• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Jean-Marc B

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 414 0
1 mois 0 2 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Jean-Marc B 2 août 11:51

    @Jean-Marc B

    Je voulais aussi remercier l’auteur qui dresse un tableau pertinent de la situation terrible de la planète. Il pointe notamment et avec raison les problèmes de peuplement de la planète.( Et il permet d’engager un débat qui vaut vraiment la peine d’être lancé et relancé ...)
    Beaucoup de commentaires vont dans son sens. Beaucoup semblent résignés à l’inéluctable dévastation . C’est vrai que le libéralisme ne laisse augurer aucun interventionnisme .et pousse au pessimisme .
    Mon idée de carte est davantage une idée de « carte vitale » qu’une carte de rationnement . Elle reste contraignante certes. Mais je ne vois pas comment on peut faire autrement que d’accepter des contraintes et d’en définir ensemble . Surtout quand elles sont justifiées expliquées , égalitaires . Evaluées , réajustées et vécues dans la solidarité d’une communauté de destin.....
    Cette carte vitale pourrait être déclinée au plan collectif (continents, pays, régions , communes....) et individuel. 



  • Jean-Marc B 2 août 10:33

    Peut-être faudra-t-il apprendre vraiment à gérer la ressource ... Car elle est limitée ...
    Des initiatives ont été tentées.
    Des cartes de répartition avaient déjà été proposées. Elles n’étaient pas directement liées aux quantités de matières naturelles disponibles et utiles à l’homme. Bien au contraire.
    Certains politiques, économistes et scientifiques avaient donné les quantités d’émission de CO2 admissibles par pays.
    Bien sût les règles ont vite été détournées. Certains états dits développés et très pollueurs achetaient aux états moins développés et moins pollueurs leurs droits à pollution ....

    L’idée de l’impact carbone des comportements humains n’est pas sotte pourtant.
    Mais d’autres pollutions sont aussi à prendre en compte . D’autres agents chimiques détruisent les milieux terrestres, aquatiques et aériens ( pesticides, nitrates ...)

    Il faudrait envisager aussi de valoriser les impacts positifs de certaines actions humaines :
    -toutes celles qui contribuent à limiter les productions de carbone
    - toutes celles qui concourent à la production d’oxygène
    -toutes celles qui tendent à la protection des sols

    Un domaine me semble particulièrement à regarder de près. Celui qui nous permet de nous nourrir : l’agriculture.
    Le modèle de gestion des sols en agriculture intensive doit être revu.
    Pour un impact positif, il faut penser à la plantation de haies, aux cultures intermédiaires à l’abandon de l’usage des produits dits « phytosanitaires » à l’abandon de cultures consommatrices de quantités d’eaux importantes par arrosages , à l’utilisation de la traction animale et au retour à l’usage des travaux effectués par la main des hommes (plantations, sarclages,, arrachages ...). Cette transformation de l’agriculture mériterait la création de nombreux emplois peu qualifiés et très qualifiés . On serait loin du modèle actuel dans lequel un seul homme s’appuyant sur beaucoup de chimie, et d’énergie mécanisée massacre des dizaines d’hectares pour un rendement au total loin d’être bénéficiaire pour l’humanité ... Il y aurait partage du travail de la terre : des prêts directs de la terre , bien loin des prêts du Crédit Agricole . Et je vois la dedans beaucoup de paysans et futurs paysans gagnants sur tous les plans dans cet échange de proximité ....
    Les échanges de proximité doivent être valorisés. Et ceci est valable pour tous les domaines.

    A présent, je crois que je vais faire bondir la plupart de ceux qui sont partisans du laisser faire et du chacun pour soi.
    Au sortir de la guerre de 1939-1945 des cartes de rationnement avaient été mises en circulation afin de répartir au mieux les denrées disponibles.
    La situation est d’ores et déjà catastrophique, semblable aux conséquences d’une guerre militaire (et pourtant guerre il, y a : elle est économique, impitoyable et mortifère) . Pourquoi ne pas envisager un mode de gestion dérivé des cartes de rationnement , des cartes re-pensées bien sûr , qui détailleraient nos droits et nos devoirs eu égard aux ressources ?
    Le principe est terrible certes, mais la lutte pour être dans le dernier carré des survivants serait elle aussi horrible .... Si aucune contrainte justifiée et équitable et n’est adoptée ....
    Est-ce que tout est déraisonnable dans ce que j’avance ?



  • Jean-Marc B 5 avril 09:48

    @Eric F
    Le statut dont il faut parler c’est d’abord celui de la Fonction Publique, au service du public .
    Quand tout sera privatisé il n’y aura plus de statut de la Fonction Publique, plus de statut de Cheminots par voie de conséquence .... Et votre bonheur sera là avec tous les avantages des sociétés privées qui exploitent leurs employés et qui proposent des produits de basse qualité... Dans une ambiance de tricherie continuelle . Les exemples sont multiples.
    Vous avez voulu que disparaisse le statut des employés du service public des télécoms ? Regardez ce que propose « Free » ... et les autres entreprises du même secteur. Ah, il y a de quoi être content .

    La SNCF fonctionne mal ? l’hôpital fonctionne mal ? L’école fonctionne mal ? Regardez comme le gouvernement réduit sans cesse leurs moyens en matériel et en personnel. (Alors que c’est son devoir d’assurer un service public de qualité). Tout cela dans le but de discréditer ces institutions et de faire le nid pour « la solution miracle » : l’entreprise privée .... Les procédés du gouvernement sont abjects.
    Je vous le répète, on cherche à mettre à bas les acquis du Conseil National de la Résistance. Après guerre les patrons collabos baissaient la tête et les résistants redonnaient la main au peuple. Aujourd’hui , l’Europe est une entreprise de privatisation dédiée au libéralisme le plus dur. Les patrons qui déportent les entreprises vers les pays où la main d’œuvre est la moins chère ne respectent ni leur patrie , ni leur nation, ni les êtres humains dont ils font de nouveaux esclaves. On les retrouve tels qu’ils étaient pendant la guerre.
    Le gouvernement de Macron prend le parti de ces gens là. Je refuse de collaborer.
    Avec les cheminots, (qui en un temps faisaient dérailler des trains ennemis et avaient donc déjà une vraie culture patriote et résistante) je résiste et vous invite à en faire autant.
    Alors dîtes-moi , de quels avantages spécifiques du petit peuple des grévistes parlez vous ?
    Et vous ? De quels avantages spécifiques bénéficiez-vous dans cette société libérale, marchande et individualiste ? Vous espérez encore plus ?.... Décidément, les gens comme vous sentent le vent mauvais ...



  • Jean-Marc B 4 avril 13:14

    Bonjour l’auteur.
    J’ai lu votre article et aussi les commentaires qui vont dans votre sens. Certains commentateurs vous adressent des arguments qui démontent complètement votre proposition de« plan B à la grève » : la gratuité des voyages.
    La réalité c’est aussi que la situation si elle est jugée « noire » et difficile pour les usagers, elle l’est d’autant plus pour les grévistes qui courent le risque de ne pas percevoir de salaire. Des salaires qui ne sont pas fantastiques. On a toujours dit que pour faire fortune il valait mieux travailler pour le privé , là où le moteur essentiel est l’appât du gain. La fonction publique n’est pas à l’origine de grosses fortunes sauf ... peut-être pour certains vrais nantis : je parle des politiques et des haut s fonctionnaires. Tous ceux qui justement dénigrent le principe de la fonction publique en y appartenant . Car bien sûr on ne remet pas en cause leur très coûteux statut de très grands privilégiés à eux . Ils ne sont pas cheminots eux .
    Maintenant, vous trouvez que le service public coûte cher à la nation ? (Car bien entendu l’enjeu majeur est bien la défense du service public). Vous trouvez que les services publics sont la cause du déficit du pays ? On se fout du monde quand on argumente ainsi . Regardez le déficit budgétaire dû à l’évasion fiscale !!!! L’évasion fiscale de toutes ces sociétés privées et intérêts privés. On sait à qui on doit ces soit disant difficultés budgétaires.
    Les gens qui prônent l’abandon du service public seront les premiers à râler parce que les trains ne desserviront plus leurs villes car les lignes seront vite jugées rentables ou pas assez rentables par des sociétés privées. Regardez comme vos hôpitaux, vos écoles , sont déjà sous la menace de fermetures quand le service public cherche à tout prix la rentabilité alors qu’on attend de lui d’abord un service rendu à tous les citoyens. Des citoyens qui doivent être à égalité devant la loi mais aussi devant les apports de la collectivité publique .
    Amaury Grandgil où donc est passé votre sens de l’altruisme prôné par la religion chrétienne dont vous vous réclamez ?
    En fait vous savez bien que le seul paradis que vous espérez est celui vécu sur terre .... quand on a comme vous une certaine aisance sociale...
    Faîtes donc preuve de vraie générosité sans la déclarer haut et fort sur les toits. Donnez un peu d’argent pour les caisses des grévistes !

    Et puis si la fonction publique se trouve un jour améliorée grâce à ces revendications acruelles , ne venez pas fréquenter les trains publics mais prenez vos chers cars Macron.
    Je ne me fais pas d’illusions car tous ceux qui ont râle contre les grévistes n’ont jamais refusé les acquis obtenus dans la lutte menée par les autres : congés payés, vacances... Et aussi tous les acquis dûs au Conseil National de la Résistance et des gouvernements qu’il a inspirés .... 
    Même les collabos sont venus à la soupe ....



  • Jean-Marc B 26 mars 13:59

    Bonjour. Une fois encore, très bien dit C’est Nabum .

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès