• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Julien Simon

Julien Simon

Libraire le jour, auteur la nuit.

Tableau de bord

  • Premier article le 06/05/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 2 97
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • Julien Simon Julien Simon 7 mai 2010 08:56

    Je profite que nous ayons atteint le point Godwin de la conversation pour réapparaître. ^^

    Relisez, Dom, le passage où je dis qu’en cas de besoin, et notamment en cas de véritable danger physique, de menace de mort, l’anonymat demeure la meilleure solution de résistance. Donc non, je ne suis pas en train d’enfumer le bois pour en faire sortir les résistants. Non, je ne suis pas en train de lancer un appel à la dénonciation (notre gouvernement s’en charge). Je dis juste que dans la France de 2010, on ne peut pas dire que ce second livre soit un danger pour ses auteurs, et qu’il mérite une publication anonyme. Je parle du second, pas du premier.

    Quant aux camps de détention, j’ai dû loupé un épisode. On parle bien du même pays, là, la France ? Il est évident qu’en Chine ou en Iran, l’anonymat des libres penseurs doit être entretenu et respecté.

    Quant à répondre finalement sur l’anonymat, je signe en mon nom propre (désolé, j’ai deux prénoms en guise de nom, tout le monde ne peut pas avoir un « vrai » nom de famille, en tout cas j’ai l’impression que ça a distrait Dom pendant au moins deux bonnes minutes). Je voudrais préciser que l’anonymat n’est pas qu’héroïque. Il est surtout, et en première ligne, dénonciateur, accusateur et répressif. Vous pourrez cette semaine lire le livre de Cassandre sur DSK, un torchon aux sources plus que lointaines, un livre rempli de rumeurs à peine masquées en vérité et bien sûr, rigoureusement anonyme. L’anonymat permet également d’employer le mot charogne. Etonnant, non ? ;)



  • Julien Simon Julien Simon 6 mai 2010 19:17

    Pour préciser ma pensée, je disais simplement que mettre un terme à l’anonymat permettait aux auteurs de justement se mettre à l’abri de retombées judiciaires abusives. Se présenter en pleine lumière, c’est aux yeux de l’opinion se disculper moralement. Il va sans dire que Sarkozy n’aurait sans doute pas osé incarcérer Coupat si longtemps si l’ouvrage avait été signé. Car l’opinion publique (morale comme politique) se range toujours du côté de l’opprimé, en tout cas en France (symptôme national). Avec l’opinion publique de son côté, Coupat aurait bénéficié d’une immunité au nom de la liberté d’expression. Sarkozy a exploité cette faille de notre morale pour mettre ses plans à éxecution. Et nous sommes d’accord, cette détention était abusive et anti-républicaine. J’avais d’ailleurs adoré l’insurrection qui vient. Je reproche juste à ce nouveau livre de tomber dans la facilité. Lisez-le, si vous avez le temps.

    Quant à la notion de héros de tous les jours, je pense qu’il est faux et biaisé de penser que nous puissions chacun être les héros d’une dramaturgie personnelle et épique. C’est une invention du storytelling, justement. Une invention très répandue, dans beaucoup d’idéologies et de médias, notamment avec l’invention des nouvelles réalités. Une invention destiné à créer frustration, confusion et contradiction dans les esprits. Pour mieux les manipuler ensuite.

    Mais c’est un simple avis. Toute discussion est et demeure constructive. ^^







Palmarès