• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Ombre

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 4 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Ombre 3 novembre 2008 10:30

    Mais Bond n’a jamais été un héros que les gens intelligents admirent. Ce n’est jamais qu’un boeuf emballé dans un smoking. Vous vouslarmoyez qu’il devienne qu’un rambo costard cravate alors qu’il n’a jamais été rien de plus.
    Il y a t’il déjà eut un James Bond subtile, avec une histoire réaliste et suprenante ? Des dialogues qui donnaient à réfléchir ? Non. James Bond n’a jamais été qu’un béret vert endimanché. Une réception, une coucherie, une poursuite en voiture, une fusillade. Voilà la trame des Bond. Aujourd’hui, la mode est a l’hémoglobine alors la 4ième partie est plus longue. Bond, ce sont des films de mecs, des vrais, des beaufs.



  • Ombre 27 octobre 2008 14:00

    J’ai cessé de vous lire lorsque j’ai lu que la 2nd puissance mondiale était le Japon. Désolé mais ce serait plutot Europe suivie des Etats-unis puis du Japon. Vous avez alors perdu toute crédibité à mes yeux.



  • Ombre 25 octobre 2008 14:59

    L’inflation encourage le travail au détriment de la rente. Ce n’est pas nouveau puique la rente perd son côté attractif vis à vis du travail. L’inflation provoque des investissements concrets dans des outils de production. La rente elle, se contente de limiter le risque de l’investissement voir de ne pas investir du tout puisque le capital ne perd pas de sa valeur. L’inflation est l’ennemi du retraité et l’ami du jeune actif.
    Il faut reconnaitre toutefois que dans une économie globale ou nos salaires sont 10 à 20 fois ceux d’autres, faire fondre le capital pour l’investir dans le travail ne ferait qu’accroitre les délocalisations et assécherait plus vite notre puissance.



  • Ombre 21 octobre 2008 11:41

    Avant de condamner l’injection des milliards il faut en connaitre les conditions : c’est un prêt avec un taux d’intérêt. La bourse, ceux qui jouent le savent, n’est pas lieu pour les idéalistes et le petit porteur est souvent le lésé. Mais au moins, eux se bougent plutot que de placer leur argent sur des livrets à disposition des grands établissement en réclamant un max d’intérêts.







Palmarès



Agoravox.tv