• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Pap Ndiaye

Pap Ndiaye

Maître de conférences d’histoire à l’EHESS, mes travaux en cours portent sur les discours et pratiques de discrimination raciale dans les firmes d’assurance-vie américaines au 20e siècle, ainsi que sur diverses questions relatives aux populations noires des Etats-Unis et de France. Je suis, par ailleurs, membre du Comité de rédaction de L’Histoire.
Auteur de "Du nylon et des bombes : DuPont de Nemours, le marché et l’État américain" (Belin, 2001), de "La Démocratie américaine au XXe siècle", direction d’ouvrage avec Jean Heffer et François Weil (Belin, 2000) et de "La Condition noire"(Calmann-Lévy, 2008).
Crédit photo Cedric Martigny/Opale

Tableau de bord

  • Premier article le 28/05/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 17 34
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • Pap Ndiaye Pap Ndiaye 28 mai 2008 18:31

    Etre noir n’est ni un fait de nature ni un fait de culture, c’est le produit d’un rapport social. En d’autres termes, on est noir parce qu’on est considéré comme tel par les autres, indépendemment de la pluralité et de la labilité de ses identités choisies. Dans mon livre, je montre que son "être noir" procède d’un apprentissage très précoce pendant la petite enfance, soit dans le cercle familial, soit dans la cour de récréation de l’école, où les remarques racialisées sont monnaie courante. Les noirs réagissent à cette asignation raciale de différentes manières, selon leur position sociale, leur tempéramment, leur disposition psychologique, l’évaluation du "coût-bénéfice" de la rébellion permanente ou momentanée contre l’assignation en question.



  • Pap Ndiaye Pap Ndiaye 28 mai 2008 18:26

    Il me paraît nécessaire de régulariser les migrants sans-papiers, sous certaines conditions bien déterminées par le droit, et non par l’arbitraire administratif.



  • Pap Ndiaye Pap Ndiaye 28 mai 2008 18:26

    Si vous avez la curiosité de lire mon livre, vous verrez qu’il n’est nulle par question de "quotas", en revanche, il est question des moyens par lesquels une politique d’égalité des droits pourrait être possible, cela suppose me semble t-il une mobilisation par le haut des institutions d’Etat, des institutions économiques, du pouvoir judiciaire, et par le bas, de la société civile c’est-à-dire des associations et de toutes celles et ceux qui estiment que la lutte contre les discriminations est un objectif de bien commun. Dans cette mobilisation là, il est bien normal que les personnes minorées soient très présentes dans la mesure où elles ont un intérêt personnel à ce que les discriminations qu’elles subissent soient réduites, mais cette mobilisation ne saurait se réduire à elle : les citoyens de bonne volonté doivent aussi se mobiliser pour des causes justes.



  • Pap Ndiaye Pap Ndiaye 28 mai 2008 18:22

    A l’école, dans la cour de récréation, qui n’est pas exactement un haut-lieu républicain de la tolérance et du respect des différences ! J’en ai personnellement des souvenirs très précis.



  • Pap Ndiaye Pap Ndiaye 28 mai 2008 18:20

    L’immigration clandestine soulève une quantité de problème, qu’il est difficile d’examiner dans leur ensemble en quelques minutes. Ce que beaucoup d’observateurs soulignent c’est que la situation actuelle des sans papiers est indigne de notre pays, qu’elle est soumise à l’arbitraire adminstratif plutôt qu’au droit et que le monde des entreprises a évidemment sa part de responsabilité. Plus généralement, les grands courants migratoires contemporains : en provenance d’Afrique et de différentes régions d’Asie et à destination de l’Europe et de l’Amérique du Nord me semble s’inscrire dans un vaste mouvement historique auquel le renforcement de la "forteresse Europe" ne répond que de manière dérisoire.







Palmarès