• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

fredebone

fredebone

Dans un monde désabusé par l’action collective, il est nécessaire de tout comprendre sur la face cachée de la mondialisation, de souligner les dangers d’une Europe ultra libérale, de dénoncer les désastres des délocalisations qui pèsent en particulier sur les classes moyennes, de défendre vraiment le pouvoir d’achat de ceux qui travaillent.

Tableau de bord

  • Premier article le 02/10/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 9 39
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires



  • fredebone fredebone 17 juin 2008 10:26

    "Bravo et merci à l’Irlande d’avoir sauvé le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ! La morale et la démocratie triomphent ! "comme le souligne le DEPUTE GAULLISTE ET REPUBLICAIN NICOLAS DUPONT AIGNAN

    "Le seul peuple consulté par référendum sur le Traité de Lisbonne a massivement dit NON.
    C’est un véritable vote par procuration pour les 495 millions d’Européens privés de référendum.

    C’est un profond désaveu pour Nicolas Sarkozy et Angela Merkel qui ont voulu imposer la Constitution européenne malgré les référendums de 2005.
    Les dirigeants européens n’ont plus le choix, ils doivent se rendre à la raison : les peuples d’Europe rejettent une Union supranationale, bureaucratique et inefficace.

    Les Irlandais aujourd’hui, comme les Français et les Néerlandais en 2005, ne sont pas hostiles à l’Europe. Ils veulent tout simplement une Europe qui les respecte et les protège. Une Europe des Nations et des projets. Une Europe démocratique, indépendante, au service du progrès social.
    Les élections européennes de juin 2009 seront l’occasion historique, notamment en France, de transformer ce magnifique essai irlandais en envoyant au Parlement européen des Députés défendant cette autre vision de l’Europe. "
     

    C’est aussi une bonne claque à Sarkozy ( le commercial du Traité Simplifié ) et à Merkel ( le maitre à penser )

    http://www.wmaker.net/mappemonde/

     



  • fredebone fredabone 25 février 2008 05:53

    Cette affaire marque une accentuation de la dérive atlantiste de l’actuel gouvernement avec initialement

    - la nomination de Kouchner,

    - la soumission de Sarko à Bush avec le renforcement des effectifs en Irak, l’alignement sur la position us vis à vis de l’Iran

    L’affaire de la scientologie car dans cette déclaration de Mignon c’est bien d’elle dont il s’agit, marque aussi un alignement progressif de la France en matière religieuse.

    Les déclarations don quichotesques de Sarkozy n’y changerons rien, les parlementaires sauf des souverainistes courageux qui viennent de ratifier le traité "simplifié" de Lisbonne porte en lui une mutation considérable en matière de reconnaissance religieuse.

    Savez-vous en effet que chaque année un rapport parlementaire du Congrès des US met en accusation notre pays qui refuse de reconnaitre l’Eglise de scientologie comme une religion, et s’émeut , je cite "des persécutions religieuses" encourues par les adeptes de cette secte en France.

    La constitution bis voté à l’occasion du traité de Lisbonne c’est un sérieux coup, un de plus, à la laicité à la française qui est un des pilier de notre vision du monde universaliste beaucoup trop influencée par la mouvance démocrate-chrétienne. La charte des droits fondamentaux a ainsi intégré une définition de la liberté religieuse qui entre en conflit frontal avec la laicité, posant je cite :

    l’article 10 "sa liberté de manifester sa religion en public ou en privé"

    qui est un copié- collé de de l’article 9 de la convention européenne des droits de l’homme dont l’incomptatibilité avec la laicité à la française a été démontrée par une jurisprudence de la la Cour européenne des droits de l’homme. Dans ces conditions la neutralité religieuse de la puissance publique dans notre pays sera tôt ou tard mise en cause .

    Ainsi l’Etat au lieu de n’en reconnaitre AUCUNE, l’Etat sera obligé de reconnaitre TOUTES les religions

    pour plus de précisions lire le livre de Nicolas dupont aignan le "coup d’Etat simplifié" edtions du Rocher 14,90 €



  • fredebone fredabone 24 février 2008 09:12

    Mon propos n’est pas d’approuver ou de désapprouver la politique du Ps mais de demontrer que des hommes sont capables par leur puissance politique d’abord d’expérimenter sur leur territoire puis si les tests sont concluant d’étendre des alliances politiques en France. Dijon est donc un laboratoire très intéressant.

    A SUIVRE LE SOIR DES ELECTIONS LES SCORES DE CHACUN



  • fredebone fredabone 23 février 2008 18:05

    >>>>>>>>>>>>> Dans l’article que j’ai soumis aux lecteurs d’Agora Vox , je ne prends pas parti pour le candidat socialiste. Je mets seulement en avant sa grande habileté politique qui lui permettra sans doute de conserver son siège de maire en bousculant même le jeu politique pour les élections sénatoriales

    >>>>>>>>>>>>> Quand mako parle de sang sur les mains, je ne comprends pas, il faudrait peut-être préciser...



  • fredebone fredabone 28 novembre 2007 06:40

    Votre article est intéressant sur le développement récent de la Chine qui en train de devenir la troisième puissance économique du globe. Sa part dans la production mondiale, mesurée en parité de pouvoir d’achat, est passée de 5 % au début des années 1990 à quelque 18 % aujourd’hui. Pour la première fois en 2007, elle aura été la première contributrice à la croissance du PIB planétaire : de plus en plus, ses innovations et ses crises, la santé de son économie, feront partie des facteurs qui conditionnent notre propre mode de vie. Or le pays demeure, pour la plupart des Occidentaux, un univers exotique et opaque. Une excellente spécialiste de l’empire du Milieu, Marie-Claire Bergère, vient combler cette lacune en publiant aux éditions Perrin « Capitalismes et capitalistes en Chine ».

    Une première erreur serait de voir dans le développement actuel du pays une nouveauté radicale, la conversion soudaine à l’entreprise privée d’une nation tenue depuis la nuit des temps sous la férule étatique. En réalité, la Chine a connu à partir du XVe siècle un début de développement capitaliste qui n’a rien à envier à celui de l’Europe, fondé sur « la commercialisation de la production agricole, la spécialisation des activités artisanales, la sophistication des moyens de paiement ». Pourquoi cet élan n’a-t-il pas débouché, comme en Occident, sur une révolution industrielle ? Notre sinologue en fournit les explications, mais rappelle qu’une vigoureuse résurgence du capitalisme a eu lieu dans les années 1910-1920, et que cette tradition interrompue a laissé un héritage que l’on retrouve aujourd’hui dans le développement des petites entreprises : importance des réseaux familiaux, pratique des relations mercantiles, éthique du travail et de l’épargne...

    Une deuxième erreur, serait de croire à la montée d’une « bourgeoisie conquérante », d’un pouvoir économique destiné à affronter, tôt ou tard, celui des hiérarques de Pékin.

    En Chine, le rôle prédominant revient au « capitalisme politique », mis au service d’une ambition nationale. Cela explique votre étonnement d’un développement économique fort sans poussée démocratique véritable. Non seulement le secteur public occupe toujours une place importante, mais les grands groupes privés restent très dépendants de l’administration. Leurs dirigeants sont honorés, souvent intégrés à des instances officielles sans grandes prérogatives : l’autorité politique réussit à merveille la « fusion des élites », entre les nouveaux riches et la continuité mandarinale. De sorte qu’il ne faut, prévoit l’auteur, ni espérer une évolution démocratique (les objectifs de la bourgeoisie, prospérité et stabilité, convergent avec ceux du pouvoir), ni craindre une révolution sociale (les gouvernants ont toujours su doser fermeté et flexibilité). Bref, si voulez savoir d’où vient, et où va, ce super grand du XXIe siècle, lisez ce livre.







Palmarès