• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Hetadame

Hetadame

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 73 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Hetadame Hetadame 19 février 12:41

    @Christian Labrune : 


    - Sauf erreur de ma part, la Syrie est un état souverain , dont la souveraineté EST reconnue sur la scène internationale ...que vous le vouliez ou pas... que cela vous plaise ou pas  ! 

    -Sauf erreur, il est représenté comme tous les pays de la planète a l’ONU ... et comme aussi pas mal de « dictateurs » en place .... malheureusement ! Je pense que cela ne vous a pas échappé ... !
     
    - Sauf erreur, Chirac aurait il invité le Président de ce pays souverain au défile du 14 juillet 2008 si ce pays n’était pas considéré comme tel ... ! L’auriez vous déjà oublié ?

    - Sauf erreur, Bachar El Assad a été élu démocratiquement suite a une élection qui n’a jamais été remis en question par quiconque ! Je vous le rappelle ! 

    - Sauf erreur, TOUT pays souverain a le droit (que cela vous plaise ou pas) de demander de l’aide à un autre pays en cas de besoin pour sécuriser son espace intérieur souverain en cas d’ingérence de forces extérieures... que cela plaise ou pas ... a d’autres ... ! Mais ça ...vous le savez aussi ! 

    Quand au soi disant « role pacificateur de l’Allemagne nazi », cela fait partie de l’histoire qui est juste hors sujet concernant cet article ! Argument qui montre bien la pauvreté de votre argumentation ! 


  • Hetadame Hetadame 19 février 10:58

    @Christian Labrune : je ne vois pas en quoi, cet article argumenté de manière précise et factuel puisse être considéré comme de la propagande ! Seriez vous a cours d’arguments pour crier au loup de la sorte ??? La médiocrité de votre réponse, par le le manque criard d’arguments sérieux pour étayer vos propos en est bien la preuve ! J’ai eu l’impression de lire et relire (malheureusement), la presse « bien pensante » que l’on peut lire sur le sujet ... ! MDR !!!



  • Hetadame Hetadame 21 avril 2017 13:35

    @sweach Il ne me semble pas prôner une vie sans contrainte ! 

    Au contraire ! 
    Une vie en symbiose, à l’écoute de l’autre dans le dialogue et la compréhension ! 
    Mais avec seulement une certaine hauteur d’esprit qui élimine les fausses raisons d’une décision quelqu’elle soit !
    Si vous éliminez la cupidité, la jalousie, l’incompréhension, et surtout la PEUR (en tous genres) de parts et d’autres, vous aboutirez à une prise de décision collective cohérente pour le bien de tous !
    Mais pour cela il faudrait que l’individu se connaisse et qu’on puisse le lui permettre totalement !

    Je vous renvoie à vos classiques : Connais-toi toi même et tu connaitras l’univers et les Dieux !
    Cette maxime,n’est pas de Socrate, mais figure sur le seuil de temple de Delphe en Egypte ! 
    Socrate n’a fait que l’approfondir ! 

    Comment voulez qu’un individu arrive à gouverner les autres, s’il n’arrive pas à se connaitre lui même ?

    L’homme est guidé dans ses choix et ses prises de décision par 2 choses ! La peur ou l’amour ! 
    Après, c’est vous qui décidez ... !


  • Hetadame Hetadame 20 avril 2017 20:13

    @P.-A. Teslier : le philosophe Alain disait :


    « Car enfin le trait le plus visible dans l’homme juste est de ne point vouloir du tout gouverner les autres, et de se gouverner seulement lui-même. Cela décide tout. Autant dire que les pires gouverneront. »


    A méditer !



  • Hetadame Hetadame 20 avril 2017 11:09

    Votez utile ou ne pas votez ?

    Pourquoi je n’irai pas voter :

    VOTER... C’EST ABDIQUER !!!


    Compagnons,

    Vous demandez à un homme de bonne volonté, qui n’est ni votant ni candidat, de vous exposer quelles sont ses idées sur l’exercice du droit de suffrage.

    Le délai que vous m’accordez est bien court, mais ayant, au sujet du vote électoral, des convictions bien nettes, ce que j’ai à vous dire peut se formuler en quelques mots.

    Voter, c’est abdiquer ; nommer un ou plusieurs maîtres pour une période courte ou longue, c’est renoncer à sa propre souveraineté. Qu’il devienne monarque absolu, prince constitutionnel ou simplement mandataire muni d’une petite part de royauté, le candidat que vous portez au trône ou au fauteuil sera votre supérieur. Vous nommez des hommes qui sont au-dessus des lois, puisqu’ils se chargent de les rédiger et que leur mission est de vous faire obéir.

    Voter, c’est être dupe ; c’est croire que des hommes comme vous acquerront soudain, au tintement d’une sonnette, la vertu de tout savoir et de tout comprendre. Vos mandataires ayant à légiférer sur toutes choses, des allumettes aux vaisseaux de guerre, de l’échenillage des arbres à l’extermination des peuplades rouges ou noires, il vous semble que leur intelligence grandisse en raison même de l’immensité de la tâche. L’histoire vous enseigne que le contraire a lieu. Le pouvoir a toujours affolé, le parlotage a toujours abêti. Dans les assemblées souveraines, la médiocrité prévaut fatalement.

    Voter c’est évoquer la trahison. Sans doute, les votants croient à l’honnêteté de ceux auxquels ils accordent leurs suffrages — et peut-être ont-il raison le premier jour, quand les candidats sont encore dans la ferveur du premier amour. Mais chaque jour a son lendemain. Dès que le milieu change, l’homme change avec lui. Aujourd’hui, le candidat s’incline devant vous, et peut-être trop bas ; demain, il se redressera et peut-être trop haut. Il mendiait les votes, il vous donnera des ordres. L’ouvrier, devenu contre-maître, peut-il rester ce qu’il était avant d’avoir obtenu la faveur du patron ? Le fougueux démocrate n’apprend-il pas à courber l’échine quand le banquier daigne l’inviter à son bureau, quand les valets des rois lui font l’honneur de l’entretenir dans les antichambres ? L’atmosphère de ces corps législatifs est malsain à respirer, vous envoyez vos mandataires dans un milieu de corruption ; ne vous étonnez pas s’ils en sortent corrompus.

    N’abdiquez donc pas, ne remettez donc pas vos destinées à des hommes forcément incapables et à des traîtres futurs. Ne votez pas ! Au lieu de confier vos intérêts à d’autres, défendez-les vous-mêmes ; au lieu de prendre des avocats pour proposer un mode d’action futur, agissez ! Les occasions ne manquent pas aux hommes de bon vouloir. Rejeter sur les autres la responsabilité de sa conduite, c’est manquer de vaillance.

    Je vous salue de tout cœur, compagnons .

    Élisée Reclus.


    Clarens, Vaud, 26 septembre 1885.
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès