• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Alphaba

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 3 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Alphaba 25 février 2008 23:18

    Oui, merci à La Taverne des Poètes de nous rappeler l’existence de ce courageux et lumineux empêcheur de ronronner notre histoire contemporaine en rond.

    Pour la petite histoire, le travail, largement inconnu pour cause de censures, de René Vautier au Mali n’a pas fait grincer des dents que les politiques et hauts fonctionnaires de "la coloniale". Il a en effet filmé des preuves de la mise en scène que Marcel Griaule, alors mandarin de l’ethnologie africaniste, avait négocié avec les Dogons : à son arrivée et durant toute la durée de son séjour, ceux-ci devaient faire disparaître tout élément "occidental" (vêtements, ustensiles de cuisine, outils, etc.) Ces images des "caves à Griaule", où les Dogons entreposaient temporairement tout ce que le Grand Ethnologue ne voulait voir (et filmer), n’ont jamais été montrées au grand public et bien rares ceux qui les ont vues.

     

    Pour revenir sur l’article, mon plaisir a été un peu gâché par, comment dire, l’élan dénonciateur de l’auteur ? Ainsi, écrire que la "guerre d’Algérie est absente des livres d’histoire" est incorrect (voir par exemple cet article paru en 2005 dans L’Humanité, journal peu suspect de complaisance sur ce thème). Mais cela ne m’a pas empêché de voter pour .



  • Alphaba 17 avril 2007 14:57

    Comme les dernières interventions le montrent, le problème majeur soulevé par l’initiative de M Morandini n’est pas tant de pointer une opposition entre élite sachant et peuple laissé dans l’ignorance que celui de la disponibilité de l’information sur l’Internet et de l’applicabilité de la loi française à cet égard. De fait, si des sites étrangers, francophones ou non, publient sans restrictions sur la Toile les résultats des estimations avant vingt heures, il est quelque peu absurde de reprocher à M Morandini de vouloir faire la même chose : son blog ne serait qu’un relais de plus, qui plus est pas spécialement significatif d’un point de vue technique (il est probable que le serveur dont son site/bog dépend supporte beaucoup moins bien la charge accrue de visiteurs que ceux des sites des journaux belges et helvétiques qui feront de même).

    Si la Commission de contrôle des élections se borne à surveiller « attentivement ce que publient certains blogs » [et c’est « blogs français » qu’il me semble entendre dans cette formule] et, le cas échéant, à engager des poursuites contre leurs auteurs [français], alors ce sera largement un gag (même si saumâtre pour les boucs émissaires), un coup d’épée dans l’eau, une bouc émissarisation des quelques uns ayant éventé un secret de Polichinelle et participé à mettre fin à l’hypocrisie l’entourant.

    Cela serait différent si cette autorité entreprenait de faire respecter la loi française sur la Toile en général. Car contrairement à une idée reçue qui se donne à lire dans plusieurs messages précédents, il est tout à fait possible pour des magistrats français d’attaquer des sites étrangers qui violent une loi française (cf. la fameuse affaire de ventes aux enchères d’objets nazis où la société Yahoo ! Inc. a finalement été condamnée). Ladite Commission aura-t-elle le courage de saisir la justice pour exiger des sites étrangers (en particulier de journaux) que, par exemple, ils filtrent les internautes français, voire...



  • Alphaba 20 février 2007 23:43

    Cet article est pour moi impossible à noter. D’un côté je trouve intéressant qu’il amène sur le tapis un sujet relativement peu abordé par les grands médias (cela vient toutefois de changer avec les dernières déclarations tonitruantes d’un général russe, qui ont réveillé les rédactions). De l’autre je trouve :

    1. comme aztl que le commentaire est un peu court dans le sens où il ne situe pas ce projet de déploiement dans le contexte plus global de la Ballistic Missile Defense américaine. Pour les Américains, ce projet s’inscrit en effet dans un ambitieux programme global de défense antimissile multiéchelons (voir par exemple le document Ballistic Missile Defense System Overview [pdf] proposé par la très officielle Missile Defense Agency). En l’occurrence, le but annoncé de ce déploiement d’un système antimissile en Europe de l’Est est de protéger les bases et installations militaires américaines en Europe contre d’éventuels missiles balistiques, possiblement porteurs d’ogives nucléaires, lancés par des « états voyous » (rogue states), l’Iran et la Corée du Nord faisant partie de la liste officielle (il n’est toutefois pas interdit de penser que cela pourrait également concerner le Pakistan, l’Inde et la Chine : qui sait de quoi demain sera fait [raisonnement de stratège américain]). Il est également pertinent de rappeler que deux membres de l’UE ont déjà accepté sur leur territoire des installations intégrées dans ce dispositif global : le Royaume-Uni avec la modernisation du radar de Fylingdales et le Danemark avec celle du radar de Thulé.
    2. comme CAMBRONNE qu’il y a erreur manifeste sur l’attitude des autorités polonaises et tchèques : ces dernières sont autant désireuses d’avoir des installations stratégiques américaines sur leur territoire que les Etats-Unis de les implanter le plus à l’est possible. Pour la plupart des politiques polonais et tchèques il est en effet évident que les Européens les laisseront tomber si d’aventure l’impérialisme russe devenait à nouveau... envahissant. Ils préfèrent clairement accueillir, voire inviter chez eux des Américains pour qu’ils y installent des systèmes de défense, quitte à avoir des missiles russes qui les menacent, plutôt que de subir des Russes non-invités déployant des missiles chez eux avec des missiles américains qui les menacent. On ne peut pas dire que l’Europe de la Défense a beaucoup fait jusqu’ici pour les rassurer et leur permettre de réviser leur position...
    3. que l’article est très, très court sur ce que les Américains projettent d’installer et qui fait hurler des généraux russes. L’article nous parle juste de « missiles menaçants » et d’un radar. Aujourd’hui, les Américains ont 4 types d’intercepteurs susceptibles d’être déployés dans les délais annoncés : les Patriot 2 & 3 (aujourd’hui les plus opérationnel de tous) et le THAAD, qui sont tous les trois des systèmes mobiles, y compris leur radar, et le GBI (Ground-Based Interceptor) qui, comme son nom l’indique, est lancé à partir d’un site fixe (silo par ex.) et qui a une portée de l’ordre de 5000 km là où celle des autres s’échelonne de 15 km (Patriot 3) à 150-200 km (THAAD). Le GBI est par ailleurs associé à un système de radar(s) fixe(s), autrement plus gros et performant(s) que ceux des autres intercepteurs.

      Il est donc évident que c’est ce dernier système que les Américains veulent installer en Pologne pour les fusées et en Tchéquie pour le radar. Maintenant, on peut se demander ce qui fait monter des généraux russes sur leurs grands chevaux et agiter leur sabre. En effet, ce n’est pas une dizaine d’intercepteurs GBI (pas encore au point d’ailleurs) qui risque de mettre en danger la capacité de dissuasion nucléaire russe : ils ont largement de quoi saturer ce contingent d’intercepteurs, minuscule au regard de leur capacité de frappe avec des missiles balistiques. Ce ne sont donc pas les missiles qu’ils peuvent trouver « menaçants ». Reste donc... le radar.

      De fait, en installant aux portes de la Russie un radar maousse de dernière génération, totalement intégré à tout le reste du système de détection/surveillance de la Missile Defense, les Américains s’offriraient, en plus d’un système d’alerte pour d’éventuels missiles venus du Moyen-Orient, une « vue » imprenable sur quasiment l’ensemble des activités aériennes au dessus de la Russie : aucun objet volant d’une taille supérieure à un ballon de foot n’échapperait à cet « oeil ». Pas enchantés les généraux russes, on les comprend un peu.

      Cela dit, les Russes ont installé des radars à peu près équivalents pour nous surveiller, nous Européens. La question que l’on peut alors se poser est pourquoi ce sont les Américains qui développent seuls ce genre de systèmes défensifs et viennent les installer chez nous. On peut toujours râler en disant qu’ils nous rendent dépendants, mais que je sache personne ne nous a interdit de le faire. Attention à ne pas se tromper de cible en râlant...







Palmarès