• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

behat

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • behat 3 novembre 22:33

    @jc.barbour@laposte.net
    Cette discussion date d’une dizaine d’années... Mais elle est toujours d’actualité. Je vous conseille d’aller voir le blog de Yves Ballu : http://yvesballublog.canalblog.com/
    Ou de lire « Naufrage au Mont Blanc » consacré à cette histoire. Vous verrez en particulier que l’équipement de Vincendon et Henry n’était pas couteux : ils l’ont en partie fabriqué eux-mêmes et se sont fait prêter du matériel.



  • behat 23 avril 2008 19:30

     

    Je relève dans les avis et commentaires de nombreuses erreurs. Exemples :

    - "Tout ce qui est raconté depuis le 24 décembre ne peut venir que de Bonatti et Ghéser. Personne en dehors d’eux ne peut savoir ce qui s’est passé."  FAUX. Honoré Bonnet a parlé avec Francois Henry et Jean Vincendon. Cette conversation est relatée dans "Naufrage au Mont Blanc" . Est également citée dans ce livre référence une lettre bouleversante du père de François Henry qui a été voir l’adjudant Blanc à l’hôpital après le sauvetage. Lors de cette visite, Blanc qui est resté allongé à côté de François Henry après être tombé dans une crevasse et avoir été ramené dans la carcasse de l’hélico lui a parlé, et il a raconté cette conversation dramatique. Voici donc deux sources d’information incontestables sur ce que Vincendon et Henry ont pu dire avant de mourir.

    - Mais que s’est il donc passé, pour que le 26 Décembre, d’aprés le récit officiel, alors que les quatre alpinistes se suivaient, Jean et François à quelques mètres du sommet du Mont Blanc aient pu piquer droit vers la vallée, par un passage dangereux ? Ce qui s’est passé a été raconté par Bonatti et par Silvano Gheser. Leur témoignage est retranscrit dans "Naufrage au Mont Blanc". Il y a eu une séparation houleuse, Bonatti refusant vivement la proposition de Vincendon qui souhaitait faire une pause pour s’alimenter (probablement également pour souffler, car il était déjà très éprouvé). La suite n’étant plus que de la marche, Bonatti s’est mis en route avec son compagnon lui aussi très éprouvé (il subira plusieurs amputations des phalanges des mains) qu’il voulait mettre à l’abri au plus vite.

     

    - mais qui pourraient accepter leur exploit puisqu’ils avaient été jugés incapables d’un exploit impossible avant le départ, exploit non encore tenté à ce moment ? FAUX. L’ascension hivernale de la Brenva avait été réalisée l’hiver précédent par la cordée Couzy Vialatte, et la semaine précédente par la cordée Dufourmantelle Caseneuve. L’ascension de Bonatti Gheser et Vincendon Henry n’était en fait que la troisième. Ce qui n’enlève rien à la réalité de l’exploit.

     

    Tout cela est raconté en détails dans "Naufrage au Mont Blanc", qui est certainement le livre référence sur le sujet. Le seul dont l’auteur a pris la peine de rencontrer tous les protagonistes de l’affaire (une cinquantaine), ce qui n’est évidemment pas le cas ni de Lionel Terray qui l’évoque très brièvement, ni de Denis Ducroz dont le film n’a pas cette prétention, ni de Blaise Agresti qui n’a recueilli que le témoignage d’Honoré Bonnet (très émouvant), ni évidemment des nombreux journalistes (Paris Match et autres) qui ont survolé le sujet.

     

    Conclusion : lisez ou relisez « Naufrage au Mont Blanc » !







Palmarès