• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

passe-moi les jumelles

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 53 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • passe-moi les jumelles 9 novembre 2007 00:05

    L’hydrogène n’est n’est pas une énergie mais un vecteur d’energie, qui plus est avec un bilan énergétique négatif et des problèmes liés à son stockage. Une voiture à hydrogène ; c’est une voiture électrique ni plus ni moins.

    Il faut savoir que les véhicules électriques, ça ne date pas d’hier, comme en témoigne cette photo d’une expo de 1889 :

    http://www.vehiculevert.org/photos/index2.jpg

    Pour les batteries au lithium ( c’est le cas des nanosafe je crois ), le problème c’est que ce métal est très rare ( et cher, ce qui justifie pour l’essentiel le prix des véhicules ) pour envisager renouveller le parc automobile mondial dans son ensemble à court terme.

    D’une manière générale, je ne pense pas qu’il existe une seule solution miracle pour sortir de pétrole mais plutot un ensemble de solutions. Le problème sera de faire en sorte que celles ci soient équitables. Pour le reste, je ne pense pas qu’il restera encore grand monde pour avoir les moyens de rouler en 4X4 en 2012. Mauvaise pioche ...



  • passe-moi les jumelles 8 novembre 2007 17:49

    Il faut rappeller que près de 50% des Américains ne votent pas et qu’une bonne partie éprouvent encore des difficultés à situer notre pays sur une mappemonde ; y compris parmis ceux qui sont supposés représenter l’élite :

    http://www.loiclemeur.com/france/cnnfrance.jpg

    Bref, je pense que les américains s’en contrefoutent et qu’ils ont bien raison du reste ...



  • passe-moi les jumelles 7 novembre 2007 14:32

    Il ne faudrait pas oublier non plus que le rationalisme est la pire forme de fanatisme qui puisse être et dont découlent tous les autres ... Le désir de mettre en équation la société et l’individu pour le faire marcher au pas est le rêve de tout tyran.

    Cette petite étude aurait du reste certainement été très appréciée des nazis eux mêmes qui en étaient très friands ...



  • passe-moi les jumelles 6 novembre 2007 23:40

    N’importe qui peut se prétendre scientifique sur le net. Personellement, je ne le suis pas et qui plus est ; c’est un sujet que je suis loin de maitriser sur le bout des doigts. J’ajoute que j’étais plutôt favorable aux OGM par le passé. Mais admettez que quand on lis le rapport de la SOIL ci dessus, qui est édifiant ; il y’a vraiment de quoi se poser des questions, non ?

    " A priori, les chercheurs qui travaillent sur les ogm prêchent pour leur propre chapelle. Il est nécessaire d’apporter une contre information, principalement sur quatre points :

    1°/ Les ogm ne sont pas fabriqués en vue de nourrir le monde : 99 % d’entre eux servent à tolérer des herbicides ou à produire des insecticides.

    2°/ Ces « éponges à désherbants » ne facilitent pas l’agriculture durable mais l’agriculture intensive (améliorations technologiques permettant des gains de productivité dans le travail). Des phénomènes de résistances apparaissent, nécessitant l’emploi de désherbants particulièrement nocifs pour l’environnement. Curieusement, l’application d’herbicides augmente dans des pays comme le Canada où sont cultivés des ogm qui soi-disant devaient rendre plus « propre » les pratiques culturales. En réalité, le paysan est pris en otage par ces nouvelles technologies.

    3°/ Les ogm ne proviennent pas d’une recherche de haute volée. Par exemple, ces organismes contiennent encore des gènes de résistance aux antibiotiques.Ce sont simplement de premiers « brouillons génétiques ». Dans un organisme génétiquement modifié, on sait ce qu’on y introduit mais on ignore ce qu’ilen résultera, d’où la nécessité de faire des tris expérimentaux.

    4°/ L’évaluation de l’impact des ogm sur l’environnement et la santé n’est quasiment pas étudiée. La réglementation actuelle autorise une commercialisation hâtive de ces bricolages technologiques sans imposer d’études d’impact comme c’est le cas lorsqu’on crée un nouveau pesticide ou un nouveau médicament. C’est évident que pour les multinationales, la valeur ajoutée d’un maïs ne sera jamais celle d’un médicament. Mais c’est grave, on mange plus de maïs que de médicaments ! "

    Gilles-Éric Séralini, chercheur à l’Université de Caen, expert auprès du gouvernement français (Commission du génie bio-moléculaire et Comité Biovigilance) et de l’Europe (Direction générale de l’agriculture) sur les ogm, président du Conseil scientifique duCrii-Gen (Comité de recherche et d’information indépendante sur le génie génétique).



  • passe-moi les jumelles 6 novembre 2007 21:35

    c’est toujours de la faute des autres : de l’euro trop fort, de la BCE trop indépendante, du yuan trop faible, des grandes surfaces trop impériales et, maintenant, du baril trop haut, des pétroliers trop gourmands et des pays de l’OPEP trop enclins à préparer leur avenir.

    — >

    Traduction : le pétrole est une ressource inépuisable. Si la production baisse, il suffit de baisser les taxes sur la consommation pour la faire repartir ; ad vitam eternam. Et ne pinaillions pas sur le fait que les sites de production au Mexique soient en maintenance, que le nombres de barils sur le marché est pour l’heure insuffisant pour couvrir la demande mondiale d’ou cette hausse, que la demande s’accroit, etc ... voilà qui ne sert absolument à rien et ennuie tout le monde.

    Monsieur FAY, vous êtes réellement économiste ? J’en doute. Vos articles me ferraient d’avantage penser à un traité du professeur Shadoko pour expliquer le fonctionnement de la cosmopompe ou : comment capturer le Cosmogol Gibi en incitant les Shadocks à pomper plus vite ...

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès