• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Rémi De François

Rémi De François

Je suis juriste depuis quelque temps (L3+) et je me spécialise désormais en Droit public, même si je suis encore des cours forts intéressants de Droit privé (j'ai encore quelques matières). 
J'aimerais réussir un concours administratif. Et par dessus tout, je souhaiterais m'investir plus sérieusement dans les causes que je défends depuis longtemps : lutte contre l'exclusion des personnes dans des situations difficiles (handicapées, mais aussi exclus sociaux.), lutte contre les maltraitances en tout genre faites aux êtres humains et aux animaux, combat contre les haines (homophobes et racistes). Je ne suis pas écologiste au sens politique, mais je suis attentif à la situation climatique de notre monde et aux problèmes environnementaux que l'on ressent désormais sensiblement.

Tableau de bord

  • Premier article le 16/11/2012
  • Modérateur depuis le 24/04/2013
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 4 9 72
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 2 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique







Derniers commentaires





  • Rémi De François Rémi De François 25 janvier 2013 14:16

    Bonjour, 


    Merci pour votre commentaire. Je suis entièrement d’accord avec vos raisonnements.

    Toutefois, je ne comprends pas votre raisonnement a propos de ma critique faite aux rémunérations des ministres. Vous soulignez que s’ils ont une précarité dans leur salaire (3000 euros par exemple bien que je ne trouve pas ça si précaire, ^^) et qu’ils sont sur un siège éjectable, cela leur empêcherait d’avoir l’« esprit à leur travail ». A la limite, je pense effectivement qu’il faudrait « sécuriser » leur situation, en d’autres termes, leur garantir des indemnités chômage suffisantes après leur départ (environ 10 000 euros pendant 6 mois à l’heure actuelle. peut être les prévoir sur une période d’1 ans, mais d’un montant de 4000 euros paraissent amplement suffisantes (salaire des hauts cadres (militaires, magistrats, ou encore administrateurs du Sénat et de l’Assemblée nationale) de la FP)). Par ailleurs, je crois que le fait d’avoir été ministre sur un CV, ça fait toujours bien. D’autre part, en ce qu’il cotise, sachez qu’un ministre a le droit de comptabiliser son service en tant que travail effectif à l’Assurance chômage.

    Je vous souhaite une bonne journée, 

    RDF


  • Rémi De François Rémi De François 25 janvier 2013 13:55

    Bonjour, 


    Vous avez bien entendu raison sur le fait que ne nous sommes pas dans une démocratie. La démocratie indirecte est un mensonge et ne devrait pas être enseigné comme tel. En effet, ce ne sont plus les citoyens qui décident mais leurs représentants, où du moins ceux qui se présentent comme tels. Ainsi, vous soulignez à juste titre que le gouvernement dont la France s’inspire dans la Constitution est bien un « gouvernement semi-représentatif »(puisqu’il ne faut pas oublier que l’Administration qui nous gouverne ne représente pas exactement les citoyens mais en tire juste une certaine légitimité) et non une « démocratie ».

    Merci pour votre commentaire, 

    En vous souhaitant une bonne journée, 

    Cordialement. 


  • Rémi De François Gianni Remangelo 18 janvier 2013 19:26

    Bonsoir, 


    Votre expertise est éclairante et votre argumentation est claire et rigoureuse. Je crois qu’elle souligne une caractéristique fondamentale de ce débat : son impossible fin.
    Que l’on soit pour ou contre, il faut avouer qu’il existera toujours des contre-arguments à chaque argument des uns et des autres.
    Madame Colas vous concluez sur le fait qu’il existerait une tradition juridique française spécifique, une culture juridique. S’il l’on vous suit, plus besoin de réformes sur rien, plus de changement...
    De façon plus pragmatique, j’estime que le débat n’a pas réellement de fin. C’est le législateur au final qui va choisir, comme il l’a fait sur la Loi relative à la Burqa, comme il le fait sur les Lois de finance relatives aux hausses d’impôt... comme il l’a fait, à marche forcée, pour l’abolition de la peine de mort. 

    Bonne soirée


  • Rémi De François Gianni Remangelo 17 janvier 2013 22:06

    Bonsoir Actias,


    Je dois vous dire que votre commentaire est assez intéressant bien qu’un peu insultant. Vous partez du présupposé que je condamne la Zoophilie et la pédophilie alors qu’il n’en est rien dans l’article. Si,à titre personnel, je suis bien-sûr opposé à ce genre de pratiques illicites ou illégales, je n’en parle pas dans cet article, je ne faisais que reprendre les paroles de Monseigneur Vingt-trois. Etant piscivore, je sais que ne pas manger de 
    viande rouge ou blanche et refusé la violence animale... est encore mal vu. On nous prend pour des fous. Pourtant, ce qu’on fait subir aux animaux, à la nature en général, est insupportable et indigne du Vivant. 

    Sur un tout autre terrain, j’ai l’impression que vous êtes très pessimiste sur l’avenir du pays. Je vous comprends. Je vous avouerais que les dirigeants actuels ont des connaissances et des idées préconçues enseignées à science po, HEC ou l’ENA, berceaux sacrés obligatoires pour devenir un grand de ce monde et faire partie de l’ordre des privilégiés de la Politique. Ces connaissances et ces idées d’avant guerre(s) me paraissent inadaptées aujourd’hui. On parle encore idéologie socialiste, gaulliste, néolibérale ... alors que le monde a changé. Le multiculturalisme est une réalité et pose des problèmes (culture asiatique, africaine ... choc des cultures), c’est vrai. La question de la citoyenneté -identité et du « socle des valeurs » méritent un débat. Une refonte plus juste de la fiscalité, du système d’aides et d’assistance sociales et de la Fonction publique parait urgente au regard du déficit public annuel et de la dette publique de l’Etat (Quasiment 90% du PIB soit  1 818,1 milliards d’euros soit 3 000 euros par tête en France).

    Bonne soirée à vous






Palmarès