• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Aliexen

Je suis né en 1973, à Paris, je suis athée, anarco-communiste, je milite pour les droits des LGBT (Lesbiennes, Gays, Bis, Transgenres et transexuel-les), les droits des femmes, contre le racisme, le sexisme, l’homophobie, contre tous les dogmes. J’aime énormément écrire, c’est même mon mode d’expression favori (mais je parle aussi, je vous rassure ;)) ).

Tableau de bord

  • Premier article le 03/02/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 6 103
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • Aliexen 21 mai 2006 00:44

    Si c’est un progrès technologique, c’est un recul social phénoménal. Là on distingue les deux aspects du mots progrès et l’on se rend compte que progrès technique ne rime pas forcément avec progrès social.

    C’est une régression sociale pour tout ce que j’ai écrit dans mon commentaire (cf. plus haut)



  • Aliexen 21 mai 2006 00:41

    Oups, Alexandre Santos.

    Concernant le commentaire de Jean-Paul Droz qui comparait le vote des femmes et l’e-vote (je pense que les femmes apprécieront la comparaison), c’est exactement ce que je disais quand j’évoquais la confusion entre progrès technique et technologique et progrès social. Le droit de vote des femmes est un progrès social. Il est juste et éthique. l’e-vote est un progrès technologique et n’est ni juste ni éthique. Il est par contre dangereux pour les principes démocratiques et il n’est ni éthique ni juste.



  • Aliexen 21 mai 2006 00:36

    Aucun commentaire n’est anonyme. On ne peut pas poster en anonyme. Si tu regarde en haut de mon post, tu y lira Aliexen, c’est mon pseudo. Et si tu lis au dessus de ton commentaire, tu y lira ton nom (Jean-Paul Droz). C’est le cas de chaque commentaire. Et en plus il y a une partie de l’adresse IP, la date et l’heure de la publication du commentaire.



  • Aliexen 21 mai 2006 00:26

    De plus, nous sommes dans une société qui tend à isoler les personnes, à déshumaniser le rapport social (distributeurs de billets au lieu des guichetier-es, machine à afdfranchir le courrier au lieu des guichetier-es, distributeurs automatiques de friandises, de boissons et de livres (au lieu de commerçant-es et libraires), machine à acheter des billets de train (au lieu de guichetier-es), fin d’ouvreuses/eurs dans les cinémas, fin de vendeuses/eurs de friandises et boissons lors des entractes, machine à acheter des journaux (au lieu des vendeuses/eurs), machines à acheter des tickets (au lieu des guichetier-es), achats en ligne (au lieu d’aller dans un commerce et d’avoir un contact humain), achats en grande surface avec des bornes électroniques (à la place des caissier-es), métros sans conductrice/eur, télédéclaration (impôts, Unedic, Assedic, CAF. Au lieu de guichetier-es, etc... etc ... On déshumanise, on divise, et au final ou détruit le lien social.

    Permettre l’e-vote, c’est déshumaniser davantage la société. Au niveau sociologique, la déshumanisation du système a des conséquences catastrophique en matière de rapports humains.



  • Aliexen 21 mai 2006 00:09

    L’e-vote est un outil formidable... pour les personalités politiques peu scrupuleuses voulant conserver le pouvoir.

    Je répondrai au commentaire qui établissait avantages et inconvéniens avant de développer mes propres commentaires :

    Avantages :

    « éviter les déplacements inutiles (surtout lorsque cela implique des déplacements de centaines de kilomètres pour aller voter) »

    La réponse la plus adaptée serait plutôt d’installer plus de bureaux de vote, y compris dans les contrées isolées... Quant aux centaines de km, je vois mal comment on pourrait avoir son bureau de vote à des centaines de kilomètres de là où l’on vit. Si toutefois c’est le cas, il est d’une part possible de faire savoir à la mairie du lieu de notre résidence que nous vivons désormais là, ou on est de toutes façons amené-e pour différentes raisons à revenir dans la ville où où l’on est enregistré-e. Après à nous de considérer si oui ou non le vote est une raison importante pour faire le déplacement et s’il n’est pas pour nous une raison suffisante, on peut grouper les motivations (exemple : profiter de ce séjour dans la ville où l’on est enregistré-e pour voter et faire d’autres choses -voir ses parents, ami-es, faire un séjour en amoureuse/eux, etc...

    « simplifier les procédures (moins de paperasserie), si c’est bien fait. »

    Ca, c’est l’argument bateau ! J’étais sûr qu’on nous le sortirait ! Il se trouve que la « paperasserie » reste un geste assurant la transparence du décompte et l’assurance de l’absence d’un bug.

    « plus rapide (pas la peine de faire la queue, ni le déplacement). »

    Plus quelque chose est rapide, plus l’accident est désastreux. Si les votes prennent du temps (à décompter) c’est pour une raison bien précise. En ce qui concerne la queue pour déposer l’enveloppe dans l’urne, elle n’est pas si longue que cela, même en habitant une ville de plus de 2 millions d’habitant-es comme Paris, vu que les bureaux de votes sont répartis par quartier. Au sujet d’évier le déplacement, pourquoi l’éviter ? C’est sympa de marcher aussi parfois surtout dans les beaux jours ! Et puis on ne marche jamais bien longtemps pour aller jusqu’au bureau de vote. Et puis, la participation électorale ne vaut-elle pas le déplacement ? Si l’on va par là, autant ne pas voter du tout, car il est plus simple, plus facile encore de ne même pas s’exprimer lors d’une élection que d’allumer son ordinateur pour voter en ligne !

    « moins de votes déclarés nuls, car moins de ratages (mais on garde la possibilité de voter blanc). Moins de recomptages. »

    Le vote blanc est un autre débat. Personnellement, je suis pour la reconnaissance du vote blanc. Quant à « moins de ratage » parce que c’est par le biais d’une machine, c’est faux. On le voit bien aux USA avec les deux élections qui ont porté Bush au pouvoir alors que le décompte manuel effectué ensuite a prouvé que les démocrates devaient l’emporter.

    Moins de recomptages ? C’est l’assurance de résultats truqués et aussi d’une plus grande marge d’erreur.

    « décompte des voix instantané, plutôt que sur des jours ou des semaines (comme c’est le cas dans certains pays énormes ou sous-développés comme les EUA, Inde, etc) »

    Et comme ça on comptabilise tout plus vite ! Les risques d’erreur et d’irrégularités seront difficiles à repérer !

    « moins cher pour la société »

    Ce n’est pas dit. J’expliquerai pourquoi plus bas. De plus, « moins cher pour la société » est un argument constamment utilisé pour aller contre le progrès social. Concrètement « le contribuable » (comme on aime tant le dire dans les film états-uniens) paiera autant avec l’e-vote qu’avec le vote traditionnel. Sa feuille d’impôt sera la même. Nous vivons en démocratie et l’Etat doit assurer une totale transparence, notamment dans les votes. Si celle-ci nécessite des frais, elle en vaut bien la chandelle.

    Maintenant voici pourquoi je suis contre l’e-vote : il ne présente aucune sécurité : Notre FAI peut connaître notre vote, l’hébergement recueillant les votes peut obtenir notre IP et donc savoir qui vote quoi, l’impartialité n’est pas garantie, la contrainte n’est pas visible et donc pas évitable, une personne qui n’a pas Internet devra aller dans un cyber-café pour voter et ce sera alors le vote payant, pénalisant ainsi les plus précaires et remettant en cause le droit fondamental démocratique de voter pour lequel tant de personnes se sont battues, toute personne n’habite pas forcément dans une région couverte par Internet. Certaines personnes ne pourront donc pas voter, un hacker peut très bien infiltrer notre ordinateur, en prendre le contrôle en y envoyant un troyen et voter à notre place pour un parti ou une personne pour qui nous n’aurions pas voté, notre vote peut se retrouver indexé sur moteur de recherche (on peut déjà trouver des listes de login et de mots de passe (censés être confidentiels) sur certains sites en cherchant sur Google, un ordinateur hébergeant à l’insu de son propriétaire des spywares (logiciels espions) peut révéler le vote de la ou des personne-s ayant voté depuis lui (une utilisation de cette information (avec d’autres) peut être utilisée à des fins commerciales ou de représailles, le fishing est aussi une méthode à craindre qui permettrait de voter à la place de la personne qui est censé le faire sans son accord et à son insu, les risques d’erreurs et d’irrégularités sont trop grands pour pratiquer le e-vote et difficilement repérables à cause de la rapidité du vote. Si depuis la création du vote, nous avons procédé de la même façon, c’est pour de bonnes raisons. Tout ce qui est du progrès technologique n’est pas forcément du progrès humain (on le voit bien avec les RFID, la biométrie, la géolocalisation, les OGM, etc... qui sont sur le point d’être mis en place). Si depuis la création du téléphone fixe aucune élection ne l’a utilisé, c’est pour une bonne raison. Ca ne veut pas dire que l’on doive rejeter toutes les nouvelles technologies, cela veut simplement dire que ce qui est possible de faire ne doit pas toujours être fait. Il faut réfléchir aux conséquences et distingué ce qui est progrès technique et technologique et progrès social.







Palmarès