• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Transition énergétique, épigénétique, IA, transhumanisme, les mirages (...)

Transition énergétique, épigénétique, IA, transhumanisme, les mirages idéologiques du 21ème siècle et les croyants 2.0

Nous sommes dans une époque incertaine et agitée, mais stabilisée si on la compare aux époques précédentes, notamment les années 1930. Les sociétés occidentales sont riches en matérialités. En revanche, les spiritualités sont incertaines. Juger le monde est inutile. Le transformer est utile. Mais l’utilité ne peut pas être l’unique principe de la politique. Les promoteurs du réformisme sauront vous persuader que le salut est dans le changement des textes, des câbles, des lois, des règlementations ainsi que divers dispositifs d’ordre technique comme le numérique ou bien la transition énergétique et même maintenant une nouvelle médecine qui se veut personnalisée. Ces transformations reposent sur un principe générique étendu au possible dans nos vies, celui de la technique et du savoir qui l’accompagne, la science. Au final, les religions traditionnelles se sont effacées et n’offrent plus de direction pour les âmes, alors que les religions modernes et laïques (idéologies) qui ont suivi ont eu leur heure de gloire ou même leurs lots d’horreur ; et se sont elles aussi dissoutes avec des processus différents. Le nazisme a été vaincu militairement, le communisme s’est effondré en étant déphasé dans le flux mondial du progrès, trouvant en l’Occident non seulement un adversaire idéologique et politique mais aussi et surtout un concurrent.  

 

En 1991 se croisent deux événements, la chute de l’Empire soviétique et l’avènement d’un nouvel ordre idéologique mondial paré des vertus de l’humanisme et qui possède son agenda 21 ; un manifeste livré au monde entier lors du sommet de Rio. Les défis de l’humanité ne sont plus pris en main par les idéologies humanistes traditionnelles, incarnées du reste par les partis ayant gouverné dans les démocraties, mais par les idéologies fondées sur les sciences. Cette séquence historique nous conduit vers la configuration géopolitique singulière affectant les partis classés à gauche et notamment les formations socialistes européennes. Des grandes démocraties replient sur des valeurs éculées, peuple, nation. Les années 2010 ont semé le doute.

 

La technologie, le protocole de Lisbonne, le réformisme sont construit autour d’une science galopante en qui les hommes éduqués voient un salut et la solution aux problèmes contemporains. Hélas, c’est l’inverse qu’il nous faut envisager. La science n’est plus la solution mais un ensemble de problèmes ou du moins elle engendre des problèmes et souvent prétend les solutionner, à l’instar du médecin administrant un poison à un patient afin de lui proposer un antidote moyennant subsides.

 

La science contemporaine se déploie dans quelques secteurs clés de l’existence technique. Trois volets occupent une place importante ou amenée à le devenir. Ce sont la transition énergétique avec l’enjeu « climatique », l’épigénétique avec diverses promesses vantées par quelques scientifiques et autres sachants médiatiques ; enfin un lot comprenant l’intelligence artificielle, le transhumanisme avec en guise de cerise sur le gâteau cette élucubration idéologique qu’est la théorie de la singularité. Ces trois secteurs adossés à la science représentent également des marqueurs puissants révélant quelles sont les préoccupations et les idéologies orientant les acteurs du changement tout en influençant les populations peu enclines à examiner les sous-sols ontologiques de ces tendances ni à entrer en dissidence en affrontant le doute.

 

Ces trois secteurs, désignés comme transition énergétique, épigénétique et transhumanisme, mobilisent les craintes et les croyances agitant les âmes citoyennes. Crainte du réchauffement et croyance dans les actions politiques inscrites dans la COP-21 ; craintes face aux manipulations génétiques et croyances dans l’espoir de vaincre les maladies chroniques, qu’elles soient génétiques ou dégénératives ; craintes face là l’IA et espoir de mettre entre les mains de l’ordinateur une série de problèmes dont la résolution relève de la croyance. Les citoyens sont fébriles et ambivalents, craignant les effets de la planète et les prouesses de technologies dont ils attendent cependant des miracles. Les dévots d’une autre époque vont à Lourdes, les croyants 2.0 se connectent à la Silicon Valley, en quête d’élixirs numériques tout en allumant les cierges artificiels fabriqués à partir de diodes lumineuses.

 

Je ne développe pas plus ces trois aspects. Il y aurait un livre à écrire.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • NEMO Clark Joseph Kent 13 mars 09:25

    intelligence artificielle (AI en Français, IA en Anglais, 人工智能 en Chinois)

     
    définition : dieu de geekes

    antonyme (parfois synonyme) : bêtise naturelle

    • LeDinoBleu LeDinoBleu 13 mars 15:02

      @Clark Joseph Kent
      « définition : dieu de geekes »
      Ou simplement d’illuminés. On en trouve à toutes les époques.


    • Jean Roque Jean Roque 13 mars 10:30

      La mort de La Mort, la stimmung de l’angoisse heideggerienne de retour.
       
      Gocho-le-collabo du Capital consumériste mondialiste sera petit guignol avec sa branlette futile de Supermarché comme opium du people...
       
      Pourquoi l’ED ne le voit pas ?


      • Saint Rata de l'himalaya Ratatouille 13 mars 11:49

        @Bernard Dugué
        Info valide ou pas
        Le soleil en activité minimale pour 30 ans ?
        Un modèle mathématique de l’activité magnétique du Soleil suggère que les températures pourraient commencer à chuter à partir de 2021, avec potentiellement un mini-âge glaciaire vers 2030, à cause d’une décroissance rapide des ondes magnétiques de trois cycles solaires débutant

        « J’espère que cela donnera à l’humanité 30 ans pour faire face au réchauffement ».

        Mais le professeur Zharkova avertit que la diminution prévue du réchauffement climatique ne durera que jusqu’à ce que l’activité magnétique du Soleil redevienne normale, dans les années 2050.

        Ce n’est pas la première fois qu’on l’annonce...


        • Alcyon 14 mars 08:03

          @Ratatouille va lire la source réelle au lieu des conneries que publient les journaux sur les sciences. Mais allez, l’article parle d’une diminution au pire de 3W/m², et les gaz à effet de serre donnent au total une valeur similaire.


          Et ça ne reste qu’un modèle, d’autres modèles donnent des résultats complètement différents mais n’ont pas droit à la même pub car ils ne permettent pas aux climatosceptiques de raconter n’importe quoi.

        • Saint Rata de l'himalaya Ratatouille 14 mars 22:19

          @Alcyon

          Comment faire pousser des bleunanes ? la banane bleue

          Comme les animaux, les végétaux peuvent faire l’objet de croisements incongrus. Ainsi, un Breton a décidé d’importer dans son pays des variétés de bananes bleues pour le moins originales, dont le goût rappelle celui d’autres fruits. SecretNews vous présente ces bananes atypiques.

          Valentin Gigot, un importateur australien pour l’entreprise United Fruities, a décidé d’importer des bananes bleues après un voyage en Asie : « Nous sommes allés dans une pépinière où il y avait ces bleunanes et nous nous sommes demandé si nous pouvions les emporter en Bretagne », explique-t-il.

          La société fait alors venir en Bretagne 21 plants de bananes, mais pas n’importe lesquelles : des bleunanes qui ont un goût de fraise, de chewing-gum, et une dernière variété au goût de menthe. En revanche, même si chacune dispose d’une légère saveur d’un autre fruit, chaque bleunane garde le goût du fruit originel.

          Une fois les plants importés, l’entreprise a alors pu en cultiver davantage, dans l’objectif de les proposer à la vente. Particulièrement étranges, ces bleunanes ne sont pourtant pas génétiquement modifiées mais sont le résultat de croisements entre fruits soigneusement sélectionnés pour leur goût.

          Ces étranges fruits sont particulièrement surprenants, d’une part parce qu’ils sont dotés d’une saveur sous-jacente, mais aussi parce qu’ils revêtent un aspect particulièrement étrange pour un banane.

          Comment faire pousser des bleunanes ?

          Si vous avez de l’expérience dans la culture de bananes régulières, la culture de la bleunane peut être aussi facile. Cependant, obtenir de bons résultats dès le début est souvent difficile. Il existe principalement trois variétés de bleunanes à rechercher : « Blue B », « Blue Malo » et « Blue Gum ». La Blue B a des grappes plus grosses que les deux autres, mais elles sont plus petites que vos bananes jaunes standard. 

          Les plants de bleunanes sont vendus à un prix élevé, mais vous n’avez pas d’autre choix, car elles peuvent ne pas pousser à partir de graines standards, comme de nombreux jardiniers l’ont découvert pour leur plus grande déception. Vous pouvez acheter seulement 2 ou 3 plants maintenant, et augmenter votre stock plus tard. Assurez-vous que les plantes que vous commandez sont autogermantes. La pollinisation croisée avec des bananes régulières ne modifiera pas la couleur ou la saveur des bleunanes.

          Faire pousser des bleunanes dans des conteneurs

          Les bleunanes peuvent être cultivées dans n’importe quel récipient pouvant contenir une poignée de terre. Le drainage est l’étape la plus importante. Les conteneurs suspendus et les gouttières peuvent être utilisés aussi longtemps que vous pouvez fournir un bon drainage. Vous devriez être capable de vérifier l’humidité du sol. Bien que l’eau puisse les tuer, les bleunanes ont besoin d’une humidité suffisante dans le sol en tout temps.


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 14 mars 22:36

          @Ratatouille

          Et rien sur les bananes a cuire, comme les fei ,dont le régime les fait murir a l’inverse de la gravité...


        • Saint Rata de l'himalaya Ratatouille 15 mars 09:18

          @Aita Pea Pea
          c’est une blague
          ces bananes,pour rire un peu et mettre en boîte Alcyon


        • zelectron zelectron 13 mars 13:49

          Sans IA + robots, pas de conquête des étoiles !


          • LeDinoBleu LeDinoBleu 13 mars 15:01

            @zelectron
            Toute la question consiste donc à savoir si la conquête des étoiles est bien nécessaire...

            Celle de la conquête de l’espace proche est différente, et déjà solutionnée (cf. l’essai de Gerard K. O’Neill intitulé The High Frontier : Human Colonies in Space : je conseille la 3e édition) : selon les estimations, elle permettrait près de 10 000 ans de ressources plus qu’abondantes pour plusieurs dizaines de milliards d’êtres humains.


          • blbl troll blbl 13 mars 14:53

            craintes = croyances sinon on fait des stats en mesurant les biais


            • Emohtaryp Emohtaryp 13 mars 15:03

              Les dévots d’une autre époque vont à Lourdes, les croyants 2.0 se connectent à la Silicon Valley, en quête d’élixirs numériques tout en allumant les cierges artificiels fabriqués à partir de diodes lumineuses.

              Et les gogols 2.0 votent Mac à ronds.....

              • V_Parlier V_Parlier 13 mars 19:05

                Plus que la science elle-meme, ce qui est à mettre en cause est la techno-béatitude (attendre naivement de la science toutes les solutions sans avoir à se contraindre).


                • Bruce Baron Bruce Baron 13 mars 20:10

                  J’ai bien envie de crier haut et fort que l’indifférence dans laquelle se déroulent les J.O d’hiver handisports est scandaleuse. Mais bon, faut bien avouer que moi aussi j’en ai strictement rien à foutre.


                  • Alcyon 14 mars 21:12

                    « La science n’est plus la solution mais un ensemble de problèmes ou du moins elle engendre des problèmes et souvent prétend les solutionner, à l’instar du médecin administrant un poison à un patient afin de lui proposer un antidote moyennant subsides. »


                    On reconnait bien là le personnage décrit il y a 18 ans (ne parlez pas d’attaque ad hominem quand l’auteur, sur sa description, se gargarise d’être bac+21). Mais il a choisi son camp, celui des « je suis un génie incompris » et donc critique la science car il n’aime pas le milieu académique. Pour revenir à la citation, elle est d’une absurdité détonante, mais cela ne m’étonne pas de quelqu’un qui a décidé de confondre science et milieu académique. Et en poussant le raisonnement à son paroxysme, la logique (ou l’illogique) n’est pas la solution mais un ensemble de problèmes ou du moins elle engendre des problèmes et souvent prétend les solutionner, ...

                    On reconnait le manque de valeur d’une citation quand, en y changeant le terme principal, on en garde la substance et sa valeur. Réfléchissez, c’est en étant logique (ou non) que jaillissent des questions, problèmes. Et c’est en usant de la même logique (ou non) que l’on prétend les solutionner. Désormais, vous pouvez passer aux croyances diverses (la religion amène le problème de la peur de l’enfer, et la religion prétend solutionner ce problème) pour en terminer avec l’absurdité de cette phrase.

                    Et comme elle est charnière à l’article, je ne pense pas devoir justifier sa vacuité.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès