• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

LPA

LPA

Sound designer, ingé son, compositeur, musicien. A travaillé pour des jeux vidéos sur téléphone portable (dont iphone) et pour un long-métrage (tournage et post-prod). Maquettes musicales, sonorisation de concerts, sound design de trailers vidéo et autres bricolages sonores ! :)

A découvrir sur mon portfolio www.nsignat.net
Egalement intéressé par les sciences humaines, l’introspection et le développement personnel, l’Homme en général. Déteste les élitistes imbus d’eux-même ainsi que toute personne butée, incapable d’avoir un vrai dialogue.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 18 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • LPA LPA 3 novembre 2009 19:19

    Tout à fait d’accord avec vous cher Sisyphe !



  • LPA LPA 3 novembre 2009 19:15

    Désolé pour l’auteur de l’article mais je vais être un peu hors sujet pour répondre à Bardamu.

    Donc à Bardamu : c’est incroyable, vous avez une vision de la psychanalyse complètement biaisée, comme si vous n’en reteniez que les mauvais côtés. C’est manichéen à souhait. Je ne sais pas d’où vous vient cette position radicale - et finalement assez caricaturale - mais vous avez du rencontrer les mauvaises personnes. Car même si dans ce domaine, comme dans tous les domaines, il y a de tout, il existe de « bons » psychanalystes qui savent faire preuve de légèreté, de simplicité, et qui connaissent également leurs ennemis (ceux que vous citez à savoir encourager l’individualisme, valoriser les choix, etc ...).

    « Faites vous plaisir, si tel est votre choix ! clamera le psy, réalisez-vous ! laissez-vous aller ! seuls comptent vos choix ! » Ca c’est du n’importe quoi ! ! ! Le travail d’un psy ce n’est pas de donner raison systématiquement à son patient mais de relire des évènements pour mieux les comprendre et avoir un maximum de cartes en main. Autrement dit mieux se connaître, arrêter de se mentir, comprendre ses illusions ...

    En revanche je vous rejoins sur les dérives du coaching et autres psychothérapeutes qui s’improvisent : c’est exactement ce qui discrédite les vrais pro qui eux ont étudié et ont, normalement, eux-même été psychanalysés ...



  • LPA LPA 3 novembre 2009 18:45

    Les bofs aussi sont persuadés de faire du bon sens tout en vivant avec légèreté ! ! !



  • LPA LPA 3 novembre 2009 12:05

    Le sujet est très intéressant mais désolé j’ai beaucoup de mal avec le ton de l’article : les banalités psychologiques jetées ici et là sont tout de même très convenues et au final tout est très vite expédié. On n’a pas l’impression d’une rédaction sérieuse, surtout cette ponctuation un peu hystérique (question exclamation question exclamation question ...) qui est désagréable, je trouve.

    Quant aux critères de rééducation pour les parents, cela me semble extrêmement délicat : quel sera le seuil de la normalité ? Quelles seront les névroses acceptables, les défauts de personnalité à bannir ? Devra-t-on leur imposer une psychanalyse ?

    Que faire des parents qui tiendront absolument à avoir un enfant ? Ceux qui auront des enfants dans l’illégalité (si on imagine que cela soit illégal à partir du moment où les résultats de leur analyse leur aurait interdit d’en avoir) ?

    Comme le dit Radix, devenir parent c’est tout un apprentissage. Autrement dit, même une personne « normale » (chose très floue qui reste à définir évidemment) pourra faire des gaffes, tomber dans l’adultère et divorcer (ou plus simplement se séparer) ce qui, mine de rien, peut également être traumatisant pour un enfant.

    Bien qu’étant contre toute forme de violence (entre les êtres humains, pas seulement entre les enfants et les parents), je trouve qu’il serait tout aussi dangereux d’aller à l’excès en sens inverse, ou autrement dit de vouloir imposer une sorte d’éducation parfaite à tout le monde.

    Car en grandissant et en traversant les épreuves de la résilience, les défauts d’une éducation peuvent devenir de grandes qualités ...



  • LPA LPA 1er septembre 2009 14:52

    La langue française est certes assez difficile à maîtriser, mais c’est tout de même un bonheur que de manier toutes ses règles et tout son vocabulaire. Je ne suis pas du tout pro élitiste mais sans vouloir faire du prosélytisme (haha), le côté noble et complexe du Français a son charme, je trouve (oui c’est évidemment très subjectif).

    De mon expérience, de mes rencontres et de ce que j’ai pu observer, le milieu social ne détermine pas toujours le niveau de maîtrise de la langue. En effet, même si ce n’est pas très représentatif, parmi tous les jeunes (22-26 ans issus de familles d’ouvriers et middle class) que je connais, il n’y en a que très peu qui sachent écrire correctement et lorsque c’est le cas, ils constituent une exception dans leur fratrie.

    En fait, je crois qu’il s’agit presque d’une question d’identité : aimer la langue, aimer lire et écrire, élever au rang de valeur sa qualité d’expression, cela dépend plus de la construction de l’identité de chacun (également fonction des différentes rencontres) que des professeurs ou même des parents, dont l’influence semble moins forte. C’est évidemment un peu simplifié mais c’est en tout cas mon sentiment ! :)







Palmarès



Agoravox.tv