• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Francis Pisani

Francis Pisani

On m’accuse d’aimer les gadgets. Les réseaux me fascinent. Personne n’est parfait.
Journaliste indépendant (ou free-lance) au point d’en faire presque une philosophie, j’aime les blogs qui permettent d’échapper aux formalismes sans perdre la rigueur qui justifie notre profession.
Installé depuis 1996 près de San Francisco et de la Silicon Valley, j’écris régulièrement sur tout ce qui touche aux technologies de l’information et de la communication telles qu’on les comprend et les perçoit en Californie.
Avant cela j’ai longtemps vécu comme correspondant au Mexique d’où je couvrais aussi l’Amérique Centrale et les Caraibes.
Mon intérêt pour la technologie et mon expérience de journaliste politique m’ont conduit à me pencher de très près sur tout ce qui concerne les réseaux qu’ils soient sociaux ou informatiques, culturels ou scientifiques.
Ceux qui voudraient vraiment en savoir plus peuvent visiter mon site ou consulter mon CV.

Tableau de bord

  • Premier article le 08/07/2005
  • Modérateur depuis le 09/08/2005
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 111 4 569
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Francis Pisani Francis Pisani 3 septembre 2008 05:43

    L’essentiel, me senble-t-il c’est que c’est le premire navigateur entièrement conçu depuis le début pour gérer des applications. C’est selon Nicholas Carr le maillon faible de l’informatique dans les nuages et la raison pour laquelle Google avait besoin de le renforcer sans pouvoir compter sur personne comme je l’explique dans une MaJ à mon billet sur Transnets.net.
    C’est sur cette base sans doute que nous pouvons discutter pour savoir si oui ou non et jusqu’à quel point cela peut servir à Google dans sa lutte contre la domination de Microsoft dans le domaine des systèmes d’exploitation.



  • Francis Pisani Francis Pisani 1er avril 2008 21:15

    IL ne s’agit nullement d’un poisson d’avril mais d’une tendance inéluctable.

    Le pouvoir centralisé peut être maintenant contré avec plus d’efficacité par les citoyens connectés en réseaux.

    Les détenteurs du pouvoir peuvent abuser, les outils dont nous disposons aujourd’hui peuvent également se prêter à des pratiques criticables, voir dangereuses.

    C’est pour cela que je parle de plus en plus d’alchimie des multitudes. Nous produisons de l’or et du plomb... à nous de faire le tri.

    Mais sur le fond, la distribution du pouvoir, comme celle du savoir, me semble plutôt une bonne chose... à condition de faire très attention aux conditions de l’exercice et d’être conscient des dangers encourus.



  • Francis Pisani 19 juin 2007 17:20

    Désolé d’être aussi peu clair. Et merci à jpv pour ses explications. La difficulté s’explique en partie par le fait qu’il s’agit du cinquième billet d’une série sur le sujet. Tu trouveras la série complète sur Transnets.net ou pisani.blog.lemonde.fr Et si c’est toujours pas assez clair... n’hésite pas à poser des questions. J’essaierai de répondre. Le nouveau Facebook est une des propositions les plus ambitieuses (et les plus importantes à comprendre) du moment. Elle compte sur deux atouts fondamentaux : c’est une plateforme (comme Windows, Linux ou OS X en sont), c’est à dire un espace sur lequel les programmeurs viennent créer des applications. Les plateformes sont toujours plus puissantes que les applications. D’autre part Facebook réunit des groupes de gens et garde la carte (le graphe) de leurs relations. Elle nous aide à trouver des informations en se basant sur les réseaux de confiance. C’est ce qui manque le plus à l’internet et donc ce qui a le plus de valeur. Plateforme plus confiance, ça peut devenir extraordinairement puissant. J’espère que ça va mieux comme ça...



  • Francis Pisani Francis Pisani 22 mai 2007 19:38

    Qui veut encore un espace unique où on ne trouverait qu’une solution : payante, avec pub, alternative (qui ne le serait alors plus), etc ? L’intéressant c’est de pouvoir choisir entre différentes formules et que chacune ait une chance de créer son île comme on dirait sur Second Life. Un des grands mérites du net est qu’il a le potentiel de bouleverser les pouvoirs établis. On le voit avec les blogs qui rivalisent parfois avec les médias en place. On le voit avec Joost qui a été fondé par deux suédois (pas des américains). Ils ont commencé avec Kazaa, puis Skype et maintenant qu’ils ont les moyens, Joost. En fait on constate une tension entre les puissants qui cherchent à tourner la diversité grâce à une concentration accrue et ce qui vient de la base. C’est une des luttes essentielles d’aujourd’hui. Pour autant que je puisse en juger. Il faut toujours une invitation pour s’inscrire. Je peux en envoyer à ceux qui m’enverront un courriel. La solution la plus facile est d’aller sur ce site où ils pourront s’inscrire directement : https://joost.com/presents/gigaom-newteevee/







Palmarès