• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

martinez

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 7 0
1 mois 0 5 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • martinez 10 juillet 12:26

    apprécier et classer les réalisateurs (artistes !) en fonction de la Bible (et le Talmud tant qu’à faire !) me semble assez risqué mais pourquoi pas Je ne suis pas sûr que Woody Allen revendique cette interprétation Ce qui est vrai également de Philip Roth. Les créateurs sont toujours un peu en concurrence avec le soi disant Créateur ; et les intégristes (juifs et autres) ne leur pardonnent pas cette prétention à vouloir rivaliser ... 



  • martinez 5 juillet 15:13

    J’enseigne l’histoire-géo depuis 28 ans ; et je partage le constat ; je vois aussi que le fossé se creuse entre une poignée d’élèves résistants ou résilients, qui écrivent et réfléchissent plutôt bien (avec logique), et la grande masse des maniaques du portable et vidéophiles incultes ! 



  • martinez 5 juillet 15:01

    Un peu d’accord avec Laconique pour le coup : c’est vrai que beaucoup de femmes sont technophiles et xénophiles (chez les profs par exemple, métier très féminisé) ; mais elles ne sont pas pour autant hostiles aux types « résilients », surtout passée la quarantaine... 



  • martinez 27 juin 08:24

    A propos de foot et de jeux de mains (jeux de vilains ?) un conseil de lecture : La Mano Negra, de Romain Molina, chez Hugo Sport, 7,6 euros

    Perso, grand amateur de foot, j’ai bien du mal à suivre les matchs féminins : trop lents, frappes molles, erreurs techniques et tactiques à la pelle, et bien sûr erreurs d’arbitrage affligeantes Et j’oubliais : commentaires insupportables, Lizarazu et les autres (le pompon étant Christian Jeanpierre, qui me fait penser à une réplique de Audiard…) 



  • martinez 27 juin 08:13

    J’ajouterai à ce constat de la technophilie ambiante qu’on ne peut plus rien réparer du tout à ces objets post-modernes ; dès qu’ils tombent en panne, c’est fini ; et il en va un peu de même aussi dans les relations humaines… Bref, triste époque.   







Palmarès