• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Orlane

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Orlane 2 mars 2009 02:24

    J’adore le ton, avec ce petit côté distancié, qui se veut objectif. Car pour le reste, c’est de la propagande qui ne veut pas dire son nom. Et là, tout y passe, on se croirait dans un roman de gare, avec les bons et les méchants. Là aussi, tout est la gloire de la femme sincère, celle qui mérite le respect, celle qui subit les attaques injustes des éléphants. Tiens, la description du parcours où elle a réussi brillamment l’Ena. Diantre, elle devait être dans les premiers de sa promotion Voltaire. Non, elle est sortie 95e, c’est à dire dans les dernières. Elle a été deux fois ministre, certes mais déléguée. Dont, d’ailleurs sous l’autorité de Martine Aubry. Certes, elle a été candidate aux dernières élections présidentielles. Nous fûmes nombreux à dénoncer le putsch médiatique où ce furent les médias et les sondages qui amenèrent les militants socialistes à voter pour elle. C’était tellement glamour pour les "Unes" des journaux, et croix de bois, croix de fer, elle va gagner ce sont dit les militants. On a vu. Et effectivement, cette vieille éléphante est restée à la place qu’elle n’aurait jamais dû quitter, un personnage politique de second ordre. Première dans les sondages, tout s’est dégradé quand lors de ses voyages à l’étranger elle a commencé à aligner ses bourdes. Et à copier Mitterrand. Mais là, il y avait du travail à faire. Intellectuellement parlant. Elle ne faisait que du copier-coller au niveau des postures, mais la culture de ce grand littéraire, elle était loin du compte. A des années lumières. Alors, quand elle appelle Camus à la rescousse, on a tendance à sourire. On la voit beaucoup plus préoccupée à lire les derniers sondages ou Voici. D’ailleurs Mitterrand disait d’elle qu’elle était inculte. Et sur ce point, il suffit de l’écouter. Elle a une conception très personnelle de la langue française et sur le développement des idées, c’est pour le moins primaire, basique, populiste, à la Le Pen ou à la Tixier Vignancourt.
    Par contre, elle aimerait être reconnue comme étant une grande théoricienne du socialisme du XXIe siècle. Etrange vanité d’une personne qui devrait relire Jean De la Fontaine.
    Ah, j’ai beaucoup aimé aussi le passage sur les amis, Pierre Bergé, dont elle est la parfaite "danseuse" entretenue, les hommes d’affaires. C’est très bling-bling. A l’image de l’escapade dans cette station espagnole où les milliardaires et les paparazzis sont plus nombreux que le simple quidam. Ségolène Royal dénonce le télescopage des photos avec son voyage en Guadeloupe. Et bien, oui, c’est sûr que son image en prend un sacré coup. Mais c’est surtout étonnant comme réaction car dans l’art des déclarations télescopages,elle excelle. A chaque fois qu’il y a eu un évènement politique d’importance, comme lors du soir des élections législatives, elle se faisait un plaisir de télescoper l’événement, par une déclaration ou une vidéo. Aujourd’hui, c’est un juste retour des choses.

    Il y a aussi cette phrase : Je pense que personne n’aura été dupe des basses manœuvres et des efforts déployés au Congrès de Reims par les éléphants du PS pour écarter définitivement Ségolène Royal.
    Etonnante façon des ségolâtres de concevoir la politique. D’un côté, Ségolène Royal a fait moins de 30%, et de l’autre, il y avait trois tendances qui ne voulait pas du parti que comptait transformer SR, un parti dévoué toute à la gloire de Ségolène. Et bien, ces trois courants conscients de leur force se sont alliés pour faire 70%. Mitterrand savait très bien faire ça. C’est de la politique et pas une réunion de catéchistes.

    Les éléphants sont pathétiques à s’accrocher ainsi
    Belle phrase là aussi. Et qui s’applique aussi à Ségolène Royal. Les derniers sondages d’opinion sont cruels pour elle, elle est bien loin derrière Martine Aubry ou François Bayrou. Il faut qu’elle se fasse une raison, il ne lui reste plus que les miroirs et ses rêves de star en souvenir. Et on renverra dans leurs foyers Sakozy et Royal, deux personnages qui n’auraient jamais dû pouvoir s’affronter lors de l’élection présidentielle. Une telle confrontation fut une dévalorisation notoire de cette fonction.



  • Orlane 28 février 2009 13:28

    Ah, quelle belle propagande pour cette femme que j’aurais plutôt tendance à qualifier comme femme de boue tant elle n’est que haine envers tous ceux qui pourraient la gêner dans sa volonté d’être à nouveau la candidate de la gauche aux prochaines élections présidentielles. Fraternité, dit-elle, ses propos, ses écrits n’exhalent que mépris et méchanceté. Souvenons-nous de son attitude après avoir vaincu Fabius et DSK qui n’avait qu’un seul objectif l’humiliation de ses adversaires. Son élection ne devait pas être celle du PS mais uniquement la sienne. Le propagandiste qui a écrit l’article objectera qu’elle avait obtenu 17 millions de voix. Certes, en regard de la situation nationale de l’époque, et surtout du traumatisme lié à l’élimination de Lionel Jospin lors de l’élection présidentielle précédente, la crainte de revoir Le Pen au second tour, il ne fallait pas être clerc de notaire pour comprendre que le candidat de la gauche verrait par précaution un grand nombre de voix se porter sur lui. Même chose pour le second tour, où logiquement le rejet de Sarkozy aurait dû faire gagner la gauche. Mais voilà, la personnalité de la candidate, ses propositions iconoclastes, voire complètement loufoques comme raccompagner les policières chez elles, les petits drapeaux aux fenêtres, autant de choses inventées devant son miroir chaque matin, ont fait que bon nombre d’électeurs de gauche ont voté blanc ou se sont abstenus. Considérant à juste raison qu’entre Sarkozy et Ségolène Royal, c’était pour reprendre une citation fameuse, bonnet blanc et blanc bonnet. C’est peut-être la raison du score de François Bayrou, qui jamais, si le candidat de gauche avait été crédible n’aurait jamais dû obtenir autant de voix sur son nom.
    Aujourd’hui, force est de constater qu’il y a peu de choses qui séparent Nicolas Sarkozy de Ségolène Royal. Même inculture, même esbroufe, même façon de créer des coups. Et surtout même populisme, un peu à la Le Pen. Et puis ce côté "bling-bling". Pour ma part, ça m’interpelle ces photos prises dans la station où les milliardaires se comptent à la pelle, tout comme les paparazzis. Quel goût étrange pour ce luxe ostentatoire ? Pour ma part, avec un tel statut, mais aussi par goût, je me serais réfugié dans une petite station adorable, sans artifice. Au point, que je demande si ce n’est pas une nouvelle provocation. En tout cas, une chose est sûre, cela doit être difficile pour les paparazzis de la photographier au Conseil Régional du Poitou-Charente. Ca, c’est sûr que c’est un vrai challenge.
    Enfin, concernant les perspectives d’être la prochaine candidate du PS, jour après jour, elle recule dans les sondages d’opinion - là où elle avait fait illusion - et surtout ses proches commencent à être lassés par son attitude inconséquente. Les adorateurs de Ségolène Royal vivent des temps difficiles, alors il faut bien se rassurer en écrivant une ode à la gloire de leur gourou.







Palmarès



Agoravox.tv