• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Astrhale

Femme 53 ans,
assistante sociale, spécialisée insertion familles percevant l’allocation du RMI
mère de 2 enfants âgés de 14 et 16 ans scolarisés en lycée et en collège public
épouse d’enseignant
licenciée pour maladie invalidante depuis 2 ans

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Astrhale 2 septembre 2009 22:26

    Bonsoir
    Je vous remercie pour cet article très concis pour les néophites en informatique comme moi. Les personnes qui partagent leurs infos, leurs connaissances sont de plus en plus rares et lorsqu’on se rend sur certains forums, on sent l’immense solitude de chacun face à ce problème.
    J’ai deux ordinateurs HP, un portable dv9575em, et un PC bureau Pavilion 9265 fr équipés d’une carte Nvidia 8600M,Ils sont tombés en panne respectivement après 18 et 12 mois et qqs jours !! Il me semble que des PC à 1300 EUR peuvent fonctionner au moins pendant 5 ans sans problèmes. Ces pannes ont entraînées pertes de données, impossibilité de travailler, récupération des données par un professionnel, achat de disques durs externes.... Cela fait trois mois que je bataille pour être entendue : lettres recommandées, coups de téléphone, balladée de service en service sans qu’il y ait une véritable écoute. Ils sont tellement sûrs d’eux et forts de leur pouvoir qu’ils méprisent complétement le consommateur, jamais je n’ai rencontré pareille mauvaise foi ! 
    Le revendeur la FNAC et le fabricant HP, mariés apparemment pour le pire et le meilleur, refusent de m’entendre, disent qu’ils n’ont JAMAIS entendu parler d’un problème de carte graphique sur leurs produits et que si mes preuves ne se résument qu’à ce qu’on dit sur les forums « ce ne sont que balivernes » !
    Je vais donc être contrainte d’aller en justice, je le ferai, j’ai consulté un avocat, il m’a conseillé de ne pas trop attendre, le but de HP et de la FNAC étant de décourager les plaignants. J’espère être enfin entendue et ne plus jamais avoir à faire à ces personnes ! c’est un cauchemard ! Y a t-il des personnes qui ont entamé la procédure et sont passées en jugement ? J’aimerais savoir comment cela se passe ?
    En tout cas merci beaucoup pour cet article, j’y reviens régulièrement, histoire de me remobiliser.



  • astralou 16 juin 2008 19:54

    J’ai parcouru votre article, je ne suis pas tout à fait d’accord sur l’opinion que "les gens" ont de notre métier, oui moi aussi je suis assistante sociale.

    Mon entourage, voisinage, etc...ont toujours respecté ma profession, c’est un métier comme un autre métier. Au bout de 3 ans d’études on obtient un DEAS et hop au taf !

    Là on s’en prend plein la figure, on voulait changer les choses et on se retrouve coincée entre une hierarchie carrieriste et hyper administrative, asservie aux politiques du moment et des clients qui attendent tout : des sous, un logement, l’éducation de leurs enfants, un emploi, un médecin, un psy, un curé pour la confesse etc.... souvent nous sommes le dernier espoir, la porte si difficile à franchir pour certains...

    Alors on s’en prend plein la figure à longueur de temps et on devrait écouter les mauvaises langues qui pensent que nous ne faisons rien. NON ! N’interroge jamais ta conscience !

    Pour ce qui est de l’évaluation de ton travail, je ne sais pas où tu travailles mais nous dans notre service nous avions une obligation de résultats ! J’ai travaillé pendant 15ans dans un service de suivi des personnes bénéficiaires du RMI, il s’agissait de les accompagner vers la sortie du dispositif RMI, la prise en charge était tout à fait éducative, le public changeait c’est tout. ce sont des adultes, rien à voir avec des enfants où l’espoir est encore permis.

    Si aujourd’hui le RMI remplace l’allocation des ASSEDIC, il y a environ 5 ans ce n’était pas encore le cas, mais on sentait la tendance. Lorsque le RMI est apparu, il a permis la mise au grand jour d’une grande misère en France. Puis petit à petit insidieusement comme une maladie il est devenu une institution et les personnes bénéficiant de l’ allocation, sont devenus, des "RMIstes".

    J’ai travaillé dans des quartiers dits difficiles et ils le sont, j’avais un travail de titan, l’éventail des tâches était large, accompagner des hommes seuls, des familles avec des jeunes sans travail, des étrangers ne parlant pas un mot de français, chaque personnes avait son histoire et sa souffrance. J’ai fait des signalements pour des situations incroyables dont on ne parle pas dans les journaux, à la TV.

    Dans les films et autres séries c’est vraiment l’AS poussièreuse des années 50. Ne t’en fais pas.

    Comme le disait Bourdieu "il faut prendre les faits sociaux comme des choses", car pour travailler avec des êtres humains sans se laisser envahir il faut trouver la bonne distance. Ca semble si facile à dire, difficile de ne pas être bouleversée face à certaines situations. Alors réflexion, action, évaluation, réajustement, re action...etc... C’est du boulot, pas de l’humanitaire. Apprendre à pecher plutôt que de donner du poisson d’accord, mais s’il n’y a pas de poissons dans nos rivières ????Le poisson est en Chine ! Merci au grand modèle capitaliste. 

     Nous ne sommes pas Zorro, ni Freud, nous sommes des travaillleurs sociaux et faisons un travail que peu de personnes ont vraiment envie de faire.

     

    Bien.... au bout de dix huit ans de travail dans le social, je suis tombée malade, très malade et je me permets enfin de penser un peu à moi, à ma famille.

     Range la baguette magique et fais ce que tu peux.







Palmarès