• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Jean

Je suis un français vivant en Chine et voyageant régulièrement dans ce pays depuis 1986.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 12 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Jean 21 février 2010 08:01

    Ils sont où les prétendus libéraux ?
    Ha, oui, jamais le dimanche...



  • Jean 20 février 2010 10:47

    Le plus amusant, si on lit chacun des commentaires faits plus haut, c’est que j’ai l’impression que tout est exact concernant la Chine (je met à part l’idée que « hors du nucléaire point de salut », on a entendu la même chanson pour le pétrole...).

    D’autre part, tout est exact localement et à condition de se mettre d’accord terme par terme.
    Par exemple, « il y en a partout » n’est pas contredit par l’observation « je n’en voit que deux ».

    Autre exemple, « la Chine est surpeuplé dans ses campagnes qui ingurgitent et respirent la pollution » est une affirmation qui m’avait choqué à priori, mais si on considère les poubelles de ménage comme de la pollution, et que le surpeuplement d’une campagne commence à une densité de population supérieur à ce qu’a laissé l’exode rurale en France, pourquoi pas.

    Pour revenir à cette article, tout de même tendance sinolâtre, je crois que la Chine fait feux de tout bois, il n’y aura pas une seule source d’énergie possible ni aucune technologie qu’elle ne tentera d’utiliser. Partant de là, on peut tout écrire sur la Chine, c’est bien pratique, non ?

    Au final, la démarche qui consiste à regarder ce qui se passe par la fenêtre n’est pas la pire.
    Les chauffe-eaux solaires, j’en compte 12. Je n’ai pas un point de vue extraordinaire et ça reste très peu par rapport au nombre de foyers. Je sais que la France n’est pas une référence en la matière, mais je ne connais pas d’endroit en France où je puisse voir 12 installations d’eau chaude solaire d’un seul coup d’œil. En Chine, c’est d’une totale banalité.

    Dans le sud de la Chine, on trouvera plus de capteur solaires que de cheminée sur les toits. (ceux qui s’y sont rendu comprendront vite où est l’escroquerie dans cette affirmation qui ne prouve en aucun cas que l’on se chauffe moins au bois qu’au solaire smiley

    La pollution des campagnes est un sacré casse-tête. Selon ce que je vois, dans les villages, la pollution des eaux et des sols progresse alors que la pollution de l’air régresse. La première progresse par accumulation et augmentation de la part non-biodégradable dans les déchets, la seconde par l’adoption de systèmes de chauffage et de cuisine moins ravageurs pour les poumons.
    Ça donne que les villages où l’on ne peut pas rester plus d’une heure en hiver sans ressentir une forte irritation de la gorge commencent à se faire moins nombreux.



  • Jean 20 février 2010 09:45

    @Par Le péripate, ce n’est pas en déformant mes propos que vous les comprendrez mieux.
    J’ai écrit : « Il y a aussi du chômage dans les pays où les travailleurs sont exploités aux limites de l’esclavage ». Donc, prenez les pays où les travailleurs sont payés au lance-pierre et sans protection sociale (au hasard, regardez après « made in » sur votre slip), et renseignez-vous, vous verrez qu’il y a du chômage dans ce pays. Je parie mes revenus contre les votres.
    Je ne cours aucun risque : il est tout simplement impossible de répondre aux exigences industrielles actuelles sans chômeurs autour des usines.

    L’expérience que vous proposez ne me concerne pas car je n’ai jamais parlé d’augmenter le salaire minimum ne serait-ce que d’1€.
     
    Faites-donc l’expérience de pensée de garantir 1,5€ par jour à toute personne sur terre. Croyez-vous sincèrement que les usines cesseraient de tourner ?
    De même prélever 0,05% sur les plus-valus des spéculation sur les parités monétaires mettrait-il la planète au chômage ?

    Je reprend l’analogie d’aurélien avec la cuisine.
    Une cuisine, c’est une organisation structurée où tout le monde contribue à un but commun, le plat du jour par exemple. C’est tout ce que n’est pas le système que l’on se propose de taxer. C’est ce que devraient être les états. La cuisine, c’est l’état, le plat du jour, c’est la protection et le développement des citoyens (sinon, à quoi sert un état ?).
    Le libéralisme, désolé pour l’analogie, mais c’est ce qui s’en approche le plus, c’est laisser le garde manger en pâture à qui est en situation de s’y servir avec le moins de règle possible.
    Qu’on soit arrivé à un moment de l’histoire où il serait temps de calmer les ardeurs de ces anarchiques en leur demandant d’aider un peu aux cuisines au lieu de se goinfrer quand d’autre crèvent de faim semblerait une question de bon sens et ne devrait même pas faire l’objet d’une discussion.

    Car tout de même la moindre des choses serait de reconnaître que créer de la richesse sans travail est impossible, alors que sans financeur, on y arrive très bien !
    Sans passer par des considérations fumeuses et inintelligibles, essayez donc de prouver le contraire !

    Ce n’est pas une question de politique, c’est une question de pragmatisme.



  • Jean 19 février 2010 17:45

    @Par Le péripat

    « le chômage n’est que la conséquence du salaire minimum et des protections et barrages accordées »
    Si c’était le cas, pas de protection, pas de chômage.
    C’est bien entendu faux. Il y a aussi du chômage dans les pays où les travailleurs sont exploités aux limites de l’esclavage.

    « Il (l’impôt) doit être aussi simple, intelligible par tous et concerner tous les revenus de la même manière, à un taux unique pour tous.
    Ca c’est de l’authentique égalité. »
    OK, avec un impôt qui donne aux états les moyens d’assurer la protection de chacun, pourquoi pas.
    « Le rôle de l’impôt est de financer le fonctionnement de l’État, non de corriger toutes les inégalités »
    Il ne s’agit pas de corriger des inégalité mais de permettre à des personnes de se vivre. La question des inégalités est tout à fait hors sujet. J’ai parlé d’injustice, c’est très différent. Nous avons un système qui ne donne pas à chaque personne naissante la possibilité d’avoir une vie décente. C’est une injustice à leur égard.
    Encore une fois, on parle du système à l’échelle mondiale. Raisonner sur la problématique française fausse le débat.

    @ aurélien
    Je ne comprend pas grand chose à l’économie, aux mouvements de ceci et cela. Mais il lme semble qu’une cuisine est précisément un marché extrêmement régulé aux ordres d’un chef, ce que n’est pas le système dont on parle.
    Ce dont on parle ressemble plutôt à une foire d’empoigne ou chacun tire le bénéfice qu’il peut comme il veut et sans se soucier des conséquences pour ce qui ne relève pas de l’économie. Calmer symboliquement leurs ardeurs pour permettre à d’autres d’essayer de réparer la casse ne devrait pas faire débat...



  • Jean 19 février 2010 15:43

    "Si vous comparez la liste des pays classés selon leur indice de développement humain (publié par le PNUD) à la liste des pays classés par leur indice de liberté économique (publié par le Heritage Foundation), vous constaterez que plus un pays est libre économiquement, plus sa population jouit d’un niveau et d’une qualité de vie supérieure."

    Corrélation n’est pas causalité.
    On peut tout aussi bien expliquer ce fait en disant que plus un pays est riche, plus il a intérêt à la liberté économique.


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité