• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Deuxa

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 11 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Deuxa 22 novembre 2007 09:45

    je cite :

    « La balle est dans le camp des entreprises, qui doivent de nouveau accepter la prise de risque, leur part de formation »sur le tas", et leur rôle de mobilité sociale dans une société qui se veut plus méritocratique.

    Les entreprises sont faites d’hommes, qui favorisent le népotisme, la cooptation ou privilégient les filières les plus sélectives (quoique la sélection se fasse surtout au regard de la taille du portefeuille en école de commerce, pour une formation très proche des IAE ou des écoles moins cotées). C’est donc une question sociale qui se traduit économiquement."

    C’est vraiment du gros n’importe quoi... Quand on ne sait pas de quoi on parle, on ne prend pas ce ton de doctorant ! Vous êtes le prototype de ce que produit actuellement l’éducation nationale : un « je-sais-tout » qui donne des leçons à tout le monde. Oser dire que les entreprises doivent « à nouveau accepter la prise de risque » ferait rire si ce n’était pas consternant. Montez votre entreprise, avec vos sous, et nous en reparlerons !!!

    Pas étonnant que les entreprises ne veuillent pas de vous, et elles ne sont pas prêtes de changer d’avis, croyez moi.



  • Deuxa 21 novembre 2007 11:24

    @lionprince : « Considérer la garantie de l’emploi comme un privilège est une insulte à tous les français. »

    Désolé, je suis français, et ce que je considère comme une insulte, ce sont tous ces « droits » qu’on nous assène : droit au travail, au logement, aux diplômes... Personne n’a de droit sans avoir des devoirs. Les étudiants devraient comprendre pourquoi les entreprises françaises ne veulent plus les embaucher, et réagir autrement qu’en refusant qu’elles jouent un rôle - même mineur - dans le financement des universités. Quant à « garantir » un emploi à vie à qui que ce soit, c’est une hérésie intellectuelle totale pour qui connait un tant soit peu ce qu’est une entreprise... Si votre volonté c’est de vivre dans une administration géante, il faut émigrer en Corée du Nord : il n’y a guère plus que dans ce pays que cette conception a encore un peu de crédit (mais j’ai peur que vous soyez déçu par la notion de « droit » qui y est appliquée).



  • Deuxa 21 novembre 2007 11:17

    « Soyons clairs, si les cheminots et autres fonctionnaires étaient si »privilégiés« , pourquoi ne sont-ils pas dans les top revenu français ? »

    Comme vous dites, « soyons clairs » : c’est on ne peut plus SIMPLE ! ils sont privilégiés par rapport aux salariés du privé, qui ont des emplois similaires, et gagnent moins, en travaillant plus et plus longtemps pour une retraite moindre.

    On se demande comment vous pouvez poser pareille question ?

    Qu’il y ait des gens qui gagnent plus n’a RIEN A VOIR. Un médecin ou un ingénieur gagnent plus qu’un cheminot, et moins qu’un PDG. Ok, on est tous d’accord, et cela n’empêche en AUCUN CAS les cheminots SNCF ou les salariés RATP d’être EFFECTIVEMENT des privilégiés !



  • Deuxa 20 novembre 2007 15:38

    Nous avons besoin de syndicats en France, mais nous n’en avons pas réellement. Avec moins de 10% de syndiqués - la plupart étant des fonctionnaires au statut mieux protégé que les salariés du privé, qui sont de ce fait dans une situation dramatique. Leurs « syndicats » défendent des droits dont ils ne profitent pas. CGT, FO, SUD, toutes ces « associations » de salariés ne font, depuis des années, que dire non à toute tentative de réforme, et n’en ont proposé aucune. Je fais une exception pour la CFDT, qui a eu depuis que l’excellente N.Notat en a entamé la mutation, le courage de donner son accord pour plusieurs réformes. On ne voit pas bien comment cela pourrait se terminer autrement que mal, alors justement que des réformes profondes sont indispensables en France.



  • Deuxa 20 novembre 2007 15:31

    Où avez-vous lu que c’est à la gloire du chef ? dire que Sarko est obligé de tenir sa ligne s’il ne veut pas que son quinquennat s’arrête le lendemain me parait un constat neutre - et partagé d’ailleurs par les militants qui s’opposent à lui ! Mais vous avez sans doute raison de ne pas perdre votre temps ici : j’ai cru comprendre qu’AgoraVox était un média ouvert et tolérant => il ne vous est manifestement pas destiné...







Palmarès