• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Frédéric Lavachery

Frédéric Lavachery. 
Président du Centre Haroun Tazieff pour les Sciences de la Terre.
Auteur des ouvrages :
- Dossier pédophilie, le scandale de l'affaire Dutroux, co-écrit avec Jean Nicolas, éditions Flammarion, Paris, septembre 2001.
- Un volcan nommé Haroun Tazieff, éditions de l'Archipel, Paris, avril 2014, livre qui s'ouvre sur cette dédicace : à tous ceux qui, pour avoir eu le courage de la dignité, se sont retrouvés seuls ne serait-ce qu'un jour, et à Marie-Christine Gryson-Dejehansart, je dédie ce livre. 

Tableau de bord

  • Premier article le 20/04/2015
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 9 48
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires



  • Frédéric Lavachery 3 mai 2015 09:37

    @diverna

    J’ai commenté et interprété 47 faits dans cet article. Quels sont vos critères de censure ? 

    Quelle est votre définition de l’amalgame ? 

    Frédéric Lavachery. 


  • Frédéric Lavachery 22 avril 2015 19:18

    @ JL


    vous assimilez justice et vérité judiciaire, vérité et vérité jusdiciare et vous quittez le débat. Soit.

    Par contre, avec ou sans vous, il faut préciser ce qu’il en est des accusés innocentés par la cour d’Assises de Paris. Ils ne seront pas rejugés et leur statut d’innocents est définitivement acquis.

    Les conditions dans lesquelles se sont déroulées l’instruction sous la supervision constante du Procureur Lesigne et les instructions d’audience en Assises ne permettent pas de considérer les acquittés comme moralement innocents des viols infligés en réunion aux enfants. Tous ? Tout a été vicié et si l’hypothèse d’une opération des RG menée pour éviter à la France un séisme de l’ampleur de l’affaire Dutroux s’avère solide, alors pas un seul des innocentés ne peut échapper au doute sérieux qui plane sur cette vérité judiciaire. Tant que le procès des zones d’ombre ne sera pas instruit avec rigueur, le naufrage judiciaire d’Outreau restera avant tout celui des enfants torturés, ensuite celui de la presse et du Parlement. Le Parlement serait d’ailleurs bien inspiré de se saisir de cette opération des RG dans un pays étranger. Combien d’enfants sont-ils concernés ? Au moment de sa saisine dans cette affaire, le juge Fabrice Burgaud instruisait 120 dossiers dont la moitié portait sur des crimes commis sur des enfants. De ces soixante cas, il n’ a retenu que les quinze dossiers les plus solidement documentés. Au final, douze enfants seront reconnus victimes et quatre adultes coupables sur les dix-sept inculpés, alors que certains des enfants ont été violés par onze adultes. 

    Comme le dit Jacques Thomet, Outreau a anéanti les témoignages des 15.000 mineurs aujourd’hui violés en France chaque année.

    Frédéric Lavachery. 






  • Frédéric Lavachery 22 avril 2015 14:11

    @JL


    lisez ce qui est écrit, je n’ai pas parlé de vérité judiciaire mais de vérité et de justice, de vérité d’une part et de justice d’autre part. 




  • Frédéric Lavachery 22 avril 2015 09:38

    @JL 


    si nécessaire je reviendrai sur votre question : « Vous affirmez donc ici, les yeux dans les yeux, et sous couvert de Marie-Christine Gryson et Jacques Thomet, que tous les accusés étaient coupables ? Que l’on a incarcéré aucun innocent lors du premier procès d’Outreau ? »

    Sur l’incongruité Allègre - Outreau, via Tazieff : j’ai écrit un livre sur l’affaire Dutroux avec un journaliste d’investigation, Jean Nicolas, qui n’a pas compris la moitié du livre écrit ensemble, celle dont je suis l’auteur. Jean Nicolas n’arrive pas à associer plus de deux concepts et a beaucoup de peine à articuler trois idées. Réfléchir demande du travail, beaucoup de travail, de l’attention, beaucoup d’attention.

    Si j’éclaire le traitement judiciaire, médiatique et politique de l’affaire d’Outreau par le traitement judiciaire, médiatique et politique de l’affaire Dutroux et si j’invite à regarder l’affaire d’Outreau en miroir du scandale de la crise scientifique et politique de la Soufrière de la Guadeloupe, c’est parce qu’à la racine de ces modes pervers de traitement politique, médiatique et judiciaire se trouvent les mêmes causes, que Tazieff a très précisément dénoncées, la citation de Tazieff que j’ai mise dans l’article est claire. C’est ce que j’ai répondu à Yvesduc. Pour discuter de mes réponses, il faut accepter de se situer sur le terrain de l’éthique et il n’y a d’éthique que concrète, parce que le réel est toujours complexe. Outreau, c’est Outreau, Dutroux, c’est Dutroux, Allègre, c’est Allègre et Tazieff, c’est Tazieff, ne mélangeons pas tout : ça c’est de la pensée abstraite. Abstraite des structures dynamiques profondes de la société qu’il faut explorer sans relâche si l’on est soucieux de vérité et de justice. 

    Sur Allègre et la Soufrière, j’ai écrit cent pages. Je ferai un article ici après la diffusion de l’émission DUELS de jeudi sur France 5.


  • Frédéric Lavachery 21 avril 2015 23:35

    @JL


    Il y a de nombreux arguments étayés par des faits qui ouvrent cette hypothèse, j’en ai livré quelques-uns dans cet article qui sont différents de ceux recensés dans les livres de MC Gryson et J. Thomet. Il reste qu’un très gros travail d’analyse doit être entrepris, au-delà de ce que MC Gryson et J. Thomet ont fourni et des éléments que j’ai mis en avant dans l’article. J’ai indiqué dans mon courrier du 2 avril à Maître Reviron, repris dans l’article ci-dessus, ce par quoi il faudrait commencer à mon sens pour croiser les travaux de ces deux auteurs avec les faits dont j’ai été le témoin direct. Il faut prendre la mesure des choses : une cellule des RG opère en territoire étranger alors qu’elle n’en strictement pas le droit et elle prend ce risque en pleine affaire Dutroux juste avant la saisine d’un juge pour instruire le cas d’Outreau, alors que trois ans auparavant des gens d’Outreau ont tenté de faire éclater le scandale de ces viols d’enfants en alertant la population belge. Et c’est un journaliste belge, Huercano-Hidalgo, et une journaliste formée en Belgique, Florence Aubenas, qui seront en première ligne pour discréditer les enfants violés, le juge d’instruction et la psychologue chargée de l’expertise judiciaire des enfants. Pour parachever le travail, les autorités belges sabotent la commission rogatoire internationale qui a pour objet les charges qui pèsent sur l’huissier Marécaux qui sera déclaré définitivement innocent. A ce niveau de coïncidence, refuser d’aller voir ce qu’il y a derrière la porte confirme l’hypothèse d’une protection de criminels par le détournement de la Justice. 

    @yvesduc

    j’ai déjà répondu à votre objection que JL avait formulée avant vous. 

    Le rapport entre le crime moral de Claude Allègre lors de la crise de la Soufrière de la Guadeloupe et celui des journalistes et des parlementaires qui ont anéantis les enfants violés à Outreau et fait du juge Fabrice Burgaud et de la psychologue Marie-Chrisitne Gryson les alibis de cette forfaiture en les discréditant par le mensonge, ce rapport c’est précisément la pratique du mensonge institutionnel. C’est par ce ressort que la démocratie est verrouillée de l’intérieur. Elle s’en trouve intrinsèquement impuissante à mobiliser des ressources structurelles contre le détournement de ses institutions. 

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre Justice Outreau Journalisme






Palmarès