• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Aqua

Aqua

Curieux de tout, je travaille dans l’informatique depuis 1998.
Né en 1978, j’ai vécu l’incroyable montée en puissance de l’ordinateur individuel à partir de 1987.
Mes passions sont depuis toujours la technologie : la physique, la biologie, etc... Des domaines essentiellement scientifiques.
Autodidacte dans tous les domaines.

Tableau de bord

  • Premier article le 05/04/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 7 15
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • Aqua Aqua 12 juin 2008 15:27

    Je suis d’accord avec Pallas, mais au "second degré". C’est-à-dire qu’en modérant un peu vos propos, en enlevant toute haine ou agressivité, je pense que le fond est assez réaliste.

    Je constate moi-même que notre vocabulaire est très médiocre et ne permet pas de parler précisément des différentes facettes du tout que l’on nomme "intelligence". Je pose la question à tous : Qu’est-ce que l’intelligence ?

    Wikipedia indique - entre autres - la signification suivante :

    "C’est l’ensemble de facultés mentales permettant de comprendre les choses et les faits, de découvrir les relations entre eux"

    Voilà : une personne possédant une mémoire phénoménale sans aptitude particulière à intégrer l’information dans un modèle (au sens mathématique) n’est pas quelqu’un de "surdoué" (là encore, le mot manque de précision).

    Pour ma part, je dirai ceci :

    Ce qu’il faut privilégier dans le développement d’un enfant, au-delà de la considération du mot "intelligence", c’est l’esprit de LIBRE ARBITRE. Il faut apprendre aux enfants à se poser des questions, à émettre des doutes, et surtout, à passer au crible du jugement toute forme de pensée à caractère DOGMATIQUE.

    Que pensez-vous de cette ligne de conduite pour notre Nouvelle Education Nationale, par petits groupes (4 à 6 élèves qui travaillent et avancent ENSEMBLE et non plus en CONCURRENCE ENTRE EUX) ? Une institution où la pression du groupe est anéantie et où les liens sociaux, communicatifs et affectifs sont naturellement favorisés.

    Merci pour vos commentaires constructifs même si la forme n’y est pas toujours... :)



  • Aqua Aqua 21 mars 2008 15:45

    La réponse est loin d’être aussi évidente pour l’être humain.

    Sommes-nous conscients de la place exacte dans la longue chaine de la vie que prennent toutes les réactions biochimiques qui se font à chaque instant dans notre corp ?

    Le fait est que non. Par conséquent, on est incapables de modéliser cette chaine, donc incapables de prédire quoi que ce soit.

    Alors on se fie à quelques observations bien ciblées et on extrapole.

    Qu’en est-il de l’effet sur l’ensemble de la biosphère ? Il n’y a pas que les "vertébrés" à tester...

    Si l’on tue les abeilles, nos cultures vont avoir beaucoup de mal à être polénisées -> baisse de rendement -> baisse de production. Où serait le bénéfice des OGM, à part dans les comptes en banque de leurs initiateurs/breveteurs ?

    A quoi servira-t-il d’avoir des comptes en banque pleins à craquer s’il n’y a plus rien de comestible sur cette planète ?

     

    Einstein (même s’il n’est pas une référence dans le domaine) a dit que sans abeilles, l’humanité n’en aurait pas pour 5 ans à vivre.



  • Aqua Aqua 21 mars 2008 14:54

    L’auteur a répondu :

    "De même en tant que libéral, je ne suis pas "pour les OGM", mais pour que le maïsiculteur qui veut cultiver des OGM puisse le faire sans gêner le fermier bio qui, lui a un cahier des charges à respecter et pour que le consommateur soit informé pour savoir ce qu’il achète. Si il existe des solutions techniques pour que la liberté de chacun puisse être respecté, alors je ne vois pas ce qui empêche le développement de la technologie OGM."

    Je désire pointer un principe contradictoire :

    La liberté individuelle doit-elle être privilégiée par rapport à la biosphère lorsqu’il n’existe aucun moyen de connaitre la conséquence de nos actes ?

    Au nom de la "liberté individuelle", peut-on mettre un coup de hache (1) dans le tronc de l’arbre (qui appartient à tous) dans lequel tous les êtres vivants sont nichés ?

    Merci de m’apporter une réponse, ou ai-je mal compris ?

     

    "Si il existe des solutions techniques pour que la liberté de chacun puisse être respecté"

    Il n’existe aucune solution technique pour empêcher la dissémination des gènes modifiés vers des cultures biologiques (par exemple). Le confinement ? Une simple graine de Maïs transgénique tombée au bord d’un chemin, en germant, contribuera à la propagation de ses gènes. Il faurait tout confiner de la plantation au consommateur... et même retraiter spécialement leurs excréments !

    La solution technique, c’est une autre planète qu’il faudrait.

     

    (1) Il s’agit bien de coups de hache. Il n’existe aucune étude scientifique rigoureuse et indépendante qui relativise les effets néfastes des manipulations génétiques. Notre niveau technologique est archaïque dans ce domaine et ne saurai mesurer les conséquences d’une propagation exponentielle.



  • Aqua Aqua 21 mars 2008 14:35

    Bonjour,

    La question soulevée est centrée sur le verrouillage du débat.

    Le débat en question est très large et pose la question suivante, schématiquement : "les OGM sont-ils dangereux pour la santé, pour l’écosystème ou autre ?".

    Pour cela, encore faut-il qu’il y ait un débat possible, car ce documentaire montre diverses études scientifiques qui prouvent que les OGM sont nocifs.

    Vous dites dans votre commentaire "Peut-on imaginer un seul instant que l’ensemble des scientifiques qui ne partagent pas l’avis de l’auteure sur la dangerosité des OGM [...]".

    On ne demande pas aux scientifiques de croire. On leur demande d’apporter des preuves irréfutables, des mesures statistiques, des corrélations. Les études scientifiques rigoureuses et indépendantes ont déjà répondu à la question depuis bien longtemps déjà !

    Un scientifique qui "croit", c’est quelqu’un qui ignore tout du sujet.

     

    La génétique, c’est le logiciel des machines biologiques.

    On connait très mal l’architecture de toutes ces machines. Imaginez-vous modifier un programme en y greffant un morceau d’un autre programme en espérant que rien de dégénèrera dans toute la chaine alimentaire ? Nous ne pouvons pas prévoir les effets. Cela relève donc de notre ignorance.

    A des fins de recherche, oui, il faut bien un jour ou l’autre effectuer des manipulations génétiques pour que l’on en comprenne un peu mieux le décodage par les cellules et leur fonctionnement intime.

    Cela doit se faire en laboratoire, de manière confinée selon les mêmes normes que celles qui entourent la culture et l’étude des maladies très dangereuses (ex : vacille du charbon) ou contre lesquelles nous ne nous vaccinons plus (ex : variole).

    Mais le problème majeur, c’est la dissémination et la propagation strictement irréversibles des gènes modifiés dans la nature.

     

    La question que je me pose, et que je vous pose aussi, est la suivante :

    Comment peut-on prendre un tel risque sans pouvoir en mesurer les conséquences ?

     



  • Aqua Aqua 6 avril 2007 15:10

    Je constate que vous pensez qu’il ne s’agirait que d’une « copie », équivalent artificiel de ce que la Nature sait déjà faire depuis des lustres. Dans ce cas, vous auriez entièrement raison.

    Mais ce n’est pas le cas.

    Une IA est un système auto-évolutif, qui tient compte de ses erreurs (prend en compte l’expérience) pour s’optimiser.

    L’avantage d’une IA que l’on construit, c’est sa capacité réellement illimitée de mémorisation et de corrélation. Le mot corrélation prend tout son sens en matière d’intelligence puisque la « déduction » est un mécanisque de croisement de données et d’extrapolation. Nous, êtres Humains, avons un pouvoir de mémorisation collective assez médiocre, qu’on le dégrade cycliquement au fur et à mesure que nous mourrons. Je parle des expériences vécues : On aura beau écrire nos vies dans des livres, nos enfants, en relisant nos livres, n’auront pas la part de « vécu ». De plus, la transcription d’émotions en mots puis des mots en émotions comporte une part énorme d’atténuation et de distortion. Combien de personnes, en lisant le même récit, ont eu une vision différente ?

    Une IA aurait l’avantage d’être transcendante.

    Vous pensez qu’un programme reflète obligatoirement le mode de pensée de son concepteur ? Sachez qu’il y a une différence de taille entre une structure de données et les données elles-mêmes. En matière d’IA, un tel « programme » ne possèderait par définition aucune donnée de démarrage. Il n’y a aucune « prédisposition » qui puisse être influée par l’implémentation. Ce serait une « coquille vide » qui se remplit petit-à-petit, croise ses données, crée un schéma prédictif (une modélisation) qui est remanié en permanence par les nouvelles données d’entrée ainsi que par les données acquises. L’impartialité est bel et bien là.

    Les erreur font effectivement partie du processus d’amélioration. C’est la base de l’apprentissage. Mais avec notre pouvoir de destruction augmentant de manière exponentielle, on ne pourra plus très longtemps laisser quelques malades mentaux diriger les lobbies militaro-industriels...

    Vivre dans une société ou l’on est certain de ne jamais se tromper est une utopie. Si vous parlez au niveau de chaque être, c’est une grossière erreur. Si vous parlez d’une gestion optimale d’une société, alors je crois comprendre que vous semblez avoir besoin de désordre pour avancer. On en revient à la partie animale de notre cerveau...

    Je suis d’accord que le désordre motive. Mais ce n’est pas le seul moteur. L’ignorance aussi motive : Un monde parfait orienterait ses activités vers la compréhension de l’Univers. Je ne parle pas de métaphysique ! Je parle des matières scientifiques bien réelles comme la Physique, la biologie, l’archéologie, l’astrophysique, l’astronomie, etc... On aura toujours quelquechose à découvrir.

    Le vrai moteur d’une société humaine est la compréhension. Et non le désordre puisqu’on cherche en permanence à l’erradiquer.

    Au plaisir







Palmarès



Agoravox.tv