• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Jurvadi Krishvati

Jurvadi Krishvati

L'éternité, c'est vraiment bien... surtout au début. 

 

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 12 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Jurvadi Krishvati Jurvadi Krishvati 15 octobre 2009 19:21

     " la deuxième, c’est que même si en ce moment je ne suis pas spécialement tendre avec les organismes de formations, surtout depuis un peu avant mon dernier article, il ne s’agit pas pour moi d’en réfuter l’efficacité quand ça marche, mais d’en montrer les dysfonctionnements existants,

    pas d’en tirer des conclusions sur ma vie ou la vie de la précarité en général. « 

    En tout cas il semble bien que vous vous contentiez d’un dysfonctionnement qui vous a touché personnellement pour en tirer des conclusions sur les organismes de formation en général. Est-ce que ce dysfonctionnement rencontré à titre personnel est généralisable à l’ensemble des organismes de formation ? Combien de personnes n’ont pu effectuer leur formation pour une erreur de vérification de la date de début de cette formation, en comparaison du nombre de personnes qui ont effectué leur formation sans rencontrer ce souci ?

     » Pour vous ça a été porteur, tant mieux, pour moi je suis allez voir ailleurs si d’autres portes étaient plus rapidement efficace, ça c’est de la subjectivité individuelle. "

    Si vous avez transformé cette déception en une opportunité pour aller vers autre chose et si cette bifurcation vous fait sortir de l’impasse, alors on ne peut que s’en réjouir. 

    Que le système de formation doit être plus efficace, clair, éthique, c’est une évidence, comme pour tous les systèmes, toutes les organisations, toutes les institutions, etc. 




  • Jurvadi Krishvati Jurvadi Krishvati 15 octobre 2009 18:41

    « Contrairement de Krishvati, je ne lis pas dans vos mots une désicion à la fatalité. » 

    Pouvez-vous m’expliquer ce que vous avez compris en ce qui concerne mon point de vue sur la situation de l’auteur ? 



  • Jurvadi Krishvati Jurvadi Krishvati 15 octobre 2009 18:05

    D’accord, il y a eu un dysfonctionnement, mais je ne comprends toujours pas ce qui vous empêchait d’intégrer la session suivante pour faire cette formation. 
    Vous dites vous retrouver dans une impasse, à la suite d’une simple absence de vérification de la date de début de cette formation ; ce qui vous aurait fait perdre tout espoir. N’est-ce pas là une sorte « d’excuse » qui rendrait autrui responsable de votre situation ? 



  • Jurvadi Krishvati Jurvadi Krishvati 15 octobre 2009 16:04

    Je ne comprends pas vraiment ce qui vous empêche de faire une formation à l’AFPA. Si la session de formation qui vous intéressait était commencée il y avait sûrement possibilité de s’inscrire pour la suivante, au pire dans un autre centre AFPA. 
    Je me suis trouvé dans la même situation il y a quelques années. Il n’y avait pas de places disponibles ( délai d’attente d’un an...) pour la formation qui m’intéressait dans les centres AFPA de ma région. Il m’a fallu aller faire cette formation dans un centre situé à 450 km de chez moi, où le délai d’attente n’était que de quatre mois. Ce centre proposait un hébergement gratuit pour ceux qui n’habitaient pas sur place et j’ai pu ainsi obtenir un diplôme d’Etat de Technicien Supérieur et trouver un emploi à la sortie. 
    A vous lire on a l’impression que traverser votre ville (vous avez de la chance en plus d’avoir un centre AFPA à proximité) c’est déjà trop vous demander... 
    Moi non plus je n’avais pas d’argent, moi aussi j’étais au RMI, moi aussi j’imaginais pouvoir vivre de ma plume... un jour... Et j’aurais certainement continué à végéter si je ne m’étais pas sorti de mon trou pour faire cette formation bien loin de chez moi. Pensez-y, l’AFPA offre des possibilités qu’il faut savoir trouver et exploiter. 
    Vivre de sa plume c’est une tout autre affaire. On parlait il y a de cela quelques années, d’une centaine de personnes qui vivaient de leur plume en France : des écrivains dont le seul revenu venait de leurs écrits (ne parlons pas des journalistes, politiques, animateurs télés, sportifs, qui vendent leurs livres à l’occasion). Peut-être qu’ils sont un peu plus aujourd’hui ; 200 pourquoi pas... Ce qui laisse peu de chance d’atteindre un jour cette élite. 
    J’y pense toujours, j’écris toujours, mais c’est mon diplôme (et mes compétences professionnelles) acquis à l’AFPA, ainsi que mon travail actuel qui me font vivre. 
    Si vous trouvez une opportunité de partir loin de chez vous pour effectuer une formation qui vous plaît, même si ça paraît irréaliste au premier abord, vous risquez de voir votre vie changer comme ce fut le cas pour moi. Mais c’est vous qui décidez si la précarité est une fatalité ; ça dépend énormément de vous et un petit peu des autres et non l’inverse. 




  • Jurvadi Krishvati Jurvadi Krishvati 8 octobre 2009 09:54

    L’Express le train-train hebdomadaire, chaudement recommandé par Carla et Chouchou-mon-mari. 
    Arrivée en gare Polanski-Mitterrand : 20 minutes (20 ans de maison) d’arrêt ! 







Palmarès