• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

GrIc

Etudiant en informatique, je m’oriente principalement vers les systèmes d’informations - en particulier les technologies web 2.0 -. Je suis en ecole d’ingenieurs, et effectue ma derniere annee d’etudes en en bi-cursus avec un MSc a Manchester.

Tableau de bord

  • Premier article le 04/08/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 9 6
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • GrIc 13 décembre 2008 11:24

    C’est vrai qu’on n’a pas vraiment assisté à de gros bouleversements... Mais en même temps le siècle dernier a été particulièrement innovant, comme jamais dans l’histoire de l’homme. Probablement que ça s’essouflerait un peu avant de voir des voitures volantes et autres gogogadgets :) !
    Personnellement je travaille dans les systèmes d’informations en même temps qu’être étudiant dans le domaine des nouvelles technologies. Pour cotoyer quotidiennement des chercheurs, je pense ne pas trop me tromper en disant que beaucoup de choses vont évoluer dans ce domaine - réalité virtuelle et moyens de communications -. Mais je suis d’accord, ce ne sont pas des innovations spectaculaires.
    Après, quoi d’autre ? Marcher sur Mars, voler dans l’espace,... Oui complètement. Ca va arriver. Quand ? Boaf, je sais pas mais bon, je ne suis pas forcément pressé de voir le progrès de l’homme primer sur ses devoirs primordiaux en tant qu’habitant de la Terre comme il l’a fait pendant ces dernières années. C’est bien de s’amuser pendant un petit moment, mais après faut ranger le bordel qu’on a foutu : je veux dire par là qu’il serait pas trop mal qu’on s’occupe un peu de l’environnement :).
    Ca serait bien de voir la prochaine décennie dédiée à ça. Mais bon, on peut rêver pas vrai :/ ?



  • GrIc 4 novembre 2008 12:16

    En effet les technologies d’aujourd’hui deviennent obsoletes et tendent a etre remplacees d’ici peu de temps (j’imagine que d’ici 2 ans on ne parlera plus wifi mais wimax). Mais d’un cote, le passage de l’IPv4 a l’IPv6 est tout simplement inevitable pour les raisons que vous avez invoquees. Les protocoles internet (TCP-IP) utilises aujourd’hui (par tous ou presque) ne le sont absolument pas par efficacite ou securite mais tout simplement pour des raisons historiques et commerciales. Et les evolutions continuent dans ce sens car les avancees vont trop vite pour que l’on puisse tout reprendre a zero. C’est pourquoi la seule alternative possible a l’IPv4 est l’IPv6 : il a fallu trouver une solution qui soit une evolution pas trop compliquee par rapport aux systemes existants, et donc batie sur les memes bases.

    La question de l’anonymat ne se pose meme plus en realite, il y a toujours un moyen de connaitre les activites d’un utilisateur, que ce soit par des moyens techniques (piratage & Co), ou par des moyens beaucoup plus simples (comme simplement rechercher une personne sur des reseaux 2.0).
    L’anonymat n’est plus qu’une illusion (j’exagere, on va dire presque ; d’irreductibles savent encore bien se cacher ;) ! ) ; passer a l’IPv6 facilitera peut etre l’acces aux donnees personnelles par des moyens techniques, mais je pense que les informations les plus dangereuses ne sont pas celles collectees par les robots commerciaux qui effectuent des stats sur les sites visites, par des hackers (qui ne representent au’un nombre tres limite d’utilisateurs et qui de toutes facons savent comment avoir acces a toutes ces infos sans necessiter le passage a l’IPv6) ou des institutions de renseignements , mais plutot celles que chacun publie sans faire attention sur facebook, linkedin ou viadeo... elles accessibles a la quasi totalite de la toile.



  • GrIc 3 novembre 2008 12:43

    "L’economie est une mode"...
    Je suis assez d’accord sur les constats de l’article : oui il y a un probleme, non l’ecologie n’est pas assez prise au serieux.
    Mais que proposer pour mieux faire ? Honnetement, je trouve cela facile de critiquer Hulot. Mais il n’empeche que, etant citoyen classique et pas plus renseigne que les autres, c’est a ma connaissance l’un de ceux qui se bougent le plus pour ne serait-ce qu’en parler - peut etre est-ce du a sa mediatisation... et alors ? - !
    Alors oui il est vraiment temps que l’homme se rende compte qu’avant d’etre ne dans la societe, il est ne sur terre, mais pourquoi tirer sur ceux qui tentent de mettre en exergue ces problemes, qui essaient de lutter contre, de proposer des solutions ? Ils ne font pas assez a votre sens ? Ils sont corrompus ? Peut etre, allez savoir ; aucun homme n’est parfait. Mais au moins, je trouve qu’ils ont le merite de tenter quelque chose et de se bouger !



  • GrIc 22 octobre 2008 14:51

    Bonjour,
    je pense que meme s’ils sont lies, les debats de ""qualite"" d’enseignement de nos professeurs et de leurs revendication n’ont pas a etre meles. Personnellement je suis en derniere annee d’etude (que j’effectue a l’etranger, desole pour le manque d’accents :/) et l’un de mes parents est professeur des ecoles a Paris. Pour en avoir longtemps discute lors des repas familiaux, je pointerai plutot le probleme de l’enseignement des professeurs.

    Apres tout les professeurs, a peine leurs etudes terminees, se retrouvent a nouveau en classe l’annee d’apres. Ne se pourrait il pas que ce soit la le fin fond du probleme ? La facon dont on forme les professeurs a enseigner ? Je n’en suis pas certain, mais je le crois.

    Aujourd’hui, je ne suis en contact qu’avec des professeurs qui menent des themes de recherche, ou qui ont un travail completement hors du systeme educatif a cote. Eh bien je peux vous assurer que leur enseignement est beaucoup plus riche. Les maths, mele a un peu d’histoire sont beaucoup plus captivantes ; l’histoire remise dans un contexte geopolitique de meme, les langues avec un peu de culture pareil, ...
    Apres tout, on n’ecoute peut etre pas assez les etudiants quand on entend la fameuse question "A quoi ca me sert d’apprendre ca ?". Alors oui on peut ressortir le probleme du ’pas assez de temps dans l’emploi du temps pour le contexte’, mais honnetement, aujourd’hui je sais que j’ai un jour appris pas mal de choses en histoire, et j’ai franchement la rage de n’etre capable de me souvenir que de mon programme de terminale et de 4eme sans savoir ce qu’il y a entre parce que seuls ces deux profs savaient rendre leur matiere passionnante ! Alors a quoi bon apprendre si c’est pour oublier 5 ans apres ? Privilegions la qualite a la quantite !



  • GuiGui 31 juillet 2008 13:44

    "En clair, vive le Monde sans les journalistes esclaves des pouvoirs corrompus  !"
    Faut pas pousser non plus !

    Je suis d’accord, pas mal de journalistes ont un parti pris et ça ne les valorise pas. Maintenant le principe d’universalité dont vous faites part, il n’est pas tombé du ciel ! Les états l’ont souhaités et le construisent petit à petit. Pourquoi ?
    C’est simple, les états au même titre qu’un homme doivent parfois confronter leur puissance. La guerre est ce moyen, mais c’est un jeu qu’on dit à somme nulle : le vainqueur en retire les ressources du vaincu, pas plus ni moins. Or, on s’est peu à peu aperçu que les échanges commerciaux (que l’on peu comparer à des rapports de force au niveau de la concurrence économique) permettaient un jeu lui à somme positive : un état n’a pas intérêt à que ses rivaux soient tous ruinés. Ainsi, de 1950 à 2000, le produit mondial brut est multiplié par 5.
    Vous voyez, la mondialisation (ou universalisation, c’est pareil...) provient elle aussi d’une gouvernance issue de profits économiques ! Bref, pour faire le lien avec le journalisme :
    En vertu de ce phénomène de mondialisation, les marchandises échangées sont tant matérielles (délocalisations) qu’humaines (main d’oeuvre étrangère par exemple) et immatérielles, telles les informations. Ce ’réseau’ de citoyens dont vous parlez, est issu comme n’importe quelle circulation de la conséquence de la mondialisation, elle même conséquence d’une volonté de tirer du profit des différents rapports de force. Ces réseaux d’échanges d’information n’ont pas plus de gloire que l’information que véhicule n’importe quel journal.

    Le métier de journaliste semble peut être parti pris, oui. Mais de là à dire que [tous] les journalistes font intentionnellement de la propagande pour leur gouvernement, c’est aller carrément trop loin. De base, chacun a une préférence pour une idée, une personne, un courant politique. Difficile de l’absoudre dans un métier où le principe même est de communiquer.

    L’intérêt de la mondialisation de l’information (du net, de web 2.0, des journaux citoyens, etc.), c’est d’avoir plein d’avis différents. C’est tout. Mais jamais vous n’aurez un article totalement exempt d’influence quelle qu’elle soit, à chacun d’interpréter...

LES THEMES DE L'AUTEUR

Economie Ethique Bill Gates Développement






Palmarès