• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

cassios

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 55 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • cassios 13 avril 2016 11:18

    Et bien, une réponse sur la réalité du terrain et dans un cas pratique.


    Ma femme est médecin spécialiste en gynécologie et moi je travaille dans l’informatique.Il faut savoir que quand nous nous sommes mariés, elle avait encore 4 ans d’études à faire.

    Donc il faut prendre note que quand un médecin a fini ses études, il est souvent en couple (vous verrez pourquoi c’est important après).

    Une fois ses études finies, elle cherche un poste en hôpital et, voyant qu’il n’y en avait pas dans la ville où elle faisait ses études, elle commence à chercher dans les villes plus éloignées, souvent dans la catégorie désert médical mais avec un petit hôpital, notamment ceux ayant besoin de gynécologues.

    Elle trouve facilement mais un problème se pose, pas de travail pour moi....
    Elle commence une négociation avec l’hôpital pour me trouver quelque chose car dans ces petites villes, il n’y avait vraiment pas de boulot pour moi.

    Vu que j’ai quelques compétences en plus de l’informatique, cela peut intéresser la mairie ou le conseil général car il y a un poste pour lequel j’aurais un bon profil.

    L’affaire ne se fera pas car le conseil général a préféré filer le job à quelqu’un n’ayant pas le bon profil mais issu d’une famille de la région (pêche aux voix...).

    Résultat, pour ne pas transformer son mari en chômeur, nous sommes restés dans un région où il y avait du travail pour le conjoint (moi), au passage, il y a des écoles, des services postaux, des facultés pour nos enfants, etc....

    Mais du coup, la seule solution a été de prendre un poste pour elle dans une clinique alors qu’à la base, elle est partisane du service public.

    Mais le fait est que les élus locaux ont un double discours disant qu’ils font le maximum pour faire venir des médecins dans les déserts médicaux alors que dans la pratique, toute leur énergie est utilisée pour récolter des voix pour les prochaines élections et uniquement cela.

    Nous n’aurons jamais de solutions pour la plupart des déserts médicaux car les élus devront mettre leurs « pouvoirs » au service de la population au lieu de leur propre carrière.... et ils ne le feront jamais.

    Et vu que cela chauffe pour les médecins en France, la jeune cousine de ma femme qui fait médecine a déjà prévu son plan de carrière, à savoir l’étranger.

    Quand à ceux qui croient que des médecins étrangers viendront en France, ils rêvent car, pour info, les médecins français ont le prix de consultation le plus bas de toute l’Europe !!

    Faite le calcul pour des médecins étrangers, le salaire le plus bas de toute l’Europe, les impôts les plus hauts et un des coûts de la vie les plus élevés aussi (25€ la consultation pour un généraliste en France alors que la moyenne européenne est de 46 €, moyenne qui est tirée vers le bas par le prix de la consultation en France....).

    Le résultat final sera que le trou de la sécu commencera à être maîtrisé par une impossibilité des gens de plus en plus grande de se faire soigner.

    Pas de médecin = Pas soins médicaux à rembourser, CQFD

    Vous voyez que nos politiques vont finir par maîtriser les dépenses de santé !!! Je vous rassure, eux ils se feront toujours soigner au Val de Grace....


  • cassios 7 mars 2016 15:09

    @Henry Canant
    Malheureux, fais attention à ce que tu dis !!

    Tu vas être accusé de racisme aggravé, voire de xénophobie en stade avancé....

    Et dans ce genre de pathologies, c’est au poste et pas à l’hôpital que tu seras « soigné ».

    P.S : Les frais seront à ta charge.


  • cassios 14 août 2015 13:37

    Pour une fois, je vais me fendre d’une petite réponse.Plusieurs raisons expliquent pourquoi les jeunes médecins fuient les villes de petite taille ou villages.


    La première, c’est que quand un étudiant a fini ses études de médecine, il a un age avancé et il est souvent en couple.Donc pour que le couple aille dans un petit village ou une petite ville, il faut que les deux aient du boulot.
    Ma femme(gynéco obs) et moi voulions aller dans une petite ville ou un village mais nous n’avons jamais été en mesure de trouver du boulot pour moi.

    La 2ème raison, ce sont les enfants. De plus en plus d’écoles sont fermées et donc un médecin qui s’installe cherche un endroit où il y aura pour ses enfants une crèche, une école primaire, lycée, etc....
    L’état, en laissant les postes partir, les écoles se fermer ainsi que les centres des impôts ou autres a considérablement réduit l’attractivité de quantité de belles villes et villages

    La 3ème raison, c’est aussi que les jeunes médecins veulent de moins en moins avoir des cabinets car la charge administrative et les procédures sont de plus en plus étouffantes.
    En gros, trop de paperasse ou de règles à la noix.

    La 4ème raison concerne les spécialités, les généralistes étant les parents pauvres au point de vue revenus, les étudiants se dirigent vers des spécialisations plus lucratives.
    Mais du coup, il faut être plus proche d’un grand nombre de patients et privilégier les grands centres urbains.

    La 5ème raison, c’est que les jeunes médecins ont vu la société se diriger vers les 35H, les RTT, les congés payés et en veulent aussi, chose impossible si tu as un cabinet.
    Pour info, la plupart des cabinets dont le médecin part à la retraite ne trouvent pas de remplaçant même donné gratuitement.

    La 6ème raison, c’est que l’ancien modèle du cabinet de médecin, c’est un médecin qui bosse à plein temps et qui a une femme qui gère les enfants et la maison.Cette époque est révolue, surtout depuis la plupart des nouveaux médecins sont des femmes et veulent s’occuper de leurs enfants (80% de femmes dans les amphis de médecine).
    Donc c’est incompatible avec l’ancien modèle de médecin disponible à toute heure dans toute la région.Ces anciens n’avaient pas qu’une vocation, c’était des hommes dont la dame s’occupe de tout ce qui ne concernait pas la médecine.


  • cassios 16 mars 2015 13:25

    @lsga
    Que les médecins passent moins de temps à faire de l’administratif n’est pas forcément une mauvaise chose.


    Par contre, sera t-il normal qu’en prenant une mutuelle, celle-ci prennent en charge intégralement notre santé, c’est à dire nous dise quel médecin on doit prendre, etc ???
    Il y a risque de conflit d’intérêt.


  • cassios 16 mars 2015 12:58

    Allez, vu que je connais bien le sujet que vous abordez, je vais vous montrer un autre son de cloche de l’intérieur.

    Les médecins libéraux sont très satisfaits du tiers payant actuel, c’est à dire celui où la sécu les paye plus tard. Ensuite, s’il y a des dépassements d’honoraires, le patient avance et est remboursé (plus ou moins suivant sa mutuelle).
    Dans le nouveau système, le patient ne paierait plus rien, donc n’avancerait plus la part des dépassements d’honoraires. Sauf que....
    Quand on prend une mutuelle, on a une carte annuelle mais on peut très bien cesser de payer sa mutuelle au bout de 2 mois.
    Donc le médecin serait obligé, soit d’appeler chaque mutuelle de chaque patient avant la consultation pour vérifier qu’il sera payé, soit de faire la consultation et d’espérer que la mutuelle paiera derrière.
    Il y a actuellement 400 mutuelles et assurances et avec chacune avec leurs différents contrats, je vous laisser imaginer l’enfer pour être sûr d’être payé.

    Donc en gros, on demande aux médecins de remplacer un système où il est intégralement payé par un système où un partie risque de ne pas lui être payé sauf s’il consacre énormément de temps à la vérification....
    Demandez donc aux pharmaciens combien représentent les impayés ? Facile, ça fait environ 10% de la part mutuelle qui est perdue pour eux. Les pharmacies ont donc développé la parapharmacie pour compenser le manque à gagner. Sauf que les médecins n’ont pas de rayon parapharmacie pour compenser.

    Du coup, comme toute relation financière sera interdite entre le patient et le médecin, les payeurs seront donc la sécu et les mutuelles et finiront par dicter leur conduite aux médecins (la main qui donne est au dessus de la main qui tend).

    Aucun bénéfice pour le patient dans tous les cas dans un premier temps. A terme, quand les mutuelles auront main sur les médecins, elles pourront leur dire de soigner pour moins cher.

    Les médecins libéraux ne sont pas innocents mais c’est une fois de plus une réforme vicieuse...
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès