• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Jeff

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Jeff 2 avril 2009 16:27

    Plutôt faible votre réplique !

    Votre réplique au coup de gueule de Madame Maresquier, M. Fournelle, est bien émotive : tout aussi émotif que le texte de la dame. L’une comme l’autre, soit par l’énormité de la charge, soit par la faiblesse des arguments, n’arrivez pas à convaincre qui que ce soit de quoi que ce soit. 

    Votre remarque "Cette dame a sûrement écrit son papier sous l’effet d’un tabac quelconque ou le lendemain d’une déception d’alcôve" peut faire sourire mais n’en reste pas moins une attaque contre la personne (argument ad hominem) qui n’échappe à personne. On ne persuade pas avec ce genre d’argument.

    Quant à cette autre citation tirée de votre texte "Le Québec est considéré comme un des pôles de développement dans plusieurs domaines sur la planète, n’en vous déplaise chère dame" il aurait été éclairant que vous nous donniez des exemples de ces domaines où le Québec excelle... N’est ce pas !... Autrement, on doit vous croire sur parole et rien, ne vous en déplaise, ne nous permet de vous accorder cette faveur.
     
    Je maintiens (Comme je l’ai déjà suggéré dans mon commentaire à son article) que cette dame a simplement réagit de façon un peu trop virulente à une accumulation de frustrations dues sans doute à des espoirs démesurés face à un pays inconnu.

    Si j’avais le pouvoir de vous donner un petit pensum M. Fournelle : j’attendrais de vous que vous me démontriez que les statistiques citées dans le texte de Mme Maresquier sont fausses et que vous en aligniez qui viendraient contrebalancer celles qu’elle avance.

    Cordialement, 

    Jeff
     



  • Jeff 2 avril 2009 00:52

    Statistiques fort intéressantes, pour un québécois encore plus que pour un français. J’ai mentionné votre article sur mon nouveau blog, http://www.ordonc.ca

    Bien que de toute évidence biaisées dans leur sélection même, ces statistiques ne sont pas fausses. Cet article a beaucoup de résonance chez moi qui ai vécu une situation de quasi-émigrant aux Antilles anglaises dans les années 90. Parti pour un pays que j’aimais beaucoup et depuis longtemps, il se trouve qu’après huit ans, je n’arrivais plus à le supporter et que mon attitude, de béat admirateur au début, s’était progressivement mutée en dépit, en récriminations constantes et en critiques acerbes. Au fond de cet article je sens le même dépit, les mêmes regrets, l’impression d’avoir été floué... Et je comprends.

    C’est le propre de l’immigration que de créer chez l’émigrant cette sorte de dédoublement presque schizophrénique entre l’appartenance au pays hôte et l’appartenance au pays d’origine. Le rêve du nouveau pays, en se frottant à la banalité du quotidien, se transforme en rêve du pays d’origine. On n’arrive plus très bien à se souvenir des raisons pour lesquelles on l’a quitté en premier lieu et on se met à l’idéaliser conne une sorte de paradis perdu. 

    Je suis né dans un petit village de cette région du Québec qu’on appelle "Le bas du fleuve". Dans ce petit village habitaient, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, un seul couple d’immigrants français, la famille Laurent dont le père était boucher. Après avoir vécu au Québec pendant des décénnies, ils décidèrent de rentrer en France. ...Un an plus tard ils étaient de retour dans ce même petit village québécois qu’ils avaient peut-être immensément détesté en silence pendant des années. Ils y ont fini leurs jours et reposent en paix dans le cimetière du village. La France qu’ils ont retrouvé n’avait plus rien à voir avec celle qu’ils avaient laissée (Celle rêvée...) et ils ne s’y reconnaissaient plus. 

    Ainsi va la vie !

    Jeff







Palmarès