• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

chriyo

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • chriyo 24 octobre 2007 19:38

    Je compatis avec vous, parceque je sais ce que c’est. Par contre, je dois avouer que lorsque ça m’est arrivé, deux de mes amis sont venus me chercher. Ceci dit, c’est un machin pour « fils de riche », et je n’ai éprouvé aucun plaisir ; au point que je suis parti après avoir fini mon verre.

    Quand bien même vous avez du ressentiment, je crois que vous devez en garder une partie pour vos pseudo-amis qui vous ont laissé dehors. Quand c’est arrivé à un des notres lors d’un voyage à Madrid, la solidarité a pris le dessus, et on a tous quitté la discothèque.

    Il faut savoir passer outre ces mauvaises expériences. Perso, si je ne suis pas le bienvenu, il est hors de question que mon argent le soit. Donc, je ne vais que dans les endroits accueillants. Je ne vois pas l’intérêt de me faire la queue, et attendre comme un mouton pour y dépenser une fortune. Combien coûte un verre ? Une bouteille ?

    Aucun intérêt. On s’y fait des relations superficielles, et des amitiés de façade... N’est-ce pas ?



  • chriyo 24 octobre 2007 18:54

    Je crains que la Suisse soit effectivement xénophobe, et cela date d’un bon moment ; bien avant l’élection de Blocher. Il a juste durci des lois existantes....

    C’est un pays qui fait la différences entre ses étrangers sur des critères d’ethnie, et d’origine. Je suis personnellement touché par ces critères, bien suffisamment pour en parler en connaissance de cause. Ceux qui sont des rentiers, ou des nantis sont les bienvenus pour y dépenser leur argent, peu importe leur origine ou provenance. Ensuite, les européens ont la faculté de venir librement en Suisse s’y établir, et peuvent y travailler sans restriction.

    Les choses par contre sont très compliquées lorsque, comme moi, on est extra-communautaire : l’attribution d’un permis de travail n’est pas faite uniquement sur la base d’un contrat de travail. il faut que l’employeur prouve qu’il n’a pas réussi à trouver un salarié indigène, puis qu’il n’a pas pu trouver un européen.

    La preuve, il vous suffit de lire le document se trouvant à cette adresse : http://www.admin.ch/ch/f/rs/c823_21.html

    il s’agit de la loi qui limite le nombre des étrangers dans ce beau pays si accueillant. Prenez le temps de lire ce document au format PDF, ça en vaut la peine.

    C’est ainsi que je me vois refuser depuis plus d’un an le droit de travailler. Mon seul tort est de « ne pas appartenir au Bassin traditionnel de recrutement, à savoir les pays de l’UE ou de l’AELE ». Quand on fait une différence entre des étrangers en fonction de leur origine ou de leur appartenance ethnique, je veux bien qu’on me dise comment cela s’appelle !

    Pour moi, les élections du week-end passé ne sont que la confirmation de mes observations de plus d’une année d’attente.

    Tous les helvètes ne sont certes pas xénophobes, mais il faut reconnaitre que l’expression d’une majorité lors de ce vote signifie qu’une majorité n’aime pas les étrangers. Dans la pratique, les suisses vivent entre eux. Même si je suis un bon vivant, je dois avouer avoir très peu d’amis suisses. Ceci est le fruit de mon expérience de vie personnelle en Suisse, en attendant mon départ dans les semaines à venir. Devant la dureté des lois, il aurait fallu que je triche pour rester, et je ne peux pas m’y faire. Après, j’ai du mal à condamner ceux qui seront délinquants, parce que je pense qu’on nous pousse à la faute. La vie est chère, et il faut pouvoir payer ses factures à la fin du mois.

    Mon employeur potentiel m’a déclaré qu’il était désolé de ce qui m’arrivait, et a rajouté : « en Suisse, on critique Le Pen, mais dans la réalité on applique sa politique de préférence nationale... ».

    ça résume tout !







Palmarès