• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Elsasser

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 7 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Elsasser 8 août 2007 16:54

    « Elsasser est de bonne foi et aime l’Alsace tout comme moi. Ce qu’il considère de ma part comme de l’anti-germanisme n’est rien d’autre qu’une mise au point linguistique : que l’alsacien soit un dialecte issu de l’allemand, oui. Que l’allemand soit la forme écrite de l’alsacien, non. »

    Tout d’abord, je ne vous considère pas comme un anti-germaniste, je n’ai pas dit ça.

    Par contre, c’est l’allemand (standard - écrit) qui est (partiellement) issu de l’alsacien, non l’inverse. Je crois que le cercle René Schickelé édite tout un tas de brochures sur les liens entre l’alsacien et l’allemand. Voir également l’avis d’éminents spécialiste sur http://www.olcalsace.org/cgi/index.php?wpage=definition



  • Elsasser 8 août 2007 16:09

    « Si mes exemples concernant le double affichge français/alsacien ne vous paraissent pas bons, j’attends vos arguments prouvant que »l’allemand EST la langue de l’Alsace« . »

    Il suffit de regarder la majorité des noms de lieux, de jeter un oeil à toute la littérature produite en Alsace avant les annexions française. Tout ça, c’est en allemand. Que faut-il de plus ? Sur quoi n’êtes vous pas d’accord précisement ?



  • Elsasser 8 août 2007 15:57

    « Je crois que surtout que garat réagissait au fait que vous affirmiez que »l’allemand EST la langue de l’Alsace« . »

    C’est dit de façon brute, mais il en est pourtant ainsi. C’est la seule langue que connaissaient ses habitants jusqu’il y a encore peu.

    « Et il a eu raison de le faire, puisque vous êtes dans l’erreur en affirmant cela. »

    Ah bon ? En quoi ?

    « Pour quelqu’un qui suggère aux autres d’ouvrir des livres de linguistique je vous trouve un peu léger. Je vous renvoie à mon post précédent concernant votre affirmation hasardeuse. Je suis parfaitement dialectophone, ça ne fait pas pour autant de moi un bilingue français/allemand. »

    Ben sûr que si. Sauf que vous confondez « allemand » et « allemand standardisé ».

    « Tout au plus j’arrive sans problème à me dépatouiller, comprendre et me faire comprendre en Allemagne. »

    Faites-vous référence à des problèmes de compréhension dus à l’accent ? Si oui, cela est tout à fait normal. J’imagine qu’entre un Thuringeois et un Souabe parlant chacun l’allemand à sa façon, l’intercompréhension n’est pas non plus aisée. Il ne vous viendrez d’ailleurs sûrement pas à l’idée de nier que les Québécois parlent français car ils n’ont pas le même accent que nous ou que certains termes de leur vocabulaire sont différents, rendant par ailleurs également l’intercompréhension parfois un peu délicate.

    « De là à lire du Goethe dans sa langue maternelle...il y a un monde ! Si l’allemand était la langue de l’Alsace, je serais donc forcément plus doué en allemand qu’en anglais, or c’est tout l’inverse. »

    Tout simplement dû au fait que la langue est en train de mourir, car coupée de sa source, et justement de sa forme écrite.

    « Pour finir, puisque vous semblez aimer la linguistique, je vous rappelle que le français, l’italien, l’espagnol, le portugais et le roumain sont issus de dialectes latins. Viendrait-il à l’idée d’un ressortissant de l’un de ces pays de dire »le latin EST la langue de mon pays«  ? »

    Oui, d’une certaine façon. Un latin vernaculaire très abâtardi, mais ça ne me choque pas outre mesure.

    « Lorsque vous vous appuyez sur l’exemple de Sebastien Brant pour affirmer votre idée que »l’allemand EST la langue de l’Alsace« c’est un peu comme si vous appuyiez sur Cicéron pour dire que »le latin EST la langue de la France« . Absurde »

    Désolé mais je ne vois absolument pas le rapport.



  • Elsasser 8 août 2007 15:35

    « Est ce qu’une langue pratiquée par une minoritée de la population représente réellement l’identité culturelle de celle-ci ? La question est posée. Mais personnelement, sans nier ses origines allemandes, ni le rôle qu’elle a pu jouer, vouloir s’y accrocher me semble plutôt passéiste. »

    Bien, alors abandonnons le français pour ne parler qu’anglais, ou chinois. Là on se plongera dans l’avenir.

    Sinon vous parlez des origines ... Mais lesquelles ? Vous remontez jusqu’en 1648 (qui est enseignée à l’école, quoi que vous puissiez en penser) et au Saint empire mais c’était plus une fédération qu’une nation. Et pourquoi ne pas remonter avant ? A charlemagne par exemple ? Ou même aux romains qui parlait le latin (qui déboucha sur les langues romanes et non les langues germaniques) ?

    Pour autant que j’en sache, la présence romaine en Alsace a été très limitée, et la population n’a pas adopté cette langue à l’époque.

    Il est par contre intéressant de constater que les Francs étaient un peuple germaniques, et que c’est par leur « bonne volonté » de ne pas imposer leur langue que les Français ne parlent pas allemand aujourd’hui.

    Elsass frei ... mais en France ;)

    Dans une France qui accepte la diversité de sa population, pourquoi pas. Mais celle que l’on a actuellement, ça donne à réfléchir...



  • Elsasser 8 août 2007 14:14

    « Merci de remettre les choses au clair garat. La langue officielle de l’Alsace est bien le français. »

    Je ne parle pas ici de langue officielle, mais de langue du peuple, de celle qui représente son identité et sa culture.

    « Ensuite, l’allemand standard n’est certainement pas la forme écrite du dialecte alsacien. L’alsacien s’écrit tout simplement...en alsacien. Pour preuve, par exemple, le double affichage des rues à Strasbourg, ou les doubles dénominations de certaines stations de tram se fait bien en français/alsacien, et non en français/allemand => altwinmärik/vieux marché aux vins, langstross/grand’rue, etc. »

    Vous avez un problème de logique : un exemple n’a jamais été la preuve d’une théorie. Si l’affichage se fait en version alsacienne, c’est plus pour permettre aux gens de saisir la prononciation initiale des noms de lieux qu’autre chose. En allemand standard, ça serait plus délicat.

    « Du fait de son statut de dialecte, de la disparité dans sa pratique (très nette entre le haut-rhin et le bas-rhin, mais vraie aussi d’une commune ou d’un canton à l’autre), l’alsacien n’est tout simplement pas normalisé et s’écrit généralement de manière phonétique (c’est à dire on écrit comme on prononce). Il n’y a donc pas une seule manière d’écrire l’alsacien, mais autant de manières qu’il y a de variantes régionales et aucune n’est plus légitime qu’une autre. »

    Les suisses ont aussi leur dialecte allemand, très proche de l’alsacien haut-rhinois au demeurant. Et ils écrivent bien en allemand standard. En Alsace, la propagande française est passée par là, et il est de bon ton de nier les liens entre l’alsacien et l’allemand. Je crois d’ailleurs avoir avoir lu récemment que 95% des Alsaciens n’avaient aucune idée de l’histoire et des origines de leur langue et culture. Tout à fait ce que l’on retrouve ici.

    Petite appartée pour l’auteur : il y a encore peu, je partageais assez vos idées, et je votais même MPF. Jusqu’à ce que je décide de m’intéresser à l’histoire de ma famille et ma région. Là j’ai pris conscience du nombre de faits historiques soigneusement cachés à l’école (annexion de 1648, annexion de Strasbourg en 1681, annexion de Mulhouse en 1798,...etc.), de l’identité réelle de l’Alsace, et du danger que fait plâner sur celle-ci et sur celle d’autres régions l’État français et sa vision ultra centralisée de la gouvernance. Ça a radicalement changé mon point de vue...







Palmarès