le travail et l’intelligence du monde occidental 


              • zygzornifle zygzornifle 22 avril 12:58

                l’existence des quanta....


                Ha mince je me suis trompé je croyais que le sujet était le chanteur de noir désirs ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès