• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Nathalie

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 6 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Nathalie 20 août 2008 11:37

    @ l’AUTEUR et à lui seul !


    Merci pour cet excellent article clair et équilibré qui a le mérite de faire la part des choses entre faits et opinions personnelles. Des quatres où cinq articles que j’ai pu lire ces derniers jours, c’est le seul dont je ne ressors pas avec la désagréable impression d’avoir lu un tract de propagande anti ceci ou pro cela, voire un réquisitoire à charge de véritable procés d’intention.

    Malheureusement le débat qui suit est toujours aussi pathétique au point que je ne pense plus les lire à l’avenir. L’impression qu’ils donnent vu de l’extérieur est celle d’une espèce d’arène où une poignée de "gosses", tous persuadés d’être de grands "spécialistes" et tous aussi peu crédibles et non objectifs les uns que les autres, viennent s’affronter dans des joutes verbales de ... j’hésite entre cour de récréation et bistro du commerce. Un véritable dialogue de sourds où quelques pseudo intellectuels viennent proposer leurs "tracts" aussi peu crédibles que leur parti pri manifeste, auquels répond le "camp adverse" par les mêmes procédés puériles quand ce n’est pas par les injures voire de la censure. Le tout dans un contexte complètement surréaliste où les anti (ou les pro suivant les cas) sont systématiquement "cachés" et les autres anormalement surnotés (j’ai vu des commentaires d’insultes notés très positivement). Les fora de ce genre ont certainement une utilité sociale mais de là à parler de citoyenneté ... mon dieu faites que la citoyenneté ne ressemble jamais à "ça" !

    Qu’à cela ne tienne, vous n’en êtes pas responsable, poursuivez, essayez peut-être de changer de media, celui-ci ne permet manifestement pas un véritable DIALOGUE sur des sujets aussi sensibles.



  • Nathalie 19 août 2008 12:43

    J’avais déjà une bien piètre opinion de ce "journalisme" amateur, mais cet article de mauvaise fiction vient de finir de m’en dégouter complètement et définitivement.

    Quant au "débat" qui est censé le suivre, n’en parlons même pas, il est vraiment pathétique ! Peut on d’ailleurs encore parler de débat dans la mesure où les commentaires lucides sont tous systématiquement cachés ? Les partisants de l’auteur auraient ils si peu d’arguments valables qu’ils en soient réduit à ce genre de lâcheté ?




     



  • Anne-Marie 28 décembre 2007 17:32

    Loiseau vous dites : « Je suis tout étonné, qu’un article sur un sujet si important ne suscite que si peu de réactions. »

    Moi je ne le suis pas. Je n’ai pas d’explication générale à cela, mais en ce qui me concerne quand un « article » commence par : « Ce qui est pénible dans une démocratie, c’est le vote des électeurs », proverbe sarkozyste.« , il est immédiatement requalifié en »tract« . Et j’estime que sa place n’est pas dans »citoyenneté« mais dans »propagande« , à la limite »opinion très orientée" !

    Je n’aime personnellement pas plus les sarkophiles que les sarkophobes primaires, et ils n’ont pas plus les uns que les autres de crédibilité à mes yeux.

    Dans ces conditions à quoi bon entrer dans des débats stériles de pro et anti Sarkozy. Il suffit de lire les premiers commentaires pour avoir confirmation de ce que je craignait.



  • Anne-Marie 23 août 2007 08:39

    D’abord l’Iran n’est pas une dictature vu qu’il n’y a pas de dictateur. Il s’agit d’une république théocratique.

    Désolée de vous contredire mais l’Iran est bien une dictature théocratique et il y a bien un dictateur religieux appelé « Guide de la révolution » dans le système politique iranien. Conformément au schéma suivant, ce dernier contrôle directement :

    Le système judiciaire : Le guide de la révolution nomme le chef du pouvoir judiciaire (actuellement Mahmoud Hashemi Shahroudi), qui à son tour nomme le dirigeant de la cour suprême et le procureur en chef.

    Le conseil de discernement : composé de six membres religieux du Conseil des Gardiens de la Constitution, des chefs des pouvoirs législatifs, judiciaires et exécutif, du ministre concerné par l’ordre du jour auxquels s’ajoute une dizaine d’autres personnalités. Il a l’autorité pour faire la médiation des problèmes entre le parlement et le conseil des gardiens, et sert de corps consultatif au guide suprême ; en faisant ainsi un des organes de pouvoir les plus puissants du pays.

    Les forces armées régulières : le guide de la révolution est commandant en chef des forces armées ; il contrôle le renseignement militaire et les opérations liées à la sécurité ; lui seul a le pouvoir de déclarer la guerre.

    Les Pasdaran : le Corps des Gardiens de la révolution islamique souvent appelé Pasdaran, est une organisation militaire de la République islamique d’Iran dépendant directement du Guide de la révolution, le chef de l’état iranien.

    Le conseil des gardiens qui compte 12 juristes dont 6 sont nommés par le Guide suprême. L’autre moitié est recommandée par le dirigeant du pouvoir judiciaire (lui-même nommé par le Guide de la révolution) et officiellement nommés par le parlement. Le conseil interprète la constitution et peut user de son droit de veto à l’encontre de la Majles : s’il juge une loi incompatible avec la constitution ou les principes de l’islam, il la renvoie au parlement pour réexamen. Dans l’exercice controversé de son autorité, le conseil se réfère à une interprétation stricte de la constitution afin d’apposer son veto aux candidats au parlement.

    Le président de la république : la Constitution définit le président comme la plus haute autorité de l’État après le guide de la révolution. Les candidats à la présidence doivent être autorisés à se présenter par le Conseil des gardiens. Le président est responsable de l’application de la constitution et de l’exercice des pouvoirs exécutifs, à l’exception de ceux directement liés au guide suprême. Le guide de la révolution peut le démettre à tout moment de ses fonctions, après que la cour suprême (sous son contrôle voir ci-dessus) ait reconnu ce dernier de violation de ses devoirs constitutionnels, ou après un vote du Parlement témoignant de son incapacité sur la base du principe 89 de la constitution.

    Cette dictature théocratique dispose également d’une façade démocratique permettant au travers d’un processus électoral contrôlé indirectement par le Guide de la révolution, la nomination :

    Du président de la république : les candidats à la présidence doivent être autorisés à se présenter par le Conseil des gardiens,

    Du parlement : la Majles, dont le nom complet est « Assemblée consultative islamique », est l’unique assemblée du système monocaméral iranien. Elle compte 290 membres élus pour un mandat de quatre ans. La Majles ébauche la législation, ratifie les traités internationaux et approuve le budget national. Tout candidat à la législature doit être autorisé à se présenter par le Conseil des gardiens.

    De l’Assemblée des experts, qui siège une semaine par an, compte 86 membres du clergé « vertueux et cultivés » élus au suffrage universel pour un mandat de huit ans. Comme pour les élections présidentielles et législatives, c’est le Conseil des Gardiens qui détermine l’éligibilité des candidats. L’assemblée élit le Guide suprême et a l’autorité constitutionnelle pour lui retirer le pouvoir à n’importe quel moment. On n’a cependant jamais vu de cas où cette assemblée s’opposait aux décisions du guide suprême.

    Comme vous pouvez le constater par vous même, tous les pouvoirs sont bien dans les seules mains d’un dictateur « élu » à vie : le Guide de la révolution. Le simulacre de démocratie n’étant destiné qu’à donner le change.

    Cordialement



  • Anne-Marie 22 août 2007 11:27

    je lisais hier le fil sur la « guerre privatisée », et je voyais Romain, et d’autres, lutter avec tant de patience, face à l’inculture d’en face, qui ne lisent pas, qui n’écoutent pas...

    Bonjour LEON, je suis et ai toujours été contre la guerre en Irak par convictions personnelles, mais je dois bien reconnaitre que comme CLRE, les arguments de Romain, IP15 et quelques autres m’ont bien plus convaincus que les quelques lieux communs et banalités de la pensée unique que l’on retrouve dès que l’on aborde ce genre de sujets dans les fora dits citoyens ...

    Quant a IP15, que vous vous permettez de qualifier de sinistre et son ton si souvent décrié, personnellement il ne me gène pas, il a au moins l’intérêt d’être franc et direct ce qui ne réduit en rien le fond de son discours que je trouve largement au dessus de la plupart de ses détracteurs. Personnellement je le préfère à la langue de bois et aux discours mielleux et condescendants de certains experts autoproclamés qui il faut bien l’admettre élisent souvent domicile sur ce genre de fora.

    Cordialement







Palmarès