• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

JYL83

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 8 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • JYL83 21 août 12:28
    Bravo Bruno Guigue.
    Merci pour ce magnifique article que j’attendais depuis longtemps et qui est sans doute une des contributions les plus fondamentales faites sur AgoraVox depuis bien longtemps.
    Son mérite est de montrer l’ampleur réelle de l’effondrement de la gauche française :
    1) Il affecte la quasi totalité des formations de gauche comme vous le dites si bien. Généralement les critiques de la gauche « libérale » ne portent que sur la droitisation du PS. En fait, l’ensemble des formations de gauche a été convertie au capitalisme néo-libéral, PCF et France Insoumise inclus, c’est à dire ce qu’on appelle (à tort) la « gauche radicale » ou « gauche de la gauche ». 
    2) L’effondrement n’est ni électoral, ni ponctuel : il est idéologique et donc fondamental et interdit désormais toute analyse de classe à l’échelle nationale ou internationale.
    3) L’effondrement idéologique n’est pas seulement celle des élites de la gauche (élus et dirigeants) mais de la plus grande partie des militants ou sympathisants des formations de « gauche radicale » qui, au fil des années, ont été formatés culturellement au discours droit-de-l’hommiste, à la « gauche des valeurs » (humanisme, « démocratie », soutien aux minorités, LGBT, ...) ainsi qu’à la haine du communisme réel. Ils sont d’ailleurs totalement ignorants de ce communisme réel puisqu’ils ont été nourris à la propagande. Propagande anti-soviétique de guerre froide, falsification de l’histoire enseignée à l’école (communisme = nazisme), Méa Culpas permanents des partis communistes reconvertis à l’économie de marché ... Ils sont aussi totalement ignorants des réalités de la lutte des classes et notamment du fait que si un gouvernement met en oeuvre une politique (même timidement) de gauche, il est immédiatement combattu par les possédants nationaux et internationaux et menacé d’un renversement par tous les moyens et que, si il veut survivre, il doit se défendre.


  • JYL83 8 août 12:16
    Hélas, la religion écologique embrassée avec enthousisasme par une grande partie des gens de gauche normalement « progressistes » nous enferme dans ses dogmes et nous prive de l’usage de notre raison. Un progressiste devrait être un ami de la science et de la technique mises au service du progrès de la masse des gens constituée par le monde du travail.
    L’écologisme nous a amenés à l’anti-science et à l’anti-raison et nullement au souci de la nature. L’homme de gauche d’aujourd’hui se sent obligé d’être anti-nucléaire, anti-vaccins, anti-voitures, anti-chimie, anti-industrie ... Il est l’ami de tout ce qui tourne le dos à la raison (médecines douces, homéopathie ...) et il fonce tête baissée dans toutes les astuces austéritaires que le système néo-libéral déguise en bonnes idées écolo.

    Où est Linky là-dedans ? Eh bien, on est contre Linky pour tout un tas de raisons sottes : risque sanitaire des ondes, menace pour la démocratie ... mais presque jamais pour la bonne raison qui est que Linky est l’instrument de l’énergie chère et rationnée.
    Le compteur communicant permet de connaître la consommation d’un ménage en temps réel et donc de facturer l’électricité au prix instantané du marché electrique. Cela veut dire que aux moments de forte demande électrique et donc de pénurie, le prix du marché s’envole et, à terme Linky permettra de présenter une facture d’électricité semblable à une facture de téléphone : tant de minutes à 10 fois le prix de base, tant de minutes à 2 fois le prix de base etc ... Factures en forte hausse, mais c’est votre faute, voyons : vous n’avez qu’à couper tout quand c’est cher !

    Mais qu’est-ce qui donne donc le prétexte au marché instantané de l’éléctricité pour s’envoler à certains moments ?? Eh bien, le recours accru à des énérgies intermittentes (éolien, solaire) et chères qui mettent le réseau en pénurie au moments où elles s’arrêtent et la « sortie du nucléaire » aussi appelée du nom scandaleux de « transition énergétique » qui prive le réseau de sources stables et bon marché.

    Conclusion : Linky est l’ami et l’accompagnateur de la sortie du nucléaire et de l’austérité énergétique. Comment peut-on être à la fois contre Linky et contre le nucléaire ?? Les gesticulations de M. L’homme (« trop radicalement » contre Linky et contre le nucléaire) ou de ses adversaires (contre Linky et contre le nucléaire aussi) ), c’est du Kafka et je n’y comprends rien ! Moi, je suis contre Linky, pour le nucléaire, contre le marché de l’électricité et pour un service public de l’énergie nationalisé permettant l’égal accès de tous à une énergie bon marché.


  • JYL83 5 août 19:53

    @Aristide
    Non, Aristide. Je n’ai aucune prétention à régir la vie de qui que ce soit en écrivant « un révolutionnaire se doit ... ».

    Si je dis « un curé se doit d’être chaste », je ne demande pas à tout le monde d’être chaste. je dis simplement que son rôle à lui est de l’être.
    Or le rôle de quelqu’un qui se pense révolutionnaire au sens anti-capitaliste du terme, c’est de lutter contre l’abrutissement des gens qui pourraient se révolter, abrutissement mené (entre autres) à coups de vedettes de ci ou de ça ou d’embrigadement dans des hystéries de masse. Mais je n’ai aucune prétention à vous faire embrasser ce rôle.


  • JYL83 5 août 12:17

    J’approuve la plupart des articles de taktak et je suis en général complètement sur les positions du PRCF.

    Cependant je désapprouve la tonalité de cet article qui tend, indirectement à excuser les stars du foot, leurs salaires indécents et à plaindre la « merchandisation » de leur corps (les pauvres ... !) . Qui tend aussi à excuser les supporters ( « bon enfant » !) et leur attachement identitaire et chauvin à un club.
    Les Neymar et autres vedettes font plus pour l’abêtissement du peuple que les médias aux ordres ou les politiciens du capital. C’est d’ailleurs la fonction idéologique première de la promotion dont ils font l’objet. Ils sont l’instrument de la corruption des esprits, ils éloignent de la lutte et de la prise de conscience de classe. Il font fantasmer sur la réussite individuelle, l’argent facile et les dieux. Tout révolutionnaire se doit de les combattre et vouloir excuser le foot sous prétexte que c’est un spectacle qui a la faveurs des ouvriers me semble être une grave erreur. 


  • JYL83 3 août 19:45
    Nombre de nos amis intervenants qui critiquent le doublement du contrôle technique dévoilent à juste titre les basses intentions des bureaucrates bruxellois et de leur laquets français. Mais, en même temps, ils tombent souvent dans un autre de leur pièges : la dénonciation véhémente de l’imprudence, de la vitesse et de l’alcool EN GENERAL. C’est à dire l’imprudence de tous : comme le dit la Prévention Routière « Tous Responsables ». Paradoxalement, ils se se font ainsi les porte-voix de ceux-là même qu’ils dénoncaient l’instant d’avant.

    Imprudence, alcool et vitesse sont effectivement des causes d’accident mais si ils font l’objet d’un tel battage médiatique et répressif ce n’est pas pour cette raison. C’est parce qu’ils permettent de cibler à peu près tout le monde, de faire vivre tout le monde sous la menace du radar ou de l’alcootest, de faire vivre tout le monde dans un état d’urgence (comme l’état d’urgence anti-terroriste ou climatique), d’instaurer un état policier consenti par la population parce que basé sur une culpabilité permanente de tous.
    Le but ultime étant de briser les résistances, l’esprit critique et d’amener la population à l’état de moutons prêts à accepter tout, c’est à dire toute mesure qui va bien au-delà des questions routières. Cet état de culpabilité est d’autant plus efficace qu’il se porte sur des activités toutes simples de la vie quotidienne comme le déplacement en voiture.

    On est par contre très discrets sur des causes évidentes d’accident que tout un chacun peut constater dans sa pratique quotidienne.

    1) Imprudence, alcool et vitesse, oui mais de la part de catégories particulières qu’il est politiquement incorrect de cibler et dont on s’efforce de masquer les responsabilités. Nos « rebelles » motards qui font du 180, qui font des étincelles dans les virages, dont on entend les moteurs hurler à 1 kilomètre, qui échappent à 80% aux radars mais jalonnent le bord de nos routes de pots de chrysantèmes, nos djeunes que l’on encourage à faire la fête et à se bourrer « pourvu que l’un d’entre eux reste sobre et reconduise les autres ».... Nos encasquettés au volant de leur Golf qui roulent à 100 en ville. Nos gentils scoots qui slalomment entre les files, dépassent à droite ou à gauche, montent sur les trottoirs et passent au rouge, le tout à fond les manettes.

    2) Les routes nationales (il en reste encore quelques une) et départementales dont le tracé n’a pas changé depuis des décennies et qui sont totalement inadaptées à la circulation actuelle : Depuis les annees 1970/90 aucun nouveau contournement de ville, aucune nouvelle voie de dépassement, aucun élargissement, aucune mise à quatre voies.
    Mais des ronds points, des retrécissements, des ilots, des signaux surnuméraires et irréalistes. Doubler un camping-car qui fait du 70 ou un camion devient un exploit.

    3) Des autoroutes « de luxe » dont une grande partie sont sous-utilisés tant ils sont chers et qui, de ce fait, renvoient une partie de la circulation vers des routes étroites et des traversées de villes.

    4) Des villes et villages que l’on est obligés de traverser faute de contournements mais qui sont devenus des camps retranchés anti-voitures bardés de ralentisseurs, chicanes, zones 30, peintures incompréhensibles et stupides priorités à droite ressorties de la naphtaline.








Palmarès



Agoravox.tv