• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Gratte-cul

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 7 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Gratte-cul 29 novembre 2012 17:43


    Je reprends votre citation dans la partie illisible :
    Dans notre société française « occidentale », au sein de laquelle le corps n’est plus sacralisé, nous parions sur la prééminence de préoccupations économiques dégagées de considérations philosophico-religieuses conduisant à incinérer les hommes comme on incinère les déchets.



  • Gratte-cul 29 novembre 2012 17:27

    Votre article s’adresse donc aux catholiques puisque le « sacré chrétien » ne peut pas atteindre les autres qui sont dans un sacré émotionnel, vulgaire. Or, la société française contemporaine est composée des uns et des autres. A moins de les vouloir tous réduire à la foi chrétienne, les catholiques ne peuvent parler en leur nom. Les cérémonies affligeantes ne les concernent pas non plus puisqu’ils ont, eux, le choix des funérailles, depuis 1963 devant l’autorité vaticane et 1887, devant la République. Ils peuvent rendre les sacrements aux défunts avec un rituel adéquat. D’ailleurs vous le dites : « Précisons, cependant, que choisir ce « mode de disparaître » n’est pas incompatible avec une cérémonie religieuse »

    Nous avons admis que la dispersion des cendres d’athée dans un lieu symbolique pouvait convenir, à la rigueur…

     

    Maintenant, « Les cimetières les plus récents, eux-mêmes, ont été aménagés à la périphérie des villes. » par la volonté du Conseil Royal grâce à « l’édit du 10 mars 1776 qui aboutit [à] une définition moderne du cimetière[. L]e champ de repos est transféré en dehors de la cité la sépulture intérieur des églises et des hôpitaux est sauf exceptions qui tiennent aux règles canoniques interprétées stricto sensu formellement interdite » [1] Il ne semble pas que ceci puisse être reproché à notre époque vide de sens, d’autant que cette décision anticipait les craintes des hygiénistes du 19ème siècle.

     

    [1] Daniel Ligou L’Evolution des cimetières In : Archives des sciences sociales des religions.

     

    « Dans notre société française  »occidentale" au="au" sein="sein" de="de" laquelle="laquelle" le="le" corps="corps" plus="plus" nous="nous" parions="parions" sur="sur" la="la" philosophico-religieuses="philosophico-religieuses" conduisant="conduisant" les="les" hommes="hommes" comme="comme">i> »

    Est-ce la faute des adeptes de la crémation si le corps des chrétiens n’est plus sacralisé et si la crémation est, pour le moment, moins chère qu’une inhumation ? Demandons-nous pourquoi tant de défunts (ou de familles) y ont recours : La France compte entre 4,8 et 8,6 millions de pauvres selon la définition adoptée... Depuis 2002, le nombre de personnes concernées a augmenté d’un million. (Observatoire des inégalités – 07/09/2012)



  • Gratte-cul 29 novembre 2012 10:31

    Alors, bon.

     

    Le « pour faits de résistance » a été un vrai questionnement. Je l’ai enlevé plusieurs fois avant de le maintenir. Il était là pour lever une ambiguïté ; on me demande si mon père était juif quand je le dis déporté. Certains lobbies juifs veulent détourner la déportation à la seule extermination des juifs d’Europe et j’ai connu des juifs (comme des musulmans) qui se sont fait incinérer, même s’ils ne sont pas la majorité du genre. Je voulais gagner du temps. Raté !

     

    Mon père était du côté des vainqueurs mais serait resté un terroriste si l’issue de cette guerre avait été différente. Je n’en tire pas, pour moi, de gloire particulière ; à quel titre ? Il se trouve que les valeurs que ces gens défendaient nous permettent aujourd’hui de nous écharper joyeusement, vous qui dites, moi qui refuse d’entendre. Remercions-les pour cette conviction… Et pardonnez-moi si j’ai pu laisser entendre le contraire vous concernant, mon autisme ne m’entraîne pas jusque là !

     

    Je voulais juste répondre, par un exemple, à votre propos concernant l’absence de lieux de mémoires et de symbolisme, parce que je ne comprends toujours pas pourquoi vous écrivez ceci : « […] Le sacré, dans l’acte de crémation dans nos régions, n’intervient en aucune manière. […] » L’acte symbolique de mon père est forcément le premier qui m’est venu à l’esprit ; j’en ai d’autres. Les religions, et depuis les Lumières sous d’autres formes, des assemblées humanistes ont sacralisé l’homme. Le comportement de l’individu, face à la mort, est dicté par cette « valeur » sacrée qui l’imprègne et qu’il a acquise bien avant le christianisme, qu’il soit croyant ou se pensant athée.



  • Gratte-cul 28 novembre 2012 08:37

    Pardonnez-moi, mais je ne me souviens pas avoir parlé de progrès quand je me réfère à la recherche scientifique. Qu’il en soit une conséquence par ses applications techniques ne fait aucun doute, mais il n’en est pas le but. Je pensais, sans doute naïvement, que la science se contentait d’essayer comprendre le monde : « nous reconnaissons l’éternelle aspiration à comprendre » Le capitalisme (privé ou d’état !) faisant le reste. (vous allez me ressortir Pavlov et je vais encore rigoler…)

    Le problème se complique dès lors qu’on y cherche une harmonie. C’est déjà sous-entendre une singularité, une prédisposition d’un univers « fait » pour l’homme. Et c’est là que nous achoppons, nous deux. Einstein disait aussi : "Quiconque prétend s’ériger en juge de la vérité et du savoir, s’expose à périr sous les éclats de rire des dieux, puisque nous ignorons comment sont réellement les choses et que nous n’en connaissons que la représentation que nous en faisons", renvoyant ainsi chacun à sa vision égocentrique et subjective du monde. Il n’y a donc pas de vérité hors notre conviction ? Ce brave Nietzsche n’y changera rien avec sa question qui se mord la queue : « Faut-il une conviction pour permettre à la science d’exister ? Oui ! »

    Comme toujours, sortir une phrase de son contexte est, au sens littéral, insensé. Et c’est valable pour celles que je cite !

    La philosophie permet à l’homme d’accepter le monde à un moment donné, en un lieu donné et à « apprendre » à mourir. Je n’ai pas l’outrecuidance de vous l’apprendre. Voir les cyniques, Platon, Montaigne ou qui vous voulez à propos de la mort… C’est leur fond de commerce et vous les connaissez bien mieux que moi. Le philosophe se substitue ainsi au cagot [1] en nous proposant un éventail de visions pour rendre ce monde moins absurde qu’il n’est. Diriez-vous « qu’il ne paraît » ? L’un et l’autre ne nous aident pas à comprendre la mort.

    Devant l’absurdité du monde, Sisyphe, avec ou sans la punition, a-t-il une alternative à l’existence ? Les religions condamnent le suicide : parce que c’est un acte libertaire ?

    [1] : Qui manifeste du fanatisme religieux, de la bigoterie hypocrite, puisqu’il faut tout vous dire…

    Je vais vous raconter une histoire toute personnelle : mon père a passé un an dans un camp de concentration pour faits de résistance. Cinquante deux seulement des français détenus en sont revenus. Il a toujours été coupable d’être rentré en laissant ses « copains » là-bas. Il a voulu les rejoindre après sa mort, une fois incinéré. La symbolique de ce geste est, à mon avis, tout aussi respectable que celle de vouloir à tout prix (!) une place sous une pierre tombale pour permettre aux héritiers d’avoir un lieu de mémoire GPS et « revitaliser » la ville.

    Dans le cas que je vous expose :« comment faire le deuil pour les êtres souffrants, si pas de lieu, plus de repères symboliques » il y a lieu, repère symbolique et respect des volontés que vous semblez, si je puis dire, enterrer. Il y a même eu hommage public avec fanfare drapeaux, écharpes tricolores et képis. Sommes-nous toujours ici dans le domaine du profane, sans bénédiction ?



  • Gratte-cul 26 novembre 2012 15:20

    Le christianisme, la religion du doute ?

    Merveilleux !

    Dieu peut-il poser un acte d’amour comme la création et proposer le néant comme seule fin à notre courte et misérable vie ? Après tout, pourquoi pas ?

    Croire n’est en rien répréhensible et fait partie de la panoplie de l’homme « libre( !?) » (cf. toute l’œuvre de Laborit) et de son libre arbitre si cher aux examinateurs du bac ; ce qui l’est moins, c’est sa récupération par ces cagots qui déplorent une déchristianisation généralisée et qui ont besoin de boucs-émissaire pour expliquer le désenchantement du monde de (et entre autres) Weber : « Horreur ! Le monde est devenu rationnel ! Nous voudrions pourtant bien conserver une certaine tradition, la rédemption et les pierres tombales ! » (Entre parenthèse et entre nous, aucune étude sérieuse n’est faite (ou ne paraît ?) sur la pollution des terres, nappes phréatiques et autres lieux soumis à l’ « action » des cimetières. Pourquoi ? Les résultats des désordres générés par la crémation sont connus et constamment  améliorés.)

    Le doute ne peut donc être que scientifique puisque la recherche n’a pas, elle, d’a priori ; elle repousse chaque jour un peu plus et jusqu’à maintenant, je vous le concède, le royaume de Dieu. A ma connaissance, Giordano Bruno n’a toujours pas été réhabilité, lui qui « croyait » à la pluralité des mondes alors que Dieu lui-même n’y avait même pas pensé… 412 ans tout de même ! L’Eglise ne prend pas ses décisions à la légère.

    Heureusement que certains tentent de bousculer un peu cette tradition sclérosante ! Pas étonnant alors qu’ils soient traînés aux Gémonies par ceux qui détiennent la « vraie » vérité…







Palmarès