• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

André-Yves Portnoff

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 30/05/2013
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 3 11
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • André-Yves Portnoff 3 juin 2013 00:27

    he oui, Francis Mer plaide pour des relations loyales avec toutes les parties prenantes, dit et écrit que les fournisseurs doivent être considérés comme des partenaires, pas comme des « sous-traitants » à étrangler, et que les intérêts des « collaborateurs » (mot qu’il préfère à « salariés ») et de entreprises sont convergents. J’ai constaté qu’il préconise de libérer l’intelligence de la base et qu’il reproche aux dirigeants des grands groupes de s’être vendus aux financiers, d’où la crise...C’est quand même une caution de poids, le problème c’est que nos élites y compris sans doute au gouvernement ne comprennent absolument pas tout cela.



  • André-Yves Portnoff 31 mai 2013 09:21

    Vous avez raison, il faut des analyse systémiques, la vision systémique est ce qui relie la majorité des méthodes « valeur ». Mais la question est : pourquoi le fait-on si rarement dans notre société, dans les entreprises privées comme dans le secteur public. La réponse tient à une culture cartésienne refusant la pensée complexe, à une culture organisationnelle bureaucratique et pyramidale, multipliant les cloisonnements, les fiefs, empêchant de voir l’ensemble des problèmes et limitant les possibilités de collaboration. 



  • André-Yves Portnoff 30 mai 2013 19:21

    Spartacus justifie le propos de Marcel Boiteux, qui me disait regretter d’avoir conseillé à Pompidou d’introduire l’enseignement de l’économie dans les écoles, tellement cette discipline est mal enseignée...Ce commentaire agressif et péremptoire montre combien il est difficile de lire ce qui est écrit lorsque l’on a été formaté par l’école néolibérale, à ne pas confondre, cher Spartacus, avec le libéralisme (politique ? économique ?) qui a fait avaler des baliverne, comme le culte d’un marché « parfait », successeur du jugement de Dieu, (mais avec le Veau d’or comme divinité). M Boiteux rappelle que le marché parfait n’existe pas, en raison déjà des coûts de transaction (cf Coase, prix Nobel). Je rappelle aux chantres des bilans que ceux-ci sont l’image (souvent fausse) de la santé d’une entreprise mais n’annonce pas qu’elle va peut-être s’effondrer demain. En 2000 le bilan de Kodak était excellent. La chute commençait, faute d’innovation, en 2001 et la faillite arrivait en 2012. Seule une analyse par les facteurs immatériels niés par les néolibéraux l’aurait montré. Co-auteur du premier rapport français sur l’économie de l’immatériel (1983), j’y citais déjà l’analyse de la valeur. Spartacus sera peut-être rassuré en apprenant que le gouvernement américain, néomarxiste sans doute...impose l’usage de l’analyse de la valeur : http://bahiabejar.blogspot.fr/2013/05/saviez-vous-que-lanalyse-de-la-valeur.html?goback=.gde_4331521_member_245274984 Et qu’il lise le Financial Time, sans doute marxiste aussi puisqu’imprimé sur papier rose, qui fait campagne depuis un an et demi pour un capitalisme de long terme respectant toutes les parties prenantes, et acceptant des régulations...

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre Economie Société






Palmarès



Agoravox.tv