• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

LATOUILLE

LATOUILLE

docteur en sciences de l’éducation, études de sociologie et de psychologie, auteur d’un douzaine de livres, a été chargé de cours en gestion des processus d’innovation et en communication interne dans les organisations. Il a occupé de nombreuses fonctions dont collaborateur d’élus et conseiller de Ministre notamment du Ministre de l'Education nationale du Gabon de 2010 à 2015.
 
 

Tableau de bord

  • Premier article le 03/11/2016
  • Modérateur depuis le 17/07/2018
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 12 13 575
1 mois 3 2 266
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 23 23 0
1 mois 12 12 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • LATOUILLE LATOUILLE 25 novembre 17:26

    @JL
    merci pour votre commentaire riche qui me convient bien.
    pour ce qui est des « mathématiciens » il faut relire Musil pour comprendre ma comparaison audacieuse et comme toujours dans de tels cas à la limite de l’outrance. Dans le même livre, quelques dizaines de pages plus loin, Musil détaille l’avènement de la « rationalité » qui prendrait le pas sur la spontanéité des humains… Donc loin de moi de vouloirs pourfendre les mathématiciens, j’en fréquente beaucoup trop et avec bonheur. Dans cette ligne il y a un livre passionnant de mon ancien collègue à l’Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat, Fabrice Bardet « la contre-révolution comptable »... de mathématiciens de Musil aux « technocrates » d’aujourd’hui le chemin est mince.



  • LATOUILLE LATOUILLE 25 novembre 17:17

    @Albert123
    qu’entent-on par « révolution de 1789 », l’insurrection du peuple, la journée des tuiles à Grenoble en 1788, ou la suite et notamment la Terreur ? Après l’écriture du Romans national à la fin du 19°siècle et au moment où on voudrez en écrire un nouveau, votre réaction, judicieuse, m’incite à me repencher sur la thématique de 1789 et ses liens avec une modernité indéfinie...



  • LATOUILLE LATOUILLE 21 juillet 10:38

    @foufouille
    c’est bien le problème : quel prix veut-on mettre pour le bien-être des gens. On peut baisser les prix, on peut augmenter les salaires, on peut augmenter les allocations… on peut mais le veut-on vraiment ?

    Pour le reste je ne peux qu’être d’accord avec vous. Des histoires comme celle du « cinoche » que vous avez vécu je peux en raconter des milliers. Un exemple banal, celui du verrou des toilettes. Il existe dans les lieux publics des toilettes adaptées dont quelqu’un qui a des difficultés de préhension ne peut pas se servir car le verrou est trop petit, trop « dur »... C’est aussi le système d’assistance des aéroports français qui servent plus aux personnes valides qu’aux PMR qui en plus sont souvent prises en charge tardivement ; la dernière fois j’ai attendu 1h dans l’avion, une fois au bout de 45 mn on m’a demandé de rejoindre « pédibus » une salle d’attente où j’ai encore attendu 45mn... et ne parlons pas de la non prise en compte du handicap dans les hôpitaux.

    je crois que je vais écrire un bouquin sur ce sujet. J’ai trop vu de galères dans ma carrières, j’ai fait de mon mieux pour aider les gens mais que de combats. Moi, je n’ai pas trop à me plaindre : je peux écrire, j’ai une position sociale et je gagne très bien ma vie ; ça n’était pas le cas des gens dont le dossier me parvenait.



  • LATOUILLE LATOUILLE 20 juillet 16:26

    @foufouille
    c’est bien tout le fond de la question : que veut-on ? Veut-on le bien être des gens (valides ou handicapés) ou favoriser le porte-monnaie des promoteurs et des propriétaires (certains étant moins honnêtes que d’autres) ? Le directeur d’une grande banque déclarait récemment que cette décision de la loi ELAN est une bonne chose qui incitera les promoteurs à construire plus… mais il ne nous dit pas s« ils baisseront les loyers et le prix de vente à hauteur des économies faites par la chute des normes…

    il faut des logements décents pour tous, et des revenus décents pour tous. Comment peut-on encore de se satisfaire du »on ne peut pas". Je n’accepte pas qu’on verse une prime d’activité pour compenser un bas salaire plutôt que d’augmenter les salaires ; alors on me dit que dans le monde économique actuel ce n’est pas possible … Ne nous avait-on pas promis un monde nouveau ? Si nos aïeux c’étaient ainsi satisfaits en 1789, en 1848, en 1870 et en 1945, où serait-on, que serions-nous ?



  • LATOUILLE LATOUILLE 20 juillet 11:58

    @Aristide

    vous avez raison, il faut supprimer les places de stationnement réservées car peu de handicapés conduisent, il faut aussi supprimer l’accessibilité des bus car peu de handicapés les utilisent. Concernant ce dernier exemple nous avions conduit une étude rapide qui montrait que la majorité des bénéficiaires de cette accessibilité des bus étaient des personnes âgées avec ou sans leur cadi, des mères avec leur poussette, des voyageurs avec leur valise. Pendant 7 ans j’ai pris au moins deux fois par semaine le bus 94 à la gare Montparnasse et jamais je n’ai vu un « handicapé » par contre quel bonheur pour les voyageurs avec leur valise.

    vous avez raison peu seront loués ou achetés par des handicapés, mais combien de valides deviendront handicapés du simple fait de leur vieillissement, sans compter les maladies et les accidents ?

    la Convention de l’ONU signée par la France, qui reprend le concept dans la loi de 2005, parle d’accessibilité universelle. Une accessibilité qui profite à tous. La position de la Loi ELAN est discriminatoire comme l’est la pratique de l’accessibilité en France. Par exemple je suis allé à la Mison du Tourisme à Poitiers où l’entrée est accessible mais une fois dans l’entrée le visiteur doit franchir une marche qui aurait facilement être remplacée par une rampe…

    au-delà du handicap, pensez-vous que ce serait inintelligent que de proposer des appartement avec des toilettes et une salle de bain d’une surface supérieur à ce qu’on rencontre aujourd’hui ? Pensez-vous qu’au moins une chambre de 12m² serait déraisonnable ?

    mais après tout puisque les handicapés sont si peu nombreux pourquoi ne pas revenir à des politiques anciennes et les confinés dans des hospices. A ces époques on niait même qu’ils puissent être humains, si bien que pendant la 2ème guerre mondiale, en France, on a laissé mourir de faim des dizaines de milliers de malades dans les hôpitaux psychiatriques.

    mais on préfère, en France en particulier, soigner le porte-monnaie des promoteurs que de tenter d’améliorer le bien être des gens. Et, là, j’aurais pu multiplier les exemples autres que ceux concernant les handicapés. D’ailleurs c’est curieux que vous vous soyez attaché à cet exemple et pas à celui des CP dédoublés ; seriez-vous de ceux qui s’arrêtent voire se stationnent sur les places réservés aux handicapés ?

    enfin, ma vie associative débutée à 13 ans et qui atteint aujourd’hui les 53 ans, attestera que je n’ai rien, dans mon fonctionnement mental, d’un technocrate. Vous ne pouviez pas mieux m’insulter.







Palmarès