• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Freddi

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 7 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Freddi 26 juillet 2010 16:48

    Article décevant bien en deçà de la production habituelle de son auteur (cf son blog très intéressant).

    Un article un peu similaire est paru récemment dans le blog de Paul Jorion http://www.pauljorion.com/blog/?p=14018 et j’invite les lecteurs à lire le débat qu’il a suscité dans les commentaires.

    Le reproche principal que je fais à cet article est le manque de connaissance ( merci à J. Grau) de l’auteur des écrits & actions des objecteurs de croissance (Latouche, Ellul, Partant, Ariès, Georgescu-roegen, Rabhi, Gandhi, etc...) qui l’amène à faire une critique presque caricaturale qui se veut totalement croyant dans le génie humain à trouver toutes les solutions au problèmes actuels.

    L’homme est certes génial mais le temps presse et les contraintes des lois physiques sont bien plus grandes que l’infinitude de notre esprit.

    En d’autres termes, je peux imaginer aller plus vite que la lumière, mais d’après les lois de la physique cela ne semble pas demain la veille.

    Alors, un tien vallant mieux que deux tu l’auras, il ne me semble pas stupide de prendre le temps de réfléchir un peu sur cette vénérée croissance économique avant que les lois exponentielles nous ramènent dare dare au probable éffondrement de notre civilisation vers le moyen âge. 

    Compte tenu du respect que j’ai de l’auteur, j’espérais une démonstration qui aurait pû me convaincre.

    J’en suis une fois de plus resté sur ma faim.

     



  • Freddi 30 décembre 2009 14:43

    Goðann daginn,

    Plutôt d’accord avec cet article avec toutefois une nuance : il n’est pas du tout certain que les islandais soient prêts à sacrifier leurs quotas de pêches (ou leurs zones de pêches de 200 miles marins) à l’appêtit du UE.

    Blessöð



  • Freddi 7 septembre 2009 17:05

    Article nullissime qui manie l’amalgame du début à la fin.

    Votre analyse montre à quel point vous ne connaissez pas les mouvements écologistes qu’ils soient politiques ou associatifs.

    Vous confondez les pseudo écolos opportunistes et ceux qui mènent un combat depuis les années 60 dont la pertinence se réalise tous les jours un peu plus.

    Si j’avais du temps à perdre, je vous donnerais une liste de livres à écrit par des auteurs sérieux (scientifiques, ethnologues, psychologues, démographes, etc,etc..).

    Mais parfois, il faut savoir s’avouer vaincu devant la stupidité ou le fond de commerce qui semble être la ou le votre.

    Une dernière chose très importante : Vous semblez redouter les écologistes fachos.

    Je suis persuadé que si les personnes de votre faible claivoyance continuent à s’amuser à faire l’autruche ou à dénigrer tous ceux qui veulent éviter le gouffre, vous serez in fine complices de l’arrivée d’écolos fachos qui n’auront plus d’autres choix que d’installer des régimes autoritaires.

    C’est bien connu quand la prévention n’a pas marché (vrai écologistes), il faut passer au traitement de « chien » (« écolos fachos »).

    Vous ne viendrez pas vous plaindre, n’est ce pas ?

     



  • Freddi 2 septembre 2009 13:48

    Article fastoche que l’on peut difficilement contrecarrer puisqu’il part du principe que le GIEC est un organisme unicellulaire à la solde de je ne sais quel pouvoir occulte qui cherche à mentir à l’humanité pour des raisons très certainement dégueulasses.

    Bref, dès qu’on argumentera rationnellement, l’auteur trouvera toujours un contre argument complotiste.

    Pour ma part, constatant que les personnes que je connais qui collaborent avec le GIEC sont honnêtes, saines d’esprits, vraiment intègres et qui plus est très conscientes de la variabilité des paramètres étudiés et modélisés, je vous trouve malhonnète (ou parano)de laisser croire que ces hommes & femmes sont soit des crétins soit des manipulateurs.

    Vous remarquerez par ailleurs que dans les conclusions et recommandations du GIEC, un nombre important de précautions sont prises sur les niveaux du réchauffement à venir en fonction justement de l’importance que l’on donne à tel ou tel paramètre.

    Et ne venez pas nous faire croire que l’importance de l’activité du soleil ou du cycle de l’eau soient oubliés dans ces modélisations.

    Je le répète , les incertitudes existent et font justement parties des difficultés de la modélisation climatique mais j’ai beaucoup plus confiance dans les conclusions et les prévisions convergeantes (bien qu’incertaines) de ces scientifiques que de votre argumentation pseudo intellectuelle.

    Quant à la taxe carbone, je suis assez d’accord sur l’inconvenance de cette fumisterie fiscale qui ne traite pas le problème à la source.

    Pour conclure, vous feriez mieux de prendre beaucoup plus de précautions dans vos écrits au lieu d’asséner vos contre vérités.

    C’est votre boulot, pas le mien puisque je n’ai pas la prétention de me prendre pour un rédacteur d’Agoravox.

     



  • Freddi 28 juillet 2009 11:47

    Article intéressant dont le titre me paraît totalement inadapté.

    En effet, le mythe purificateur n’est absolument pas la tasse de thé des « décroissants » puisque ceux-ci proposent justement une alternative à la folie consumériste actuelle par une organisation sociale collective & individuelle permettant justement d’éviter l’effondrement des sociétés humaines & de la biosphère.

    Concernant la technique, je suis totalement d’accord avec l’analyse de Walden relative à la croyance aveugle en une technique capable de tout réparer ou corriger.

    On aborde ici le thème philosophique de l’écart entre l’infinitude de l’imagination humaine et la finitude de la création technique compte tenu des limites fixées par les lois de la physique.

    Ainsi, on peut toujours imaginer un vaisseau se déplaçant plus vite que la vitesse de la lumière alors même que celle ci est une limite physique.

    La raison reste donc dans notre capacité à ne pas développer des techniques pour lesquelles l’antidote physique n’existe pas.







Palmarès