• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Lisa Melia

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Lisa Melia 31 mars 2009 20:43

    J’ai trouvé ce texte exagéré. Je ne suis pas au Québec depuis assez longtemps pour pouvoir affirmer que la vie y est belle tout le temps et pour toujours, mais pour l’instant j’en suis ravie. Le problème n’est pas le fait que le Québec ne soit pas aussi bien que ce que les gens s’imaginent, c’est plutôt le fait qu’il y aient des personnes qui croient qu’un Eldorado (que ce soit le Québec, les Etats-Unis ou l’Australie) existe quelque part.

    Au lieu de simplement lancer des chiffres et des citations par dizaine (d’autant plus qu’on peut faire dire beaucoup de choses à une citation sortie de son contexte), un parallèle avec la France aurait été intéressant. Vous nous donnez des données en veux-tu en voilà comme si c’était sensé être clair. Tous ces chiffres me parleraient davantage si je savais ce que la France fait en la matière.

    Concernant le "racisme" des québécois... bizarrement je ne l’ai pas encore expérimenté ! Tous les québécois que j’ai rencontré jusqu’à présent étaient accueillants et m’offraient volontier leur aide, malgré mon statut de "maudite française". Il faudrait d’ailleurs balayer devant sa porte avant de critiquer ce qu’il se passe chez les autres. Les français sont loin de pouvoir donner des leçons en matière d’intégration et d’immigration (l’insee vous founira les chiffres des discriminations à l’emploi, pour obtenir un logement, et dans la vie courante en générale, selon que l’on est français ou immigré). Je ne pense pas qu’un seul pays au monde soit exempt d’une partie de la population qui n’aime pas les étranger. Et peut-être que je m’avance un peu (beaucoup ?), mais le Québec n’a pas son Jean-Marie Le Pen qui est arrivé au second tour de l’élection présidentielle.
    Que les québécois soient fatigués de la condescendance française, je peux parfaitement le comprendre, surtout quand je lis un texte comme celui-ci. "incultes, superficiels et ultra-matérialistes" ?!? Mais pour qui vous prenez-vous ? Ces qualificatifs ne s’appliquent à aucuns français peut-être ? Il n’y a rien de plus "superficiels" il me semble que de réduire une population de plus de 7 millions de personnes à une masse inculte et superficielle.

    Je peux comprendre que la vie au Québec soit loin du Nirvana, qu’elle soit décevante pour ceux qui s’attendait à mieux (mais en ce qui concerne la publicité que fait l’immigration québécoise, je ne vois pas où est le scandale, je ne pense pas que les français présentent leur pays négativement quand ils veulent en faire la promotion...), mais l’agressivité qui émane de ce texte me semble déplacée, et c’est occulter tous les aspects positifs de la vie au Québec.



  • Lisa Melia 31 octobre 2007 11:27

    Article bien intéressant !

    Même si les chiffres montrent que Sarkozy n’arrive pas au niveau de ses homologues européens, et même des membres de son propre gouvernement, je trouve que ce n’est pas une excuse tout à fait recevable. D’abord, le fait que les autres dirigeants aient un plus gros salaire est peut-être le premier problème. Sans verser dans le « cpa juste yen a marre de ces politiques qui bouffent tout l’argent », je trouve que certaines rémunérations sont excessives. Ensuite, il n’a pas attendu de devenir président de la République pour être riche (puisqu’il paye l’ISF, et ce depuis un bon moment précédant la campagne présidentielle).

    Mais d’une manière générale, je trouve que c’est encore « beaucoup de bruit » pour quelque chose de pas aussi grave et central qu’on veut bien nous le présenter. De toutes façon, Sarkozy est épié comme si chacun de ses mouvements avaient des conséquences terribles. Sarkozy divorce, Sarkozy envoie paître une journaliste américaine... Tout est bon pour en faire des tonnes et lui taper dessus (ou l’aduler quoiqu’il fasse et exposer son admiration sans borne pour lui, au choix).







Palmarès