• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Lancelot

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Lancelot 26 juillet 2008 19:47

    Moi j’aime bien Mickie James.

    J’étais content quand elle a gagné contre Glamazon.

    Cul mis à part, je préfère le catch féminin car les acrobaties sont plus impressionantes.

    En fait les catcheurs masculins sont trop lourds pour réaliser des figures intéressantes. D’ailleurs Glamazon elle-même est trop musclée et stéroïdée pour pouvoir réussir ses chutes.

    une fois j’ai vu Great Khali dans un combat pour une ligue japonaise, c’est vrai qu’il fait peine à voir.



  • Lancelot 29 septembre 2007 11:40

    Autrefois, les prépas étaient plus mixtes socialement, aujourd’hui elles le sont moins. Mais il n’en reste pas moins qu’elles ont démontré par le passé leur capacité à fonctionner dans un contexte de plus grande mixité sociale. C’est la société qui a évolué. Quel non-sens de prétendre que cela serait un argument en faveur de la démolition des prépas !

    « En tant qu’universitaire, je suis d’accord que l’efficacité (et les moyens ! on oublie les sommes énormes prodiguées sur les grandes écoles au côté du budge miséreux des facs) pourrait être largement améliorée à l’université. Mais je trouve que deux systèmes concurrents, dont l’un reste le parent pauvre, sont une anomalie française, inconnue du restant du monde, et serais plutôt favorable à une incorporation à la fois des grandes écoles et du CNRS dans un réseau de facs consolidées et regroupées. »

    La naïveté des enseignants de fac est toujours assez troublante. Ils appellent à une unification, mais pas un instant ils n’envisagent que ce ne serait pas nécessairement leur système à eux qui aurait vocation à phagocyter tous les autres. Cette prétention à l’hégémonie de l’Université ne date pas d’hier ; rappelons-nous que si François I a créé le Collège de France, c’était pour contrer la domination de la Sorbonne sur les milieux érudits parisiens. Et pour que le Collège de France puisse fonctionner en toute indépendance (ce qu’il continue de faire aujourd’hui), il fallut que le roi lui offre la garantie que ses professeurs ne se verraient jamais exiger de devoir justifier d’un diplôme universitaire pour pouvoir conserver leur chaire. Il y a chez les universitaires une très vieille tradition de vouloir s’attribuer un monopole sur tout le domaine du savoir. Pouvoir étudier en dehors de l’Université, pouvoir déliver des diplômes qui échappent à son contrôle, autant de libertés essentielles dans un pays qui prétend être sorti du moyen âge.







Palmarès