• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

MYALGOTRADE

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 10 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • MYALGOTRADE 24 avril 2018 12:29

    La paire EURUSD conserve son évolution sans tendance observée depuis le mois de janvier. Hier, le cross essuyait un nouvel échec à franchir les 1,2400 ce qui pourrait le conduire à franchir la moyenne mobile 50 périodes située à 1,2323.



  • MYALGOTRADE 17 avril 2018 13:22

    Le président américain Donald Trump a accusé la Russie et la Chine de dévaluer leur monnaie, tandis que les Etats-Unis ont augmenté leurs taux d’intérêt sur Twitter lundi.



  • MYALGOTRADE 16 avril 2018 07:49
    Le CBO (Congressional Budget Office) m’a réellement bluffé. Pourtant, avec Trump je me croyais blasé mais j’avoue avoir été scotché en découvrant le pronostic du CBO : il attend une poursuite du cycle de croissance amorcé mi-2009 jusqu’en… 2027, à un rythme certes moins soutenu que les 3% actuels, mais ce pronostic gomme littéralement la perspective d’une récession. Un cas de figure unique dans l’histoire du capitalisme et un prodige du Trumpisme !

    Donald Trump pourrait revendiquer avoir révolutionné la science économique et surpassé, grâce à sa réforme fiscale, le fantasme ultime de Wall Street : une croissance quasi éternelle mais si modérée que les taux demeureraient très bas et la volatilité pourrait être maintenue proche des niveaux médians observés au cours de l’année 2017.

    De quoi supporter quelques désagréments… comme par exemple un déficit budgétaire US dépassant les 1 000 Mds$ par an d’ici à 2020 (2 ans plus tôt que prévu initialement par le CBO) car les dépenses dépasseront les recettes de 804 Mds$ au cours de l’exercice se terminant le 30 septembre 2018. Et à l’issue de l’exercice 2019, le déficit US atteindra 980 Mds$ (contre une prévision antérieure de 690 Mds$)… et ne cessera de croître jusqu’en 2022 (toujours sous l’effet de la réforme fiscale).

    Comme le CBO prévoit 2% de recettes en moins et 1% de dépenses supplémentaires au cours de la période 2018-2027, le déficit cumulatif des Etats-Unis s’établirait à… (attention les yeux)… 11 700 Mds$, soit 15% de plus que lors de la dernière estimation !

    Le PIB réel US va symétriquement ralentir de 3,3% en 2018 vers 2,4% en 2019 et 1,8% en 2020, avant d’adopter un rythme de croisière de +2% jusqu’en 2026 (rêvons un peu, c’est de la pure fiction).

    Donc selon le CBO, s’il n’y a pas de récession en vue, il y aura toujours plus de déficits.

    Remarquez, peu importe : c’est le quotidien de l’Amérique depuis septembre 2008, et le moins que l’on puisse dire, c’est que Wall Street s’en accommode fantastiquement bien.

    Jusqu’à présent.

    Mais ce que le CBO n’intègre pas, c’est l’hypothèse d’un « peak debt », c’est-à-dire le point critique où même avec des taux bas, une hausse de +2% du PIB ne permet plus de rembourser ni les intérêts ni le principal de la dette. Les Etats-Unis espèrent être capables de continuer d’attirer l’épargne mondiale vers les T-Bonds US, sauf que cette épargne va se faire de plus en plus rare si les banques centrales cessent d’imprimer de nouvelles liquidités alors que le niveau de l’endettement mondial vient de passer le cap des trois fois le PIB planétaire à 237 000 Mds$.

    237 000 Mds$, c’est 11 000 Mds$ de dettes en plus (l’équivalent du PIB de la Chine) au cours du seul dernier trimestre 2017 ! Parmi les pays où elle progresse le plus vite, citons le Venezuela (un cas déjà désespéré), l’Argentine, le Nigeria, la Turquie (mais la lire Turque s’effondre et la valeur de la dette avec) et… la Chine. Et lorsque l’absence d’inflation ne permet pas de détruire la dette, souvent c’est une « bonne guerre » qui permet de remettre les compteurs à zéro.

    Si ce n’était pas l’une des véritables intentions de Donald Trump lorsqu’il a menacé par tweet la Russie et Bachar el-Assad mercredi matin, c’était sans aucun doute la ferme intention de ceux qui ont manoeuvré en vue du recrutement de John Bolton à la Maison-Blanche…


  • MYALGOTRADE 11 avril 2018 20:59
    Cela faisait longtemps que la Chine avait gagné la guerre commerciale face aux Etats-Unis et au reste du monde.

    Objectifs atteints pour la Chine

    Il lui restait à gagner la bataille de l’opinion internationale dans son différent face Donald Trump. Voire pourquoi pas réussir à obtenir l’humiliation de ce dernier. Eh bien, c’est un carton plein, les 2 objectifs sont atteints !

    Xi Jinping a mis l’opinion internationale dans sa poche : objectif 1

    Le président chinois Xi Jinping s’est mis l’opinion internationale, et même Wall Street, dans la poche dès son discours inaugural du Forum de Boao. Pour rappel, il s’agit d’un « Davos asiatique ». Ainsi, il a réaffirmé sa volonté d’ouvrir l’économie chinoise, notamment dans le domaine des services financiers. Egalement il a indiqué se montrer moins exigeant sur le partage de la propriété intellectuelle pour les entreprises s’implantant dans le pays. Il est vrai qu’à l’heure actuelle, aucune entreprise étrangère ne peut par ailleurs détenir plus de 50% d’une société immatriculée en Chine). Il a aussi évoqué réduire « fortement » les taxes sur les importations sur certains produits, comme les véhicules de tourisme, ainsi que le réclame Washington.

    L’humiliation de Donald Trump : objectif 2

    En ce qui concerne l’humiliation, Donald Trump explique que c’est l’incurie des précédentes administrations (et des deux présidents qui l’ont précédé) qui aboutit à des traités commerciaux déséquilibrés en faveur de la Chine. Car, sachez-le, Xi-Jinping est son « ami », et jamais il ne se fâchera avec lui !

    Car les coupables des déficits commerciaux US coulent une paisible retraite sur le sol américain !


  • MYALGOTRADE 11 avril 2018 16:56

    Dans l’histoire qui nous est contée, la pauvreté de l’activité du personnage principal incarné par Joaquin Phoenix est frappante. S’il se déplace chez lui et occasionnellement en ville, pour le reste, il ne fait rien de ses journées, sinon parler sans fin. Rien avec son corps : sport, danse... Rien de ses mains : musique, cuisine, bricolage... Aucune de ces activités qui demandent un apprentissage avec d’autres pour faire face à des situations réelles complexes voire nouvelles, sans mode d’emploi et grâce à des gestes précis et sûrs.

    Le scénario du film fait alors de ce personnage une proie évidente pour une intelligence artificielle qui n’a ni corps ni mains, qui ne fait que parler et qui est partout sans trêve. Il ne s’agit entre eux que de traiter, d’échanger une information aisément numérisable, ce qu’est toute expression orale ou écrite de notre pensée, au moins quant à son contenu.







Palmarès