• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Aurélien Bernier

Aurélien Bernier

Militant altermondialiste, auteur de « Les OGM en guerre contre la société » (Attac, 2005, éd. Mille et une nuits) et « Transgénial ! » (Attac, 2006, éd. Mille et une nuits), ainsi que de nombreux articles dans la presse et sur Internet.
http://abernier.vefblog.net/
 

Tableau de bord

  • Premier article le 16/05/2008
  • Modérateur depuis le 29/07/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 8 9 110
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique











Derniers commentaires



  • Aurélien Bernier abernier 10 octobre 2008 10:13

    Bonjour,

    Vous posez la question essentielle.
    J’explique dans le livre que le préalable à toute action politique est justement de casser le chantage aux délocalisations.
    Je propose de reprendre l’idée, développée par l’économiste Jacques Sapir, d’une taxe sur les importations qui soit assise sur le bilan social et environnemental de la production importée. Ainsi, le prix de vente du textile chinois refléterait son coût global, externalités incluses. Dès lors, les entreprises seraient dans l’obligation de relever le niveau des conditions de travail et de la protection environnementale, sauf à perdre d’énormes parts de marché. Les recettes de cette taxe pourraient même être reversées aux pays taxés afin de financer des projets réellement propres.

    Ensuite, il devient possible de réglementer et taxer la production sur le territoire, qui n’a plus à subir une concurrence internationale profondément faussée. Des outils comme le conditionnement des aides publiques et des marchés publics seraient également très efficaces avec un levier en France de 300 milliards d’euros par an (http://abernier.vefblog.net/1.html#_Environnement__un_levier_de_300_milliards_dans_le).

    L’objectif est évidemment de mettre en oeuvre ces modalités à une échelle qui soit la plus large possible. Mais je pense qu’il faut oser se lancer, si besoin au niveau d’un seul Etat, pour montrer qu’on peut inverser la tendance. Ensuite, l’élargissement devra se faire, et les accords bilatéraux seront un bon moyen de propager ces nouvelles règles.

    Je vous invite également à lire ou relire la Charte de la Havane, qui montre qu’un tout autre système commercial a failli voir le jour (http://www.m-pep.org/spip.php?article607). Il est encore temps je pense de revenir à ces notions de solidarité et d’équité.

    Bien cordialement,

    Aurélien Bernier




  • Aurélien Bernier abernier 16 septembre 2008 16:19

    Bonjour,
    "Je n’ai pas lu votre livre", dites-vous.
    Et bien, lisez-le, et vous découvrirez effectivement d’autres propositions que le marché, qui étale aujourd’hui-même toute son "efficacité" à la une des journaux.
    Vous y trouverez également ce qui manque cruellement dans votre réponse (je devrais dire votre attaque) : des arguments.
    Bonne lecture,

    Aurélien Bernier



  • Aurélien Bernier abernier 11 août 2008 10:13

    Bonjour,

    Il est très justement dit dans cet article que le refus d’interroger les conséquences des politiques libérales amène à proposer de fausses solutions, souvent plus dangereuses les unes que les autres.
    Le meilleur exemple en la matière est sans doute le marché des droits à polluer.
    Les personnes intéressées pourront trouver des articles à ce sujet sur mon blog, notamment celui-ci :
    http://abernier.vefblog.net/4.html#Fautil_bruler_le_Protocole_de_Kyoto

    Il faut maintenant faire le véritable bilan du néo-libéralisme, qui n’est jamais que la forme moderne d’un vieux capitalisme auquel on a ajouté deux nouvelles composantes : la mondialisation et la financiarisation.
    Ce système est objectivement destructeur du social et de l’environnement. Il faut donc le déconstruire.
    Pour celà, la priorité est de stopper le "libre échange", qui n’a de libre que le nom. Car c’est bien cette religion du libre-échange qui a permis, par une succession de décisions politiques, de construire une mondialisation qui ne profite qu’aux pouvoirs économiques.
    Depuis la fin des années 90, les émissions de CO2 ont augmenté de 35%. 20% des émissions mondiales proviennent de productions délocalisées, transportées sur des milliers de kilomètres, et le plus souvent réalisées dans des conditions sociales déplorables.
    Sur ces questions, vous pouvez lire également ce texte :
    http://abernier.vefblog.net/7.html#Les_ecologistes_de_pacotille_du_Groupe_des_huit

    Bien cordialement,

    Aurélien BERNIER



  • Aurélien Bernier abernier 13 juillet 2008 20:57

    Bonjour,
    Sur l’absence d’évaluation des OGM, qui est effectivement un choix politique, ainsi que sur l’hypocrisie de la position européenne, je vous invite à lire l’article suivant :
    http://abernier.vefblog.net/cat2/1.html#Derriere_les_moratoires_sur_les_OGM_lEurope_libera
    Bien cordialement,

    Aurélien Bernier



  • Aurélien Bernier abernier 8 juillet 2008 19:36

    Bonjour,
    L’ironie et la caricature ne font pas des arguments.
    Le personnes qui défendent ici le libéralisme se contentent de dire : le système libéral fonctionne mal car il n’est pas assez libéral !
    Rengaine connue, puisqu’elle nous est servie depuis des lustres par l’Organisation Mondiale du Commerce et par tous les tenants du pouvoir économique.
    Citez donc des chiffres, des faits, et proposez-nous des démonstrations, nous verrons bien si elles sont convaincantes.
    Quant à agiter le cadavre du soviétisme ou le spectre de l’autarcie dès que quelqu’un parle de mettre l’économie sous contrôle politique, c’est une façon assez ridicule d’éviter de parler du fond.
    Faisons un bilan objectif du libéralisme, du point de vue de la pauvreté, de la répartition des richesses, de l’émancipation des individus et de l’état de l’environnement.
    Nous verrons alors qu’il est grand temps d’en sortir et d’inventer un nouveau système.
    Cordialement,

    Aurélien Bernier







Palmarès